alexametrics
A la Une

Balance ton porc...tunisien !

Temps de lecture : 6 min
Balance ton porc...tunisien !

Comme pour dire que la rue, qui a toujours appartenu aux hommes et qui leur appartient encore aujourd’hui, devrait aussi devenir la leur, les femmes ont crié leur colère sur la toile. Le mouvement #EnaZeda, petit cousin de #MeToo, lancé aux Etats-Unis il y a quelques années, a permis de délier les langues. Galvanisées par une présumée affaire de harcèlement touchant l’un des futurs députés de la nation, les femmes balancent sur la toile toutes les agressions dont elles ont été victimes. Toutes, ou presque, ont des « incidents » à raconter. Y compris l’auteure de ces lignes…

 

Des mains baladeuses dans la rue, des passants qui vous traitent de « pute » parce que vous résistez à leurs avances ou que votre tenue ne leur plait pas, des passagers qui vous collent un peu trop dans les transports… Ce genre d’histoires fait partie du folklore national. On ne s’en offusque presque pas, puisque tombé dans une banalisation qui le rend si ordinaire. Aux filles qui racontent avoir été « gentiment » agressées, ou abordées avec « un peu trop d’insistance » dans la rue, on leur répond qu’elles n’auraient pas dû arborer tel ou tel comportement, sortir tard dans la rue, porter des tenues « légères ».... En gros, elles l’ont forcément un peu cherché et, au lieu d’être à 100% victimes, elles deviennent en partie fautives de l’agression qu’elles subissent. Un peu comme les victimes de viol à qui on demande, presque automatiquement : « Que portiez-vous au moment des faits ? ».

Sur la toile, certaines femmes courageuses ont décidé de ne plus subir ces agressions dans l’omerta générale et de parler en brisant le poids de tabous, encore très lourds. Quelques jours après la création de ce groupe, et la publication de cet article, plusieurs hommes, certes moins nombreux, ont eux aussi raconté sur le groupe les sévices dont ils ont été victimes.

 

Derrière ce mouvement général sur la toile, la campagne #MeToo née en 2007 aux Etats-Unis, et relancée en 2017 pour encourager les femmes, victimes de violences sexuelles, à partager leurs expériences. Mais aussi le hastag #BalanceTonPorc, qui a été largement démocratisé sur les réseaux, il y a deux ans, pour dénoncer les cas de harcèlement sexuel et d’agression.

En Tunisie, plus récemment, une supposée affaire de harcèlement dont le principal accusé est un futur élu du peuple a encouragé les femmes à parler. Zouhair Makhlouf, ancien vice-président de l’Instance de la justice transitionnelle, l’instance Vérité et Dignité, et élu aux législatives d’octobre sur les listes de Qalb Tounes, parti de Nabil Karoui. Jeudi 10 octobre courant, des photos compromettantes ont circulé sur les réseaux sociaux montrant Zouhair Makhlouf dans son véhicule, à moitié dénudé.

Les photos ont été prises par une jeune fille qui a dénoncé un harcèlement sexuel subi de la part de l’élu qui l’aurait, selon ses dires, suivie à proximité de son lycée. Si Zouhair Makhlouf a nié les faits dans un post Facebook, affirmant qu’il s’était arrêté « pour uriner », une enquête a été ouverte et l’élu a été auditionné, le 14 octobre, dans une affaire de harcèlement sexuel et d’atteinte à la pudeur.  

 

Une telle affaire aurait été facilement passée sous silence si des photos compromettantes n’avaient pas circulé sur la toile et ébranlé l’opinion publique. C’est dire que les cas de harcèlement sexuel de ce type – même si la culpabilité de Zouhair Makhlouf n’a pas encore été prouvée à l’heure actuelle – sont très courants dans la rue tunisienne.

Sur le groupe créé à l’occasion, où les membres sont aussi bien des hommes que de femmes, des jeunes filles pour la plupart dénoncent des cas d’agression dont elles ont été victimes. Victimes « ordinaires », dans un taxi, sur leur lieu de travail, dans la rue, dans les transports en commun, et même au sein des universités et des lycées ou collèges, les victimes racontent des détails qui sont familiers à de très nombreuses femmes.

 

« À 19 ans, je prends le métro 2 pour aller travailler. A l'arrêt Mohamed 5, un homme monte (dans un métro plein à craquer), je suis collée à la porte, mon sac contre ma poitrine. Il sort son pénis, le colle à ma cuisse, et se frotte à moi jusqu'à éjaculer sur mon pantalon. J'ai hurlé, crié, personne n'a réagi, les gens évitaient de regarder dans ma direction, dès que la porte s'est ouverte je tombe à genoux sur le sol, ou une dame m'aide à me relever, et je pars en courant au travail où mes collègues m'expliquent que cela fait partie du quotidien de toutes les femmes dans les transports en commun », peut-on lire parmi les témoignages.

 

« Dans mon quartier, j'ai deux ou trois fois échappé aux garçons de la houma [quartier], aussi lors d'une randonnée avec des amies, un jeune de notre âge (12-13 ans) courraient derrière nous pour nous attraper ... Chez ma nounou, son cousin a failli me piéger, il s'est dénudé et s'est masturbé devant moi et moi, pour je ne sais quelle raison, j'ai fait comme si je ne l'avais pas vu et je n’ai raconté ça à personne », raconte une autre jeune fille.

 

D’autres évoquent, sur le groupe mais aussi sur la toile en général, des professeurs « un peu trop insistants » qui n’hésitent pas à recaler des étudiantes qui ont résisté à leurs avances ou encore des patrons qui vont jusqu’à mettre une employée dehors car « elle leur a dit non ».

Des hommes - qu'ils soient hétérosexuels ou homosexuels - racontent par ailleurs avoir été abusés par des hommes et des femmes dont certains faisaient même partie de leur entourage. Cousins, camarades de classe, membres de la  même famille, personnel enseignant... ont participé - dans l'omerta générale - à abuser de ces jeunes hommes, à les harceler et même à les violer. Ces hommes évoquent même le traitement qui leur a été réservé par la société, qui a tendance à les stigmatiser et refuse de les considérer comme des victimes. Réactions qui les ont, pendant des années, empêchés de parler et de dénoncer. 

 

Les messages postés sur ce groupe sont généralement accueillis par des commentaires de soutien et d’encouragement. Une sorte de thérapie de groupe permettant à certaines de ces femmes d’exorciser les traumatismes laissés par des agressions à répétition. Pour d’autres, en revanche, en parler reste une tâche difficile nécessitant accompagnement professionnel et thérapie. Ce que le groupe n’hésite pas à recommander d’ailleurs.

 

L’agression et le harcèlement, s’ils ont très souvent, une connotation sexuelle, sont avant et surtout liés au pouvoir. A qui appartient le pouvoir justement dans la rue ? Dans un pays à l’arsenal juridique bien fourni mais aux pratiques encore largement patriarcales, la rue appartient souvent aux hommes. Si certains se permettent de harceler et d’agresser, dans l’indifférence générale, c’est qu’un rapport de force s’est installé depuis des années leur conférant une impunité certaine. Malgré les lois qui existent et notamment la nouvelle loi contre les violences faites aux femmes, entrée en vigueur en février 2018, faute de volonté de faire bouger les choses, tout ceci reste de l’encre sur du papier…

 

Synda Tajine

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (5)

Commenter

Olga
| 18-10-2019 09:34
C'est connu les tunisiens sont les premiers visiteurs des sites porno. frustrés, déséquilibrés comme ils sont , ils sont tiraillés entre une culture qui les valorisent à tout vent , une religion qu'ils ne reconnaissent que pour être polygame et hériter deux fois plus que leurs s'?urs et un modernisme qui leur exige de se défaire de cette attitude animale et de cesser de considérer la femme comme un objet sexuel.
Ce genre d'hommes ne doivent pas oublier que leurs mères est FEMME.

S.A.R. Abou Hallouf 1er
| 18-10-2019 07:42
Une incitative louable qui a peu de chance d'impacter la horde de gueux frustres sexuels qui pullulent dans nos rues fétides et poussiéreuses. Ayant le choix entre modernité et moyen-age les tunisiens se sont précipités en masse vers les urnes pour choisir le moyen-age. Les femmes seront condamnées a se voiler progressivement dans le futur état iSSlamique que nous préparent les anciens détenus qui siègent en masse dans notre assemblée nationale et dans toutes les institutions clef de notre nouvelle république bananière.

hourcq
| 17-10-2019 23:33
Un mot qui vient de l'espagnol «macho» ou mâle. Cette attitude dominatrice et prédatrice des hommes a existé pratiquement dans toutes les sociétés à des degrés divers parfois même encouragée par les religions. C'était la loi du plus fort. De nos jours les rapports hommes/femmes changent car ces dernières font des études et travaillent ce qui les rend indépendantes. L'égalité des sexes doit se traduire dans la loi et les juges doivent sanctionner durement les violeurs et harceleurs tels que décrits dans cet article de Synda Tajine. Il faut oser porter plainte et dénoncer ces faits qui peuvent porter gravement préjudice à la santé psychologique des victimes.Sans en arriver toutefois à voir le diable partout car on a vu ces derniers temps des accusations infondées qui peuvent détruire la réputation d'un homme et affecter ses proches.

1/3i
| 17-10-2019 20:36
... et que cela détruise vos vies !!!

La femme n'est pas juste un bour de chair humaine, juste bonne à votre bon plaisir.

Mais visiblement, ces hommes, qui se dient bon pratiquants, bon croyants, estiment qu'une femme est juste au bon vouloir de l'homme....

tout cela montre la vision du monde qu'ils ont.

Mesdames, démontez tous ces harceleurs !

Mais n'accusez pas à tort !

Ne confondez pas drague un peu lourde, et harcèlement réel.

PS. plus je lis sur ce futur député, plus je me dis qu'il est un réel harcleur. J'en ai cotoyés sufisamment pour voir la distinction entre les 2 !

PS2 : quand une femme me dit non, je comprends bien que c'est NON, c'est simple......

Ammar
| 17-10-2019 20:31
1- Je persiste à dire que l'affaire de Makhlouf constitue un coup monté par excellence de toute pièce car """ Il est impossible d'imaginer qu'une femme dotée de toutes ses capacités mentales photographié avec précision les parties intimes d'un homme dénudé """.honnêtement, je ne pourrais jamais imaginer ce film qui rélève des sciences fictions .
2 - Mais ce qui est réel , C'est cet important flux d'hommes qui ne respectent pas les femmes .En réalité , ces gens ne se respectent pas et causent des ennuis aux femmes .Ils les harcèlent un peu partout et par n'importe quel moyen - les mains , les signes , rapprochement ....- vraiment toute sorte d'impunité .Ces gens harcèlent les femmes comme si ils n'ont pas de soeurs , de mère , des filles , des tantes ,.....c'est de la folie ...c'est maladif .
D'ailleurs , nous sommes le seul pays arabe où "" le langage ordurier est d'usage "" dans les rues, C'est à dire -- seb el jalala-- Pire, bien que la loi sanctionné lourdement ces faits .
Des salopards !!! Des impolis !!! Des clochards !!!

A lire aussi

Moncef Marzouki, Sihem Ben Sedrine, Ali Laârayedh, Hamadi Jebali et quelques dizaines d’autres sont

13/12/2019 19:59
65

La Loi de finances 2020 vient d’être adoptée. Bien que le pays soit en train de vivre un marasme

12/12/2019 19:59
3

"Savez-vous faire du lobbying? Diplomatie économique et stratégie

11/12/2019 19:59
2

Newsletter