alexametrics
vendredi 19 août 2022
Heure de Tunis : 10:01
SUR LE FIL
Maintenant, Kaïs Saïed doit être cohérent et refuser le nouvel ambassadeur US
Bahloul Nizar
01/08/2022 | 1
min
Maintenant, Kaïs Saïed doit être cohérent et refuser le nouvel ambassadeur US
{legende_image}

 

Le référendum pour la nouvelle constitution a été une véritable mascarade. C’est le moins que l’on puisse dire après la publication des résultats préliminaires. A l’exception de la Watania 1, devenue l’outil propagandiste par excellence du régime actuel, l’ensemble des médias tunisiens a critiqué les résultats et relevé les incohérences criardes. Il y en a trois flagrantes, à savoir la non-conformité entre les résultats des instances régionales pour les élections (Irie) et ceux de l’instance centrale (Isie), le nombre d’électeurs qui est passé de 2.458.985 à 2.830.094, alors que les bureaux de vote ont déjà fermé et, enfin, le nombre d’électeurs qui a dépassé le nombre d’inscrits dans la circonscription de Tozeur.

 

Répondant à la polémique, l’Isie a prétexté une erreur de fichier. Gros mensonge éhonté, l’argument ne tient pas debout. Elle a ensuite limogé Amor Boussetta, chef de cabinet du président Farouk Bouasker. Le stratagème du bouc-émissaire est éculé et ne trompe plus personne. Enfin, le porte-parole de l’Isie, Mohamed Tlili Mansri, a menacé de poursuites judiciaires au pénal toute personne doutant des résultats. Mais, M. Mansri, toi, ton patron s’appelle Farouk Bouasker et le patron de ton patron s’appelle Kaïs Saïed, moi mon patron s’appelle Tunisie ! Vos chiffres sont faux, vos arguments ne sont pas crédibles et nous n’avons pas à nous taire !

 

Légalement parlant, les résultats préliminaires doivent être publiés 48 heures après le scrutin. L’Isie a publié ces résultats avant de les retirer ensuite après les grossières « erreurs ». Une semaine après, on n’a toujours pas le bon tableau. L’Isie s’est suffi de publier les slides des Irie, sans donner les chiffres globaux « rectifiés ». A ce jour, l’Isie n’a toujours pas donné le taux de participation officiel. Techniquement, l’Isie est dans l’illégalité puisqu’elle n’a toujours pas publié les résultats préliminaires.

Puisque le taux de participation de 30,7% a été déclaré erroné, on se doit donc de nous replier sur le dernier taux de M. Bouasker, c’est-à-dire celui de 27,54% qui représente quelque 2,458 millions d’électeurs. Il a été donné, à chaud, le 25 juillet à 23 heures, une heure après la fermeture des bureaux. A priori, et je dis bien a priori, c’est ce chiffre qui pose problème pour l’Isie. Il est inférieur au nombre de personnes qui ont élu Kaïs Saïed en 2019 (2.777.931 électeurs) et il sonne comme un désaveu pour le président de la République. C’est par là que tout serait parti. Ils auraient cherché à maquiller les chiffres pour plaire au président. Mais même en matière de maquillage, ils se sont avérés incompétents.

 

En tout état de cause, et quel que soit le chiffre retenu, le taux de participation est très faible, plus de sept millions de Tunisiens ont déserté les urnes le 25 juillet et cela suffit pour dire que le référendum fut un échec.

 

En réaction, plusieurs pays ont affirmé leur préoccupation de ce qui se passe en Tunisie. Certains ont arrondi les angles, comme l’Union européenne ou le Canada, d’autres ont mis les pieds dans le plat comme les Etats-Unis.

L’occasion rêvée pour le président de la République de crier au scandale, de réaffirmer que la Tunisie est souveraine et indépendante. Son toutou des Affaires étrangères a convoqué, illico presto, la chargée d'affaires à l'ambassade des États-Unis en Tunisie, Natasha Franceschi, pour protester officiellement contre le communiqué de presse du secrétaire d’État américain, Antony Blinken, mais aussi les dernières déclarations jugées "inadmissibles" du futur ambassadeur des États-Unis en Tunisie, Joey R. Hood.

Le régime de Kaïs Saïed a visé en plein dans le mille. Pendant toute la semaine, et alors qu’on ne parlait que de la supposée fraude électorale et du cirque de l’Isie, plusieurs ont fait bloc derrière le président pour dénoncer l’insupportable ingérence américaine. Premier à réagir, le bâtonnier courtisan, Brahim Bouderbala. L’UGTT, totalement muette ces dernières semaines, a publié un communiqué incendiaire.  

Pourquoi a-t-on accepté les réactions européenne et canadienne et non américaine ? Sur le fond, ils disent pourtant, tous, la même chose. Leurs propos sont quasiment identiques à ce que l’on dit, nous-mêmes, à Tunis.

La faute des Américains, et particulièrement celle de Joey R. Hood, est d’avoir évoqué le sujet de la normalisation avec Israël. Par bêtise, par ignorance ou par arrogance, le futur ambassadeur a touché un des sujets les plus sensibles. Je rappelle, au passage, que la déclaration n’est pas destinée au grand public, ce sont des propos internes prononcés devant la commission des Affaires étrangères du Sénat américain.

C’était l’occasion rêvée pour le président de rebondir sur la déclaration en jouant sur la fibre nationaliste. Cette tactique marche à tous les coups. Donald Trump, Marine Le Pen, Viktor Orbàn ou encore Vladimir Poutine connaissent bien le filon et en usent à merveille.

Du coup, tout le monde a oublié la polémique de l’Isie. Le débat n’est plus orienté vers ses hypothétiques fraudes, on ne parle désormais que de l’ingérence et de l’impérialisme américain !

 

Le discours nationaliste est recevable, aussi populiste et irréaliste soit-il. Pourquoi pas, après tout ! Laissons tomber la démocratie occidentale et explorons le modèle unique de son excellence. Et puisque le président aux pouvoirs démesurés veut du nationalisme et refuse l’ingérence, allons dans son sens. « Non à l’impérialisme, non au sionisme, non à la normalisation, à bas les vendus, toz fi America, viva la revoluçion ».

Maintenant que cela est dit, invitons l’hyperprésident à être cohérent dans sa politique et, surtout, à avoir les moyens de cette politique.

Qu’il fasse comme Poutine et ferme les associations et les médias financés par les Américains. Qu’il invite son gouvernement à arrêter, toutes affaires cessantes, de négocier avec le FMI. Qu’il demande à l’armée et aux forces de l’ordre d’arrêter les programmes de formation et de mise à niveau dispensés par l’armée américaine et de refuser son aide financière. Qu’il leur demande de cesser toute manœuvre militaire avec les Américains. Qu’il ne coopère plus avec la CIA, le FBI et la NSA pour lutter contre le terrorisme. Qu’il leur impose un visa. Surtout, au nom de la souveraineté nationale, qu’il refuse la nomination à Tunis de Joey R. Hood.

 

La vérité est que la Tunisie n’est pas indépendante et ne l’a jamais été. Sa souveraineté et son indépendance sont théoriques. Dans les faits, elle ne l’est pas. Même les États européens ne sont pas indépendants. Ils sont dans l’obligation de suivre à la lettre les diktats de Bruxelles. Idem pour les États-Unis qui sont à la merci des lobbys et du grand capital.

La notion de souveraineté et d’indépendance est un joli slogan qu’on sert aux peuples crédules. Les peuples adorent qu’on leur caresse cette fibre nationaliste.

L’ingérence étrangère est insupportable, soit. Mais la Tunisie est tellement dépendante de ses partenaires étrangers, à leur tête l’Union européenne et les Etats-Unis, qu’elle ne peut pas transformer son joli slogan en fait réel.

Les cris d’Orfraie de Kaïs Saïed ne se transformeront pas en actes concrets. Il ne fera rien contre les États-Unis ou l’Union européenne, car la Tunisie en est trop dépendante.

Les cris d’Orfraie de Kaïs Saîed n’avaient qu’un seul but, dévier notre regard de la mascarade référendaire et caresser la fibre nationaliste du peuple dans l’espoir de gagner en popularité. En cela, son populisme a atteint son objectif.

Bahloul Nizar
01/08/2022 | 1
min
Suivez-nous
Commentaires
takilas
On ne peut savoir pourquoi il a été nommé spécialement pour la Tunisie
a posté le 07-08-2022 à 14:19
Mais ce dont est sûr c'est que l'histoire de la Tunisie est non seulement inconnue localement mais même sur le plan international.
D'ailleurs, et pour la circonstance, les manuel scolaires tunisiens devraient être révisés par de vrais historiens et non par des historiens fantoches qui axent leurs divagations sur la politique et sur la déformation de l'histoire et ce au service de la politique.
GZ
Les Etats-Unis dans l'actualité
a posté le 02-08-2022 à 23:28
Plus de vingt ans après le 11 septembre 2001, les '?tats-Unis viennent d'abattre au moyen d'un drone, Al Zawahiri successeur de Ben Laden à la tête d'Al Qaida sur son balcon à Kaboul.
Malgré les gesticulations d'une Chine assise sur un arsenal nucléaire, furieuse, agitée et menaçante des pires conséquences les "E.U. qui jouent avec le feu" etc... Nancy Pelosi, présidente de la chambre des représentants des '?tats-Unis vient d'atterrir à Taiwan pour une visite officielle. Ile que la Chine considère comme partie intégrante de son territoire non unifié encore depuis 1948.
Rappelons que de surcroît la Chine détient une bonne partie de la dette américaine. Ce qui n'est pas vraiment le cas de la Tunisie. Pas plus la pour dette que pour les armes.
Nancy Pelosi y est allée malgré tout.
Les Chinois, Xin Jinpin en tête, lui qui venait d'avoir un entretien téléphonique de deux heures avec J. Biden, en sont pour leurs frais.
Provocation, bien ou mal, là n'est pas la question. Il s'agit de compter ses forces au lieu de se couvrir de ridicule en faisant des moulinets en l'air.
Rien n'oblige KS a accepter les lettres de créances du nouvel ambassadeur US. Rien.

Chiche !
Faysal
Au frigidaire
a posté le 02-08-2022 à 16:53
Il n a qu a mettre au frigo cet ambassadeur ,on le laissant attendre plusieurs mois, la remise de ses letters de creances tout simplement. Une maniere de le geler a son ambassade ,afin de lui faire oublier ses imbecilites sur
l imposion au peuple Tunisien la reconnaissance du colonialisme genocidaire sioniste juif en Palestine occupee.
Hassine
mettre au frigo cet ambassadeu
a posté le à 20:39
Aucun état puissant soit il ne peut le faire
T'as un exemple la Russie,Chine (au risque de subir les sanctions ou les USA passe pour un champion tout catégorie
'''?'?
'?'? '?'?'?'
a posté le à 20:34
Vous rêvez certainement
Je me demande ou vous viviez ou simplement nier l'evidence et la réalité amère
Ahmed
Au contraire, il doit accepter uniquement ce candidat
a posté le 02-08-2022 à 12:15
Il fait de la politique KS
Il arrive en position de faiblesse.
Ntc
C'est vraiment terrible
a posté le 02-08-2022 à 06:07
A lire ce genre d'articles, la première chose qui nous frappe est cette haine primaire et injustifiée. Côté chiffres, même BN a fait ses propres vérifications et a conclu à une différence de +73000 voix et d'ailleurs une question qui s'impose pourquoi les chiffres des Irie sont erronées ?. Bref les states veulent à tout prix faire réussir son projet sioniste d'Abraham, et celui qui de chez nous leur promet ce deal sera soutenu, d'ailleurs J. Biden a déclaré qu'il est lui-même sioniste.
Tunisino
Cohérence!
a posté le 02-08-2022 à 05:33
Quand est-ce que les populistes ont été cohérents?! Ils ne sont que des bêtes lâches.
BOUSS KHOUK
Bn
a posté le 02-08-2022 à 04:26
Bil kemcha . La fuite en avant jusqu'au mur qui bloque ,. On en parlera une fois le nettoyage sera fini .
DIEHK : Faché
La fuite en avant.....
a posté le à 12:32
La fuite en avant dans le :
BOUSS(age) de KHOUK
Vous n'êtes pas 1 medeb qui embrasse tous les petits enfants qui suivent les cours du St Coran dans sa medrassa adossée à 1 mosquée locale ?
Il n'y a que le BOUSS qui vous intéresse en Tunisie colonisée par :
Le terrorisme
Le chiisme
Le terrorisme
Et 1 nouvelle race de BOUSS okhtek....
Tunisie libre
@BOUSS KHOUK....bravo
a posté le à 11:53
On en reparlera dans un futur proche quand le pays sera débarrassé des vermines..
Bravo à toi BOUSS KHOUK.
Abel Chater
Excellent article. Excellents points de vue. Un courage d'un grand journaliste Nizar Bahloul.
a posté le 02-08-2022 à 00:46
La vigilance, toute la vigilance contre la restitution du régime présidentiel en Tunisie.
Que tous les politiciens et que tous les partis politiques de la Tunisie, toutes leurs tendances comprises "islamistes", communistes, socialistes, capitalistes ou populistes, qu'ils aillent tous au Diable. La Révolution tunisienne du 14 janvier 2011, qui a libéré la Tunisie et les Tunisiens de leurs longs siècles de dictatures tous azimuts, n'a pas été organisée ni guidée par une tendance politique ou religieuse quelconque. Ce fût tout le peuple tunisien qui se révolta contre les 55 années dictatoriales macabres, sous les deux dictateurs déchus Bourguiba et Ben Ali.
Donc, il ne faut jamais plus oublier cela, afin de ne plus jamais retomber dans le piège de ceux qui voudraient nous restituer de nouveau, leur régime présidentiel, terrain propice pour la dictature et pour le régionalisme.
Seul le régime parlementaire pourrait sauver la Tunisie de la dictature. Toute autre argumentation, n'est que du mensonge pur.
Encore, mille BRAVOS pour cette lutte claire et nette de Nizar Bahloul contre l'illégalité, l'illégitimité, la dictature et le despotisme en Tunisie.
Fehri
Il ne faut surtout pas déranger la gorille
a posté le 01-08-2022 à 23:14
Ne faites pas l'idiot. Menacer ou contrarier le '?tats Unis c'est jouer avec le feu. Ne faites pas comme Kaddafi. Bourguiba vous dirait vous allez avoir Triha.
Forza
Bravo Nizar
a posté le 01-08-2022 à 22:59
.
Shems
Diversion
a posté le 01-08-2022 à 21:49
Saïed a réussi une belle diversion, maintenant on ne parle plus de fraude. Mais c'est une stratégie à très court terme, notre économie est à l'agonie, le réveil sera brutal.
Hamilcar
JALEL BRICK
a posté le 01-08-2022 à 21:44
JALEL BRICK is your master.


Your are too late as always, after the country is burned you suddenly woke up. '?
A4
Et en plus . . .
a posté le 01-08-2022 à 19:11
Il faut qu'il arrête toutes les aides financières et autres qu'il fournit aux amerloques !!!
Il vont bien souffrir et c'est bien fait pour eux . . .
Encore une victoire pour le grand Robocop !!!
nazou de la chameliere
S'il en avait dans le pantalon !
a posté le 01-08-2022 à 18:28
Mais tout dans la gueule, et rien dans le pantalon !!!
TAHAR
Quoi @nazou de la chameliere?
a posté le à 09:58
Dans sa gueule, il a tout au plus quelques dents pourries d´un certain Dragoula de la cimetière du Jellaz ..

En principe , lorsqu'il "parle" : Fi 3oth I9oul Sa77a I9oul Zid Def !
Corto
Excellent
a posté le 01-08-2022 à 17:08
J'adhère totalement. Just Do it M. Saied. Quand on crie à l'ingérence on va jusqu'au bout de la démarche. On rompt avec tous ceux qui ont critiqué. A new Kadhafi is born. Mais sans gaz, sans pétrole, mais avec un troupeau de laudateurs qui bêlent. Vive la révolution low cost.
TRE
Il n´ose pas le faire de tout..
a posté le 01-08-2022 à 16:22
Errajel Ikhaf 7atta min Thollou et n´arrive plus à visiter Mnihla pour prendre son café !

Il ne bouge qu'avec et entre les gorilles !
GZ
@TRE
a posté le à 20:59
Bonsoir.
Certaines mauvaises langues disent que lors de sa rencontre avec Macron, il fut pris d'une une crise de tremblements.
Pourtant Macron, de plus de vingt ans son cadet n'a jamais mordu personne. A ma connaissance.