alexametrics
vendredi 25 juin 2021
Heure de Tunis : 05:46
SUR LE FIL
Le Conseil de la justice judiciaire met fin au détachement des juges judiciaires auprès des deux présidences
08/06/2021 | 20:54
1 min
Le Conseil de la justice judiciaire met fin au détachement des juges judiciaires auprès des deux présidences

 

Le Conseil de la justice judiciaire a annoncé, dans un communiqué publié ce mardi 8 juin 2021, avoir décidé de mettre fin au détachement des juges affectés à la présidence de la République, à la présidence du gouvernement, aux ministères et organismes dans lesquels la loi n’impose pas la présence de juges judiciaires.

 

Le Conseil a précisé que des mandats de nomination provisoire vont leur être délivrés.

Il a souligné que cette décision a été prise par souci de préserver les principes d'indépendance et d'impartialité de la justice et d'éloigner le pouvoir judiciaire de tout tiraillement politique.

 

M.B.Z

08/06/2021 | 20:54
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Abel Chater
Une très bonne décision venant du sommet de l'intelligence, de l'honnêteté et de la lucidité humaines.
a posté le 09-06-2021 à 11:04
Il ne manque maintenant qu'à l'armée nationale tunisienne, d'interdire l'utilisation des grades militaires par ses retraités, qui veulent s'immiscer dans la vie politique civile, afin de ne pas inclure notre armée nationale dans leurs micmacs et dans leurs crimes politiques, à l'image de ce que fait actuellement l'amiral en retraite Kamel Akrout.
II est aussi expressément requis de notre armée nationale, d'interdire à sa justice militaire, de se transformer en la marionnette et en l'outil d'un simple élu politique pour 5 ans seulement, à l'image de l'abus de pouvoir dont fait preuve honteuse, l'élu à la présidence de la République actuelle, Kaïs Saïed. Ce dernier partira au plus tard en 2024. Notre armée et sa justice militaire y resteront pour la vie de toute la Tunisie, non pas pour la vie de Kaïs Saïed ou d'un autre président de la République.
Il est inadmissible qu'un politicien d'une vraie démocratie, puisse se venger de ses opposants politiques par le biais de la justice militaire. Il nous manipule notre Constitution, en la caressant unilatéralement en direction de ses propres poils. Cette ruse est anticonstitutionnelle, parce qu'il n'est pas du rôle du président de la République de nous expliquer les articles de la Constitution suivant l'adage égyptien "Hamiha, Haramiha". Ce rôle ne pourra être attribué qu'aux Juristes et qu'aux Juridiques neutres suivant l'obligation de la neutralité de toute forme de justice dans ce monde. Des Juridiques, que le président Kaïs Saïed, lui-même leur interdit la création de leur Cours Constitutionnelle.
Le président temporaire Kaïs Saïed, utilise la ruse de "qui est venu le le premier, l'oeuf ou la poule", afin de s'emparer d'un pouvoir qui n'appartient à aucun président d'une république de régime parlementaire de par le monde entier.
Notre armée nationale est de loin plus intelligente, que de tomber dans le piège d'un avide de pouvoir, qui ne sait que décortiquer les articles constitutionnels suivant ses propres intérêts personnels.
Vive la Tunisie. Vive la Révolution tunisienne. Vive le père de la réussite démocratique tunisienne, le Général Rachid Ammar.
Linoucha
Mieux vaut tard que jamais
a posté le 09-06-2021 à 09:54
Il fallait le faire depuis belle lurette car s'était prévisible les dessins de ceux qui ont envisagé le recours à une telle nomination pourtant le nombre de nos valeureux juges est déjà assez réduit et la durée des procès en dit sur les répercussions de ce phénomène
nazou de la chameliere
y'a intéret
a posté le 08-06-2021 à 22:37
a ce qu'elle soit vraiment indépendante !
Bonne décision quand même !