alexametrics
vendredi 14 mai 2021
Heure de Tunis : 18:01
SUR LE FIL
Ahmed Rjiba : La transformation de l’ATB se traduira dans ses résultats dès 2021
28/04/2021 | 16:08
6 min
Ahmed Rjiba : La transformation de l’ATB se traduira dans ses résultats dès 2021


Comme toutes les banques de la place l'Arab Tunisian Bank (ATB) a été impactée par la crise du Covid-19, notamment à cause de l’effort supplémentaire de provisionnement. Toutefois, la banque poursuit son plan de développement stratégique visant à renforcer son positionnent concurrentiel tout en garantissant sa rentabilité et sa solidité financière. La banque commencera à récolter les fruits de cette transformation profonde dès 2021, a assuré le DG.

 

C’est globalement ce qui ressort des assemblées générales ordinaire et extraordinaire de la banque tenues, ce mercredi 28 avril 2021, à distance et à huit-clos par visio-conférence, sous la présidence de Randa Sadik, présidente du conseil d’administration, via visioconférence (crise du Covid-19 et restriction des voyage oblige), de Férid Abbès, vice-président, et de Ahmed Rjiba, directeur général.

 

 

Côtés performances, les dépôts à la clientèle de la banque se sont améliorés de 13,9% et les crédits bruts à la clientèle de 7,2%, se situant respectivement à 5,97 milliards de dinars et à 5,71 milliards de dinars.

« Cette croissance des crédits a été orientée vers les clients à forte solvabilité et actifs dans des secteurs prometteurs. Dans une situation tendue pour l’ensemble des agents économiques, l’ATB a veillé à consentir d’importants efforts de provisionnement afin de maintenir en 2020 le même niveau de couverture contre les risques crédits que celui de 2019, soit 73,8% », a assuré le DG.

Pour sa part, la présidente du Conseil d’administrions a expliqué : « L’orientation de notre politique commerciale vers la collecte des dépôts en 2020, nous a permis d’améliorer notre ratio « crédit / dépôt » de 124,4% en 2019 à 108,7 à fin 2020, respectant ainsi largement la limite maximale autorisée par la BCT. Cette politique nous a aussi permis d’améliorer notre ratio de liquidité LCR de 103% fin 2019 à 108,2% à fin 2020 contre une limite minimale exigée par la BCT de 100%. Le ratio de solvabilité de la banque s’est à son tour fortement apprécié passant de 10,49% fin 2019 à 12,47% à fin 2020, grâce notamment à une émission obligataire subordonnée de 100 millions TND réalisée en octobre 2020 ».

 

 

Ainsi, la banque a continué ses efforts de mise à niveau de ses politiques commerciales visant à dynamiser la force de vente et à fournir des services et produits innovants destinés aussi bien au Corporate qu’au Retail. Elle a finalisé en 2020, l’évaluation globale des performances de ses points de vente afin de procéder dans une deuxième étape à la révision de la distribution géographique du réseau et à son élargissement vers les zones à fort potentiel de croissance, a indiqué Ahmed Rjiba.

Et de souligner que l’ATB a consenti en 2020 d’importants efforts de provisionnement pour couvrir les risques crédits induits par la crise sur l’ensemble des acteurs économiques, et pour permettre à la banque d’amorcer sa nouvelle stratégie de croissance avec des fondamentaux sains et une rentabilité certaine. A ceci s’ajoute le changement de méthodologie de calcul des provisions à caractère général imposé par l’autorité monétaire et qui a eu pour effet la constitution de provisions collectives de l’ordre 24,19 MD (10% du PNB de la banque) au titre de l’exercice 2020. Résultat, le stock de provisions collectives constituées par la banque s’élève à 51,66 MD au 31 décembre 2020.

L’ATB a réalisé ainsi un bénéfice de 8,2 millions de dinars (MD) fin décembre 2020 contre 6,3 MD un an auparavant en progression de 30,1%, malgré 1,59 MD d’impôt et une taxe conjoncturelle de 48.000 (taxe 2% art 10 décret-loi du chef du gouvernement n°2020-30 du 10 juin 2020). Son produit net bancaire (PNB) a augmenté de 9,4%, évoluant de 262,02 MD contre 239,42 MD pour cette même période.

 

S’agissant de l’impact négatif du Covid-19 sur l’exercice 2020, il a été précisé dans le rapport des commissaires aux comptes. Les effets directs ont été recensés à la fin de l'année 2020 et leur impact financier a été estimé à 1,91 MD.

Dans le détail, l’annulation des commissions de retrait par cartes autres banques est estimée à 640.000 dinars alors que l’annulation des commissions pour tout paiement par cartes ne dépassant pas 100 dinars est évaluée à 54.000. La délivrance gratuite des cartes bancaires est de 264.000 et les commissions sur rejet chèques non prélevées sont de 950.000 dinars.

En outre, l’ATB a octroyé des financements Covid-19 aux entreprises d’une valeur dépassant les 100 MD. Elle a directement contribué à hauteur de 3 MD au fonds 1818 outre le fait de prendre à sa charge le financement de plusieurs initiatives civiles visant à fournir les produits de soins et de protection aux différentes institutions de santé publique.

La banque a également continué à soutenir plusieurs évènements culturels et initiatives civiles.

 

 

Pour 2021, l’ATB poursuivra l’exécution de son plan de développement stratégique visant à accroitre ses dépôts et engagements tout en veillant à bien arbitrer le choix entre la qualité des emplois et leur rendement, a noté Randa Sadik.

« Nous œuvrerons en outre à l’amélioration continue de l’expérience client à travers une offre de produits et services digitalisés et innovants. Nous continuerons à implémenter les différents projets structurants dans un objectif d’amélioration de l’efficacité commerciale, opérationnelle et organisationnelle ; tout en mettant en place des politiques RH et de formation permettant la montée en compétence de notre capital humain. La stratégie 20-24 a été élaborée afin de garantir à l’ATB une assise financière et des ratios solides lui permettant de se prémunir contre des troubles qui affectent l’économie nationale et mondiale, tout en améliorant la rentabilité globale et le rendement de nos fonds propres », a-t-elle indiqué.

Dans ce même sens, M. Rjiba a soutenu : « L’ATB est en train de bâtir une nouvelle phase de croissance, nous avons déjà commencé l’implémentation des fondements de cette phase, et nous sommes sereinement confiants que la transformation profonde que nous sommes en train de réaliser, se traduira dès 2021 dans les résultats de la banque et sa rentabilité. Nous poursuivrons en 2021 l’exécution de notre stratégie visant à réduire le coût de nos ressources et à l’amélioration du rendement de nos emplois. Nous consoliderons les outils de contrôle et de suivi immédiat des risques crédits. Nous continuerons notre stratégie de digitalisation pour permettre à l’ATB de répondre aux besoins de ses clients avec des solutions technologiques innovantes. Nous comptons dans cet effort sur votre soutien et vous promettons le succès ».

 

 

Afin de se donner les moyens de ses ambitions, la banque a décidé d’opérer une augmentation de son capital de 100 millions TND à 170 millions TND, adoptée par l’Assemblée générale extraordinaire qui a suivi l’Assemblée générale ordinaire. Cette augmentation se fera par l’émission de 70 millions nouvelles actions de valeur nominale 1 dinar, et sera réalisée dans les trois années.

 

2020 a été une année difficile pour l’ATB. Outre l’impact direct des mesures décidées par la BCT, la banque a dû faire des efforts supplémentaires de provisionnement. Tout ceci a impacté ses résultats. Mais le management est convaincu que le plan stratégique entamé portera ses fruits à partir de 2021.

 

Imen NOUIRA

28/04/2021 | 16:08
6 min
Suivez-nous
Commentaires
AB
La grande illusion de la prospérité
a posté le 28-04-2021 à 17:26
Marchés financiers : tôt ou tard, les forces économiques naturelles se manifesteront et feront s'écrouler le château de cartes savamment maintenu.

Il est de plus en plus clair que rien ne fonctionnera sans la machine à imprimer de l'argent. L'économie et les marchés boursiers s'effondreraient immédiatement si on les retirait de la perfusion des banques centrales. Mais ne vous méprenez pas : Cet état de fait contre nature ne peut durer.

Tôt ou tard, les forces économiques naturelles prendront le dessus et feront s'écrouler le château de cartes savamment assemblé.

Ce qui se passe sur les marchés financiers et de plus en plus dans l'économie réelle, c'est une illusion de prospérité créée artificiellement, qui est compensée par d'énormes montagnes de dettes et de factures impayées.

La "solution" la plus simple à ce problème créé par des politiciens (de l'argent) irresponsables est la démonétisation. Dans cette situation, qui ne fait que commencer, posséder de l'or est - comme le dit ma grand-mère - une nécessité absolue pour tout investisseur. Il est bon que l'or soit disponible à des prix avantageux en ce moment.