alexametrics
dimanche 16 mai 2021
Heure de Tunis : 13:33
SUR LE FIL
Taoufik Rajhi : Notre leadership politique ne sait pas ce qu’est gouverner pour réformer
28/04/2021 | 15:52
2 min
Taoufik Rajhi : Notre leadership politique ne sait pas ce qu’est gouverner pour réformer

 

L’ancien ministre chargé des Grandes réformes, Taoufik Rajhi, a été l’invité de Boubaker Ben Akacha, dans l’émission Midi Show du mercredi 28 avril 2021 sur les ondes de Mosaïque FM. Il est revenu sur le programme de réforme que le gouvernement compte présenter la semaine prochaine au Fonds monétaire international (FMI) et à la Banque mondiale à Washington.  

Il s’est attardé, notamment, sur les modalités de négociations avec le FMI précisant que les bailleurs de fonds n’ont pas l’habitude de négocier avec les gouvernements en présence de leurs représentants sur place.  

Selon M. Rajhi, un gouvernement qui souhaite emprunter auprès du FMI doit d’abord envoyer une correspondance formulant la nature de sa requête. Les négociations se font en fonction des spécificités du programme que le débiteur souhaite intégrer. « Une fois le staff level agreement accordé, le processus interne au sein du FMI démarre pour une durée de deux ou trois mois durant lesquels le dossier est examiné et les réformes à exiger et les chiffres à atteindre sont fixés. Et c’est à ce moment que l’on peut faire pression et mobiliser le soutien politique », a-t-il expliqué. 

 

Interpellé sur les objectifs des anciens programmes engagés avec le FMI, Taoufik Rajhi a indiqué que l’évaluation avait montré que sur certains aspects la Tunisie a enregistré un succès, mais sur le plan des finances publiques les indicateurs ont été plutôt aléatoires. « Ce que nous avons pu titrer comme leçon des deux derniers programmes est la nécessité de fédérer les parties sociales et le Parlement autour des réformes à engager pour garantir le succès. Nous avons, en effet, constaté que le gouvernement a dû, parfois, laisser tomber certains de ces engagements en raison des pressions sociale (…) Malheureusement, nous n’avons pas de leadership politique qui sait ce qu’est gouverner pour réformer et non pour rester ». 

L’ancien ministre chargé des Grandes réformes a ajouté, dans ce même contexte, que le plan de réforme que le gouvernement compte présenter au FMI n’est qu’un ensemble d’intentions que nous pouvons retrouver dans les programmes d’Ennahdha et autres partis politiques. 

Il a estimé, par ailleurs, que le gouvernement confondait ce dont il dispose comme intention de réforme et le programme détaillé que le FMI exige à tous les pays débiteurs. 

N.J. 

28/04/2021 | 15:52
2 min
Suivez-nous
Commentaires
DHEJ
Et toi tu sais comment GOUVERNER
a posté le 28-04-2021 à 17:57
Ce monsieur est un homme à échec.

Tunisino
Notre élite politique
a posté le 28-04-2021 à 17:17
Notre élite politique est constituée majoritairement par des faibles, mentalement et de formation, ils le savent mais ils font semblant de ne pas le savoir, ils veulent s'afficher publiquement sans aucun calcul responsable. La politique pratiquée est une politique lâche qui consiste à utiliser des méthodes pour manipuler les foules, et même des politiciens, en exploitant leur simplicité pour les exploiter afin de regrouper tous les fils du pouvoir. Ils n'ont aucun projet sauf de gouverner, ce qui explique leur échec cuisant à toute épreuve épidémique, économique, sociale, ou autres, reliés au bien-être des tunisiens du présent et du futur. La république des arnaqueurs politiques est terminée, sa chute n'est qu'une question de temps, mais la Tunisie sortira avec trop de blessures.
DARK VADOR
Leadership, plutôt des amateurs
a posté le 28-04-2021 à 17:06
Notre destin est lié à des analphabètes et des illettrés qui jouent la comédie skeasperienne to'zzzzzz
SI
M. Taoufik Rajhi : nous sommes malades, malades et malades.
a posté le 28-04-2021 à 16:21
Et surtout parce qu´on ne laisse plus personne faire son travail:
Media ULTRA toxique et médiocre (souvent ne peuvent parler notre langue..)
Syndicats (avec un Boucher à sa tête, presques toutes les entreprises étrangères ont quitté le pays..)
Sit-ins (on importe déjà, Gas, Pétrole, Phosphate, pommes de terre, viandes, presque tout..)
Opposition (contribution active pour la bonne propagation de coronavirus democratiquement entre les citoyens.. carnavals dans les villes..)
les Consulats étrangères (réchauffent l'ambiance dans le pays en tête la France et les USA..)
Tout le monde intriguent tout le monde
Un Président qui parle la Chil7è arabe que 90 % des Tunisiens ne comprennent pas, se laisse guidé par les femmes du hammam aui elles mêmes ne maitrisent apparemment que le francais..
..
et vous demandez qu´on doit apprendre à gouverner c´est vraiment trop démandé..

Kol ouè7id yachte7 fi 3irsou