alexametrics
coronavirus

Toumi : Reprise des hôtels et restaurants prévue lors de la deuxième phase de confinement ciblé

Temps de lecture : 3 min
Toumi : Reprise des hôtels et restaurants prévue lors de la deuxième phase de confinement ciblé

 

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat Mohamed Ali Toumi a annoncé, ce mercredi 20 mai 2020, un ensemble de mesures destinées au secteur du tourisme ainsi que la reprise immimente de certains acteurs du secteur. 

 

Mohamed Ali Toumi a indiqué que le ministère est en train d’étudier l’avancement de la reprise du secteur touristique initialement prévue lors de la troisième phase de confinement ciblé, soit entre le 4 et le 14 juin. La commission chargée de cette affaire annoncera dans les 48 heures la date de reprise pour le secteur (agences de voyage, hôtels, restaurants touristiques, …). Elle se fera surement au cours de la deuxième phase du confinement ciblé qui démarre à partir du 24 mai courant.

 

Concernant les mesures, le gouvernement a mis en place une ligne de crédit 500 millions de dinars (MD) destinée à l’octroi de nouveaux crédits exceptionnels aux entreprises et professionnels sinistrés du secteur du tourisme et de l'artisanat pour couvrir les dépenses de gestion, notamment les salaires, avec une garantie de l’Etat de 100 millions de dinars.

Les entreprises éligibles sont celles ayant enregistré une baisse du chiffre d’affaires de 25% entre mars 2020 et mars 2019 ou une baisse de 40% entre avril 2020 et un an auparavant ainsi que celles classées de zéro à trois par la Banque centrale de Tunisie (BCT) et celles classées quatre, et ce au cas par cas sur étude de dossier. Les entreprises classées cinq ne sont pas éligibles.

 

Les crédits octroyés dans le cadre de cette mesure profiteront d’une bonification de deux points sur taux d’intérêt de tel sorte que le taux pratiqué ne dépasse pas le TMM. Ces deux points seront pris en charge par l’Etat. La période de remboursement est de sept ans dont deux ans grâce.

Les entreprises pourront bénéficier de cette mesure jusqu’à mars 2021. Entre temps, ils ne peuvent pas être soumis à des procédures de saisi dans le cadre de ces crédits.

 

Certaines conditions ont été fixées pour en bénéficier, notamment la préservation de tous les emplois et la prise en charge des salaires. En outre, les crédits octroyés ne pourront pas dépasser 25% du chiffre d’affaires de 2019 avec un plafond de un million de dinars pour chaque unité hôtelière exploitée.

Une commission sera créée su sein du ministère du Tourisme et de l’Artisanat et fera le suivi des sociétés bénéficiaires. Elle comprend des représentants des ministères des Finances et des Affaires sociales ainsi que la BCT et de la Société tunisienne de garantie (Sotugar).

 

La deuxième mesure concerne la révision des conditions pour bénéficier de la ligne de financement de 300 MD en supprimant le seuil d’investissement minimum. L’objectif étant que le maximum de PME puisse en bénéficier et préserver les emplois.

 

La troisième mesure est relative au renforcement de la ligne de crédit destinée aux artisans et accordée par la BTS de 10 MD. L’objectif étant de fournir à ces professionnels assez de liquidité pour faire face aux dépenses urgentes (loyers, salaires, …).

La quatrième mesure concerne le report du payement des loyers pour les commerces des villages d'artisanat sous la tutelle de l’Office national de l’artisanat et ceci pour la période située entre mars 2020 et mars 2021.

 

La cinquième mesure vise la mise en place d’une équipe de travail de haut niveau, qui englobe des représentants de la présidence du gouvernement, du ministère du Tourisme et de l’Artisanat, du ministère des Finances, du ministère de la Justice et de la Banque centrale, pour évaluer les mesures décidées en ce qui concerne la restructuration financière du secteur et la mise en place d’une nouvelle vision pour remédier aux problématiques.

 

La Tunisie est en confinement total depuis le 22 mars 2020 et en confinement ciblé depuis le 4 mai courant.

Tous nos articles sur le Coronavirus (Covid-19) en Tunisie

 

I.N


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (1)

Commenter

retraité
| 20-05-2020 18:32
le secteur touristique est très important en Tunisie ,on a trop investi dans ce secteur pour un tourisme de masse balnéaire les tours opérateurs internationaux conscients de l'importance du secteur dans l'économie du pays n'hésitent pas à tirer leurs tarifs vers le bas .Le tourisme en général est très infecté par des différents facteurs dans les pays d'accueil et dans les pays émetteurs pour les pays d'accueil comme la Tunisie la stabilité ,la sécurité , les sites archéologiques comme en '?gypte pour la civilisation pharaonique et les conditions de vie sont essentiels pour que les touristes étrangers choisissent leurs vacances dans le pays qui répondent à ces conditions et dans les pays émetteurs la crise économique et financière la montée du chômage etc et une pandémie du covid-19 comme cette année les touristes préfèrent rester chez eux plutôt que de voyager . La Tunisie est passée par des crises touristiques même avant la révolution et ses années noires du terrorisme a chaque fois le gouvernement met le paquet pour sauver l'importance du secteur dans l'économie du pays et les hôteliers gâtés remboursent très peu leurs dettes et leurs charges sociales supportés par les contribuables lors de la reprise du secteur et ils sont ingrats de ne pas accorder le même traitement des étrangers aux tunisiens autochtones. avec cette crise sanitaire et les problèmes cycliques que rencontre le tourisme tunisien de puis de 20 ans l'?tat doit arrêter des investissements dans le tourisme et encourager d'autres secteurs comme l'industrie pharmaceutique , l'agriculture et l'industrie agroalimentaire les industries mécaniques et électriques en passant de la sous traitance à la cotraitance et les industries des nouvelles technologiques .et les stars up qui peuvent travailler pour les grands groupes internationaux depuis la Tunisie il suffit de préparer les sites d'installation appropriés l'île Maurice qui avait une industrie textile et d'habillement exportatrice vers l'Europe et les '?tats Unis dans les années 1970,1980 et moitié 1990 comme la Tunisie avec la fin de l'accord multi fibre et du GATT et la montée en puissance de la Chine et des pays de l'extrême orient à bas coût l'île Maurice a fait un virage à 180 degré en délocalisant son industrie textile et habillement vers le Mozambique et Madagascar à faible coût de production et elle a remplacé par les stars up les nouvelles technologiques et les services informatiques tout en gardant le tourisme de luxe et pour les gens fortunés . .

A lire aussi

Un protocole strict a été mis en place pour accueillir les touristes

05/06/2020 10:26
4

Sur 611 tests effectués le 4 juin

05/06/2020 10:13
0

les comptoirs seront ouverts 4 heures avant le

04/06/2020 19:56
7