alexametrics
coronavirus

Covid-19 - Chokri Hammouda : Octobre, novembre et décembre seront durs !

Temps de lecture : 2 min
Covid-19 - Chokri Hammouda : Octobre, novembre et décembre seront durs !

Le directeur de l'Instance nationale de l'évaluation, de l'assurance-qualité et de l'accréditation dans le domaine de la santé, Chokri Hammouda, a été l’invité de Hamza Belloumi dans la Matinale de mercredi 14 octobre 2020 sur Shems FM. Il est revenu sur la situation épidémiologique de la Tunisie. 

Depuis la réouverture des frontières le 27 juin, le pays a été frappé de plein fouet par une vague plus accélérée et plus dangereuse d’infection par le virus SARS-Cov-2 responsable de la pandémie Covid-19. Selon le dernier bilan du ministère de la Santé, 32 556 ont été enregistrés depuis le début de la pandémie. Le nombre de décès s’élève lui à 478. 

Interpellé sur l’évolution, Chokri Hammouda a estimé que les prochaines semaines seraient dures de par le nombre de contaminations en augmentation. 

La Science a prouvé qu’il y a corrélation entre le nombre de cas d’infection - qu’ils soient symptomatiques ou asymptomatiques - et celui des cas dits graves”, a-t-il indiqué. 

Il a souligné que les efforts étaient orientés vers le traitement des cas graves mais aussi les moins dangereux afin de réduire le nombre de décès. 

Nous avons commencé, il y a de cela trois jours, à utiliser les tests rapides aux urgences pour pouvoir faire le tri et ainsi assurer une prise en charge plus efficace”, a-t-il affirmé. 

Il a ajouté, dans ce sens, que la fiabilité des tests rapides qui servent à détecter le virus avait considérablement augmenté.

Interrogé sur les mesures à entreprendre pour les personnes qui redoutent une éventuelle contamination, Chokri Hammouda a expliqué que les personnes ayant des symptômes pouvaient s’adresser directement à leurs médecins de famille ou se déplacer à l’hôpital en prenant les précautions nécessaires. 

Les personnes qui ne présentent pas de symptômes devraient, elles, s’isoler à domicile ou se rendre dans un centre Covid si un confinement à la maison n’est pas possible, selon le directeur de l'Instance nationale de l'évaluation, de l'assurance-qualité et de l'accréditation dans le domaine de la santé. 

Si au bout d’une dizaine de jours aucun symptôme n'apparaît, la personne peut retrouver son cours de vie normale car elle n’est plus contagieuse à ce stade”, a-t-il précisé. 

Au sujet du programme Covax - le dispositif d'accès mondial pour un vaccin contre la Covid-19 mis en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) -, Chokri Hammouda a fait savoir que le dossier de la Tunisie avait été accepté et que l’agence onusienne fournirait l’équivalent de 3% de la population tunisienne en vaccins gratuitement. 

 

N.J.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (6)

Commenter

retraité
| 15-10-2020 12:26
Monsieur le directeur de la santé vous pouvez nous dire ce que vous avez préparé pour la population et pour les hôpitaux pour affronter ces deux prochains mois très durs . C'est bien que l'OMS a accepté de nous fournir des vaccins gratuitement pour 3 % de la population tunisienne est ce suffisant et en cas de retard de livraison s'il y a une solution B ? le vaccin de la grippe est distribué au compte goutte avec rupture de stock toujours importé et notre Institut Pasteur vielle de presque 100 ans n'est pas capable à ce jour de produire ce vaccin qu est de plus en plus demandé par la population qui est en nette augmentation .

Ok
| 14-10-2020 18:03
Quel coin. Il est entraind'écumer les plateaux de télé pour nous annoncer ses prévisions qu'a-t-il fait lui et ses collègues du ministère et de la commission technique pour noué vit er d'en arriver là

Indigné
| 14-10-2020 14:29
C'est exactement ce a quoi je pensais. A croire que le gouvernement vis dans un monde parallèle.

Ce qui fait peur, c'est que si tout est relatif, alors que Dieu nous protège de ce qui risque d'arriver

Lilou
| 14-10-2020 12:45
Pourquoi les mois d'avant étaient faciles...

Bechir
| 14-10-2020 11:10
Avoir ouverts les frontières sans anticipation, ni préparation et sachant que notre infrastructure sanitaire et économique ne pouvait pas supporter une deuxième vague. .

Qui va répondre à cette question. que les Tunisiens se posent.

La deuxième question à la réponse évidente est :: IS TUNISIA SAFE

La troisième : est -il possible de Ta3ayech ma3a Tafachi

La dernière, l'être humain est-il insignifiant ( Tafcha) devant ce monstre nommé ECONOMIE ( comprendre Consommation, capitalisme et dominance)

Un début de réponse se résumerait come suit: To change or not to be.

Changer de vision, de culture, sortir des dogmes et laisser tomber les préjugés, voir plus loin que l'immédiat.

Sur le court terme, nous avons déjà perdu sur la majorité des fronts à cause de nos erreurs.
Serions nous capables de regarder à plus long terme avec optimisme en nous appuyons sur nos valeurs religieuses et en redonnant à la morale au travail et au savoir leurs vrais valeurs? .


mansour
| 14-10-2020 10:35
va toucher beaucoup plus de monde que le covid lui-même en Octobre, novembre et décembre !


A lire aussi

faisant passer plusieurs gouvernorats en catégorie «alerte élevée» ou «alerte très

23/10/2020 10:30
6

ancien chef de service de radiothérapie à l'Institut Salah Azaiez de Tunis.

22/10/2020 22:30
7