alexametrics
BN TV

Youssef Chahed : nous n’avons aucun plan stratégique d'avenir avec Ennahdha !

Youssef Chahed : nous n’avons aucun plan stratégique d'avenir avec Ennahdha !

Le candidat à la présidentielle Youssef Chahed, était l’invité ce jeudi 12 septembre 2019 d’Elyes Gharbi sur Mosaïque FM.

 

Sur l’affaire Nabil Karoui, Youssef Chahed a souligné que ce qui est arrivé perturbe le processus politique précisant que la justice n’a pas à tenir compte ni à intervenir dans la politique. « La justice indépendante a pris une décision et nous devons la respecter. Il y a des recours, des appels et le processus suit son cours » a-t-il poursuivi.

« Je suis la cible de tant d’accusations, on m’accuse même du mauvais temps alors j’ai fini par dépasser cela, néanmoins je tiens à expliquer que sur le terrain les choses sont bien différentes. Concernant les inondations, les programmes pour améliorer l’infrastructure existent et sont là depuis vingt ans, mais cela engage des moyens colossaux, on parle de 4000 milliards. La Tunisie avait aussi d’autres priorités, celle-ci a été retardée mais oui il est vrai que nous pouvons faire mieux et je tiens d’ailleurs à ce que soit lancée une agence nationale de gestion des eaux qui aura à gérer ce volet car aujourd’hui la responsabilité est très dispersée » a affirmé le candidat.

 

Youssef Chahed a ensuite souligné qu’il n’est pas le poulain d’Ennahdha, assurant que Mourou est un adversaire pour lui et un adversaire à prendre au sérieux.

 

« Ma relation avec Ennahdha est celle qu’a construite Béji Caïd Essebsi, c’était un partenaire dans le pouvoir, pour l’avenir nous n’avons aucun plan stratégique avec Ennahdha je tiens à le préciser. Je vais vous dire une chose mais sur le terrain il n’y a que trois partis qui sont présents Ennahdha, « Au cœur de la Tunisie » et Tahya Tounes, avec tous mes respects pour les autres. Lors du dialogue sur Carthage 2, qui a été une mascarade qui nous a juste fait perdre du temps, l’Utica a aussi voté contre le changement du gouvernement. On avait délaissé 63 points importants pour nous focaliser sur le 64ème qui concerne le changement du gouvernement, point soulevé par Hafedh Caïd Essebsi, alors j’estime que ça a été une perte de temps et ça a affecté notre travail. Ghannouchi a dit qu’il fallait que je démissionne, que nous avions un deal et il est apparu que rien de tout cela n’est vrai » a déclaré Youssef Chahed.

 

Le candidat de Tahya Tounes a assuré que l’affaire dite de l’appareil secret est aux mains de la justice et que celle-ci doit trancher « peu importe les impliqués même s’il s’agit d’Ennahdha ». Il a ajouté qu’il s’engageait à ouvrir le dossier des assassinats politiques.

 

« Le système 2016-2019 avait une grande lacune. Quand Béji Caïd Essebsi a été élu président, il a quitté Nidaa Tounes, alors il n’y avait plus de leadership et le parti s’est affaibli. Un président doit avoir derrière lui un parti fort, et cette expérience ne doit plus se répéter. Voilà la leçon à tirer, et Tahya Tounes ne répètera pas ce scénario » a indiqué Youssef Chahed, expliquant qu’il compte d’abord, s’il est élu, réunifier la scène politique.

 

Et d’ajouter « La campagne a commencé depuis un an, les partis se déchirent, je veux réunifier et fédérer car en fin de compte nos différends ne sont pas personnels. Il y a une guerre politique qui empêche tout avancement, le président devra appeler toutes ces personnes et que chacun assure son rôle. J’appellerai aussi Hamma Hammami, nous devons dépasser ces conflits, l’intérêt du pays l’exige. Le président devra aussi s’éloigner des calculs partisans et n’avoir pour priorité que les intérêts des citoyens. Pour cela il devra nommer les personnes capables d’apporter de vraies solutions. Pour cela nous préconisions de laisser le chef du gouvernement constituer son équipe. Car aujourd’hui on parle de changer la constitution mais soyons réalistes et disons la vérité aux gens, cela prendra des années. Il faut que les ministres soient nommés par le chef du gouvernement, sans impliquer les partis qui devront les voter au parlement. Pour autres priorités, nous continuerons à lutter contre le terrorisme, volet sur lequel nous avons réalisé de nombreuses réussites. Il s’agira de renforcer la sécurité mais aussi d’axer le travail sur l’éducation et la culture. Nous avons aussi un programme pour la sécurité des citoyens et la lutte contre la criminalité… ».

 

Youssef Chahed a enfin affirmé que le code électoral sera révisé, s’il est élu, pour que le mode de scrutin puisse aboutir à une vraie majorité. Il a conclu par la politique extérieure, soulignant que la diplomatie tunisienne doit être plus agressive et avoir pour objectif l’intérêt de la Tunisie.  

 

M.B.Z

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (23)

Commenter

Abdelkader
| 13-09-2019 13:00
Son parti peut profiter de la dynamique que créerait l'élection de Youssef Chahed à la présidence de la république .
Ainsi , il lui reviendrait de nommer le chef du gouvernement , issu des rangs de Tahya Tounes .
Hypothèse crédible !

Carthage Libre
| 13-09-2019 12:00
Hakaka ya7ki? C'est quoi cette mimique et cette façon de parler, moi "je sais tout" et surtout cette manière de "7wom" ? J'étais abasourdi. C'est la première fois que je le vois parler, pardonnez moi de mon étonnement!

Sahli Jammali
| 13-09-2019 11:53
Attention, l'article est mal tourné:
YC parle de trois partis rivaux et se pose en rival des islamistes et du mafieux Karoui avec ses distributions de ma9rouna (pâtes).

Fraj
| 13-09-2019 09:34
Quand ont voit les commentaires, on retrouve tous les éléments de langage de l'immense campagne anti Chahed orchestrée par les mafieux de Nidaa, en se servant de la mémoire de BCE pour apitoyer les gens :
- Chahed a un mauvais bilan, oui mais son propre parti le sabotait et les islamistes veillaient à ce qu'il ne réussisse pas trop bien!
- Chahed = agent secret d'Ennahdha : c'est trop gros, voyez son cursus, sa carrière, sa femme même, cet homme n'est pas islamiste et ne le sera jamais. L'alliance avec Ennahdha était présente à son arrivée au pouvoir et Ennahdha ne l'a soutenu que pour encore plus diviser le clan progressiste. Mais les principaux coupables sont BCE et HCE!!!!

Tounsi
| 13-09-2019 09:27
Hier, BCE était l'allié des islamistes, et a construit une majorité avec eux.
BCE était également avec Ennahdha pour éjecter Habib Essid..
Il a essayé d'éjecter YC mais là Ennahdha ne l'a pas suivi, non pas intérêt pour YC mais pour encore plus diviser Nidaa et tenir YC sous sa coupe.
YC aurait pu laisser tout tomber et démissionner mais le pays aurait alors été livré aux mafieux de HCE .
Il a eu raison de tenir bon.
L'accuser de complicité avec Ennahdha alors qu'il n'a fait que subir les caprices d'un BCE sénile, d'un HCE mafieux et des islamistes comploteurs est tout simplement faux.

felfel
| 13-09-2019 09:18
quand il a ete nomme chef de gouvernement, le pays s'ecroulais deja sous les problemes sociaux et economiques, auujourd'hui on commence a voir le bout du tunnel, il a un programme presidentiel et legislatif, il faut lui donne l'occasion de continuer. Tout le reste n'est que calomnies et mensonges.

NBA
| 13-09-2019 06:39
Peut-on faire confiance à quelqu'un qui fait exactement le contraire de ce qu'il dit et qui dit exactement le contraire de ce qu'il fait.?!

AH
| 12-09-2019 20:03
En Tunisie, on s'appelle facilement expert ou stratégie et on parle de stratégie pour dire tout et rien.

Pour un pays, une stratégie qui ne vise pas la femme et l'homme ( dignité besoins, culture, droits et devoirs), la bonne exploitation des ressources et la sauvegarde de la souveraineté du pays n'en est pas une.

Famous Corona
| 12-09-2019 19:38
Je ne me suis jamais autant méfié d'un politicien que de personnage, il a prouvé qu'il est prêt à toutes les acrobaties pour atteindre ses objectifs aussi illégitimes qu'ils soient!!! S'il parvient à Carthage, il en sera fini de la Tunisie, plus aucun espoir ne persistera et ça sera la guerre ouverte avec le chef de gouvernement!!!

cest simple la justice comme chokri belaid
| 12-09-2019 18:34
au moment ou feu BCS vous à tendu sa main vous avez dit non et vous vous etes regroupez avec la nakba si non vous ne serez pas là :a vrais dire vous etes bien partie au départ avec la corruption et les arrestations puis totalement l'opposé ce n'est plus chahed qqu'un d'autre, surtout que vous avouez que la compagne a commencé depuis un an

A lire aussi

Cette campagne placée sous le slogan #poursuivez_ou_classez sans suite appelle le ministère public à

20/09/2019 22:58
0

Le leader du parti Attayar, Mohamed Abbou a indiqué, ce vendredi 20 septembre 2019, lors de sa

20/09/2019 21:43
4

Le système au pouvoir a été, par ailleurs, extrêmement diabolisé sous couvert de la campagne

20/09/2019 14:14
36

Newsletter