alexametrics
BN TV

Mohamed Ali Toumi : un président ne gouverne pas seul !

Mohamed Ali Toumi : un président ne gouverne pas seul !

 

 

« C’est très bien qu’en démocratie tout le monde peut se présenter à la présidentielle, mais il ne faut pas oublier qu’on doit tout de même être apte à devenir le symbole de l’Etat, à être le commandant suprême des forces armées et à représenter le pays à l’étranger. Nous voulons un président qui sache diriger un pays, qui remplisse son rôle ! » a indiqué ce jeudi 15 août 2019, le porte-parole d'Al Badil Ettounsi, Mohamed Ali Toumi, sur le plateau d’El Hiwar Ettounsi.

 

« Un président doit avoir de la compétence, être un leader et avoir de l’expérience, il faut aussi qu’il soit soutenu par un parti solide composé de compétences ! Je veux connaitre les équipes des candidats, voir de qui ils s’entourent c’est essentiel car un président ne gouverne pas seul ! » a-t-il ajouté.

 

M.B.Z

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (3)

Commenter

Citoyen_H
| 16-08-2019 15:07
Cela confirme définitivement que le chlékistan a été intensément bombardé par la plus dangereuse arme bhimologique existante, la médiocratie.

A quand, celui qui nous révélera que 1+1 =2

Quelle misère, quelle décadence................!!!!!!!



MH
| 16-08-2019 13:52
Un président ne gouverne pas. Je n'ai jamais vu un président gouverner dans un régime parlementaire et même dans un régime présentiel. Seul dans les dictatures, un président gouverne. Celui qui gouverne, c'est le chef de gouvernement (ou du cabinet dans les pays anglo-saxon), c-à-d le premier ministre. Dans un régime présidentiel, ce dernier est nommé par le président qui devient du coup le premier responsable de cette gouvernance. Dans un régime parlementaire, le cas de la Tunisie, le chef de gouvernement est désigné par le parti vainqueur des législatives après approbation du parlement. Le président ne doit en aucun cas interférer dans ce choix ni dans la politique qui sera appliquée. Mr Jomaa veut être président, il est candidat. Pourquoi pas, mais il ne gouvernera certainement pas s'il gagne. Pour gouverner, il faut que son parti El Badil gagne les législatives. Je ne comprends pas ces gens là qui censés connaitre tous ceci comment peuvent raconter des conneries à la TV, si ce n'est prémédité pour tromper les pauvres citoyens de plus en plus ignorants.

Zohra
| 16-08-2019 07:51
Mon beau Monsieur, il n'y pas grand monde
Winou le parti fort ? Il n'y a que des rescapés par-ci par là. Il n'y a pas de parti fort.

Quand aux candidats 1 voir 2 qui sont vraiment à peu près valable, mais aucun du calibre de Bajbouj

Vous allez être bouffés par Nahdha le parti le plus fort aujourd'hui. Et il y aurait attttttttttttahalif. Taht essabat. Taht essabat l'occident, le FMI et taht sabat Nahdha. Bonjour le prochain gouvernement mesquin. Il est déjà diabolisé. La tension et tiraillements politiques et sociaux je vous laisse imaginer. Là peut être vous allez regretter Chahed avec ses nerfs solides. Je mettrai ma main au feu que c'est le scénario qui vous attend

Merci aux arrivistes, les opportunistes, les farfelus qui ont affaibli et detruit les partis politiques

A lire aussi

Les journées remplies d’activités palpitantes du président du parti « Au cœur de la Tunisie », Nabil

22/08/2019 11:43
4

Le porte-parole du syndicat du corps diplomatique, Fayçal Naggazi, a affirmé, dans une déclaration

22/08/2019 09:03
2

Le candidat du parti Ettakatol à la présidentielle, Elyes Fakhfakh est intervenu, ce soir du

21/08/2019 21:48
13

Newsletter