alexametrics
vendredi 14 mai 2021
Heure de Tunis : 18:25
BN TV
Naoufel Amira : Il faudra modifier le projet de loi relatif au fonds d'indemnisation
28/04/2021 | 09:35
2 min
Naoufel Amira : Il faudra modifier le projet de loi relatif au fonds d'indemnisation

 

Le vice-président du syndicat des propriétaires de pharmacies privées, Naoufel Amira, a affirmé lors de son intervention sur la Radio nationale mercredi 28 avril 2021 que les syndicats des professionnels de la santé s’opposaient au projet de loi relatif au fonds d’indemnisation des dommages liés aux erreurs médicales.

 

Les syndicats ont émis des réserves principalement sur les modalités de financement de ce fonds, le droit d’accès à l’indemnisation et le plafond de l'indemnisation, d'après M. Amira.

 

"Le ministère de la santé n’a pas des statistiques sur les spécialités les plus ciblées par les plaintes des patients alors que ces statistiques permettent de définir les modalités de financement en fonction des spécialités de travail. Ainsi, il faudra fixer le plafond de l’indemnisation pour assurer l’efficacité du fonds, adopter un système d’indemnisation mixte entre le fonds et les sociétés d’assurance pour garantir sa pérennité. L’Etat doit être le premier à injecter de l’argent dans le fonds pour mettre en fonctionnement ce mécanisme", dit-il.

 

Le ministère de la Santé a refusé de modifier le texte de loi, précise Naoufel Amira en appelant le Parlement à soumettre le projet au ministère pour apporter les modifications nécessaires. Une conférence de presse des syndicaux se tiendra vendredi 30 avril 2021 pour communiquer les décisions prises, d'après M. Amira qui précise que les portes de dialogue restent ouvertes. 

 

Il a par ailleurs indiqué que la situation de la pharmacie centrale était "critique" en alertant sur la pénurie de médicaments. Dans ce sens, il a pointé des problèmes financiers soulignant que la solution réside dans la bonne gouvernance et que des réformes ont été engagées pour assainir la situation.  

On rappelle que le projet de loi permet de mettre en place un système juridique et institutionnel pour assurer la sécurité des patients, prévenir des risques et des dommages associés au traitement pour réduire les erreurs médicales, conformément aux normes et recommandations émises dans ce cadre par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les procédures pénales en cas de décès ou d’erreur involontaire seront en adéquation avec les spécificités du travail effectué par les professionnels de la santé, l’objectif étant d’améliorer le climat de confiance entre les patients et les professionnels de la santé.

 

I.M.


28/04/2021 | 09:35
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Vérité
Alors...
a posté le 28-04-2021 à 15:47
Naoufel Amira est le président du spot et non son vice-président parce qu'il y a eu dernièrement élections. Les pharmaciens qui sont victimes de l'injustice relative aux listes d'attente aimeraient bien se faire indemniser. Une caisse est la bienvenue. On continue à vendre les fonds de commerce, à exploiter les diplômés, à léguer la pharmacie à sa progéniture (oui, c'est légal !!!!!!), à intimider ceux qui réclament leurs droits, à se baser sur des statistiques vieilles pour la création d'officines, on fait des lois sur-mesure, etc... Après on va à la Mecque. Pour vous, c'est ça l'islam ?