alexametrics
Tribunes

Tunisie, la mascarade !

Tunisie, la mascarade !

 

On y avait vraiment cru à cette démocratie tunisienne.

On s’était dit que cette expérience, unique, inouïe, allait nous faire oublier un peu l’arriération chronique de ce monde arabe, où l’on découpe, dans les chancelleries, les journalistes à la scie à métaux ; et où l’on condamne à la prison ferme les jeunes filles qui commettent le crime de faire l’amour sans passer par l’imam.

Il faut dire que la mariée était trop belle. Les funérailles du vieux Bajbouj se sont passées sans encombres, et la vacance du pouvoir a été gérée de façon exemplaire. 
La campagne du premier tour s’est déroulée d’une manière aussi remarquable.

26 candidats ont mené des campagnes dignes des pays occidentaux. Tout le monde était admiratif, pour ne pas dire stupéfait. Bref, le miracle tunisien.

Puis, la veille du premier tour, il y a eu le traquenard posé, semble-t-il, par le chef du gouvernement, Chahed, cabaliste chevronné, pour neutraliser celui qu’il jugeait comme son concurrent le plus dangereux, Nabil Karoui.

Sur instruction du chef du gouvernement, le fondateur de la chaîne Nessma est arrêté à un péage d’autoroute, comme dans une mauvaise série policière. On lui colle une accusation de « blanchiment d’argent », alors que toutes les autorités de contrôle des flux financiers assurent qu’elles n’ont pas vu le moindre dinar sortir des comptes de l’accusé.

La « liquidation » de Karoui, loin de profiter à l’Iznogoud de la Kasbah, propulse au premier rang un obscur et sombre professeur de droit constitutionnel, Kaïs Saïed. Raide comme un as de pique, l’homme est réputé propre et intègre ; facile, car en fait il ne s’est jamais mouillé de sa vie.

Quand on l’interroge sur son silence durant le règne calamiteux de Ben Ali, Kaïs Saïed répond qu’il a beaucoup souffert sous la dictature, car « il n’avait pas de voiture de fonction et qu’il était contraint de prendre les transports en commun »,  sic ! On ne savait pas que le TGM cachait un Goulag.

Populiste dans l’âme, jurant, à foison, par la chariâa et sur la tête du Prophète, il promet d’en finir avec la démocratie parlementaire qu’il juge obsolète, alors qu’elle n’en est qu’à ses premiers balbutiements en Tunisie. Il  assure qu’il va faire rendre gorge aux homos, une invention occidentale, selon lui ; et de renvoyer aux calendes grecques, le projet de loi sur l’égalité de l’héritage. Ne parlons pas de l’abolition de la peine de mort, voulue par une partie de la société  civile tunisienne.

S’il s’écoutait Kaïs Saïed ferait volontiers couper les mains des pickpockets sur l’avenue Bourguiba pour leur apprendre à vivre comme au temps du Prophète.

Empoisonnées par cette manœuvre judiciaire factieuse, les élections législatives vont tourner à la foire d’empoigne. Une bataille désastreuse de polochons et de boules puantes.  

Aucun candidat n’a parlé de son programme, de son projet, encore moins de sa vision de l’avenir, c’est à qui dénonce la poutre dans l’œil du voisin. C’est à qui déverse le plus d’ordures sur la tête de son concurrent. Comme le passif des années de dictature et sa corruption n’a pas été vraiment purgé, ce ne sont pas les poubelles qui manquent dans les antichambres de la République.

Sur les plateaux des télés et à travers les réseaux sociaux, en folie, la question centrale était : qui a offert le plus de pâtes, des macaronis, aux électeurs !

On riait des Western spaghetti, la Tunisie a produit des élections macaronis.

C’est dire le niveau, alors que le pays est en train de couler. Le dinar est en chute libre, et chaque jour, des dizaines de jeunes se jettent à la mer pour fuir le cauchemar qu’est leur vie.

On assiste donc à une élection présidentielle, ubuesque opposant un candidat archaïque soutenu par tous les partis salafistes, à un autre, libéral, bâillonné  en prison.

Quand les avocats de Nabil Karoui déposent une demande de mise en liberté de leur client, comme par hasard, ce jour là, les juges tunisiens se mettent  en grève !

Et quand le dossier de l’accusé atterrit enfin sur le bureau d’un magistrat, ce dernier se déclare incompétent, car il ne peut disculper juridiquement quelqu’un qui n’a pas fait l’objet d’une inculpation !

Le lendemain, son adversaire, Kaïs Saïed, refusant de demander la libération de son adversaire, déclare que par respect de l’égalité des chances, il ne prendra plus la parole jusqu’à l’annonce des résultats du second tour.

C’est à dire que la Tunisie va nous faire vivre les premières élections muettes dans l’histoire de l’humanité.

Les passionnés de Chaplin vont adorer cet épisode.

On aurait aimé, pour compléter ce tableau surréaliste, que Kaïs Saïed demande à être incarcéré, à son tour, à la prison de Mornaguia, dans la même cellule que Nabil Karoui, comme ça « l’égalité des chances » sera vraiment respectée.

Cette mascarade achève de discréditer pour de bon le processus démocratique. Elle jette définitivement  le discrédit sur la justice qui se jurait indépendante à jamais…

Le prochain magistrat tunisien qui dira qu’il n’est pas aux ordres fera rire, c’est certain, l’assistance aux éclats.

Ne parlons pas de la défection de l’électorat. Plus de 60% des électeurs ont fui les urnes. Il faut dire qu’entre une partie des Tunisiens et le jeu démocratique il y a un gros malentendu. Depuis la chute de Ben Ali, l’homme de la rue se plaint mille fois par jour «  la révolution ne m’a rien fait, la révolution ne m’a rien donné ».

Seulement faire la révolution ce n’est pas décrocher la cagnotte, ni gagner au Loto, comme on a tendance à le croire : la  Révolution ne donne ni à manger ni à boire, c’est vrai, mais elle restitue aux hommes leur dignité, et c’est inestimable.

Quant à la gauche, pratiquement rayée de la carte, il ne lui reste que ses yeux pour pleurer ce champ de ruines qu’est son bilan, encore faut-il qu’elle ait toujours ses yeux pour le faire…

Quand on foule des pieds la démocratie à ce point, ce sont toujours les extrémistes qui ramassent la mise.

D’où le retour des islamistes qui, en réalité, n’ont jamais quitté les affaires.

Au lendemain de la chute de Ben Ali, Ennahda a sauté dans le lit du parti du RCD, lui piquant ses draps, son portefeuille, ses amours et ses rêves de parti unique ; marchant sur ses pas, noyautant dès 2011 tout l’appareil d’Etat, justice et polices en premier ;  et tirant toutes les ficelles du pays, depuis l’assemblée nationale  jusqu'à la mairie la plus reculée ; soufflant à l’oreille du préfet  de Tunis, comme du garde champêtre de Tataouine.

Ennahda a fait sienne cette profession de foi d’Erdogan : « La démocratie c'est comme un tramway, une fois arrivé au terminus on en descend»

Tout le monde avait salué le premier tour, comme une insurrection générale contre le vieux monde politique. Mais chez l’Arabe la soif de changement passe souvent par l’envie folle de revenir en arrière. Un désir collectif de régression qu’enseignent les religieux. Ce sont donc pas moins de 17 députés du parti daechien déclaré, al Karama, qui font une entrée fracassante à l’assemblée.

Il appartiendra au parti islamiste Ennahda qui arrive, en lambeaux, mais en tête quand même, de  désigner dans ses rangs le Premier ministre et le gouvernement. La présidence reviendra, au train où vont les choses, à Kaïs Saïed qui rêve de construire l’avenir de la Tunisie en la projetant dans le septième siècle, au temps du Prophète. Il s’attellera donc à tordre le cou à cette démocratie, source, à ses yeux,  de tous les maux, et qui l’aura porté au pouvoir à l’issue d’un combat douteux, sans combattants.

Une vieille  expression  française,  disait du travail bâclé, mal fait  : « c’est du travail arabe ». La Tunisie vient de nous inventer « la démocratie arabe ».

 

N.B : Nabil Karoui a été libéré de prison au soir du 9 octobre 2019

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (10)

Commenter

Léon
| 14-10-2019 20:26
Je te réponds tout en profitant pour corriger tes fautes en majuscule (ce qui rime avec "je t'encuxx")

C'est qui cet ignare qui prends (PREND) les tunisiens pour des arabes?

J'ai donné une précision entre parenthèses.

Monsieur vous aurait (AUREZ) besoin de cours d'histoire et d'ethnologie.

Merci beaucoup, j'en ai vraiment besoin.

Tu avances et tu recules, comment veux-tu que le perroquet t'encuxx?

Léon.

Léon
| 14-10-2019 19:56
1- Où est passé mon commentaire?
2- Comment se fait-il que Chokri m'ait répondu sans avoir lu mon commentaire?
Veuillez éclairer ma lanterne svp.

CHOKRI
| 10-10-2019 23:51
C'est qui cet ignare qui prends les tunisiens pour des arabes?
Monsieur vous aurait besoin de cours d'histoire et d'ethnologie.

SOURATE 115 VERSET du PERROQUET.

1/3i
| 10-10-2019 22:00
on voit bien dans quel camp vous sous situez.

il y a une victime, pro libérale, mais ayant agit comme un réel populiste. Associé à ce que l'Europe a connu de pire ces dernires années.

Et de l'autre ce vilain réactionnaire, que vous appelez populiste. Mais qui est juste un bon réac (tout ce que j'éxècre !).

alors où se situe la mascarade ? Dans vos lignes d'écritures orientées, ou dans ces élections que les Tunisien ont boycottées en majorité.

Etes vous capables de vous poser cette question, et d'être capable d'y répondre. Pourquoi les Tunisiens ne sont pas allés voter ?

Car il est là le vrai sujet. Et pas de savoir si un islamiste déguisé, ou un manipulateur de première classe arrivera à sortir le pays de son marasme.

J'attends le futur, quand vous verrez que les Trabelsi n'étaient pas si mauvais que ça !! Car c'est ce qui nous pend au nez !

Lecteur
| 10-10-2019 18:24
C'est un mirage cette démocratie.
Tounssi chmaitti ignorant et le masque est tombé sur des haftarich, obscurantistes

G&G
| 10-10-2019 17:47
Les poules arabes, les oeufs arabes, tout ce qui est consistant et fort comme le blé et le piment. sans oublier les chiffres arabes. Par contre tout ce qui est souri est mou.
Ce n'est pas une démocratie arabe. Plutôt c'est le rendez-vous arabe d'une démocratie.

Obscurantiste
| 10-10-2019 16:22
Le maffieux de Nessma au language ordurier, vulgaire, grossier, qui ordonne a ses employes de terrorister la societe civile, les juges, et que la justice ne lachera pas parceque sa corruption et si flagrante , Nabil Karoui , est donc un liberal!! defoulez vous, soulagez vous, afin de pouvoir surmonter le choc de la victoire de cet homme integre, honnete, propre et erudit qui contribuera a mettre fin a l hegemonie des azlems de la dictature ..

.




Alya
| 10-10-2019 16:08
Monsieur l incarcération de KAROUI n a rien modifie 90/100 des tunisiens et vous verrez 90/100 des algériens choisiront les partis populistes .le reste des tribunes réflexion discussion c est pour l élite laquelle est en voie d disparaître même en France vous avez ce qui est arrivé au parti socialiste et très prochainement aux republicains

zamharir
| 10-10-2019 13:39
Vous êtes Français, vous avez quitté depuis quarante ans l'Algérie pour vous donner d'autres horizons que le Maghreb et le monde arabe, alors occupez vous-en, passez votre chemin et laissez nous nous dépatouiller avec notre "mascarade" comme nous le pouvons, en dehors des conseils mêmes avisés de tous les "conseilleurs" étrangers à nos problèmes quotidiens, à nos préoccupations de tous les jours et à nos aspirations pour demain et après-demain. Vous lavez sans doute su dans votre autre vie: nous rejetons dédaigneusement les leçons de tous ceux qui ont retourné leur veste, même la doublure est en hermine. Ne venez plus polluer ce site, qui ne vous concerne pas (plus). Il nous suffit de lire tout ce que vous écrivez d'horrible et de nauséabond sur l'Algérie voisine, notre soeur maghrébine, pour étoffer la littérature des laïco-assimilationnistes (dixit Belaïd Abdesslam), qui, soixante ans après l'indépendance, ont toujours en travers de la gorge le recouvrement par ce pays martyr de la colonisation française de son identité pérenne arabe et islamique.

Imed
| 10-10-2019 13:30
Ma réponse à M. Kacimi tient dans le titre de mon commentaire. Point barre.

A lire aussi

Chers tous... Merci pour vos innombrables soutiens. Merci pour vos messages, vos

17/10/2019 10:04
76

L’Histoire des nations vivantes s’écrit avec des hésitations, des bégaiements, des peurs, des

16/10/2019 11:22
9

Face à ces évolutions et ces pratiques, les fournisseurs de ces plateformes ont une grande

15/10/2019 19:00
12

Ainsi, Kaïs Saeïd, vient d’être élu, sans surprise aucune, président de la Tunisie.

14/10/2019 12:13
15

Newsletter