alexametrics
mardi 28 juin 2022
Heure de Tunis : 04:11
Communiqués
L'activité mondiale devrait connaître des divergences entre les régions
19/06/2022 | 10:00
4 min
L'activité mondiale devrait connaître des divergences entre les régions


Au début de l'année 2021, alors que plusieurs grandes économies bénéficiaient d'une reprise stimulée par la pandémie, les indicateurs d'activité ont connu une forte hausse. L'indice des directeurs d'achat (PMI) de l'industrie manufacturière mondiale, un indicateur basé sur une enquête qui mesure l'amélioration ou la détérioration de plusieurs composantes de l'activité par rapport au mois précédent, a atteint un pic de 56 en mai 2021. Traditionnellement, une lecture de l'indice au niveau de 50 sert de seuil pour séparer les changements restreints (en dessous de 50) et expansionnistes (au-dessus de 50) dans les conditions commerciales.

Mais lorsque l'inflation mondiale a grimpé sous l'effet conjugué d'une forte demande et des contraintes de la chaîne d'approvisionnement en matière de logistique et d'énergie, l'élan de la reprise a commencé à s'estomper. Cette situation est due à la contraction du soutien politique, au resserrement de la politique monétaire, aux perturbations de l'offre et aux dynamiques idiosyncratiques entre les régions. Il en résulte une hausse de l'inflation et une compression des revenus disponibles à l'échelle mondiale.

 

Alors que la dernière impression de 52,4 pour le PMI manufacturier mondial se situe toujours aisement en face en territoire d'expansion, il existe des signes de ralentissement ou même d'inversion de l'activité économique. Néanmoins, des tendances différentes peuvent être observées selon les régions et les zones géographiques. Notre analyse se penche sur les spécificités régionales pour expliquer la divergence globale.  

Aux États-Unis, depuis le début de la pandémie, de fortes mesures de relance et de soutien politique ont assuré au secteur privé en position de force, avec un pic de croissance en mois de Mars 2021. L'activité est restée ferme aux États-Unis, mais la diminution du soutien budgétaire, l'inflation élevée et une Réserve fédérale moins accommodante (" hawkish ") ont commencé à peser sur la croissance ces derniers mois. Le ralentissement devrait se poursuivre au cours des prochains mois, avec un risque potentiel de récession à un stade ultérieur.  

Dans la zone euro, où l'impact économique de la pandémie a été plus sévère et le soutien politique plus tardif, la reprise a atteint un pic en mois de Juin 2021. L'activité ralentit à un rythme très rapide dans la zone euro car le continent est confronté à un quadruple choc : moins de soutien budgétaire, une inflation plus élevée, une Banque centrale européenne moins accommodante et des troubles géopolitiques, en raison du conflit russo-ukrainien. La situation géopolitique, en particulier, est susceptible de faire entrer la zone euro en récession avant la fin de

l'année. Il est peu probable que la dynamique négative s'inverse de sitôt, car il faudrait pour cela une résolution du conflit en Europe de l'Est ou des solutions alternatives stables pour la crise énergétique. Cette sitation parrait incertaine actuellement  du conflit qui prend plus d’ampleur et une durée prolongée .

La Chine, en revanche, se trouve dans une situation très différente. Le pays a eu une réponse initiale beaucoup plus efficace à la pandémie, ce qui a permis une reprise plus rapide et une période plus courte de stimulation politique. En fait, le rebond économique chinois a atteint un pic en novembre 2020. Par la suite, les performances économiques chinoises se sont toutefois considérablement dégradées, sous l'effet d'un retrait anticipé des mesures de relance, d'un durcissement complet de la réglementation dans des secteurs clés (immobilier, produits de consommation et technologie) et de la réponse "Zéro-Covid" aux nouvelles vagues de la pandémie. La poursuite des épidémies d'Omicron au cours des dernières semaines a entraîné des mesures de confinement et de distanciation sociale dans des régions qui génèrent 40 % du PIB de la Chine et expédient 80 % de ses exportations. En conséquence, les récents indices PMI de l'industrie manufacturière chinoise ont glissé en phase  de contraction. Néanmoins, les autorités ont pris les mesures nécessaires en adoptant une politique budgétaire plus accommodante, un assouplissement de l'orientation de la banque centrale et un resserrement réglementaire plus modéré. En outre, lorsque la vague Omicron se retirera, nous pensons que la situation actuelle s'améliorera et que les perspectives s'éclairciront. 

Enfin, les pays membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est ( ASEAN ) suivent également une voie différente. Après avoir enregistré des performances inférieures à celles des économies avancées pendant plusieurs trimestres, en raison de la vague Delta de la pandémie, de la baisse des taux de vaccination et d'un soutien politique plus modeste, ils connaissent aujourd'hui un certain répit. L'activité a atteint son niveau le plus bas après la vague Delta en Août 2021 et se redresse depuis lors avec l'amélioration des taux de vaccination, l'assouplissement des mesures de distanciation sociale et la reprise économique. Nous nous attendons à ce que l'activité économique gagne encore en dynamisme pour les économies axées sur l'exportation de produits de base, comme l'Indonésie et la Malaisie. En revanche, la croissance sera plus modérée pour les importateurs nets de matières premières, comme la Thaïlande, les Philippines et le Vietnam.

Dans l'ensemble, si l'économie mondiale a ralenti, le tableau est très différent selon les régions et les zones géographiques. Cela suppose toutefois que l'inflation se modère, que les contraintes de la chaîne d'approvisionnement s'atténuent et que les conflits géopolitiques ne s'aggravent pas.  

19/06/2022 | 10:00
4 min
Suivez-nous