alexametrics
Chroniques

Au conseil de la Choura ou ailleurs, tout tourne autour de Ghannouchi

Temps de lecture : 3 min
Au conseil de la Choura ou ailleurs, tout tourne autour de Ghannouchi

Le parti islamiste Ennahdha qui tient ce weekend son conseil de la Choura joue gros. Les décisions qui seront entérinées par ces assises impacteront à coup sûr son positionnement futur sur l’échiquier politique. La Choura discutera en effet trois dossiers importants : les préparatifs du 11ème congrès d’Ennahdha qui se tiendra probablement avant la fin de l’année, la coalition gouvernementale et la question libyenne dans le cadre de la tension entre le président du parti islamiste et de l’ARP, Rached Ghannouchi et le président de la République Kaïs Saïed. Compte tenu du contexte économique, social et politique dans le pays et vu la situation géopolitique dans la région, les membres de la Choura auront intérêt à ne pas succomber aux chants des sirènes, de garder la tête froide, ménager l’avenir du pays et surtout, leur avenir politique dans le pays.

 

Que ce soit le débat autour du prochain congrès, ou concernant Elyes Fakhfakh et son gouvernement vacillant, ou encore sur la ligne à adopter envers le président de la République, les discussions se ramèneront toujours autour d’une seule et unique personne : Rached Ghannouchi. Octogénaire ou presque, il continue de peser de tout son poids sur son organisation politique depuis plus de cinquante ans, et sur la situation dans le pays depuis dix ans. Son arme fatale et sa carte majeure dans tous ses combats se résument en un mot: l’éparpillement de ses adversaires. A quelques détails prés et après quelques décennies, la situation n’a pas changé, ou presque.

En effet, toute la problématique du prochain congrès d’Ennahdha réside dans la place qu’il faudrait octroyer à Rached Ghannouchi pour qu’il continue, comme avant, de diriger le mouvement, tout en donnant l’image d’une formation politique soucieuse de respecter ses statuts intérieurs ainsi que les règles de la démocratie et de l’alternance. Selon ces statuts intérieurs, Ghannouchi qui a accumulé les mandats à la tête du mouvement islamiste, ne peut plus rempiler pour un troisième mandat successif. Mais comme ils ne peuvent pas changer Ghannouchi qui a pris le soin de contrôler exclusivement les finances du mouvement et de monopoliser ses rapports avec le monde extérieur, les membres de la Choura changeront les statuts et le règlement interne du mouvement. Les révisions qui seront apportées auront pour unique but de doter Ennahdha d’un organigramme sur mesure, permettant au poste qu’occupera Ghannouchi de concentrer les mêmes pouvoirs et les mêmes prérogatives exécutives, sinon plus, que quand il occupait le poste de président. Une permutation entre Ghannouchi et l’actuel président de la Choura, Abdelkerim Harouni, dans les postes et les prérogatives ferait l’affaire et sera probablement retenue par le prochain congrès des islamistes. Cela rappelle une parodie de la démocratie réalisée à une échelle plus grande, en Russie, entre Vladimir Poutine et son poulain Dimitri Medvedev. C’est étrange combien l’idéologie sépare les hommes alors que l’amour du pouvoir les rapproche.

Quant à la coalition gouvernementale, il s’agit pour les membres de la Choura d’Ennahdha de réfléchir sur les moyens de mettre à profit les problèmes actuels du chef du gouvernement en rapport avec cette question de conflit d’intérêt et de le maintenir sous pression, dans l’espoir de le voir un jour venir manger dans la main de leur chef, comme l’ont fait ses prédécesseurs. Car pour les islamistes, les questions de fraude et de corruption sont des questions mineures. Ils l’ont montré dans le passé. Aujourd’hui encore, leur rapprochement avec Qalb Tounes et son président laisse perplexe. Ce qui est important pour les islamistes par contre, c’est de continuer de jouer les marionnettistes avec des responsables politiques qui ne portent pas leurs couleurs mais qui leur sont totalement acquis. Or, l’actuel chef de gouvernement avait, dès le départ, montré son allégeance au chef de l’Etat et non au chef islamiste.

D’ailleurs, il ne faudrait pas chercher plus loin les raisons de la tension entre Rached Ghannouchi et Kaïs Saïed. Le chef de l’Etat, auréolé de son plébiscite, ne lâchera rien de ses prérogatives au président de l’ARP qui n’a pas l’habitude qu’on lui tienne tête ou qu’on lui refuse quelque chose. Le dossier libyen n’est qu’un épisode dans cette guerre des prérogatives entre les deux hommes.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (7)

Commenter

takilas
| 01-07-2020 16:00
C'est tout ce qu'ils savent et ce sont toutes leurs occomupations depuis 2011, à savoir de garder le pouvoir.
Autrement ils ne pensent à rien ( sans soucis) sauf de de finaliser des avantages imbattables qu'ils sont censés avoir et percevoir piur devenir des nababs et des richards par l'aspiration du sang du peuple qu'ils ont vidés jusqu'à la derniere goutte.
Et ils ricanent et sourient tout contents lors de leurs réunions coûteuses à Hammamet puisqu'ils peuvent se permettre à toutes les dépenses les plus inimaginables qui dépassent n'importe quelles dépenses des réunions des pays les plus riches au monde.
Er dire que la Tunisie est endettée indéfiniment, et que ses dettes n'ont servi depuis 2011qu'à être distribué à nahdha et à ses partisans et ce dans le cadre du printemps arabe.
Oh ! qu'il est joli le printemps arabe et qu'il est applaudi par les mafieux nahdha.

Mansour Lahyani
| 30-06-2020 12:01
Eh oui : ce maudit gourou, ou gourou maudit, c'est le cancer qui cristallise tous les maux dont souffre ma Tunisie, ou les plus profonds et les moins tolérables ! Cela dure depuis 2011, au moins, et aucune thérapie anti-cancéreuse n'a encore montré le bout de son nez... Sinon pour d'autres vertus encore, le peuple tunisien a droit à une médaille de grandes dimensions et d'un très grand poids pour avoir supporté ce chancre, cette tumeur qui n'a de maligne que la qualification thérapeutique.

Credy Zohra
| 29-06-2020 18:09
Nahdha n'est ni un parti qui fonctionne de façon démocratique, ni un parti qui croit à la démocratie celle-ci est juste un tremplin pour arriver puis s'accaparer le pouvoir . Depuis 2011le grand gourou Ghannouchi installe doucement mais sûrement son '?tat parallèle. Il a beaucoup appris de ses amis sionistes en matière de perfidie et de terrorisme inttectuel et autre méthode de chantage ...

Kol
| 28-06-2020 22:31
Chey May doum
On souffre la, tous, mais rien ne dure!
Meme Bourguiba et Ben Ali sont partis, c'est juste une question d'années peut-être mois.
Il faut juste serrer les rangs autour de notre étoile nationale et son parti: Abir et le PDL
Tahya tounes et Ghanouchi marquera notre histoire juste comme les collabos de vichy ont marqué celle de la France, ie un point noir
I have hopes!

Abir
| 28-06-2020 19:29
Décrire et non d'écrire

Abir
| 28-06-2020 19:19
Votre analyse est juste mais excusez moi de vous dire que vous êtes tous des spectateurs sans plus , un vieux connard traitre marche sur vos pieds et vous autres , vous faites que d'écrire la situation en le laissant détruire ce pays

dindon
| 28-06-2020 18:18
Le Président de la République KS doit sauver le pays de cette mafia, des vieux connards qui s'amusent en mettant en péril la nation. Cette secte est bien connue depuis le jet de l'acide sur des jeunes filles de bab souika et l'incendie du bureau Choaba avec la mort du pauvre gardien. Ces bandits dirigé par le mafieux Ghannouchi doivent être arrêtés et jugés. On ne peut pas attendre les nouvelles élections. Echhab yourid le jugement de ghannouchi et ses coéquipiers Al Karama et Karoui.

A lire aussi

Le président semble ignorer la portée symbolique d’une telle mise en

23/09/2020 16:59
11

Toute leur triche se fait sous nos

21/09/2020 15:59
39

Parmi ces cadres islamistes, on trouve une grande variété

20/09/2020 15:59
0

En Tunisie, pays du jasmin, de la subtilité et de la révolution, la démocratie est ancrée et les

19/09/2020 13:00
6