alexametrics
Chroniques

Rached Ghannouchi n’est pas fait pour la diplomatie

Temps de lecture : 4 min
Rached Ghannouchi n’est pas fait pour la diplomatie

 

Les opposants et les « haters » de Rached Ghannouchi, patron des islamistes depuis plus de 40 ans, ont souvent tendance à lui prêter un machiavélisme étonnant. On peut supposer que c’est de bonne guerre et qu’il est normal de diaboliser son opposant pour le montrer comme le grand méchant qui menace la pérennité de toute une nation. Heureusement que la Tunisie restera et existera bien après Rached Ghannouchi et tous ses opposants.

 

Parmi les plans diaboliques que l’on prête volontiers à Rached Ghannouchi, il y a celui de la politique et des relations extérieures. On prête au chef islamiste des relations et une certaine influence internationale, particulièrement avec El Sarraj en Libye et Erdogan en Turquie. Ces relations existent bel et bien, mais il est difficile de penser qu’elles sont si enracinées que Rached Ghannouchi puisse avoir une quelconque influence sur l’échiquier régional. Autrement dit, Rached Ghannouchi se donne des airs, aidé en cela par son parti qui monte en épingle le moindre coup de téléphone ou qui invente un concept nommé diplomatie parlementaire. En réalité il n’en est rien. Les équilibres régionaux sont arrêtés ailleurs et le chef islamiste en est un simple spectateur. Aussi bien les fans que les opposants de Rached Ghannouchi lui prêtent un important savoir-faire diplomatique, les uns pour le glorifier et prétendre que cela apporte beaucoup à la Tunisie, les autres pour le diaboliser et montrer tous les torts qu’il cause au pays. En réalité, il n’en est rien, dans un sens comme dans l’autre, car Rached Ghannouchi est loin d’être un bon diplomate.

 

L’une des preuves les plus éclatantes de ce manque de tact et de diplomatie est la gestion interne de son parti, Ennahdha. Rached Ghannouchi jouit, au sein d’Ennahdha, d’une légitimité conférée par sa résistance, et par le fait qu’il a guidé le parti jusqu’au pouvoir. Il a également réussi à s’y maintenir malgré des bilans plus catastrophiques les uns que les autres. Il faut dire qu’il a été bien aidé en cela par la débandade du camp moderniste.  

 

Mais il est utile de rappeler que Rached Ghannouchi est contesté au sein de son parti et qu’il est presque toujours passé en force au sein d’Ennahdha. Le dernier épisode en date est la dissolution du bureau exécutif du mouvement pour des raisons qui n’ont pas été explicitées par les islamistes. Mais il est clair que le patron islamiste ne veut pas que le parti tienne son congrès, qui est théoriquement prévu pour cette année. Rached Ghannouchi avait procédé de manière comparable lors du 10ème congrès du parti. Il avait menacé de quitter les travaux de l’assemblée si jamais on ne lui donnait pas la haute main sur le bureau exécutif. Rached Ghannouchi n’est pas homme à convaincre de ses idées ou de leur bien fondé. Il applique et il passe en force. C’est ce qui explique le nombre croissant de mécontents au sein du parti islamiste à l’instar de Zied Laâdhari qui s’est mis en retrait ou de Abdelhamid Jelassi, dirigeant historique qui a tout bonnement claqué la porte.

Rached Gahnnouchi doit faire face à une fronde de plus en plus virulente au sein de son parti, menée par la nouvelle star, Abdellatif Mekki. Pensant l’enterrer ou tout du moins le neutraliser en le plaçant à la tête de la Santé publique, Rached Ghannouchi a donné à Mekki une visibilité et une opinion favorable en marge de la crise du coronavirus. Cela se voit dans les sondages et Rached Ghannouchi n’est pas rassuré de voir son principal opposant gagner ainsi la sympathie des gens.

 

Le manque de savoir-faire de Rached Ghannouchi est également visible dans la gestion de son autre casquette, celle de président du Parlement. Pas un piège politique dressé par ses opposants dans lequel il ne soit pas tombé pieds joints. Abir Moussi, président du PDL, multiplie les provocations et les contestations pour porter atteinte au chef islamiste et elle réussit brillamment. La désignation de Habib Khedher dans le cabinet du président de l’ARP est toujours matière à débat et elle s’est faite loin de toute finesse et de tout tact. La gestion de Rached Ghannouchi est tellement désastreuse qu’il n’a pas réussi à matérialiser la coalition gouvernementale au niveau de l’Assemblée et a préféré s’en remettre à une coalition bâtarde avec Qalb Tounes et Al Karama. On peut également citer l’échange d’amabilités qui a eu lieu avec les dirigeants du parti Echaâb ainsi que les relations tendues qu’il entretient avec le président de la République, Kaïs Saïed.

 

En somme, Rached Ghannouchi est loin de se distinguer par des capacités diplomatiques particulières. Ses talents de négociateur sont loin d’être démontrés ces dernières années et on lui prête une nocivité bien trop exagérée. Le politicien Rached Ghannouchi est plutôt sur le déclin et a tendance à privilégier le bras de fer à la douceur. La santé y joue certainement pour beaucoup et la concurrence, notamment au sein d’Ennahdha, se montre de plus en plus insistante. Rached Ghannouchi fait désormais partie des dinosaures de la politique tunisienne et ses années de gloire sont derrière lui. Le parti Ennahdha organisera forcément un congrès, et il sera mis sur la touche, forcément.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

Monastir
| 25-05-2020 00:46
La diplomatie des frerots passe par la corruption des cerveaux pour corrompre l'état avec leurs armes passant par l'acide, la kakach, les ceintures et voitures explosives, leur ambassades les mosquées.
Rendez-vous le premier joint et les jours qui suivent jusqu'à la chute de cette citadelle plus vorace, nocive , meurtrière et voleuse que ne l'ont jamais été le clan Trabelsi !
Exigeons le soutien du président de la République dans ce que veut et ne veut plus le peuple.
Liberté dignité et basta aux corrompus et mafias et contrairement a Ben Ali et le clan Trabelsi , ne les laissons pas fuir, jugeons les jusqu'au dernier.
10 ans se sont écoulées le pays a coulé nos vies avec.
Les islamistes n'ont rien de musulmans il faut une fois pour toute l'entrée dans le crâne des plus crédules !

LotfiBC
| 22-05-2020 09:57
Comment RG n'est pas un homme politique? C'est un homme politique , qui tenu en main tout un système pendant 40 ans; et pas seulement chez lui; mais c'est un homme politique de la vielle génération, qui part du principe: j'y suis , j'y reste; c'est lui le chef; son avenir est derrière lui...après avoir démoli la Tunisie;

A4
| 21-05-2020 12:03
Merci.
2013 ou 2020, c'est du pareil au même. Ne comptez pas sur lui pour qu'il change. Il fait partie de ceux qui ne changent jamais !!!

takilas
| 21-05-2020 09:56
Qui retrace soit le comportement indécent et plein de pensées malveillantes de ghanouchi, et qui analyse ses défaillances psychiques pareilles à celles des individilus qui ont été à l'origine de plusieurs massacres dans le monde tel que Neron.
Votre poème date depuis mai 2013 et rien n'a changé, et son comportement maladif s'est dégradé crescendo de pire en pire.

SidiBou
| 21-05-2020 09:52
Une très bonne et réelle analyse mais tant qu'il est là tant que le pays souffre et perd ses dernières plumes. Le mieux s'est qu'il disparaît complètement le plutôt possible.

Leila Manai
| 21-05-2020 09:44
Un article qui apaise les inquiétudes, mais en fait la perte de vitesse décrite concernant ghanouchi, perturbe un peu car dans le désarroi les irrationnels agissent tragiquement... Et lui en est un.

Welles
| 20-05-2020 22:38
M. Achouri je vous croyais plus averti que cela ; je ne sais pas exactement ce que vous appelez diplomatie mais détrompez vous, le gourou est un homme fourbe et machiavélique et sa diplomatie n'est certainement pas une diplomatie à la Bourguibienne

A4
| 20-05-2020 21:39
LE MULET
Ecrit par A4 - Tunis, le 10 Mai 2013

Ce sont ses enfants
C'est lui qui l'a dit
Ces buveurs de sang
Sont ses apprentis
C'était dans ses plans
C'était son avis
Crimes et châtiments
Et port de fusils
Face aux opposants
Face aux sans abris
Vivant un présent
Meublé d'infamies

Ce sont ses ânons
Têtes enturbannées
Cailloux sur le front
Cervelles grillées
Lourds comme du plomb
Vivant du passé
Bougeant comme des pions
Sur un échiquier
Lançant des jurons
Toujours mal rasés
Visages de ratons
Regards d'enragés

Ce sont ses bâtards
Qu'il ignore ce jour
Mais c'est bien trop tard
La voie sans retour
Est peinte de noir
Ne voit pas le jour
Nage dans le brouillard
Sans aucun secours
Peuplée de vieillards
De faux troubadours
Et de vrais ignares
Au double discours

Comme une girouette
Gourou malhabile
Il est à la tête
D'un troupeau servile
Qu'il mène à la fête
De la guerre civile
Une horde de bêtes
Déversant sa bile
Sur des gens honnêtes
Le jugeant débile
Car il n'est en fait
Qu'un mulet stérile

takilas
| 20-05-2020 21:13
Ce pauvre inculte et affamé n'est destiné pour rien.
A moins pour la manigance, l'arnaque et le sevrage.
Ce type vit à l'époque d'Al Capone,
d'Arsene Lupin, Bernard Madoff ou WalterAnderson; et Panama.

popaye
| 20-05-2020 21:11
coment peut-tu ecrire des aneries conne ca tu es un inculte tu doit savoir partout ou la confrerie des freres musulmans pseudo musulmans les pays ont-ete detruit dernierement le soudan avec omar el bachir d'ailleur ghanouchi y a vecu pas mal de temps alors arrete

A lire aussi

Moment de vérité ce mercredi 3 juin 2020

04/06/2020 11:31
45

Ennahdha, Tahya Tounes, Attayar et Echaâb se tirent dans les pattes depuis des

03/06/2020 15:59
6

Sur le terrain, la pratique est à l’opposé de la

01/06/2020 15:59
30

Des Tunisiens comptent se rassembler à partir de demain et organiser un sit-in devant le siège de

31/05/2020 16:00
14