alexametrics
Chroniques

Même la mort ne nous unit plus

Temps de lecture : 3 min
Même la mort ne nous unit plus

 

Encore des larmes cette semaine. 27 citoyens des vrais de vrai, sont décédés entre dimanche et aujourd’hui. Paix à leurs âmes. Pendant que nous vaquions à nos occupations ordinaires et routinières du dimanche, un bus touristique fait une chute mortelle de 70 mètres et cause la mort de 27 personnes (selon le bilan actualisé aujourd’hui) et en blesse 16 autres. Pendant que nous continuons à vivre, insouciants, des familles enterraient leurs enfants.

Paix à leurs âmes, on ne le dira jamais assez.

 

Le pays est plongé dans une tristesse générale. Des manifestations de soutien et des messages de condoléances affluent dans plusieurs villes et de très nombreux citoyens sont attristés par le drame qui vient s’abattre sur de nombreuses familles tunisiennes.

Mais la compassion n’est pas partagée par tous et la mort ne réussit plus à unir un peuple décimé par des divisions de plus en plus marquées. Messages moralisateurs, commentaires haineux et appels à ne pas réciter la Fatiha sur l’âme des victimes. Au-delà des croyances de chacun, dénigrer des victimes d’un accident de la route en leur imputant une part de responsabilité dans leur propre mort, est tout simplement inqualifiable.

« Des parents qui n’auraient pas dû laisser leurs enfants sortir s’amuser et faire, Dieu sait quoi avec Dieu sait qui » ; « Des couples non mariés qui sortent ensemble en excursion et qui ont provoqué la colère divine » ; « Des jeunes qui chantent et qui dansent dans un bus et qui ont distrait le chauffeur et provoqué l’accident »… autant de réactions difficiles à comprendre.

Si nous évoquons aujourd’hui ces réactions honteuses, qui écorchent les yeux et les oreilles et qui ne méritent pourtant aucune ligne, c’est pour nous interroger sur la fracture qui se creuse aujourd’hui de plus en plus dans un pays plus divisé que jamais.

 

Les drames nationaux n’ont plus le même impact sur les citoyens. Régionalisme et religiosité font que des citoyens ne se sentent pas concernés par les drames de leurs concitoyens et se permettent même de les minimiser et de leur faire la morale. Ils veulent les punir pour ne pas vivre comme eux et pour ne pas être comme eux allant même jusqu’à vouloir dire, pas qu’à demi-mots : « Si tu n’es pas comme moi, tu mérites de mourir et ta vie ne vaut rien ». Cet élan de haine a aussi été observé lors de la mort du jeune Adam Boulifa dans des conditions tragiques et de nombreux citoyens ont préféré la haine à la compassion.  

 

Ce genre de drame aurait pu nous unir, mais il ne l’a pas fait.  Il a permis d’exposer aux yeux de tous, cette haine, plus très enfouie, et cette division, de plus en plus visible, qui marque désormais notre société.

Une seule chose, cependant, met tout le monde d’accord. C’est que ce genre d’accident, horrible et dramatique, ne devrait jamais plus se reproduire. Les drames nationaux émeuvent les citoyens pendant quelques jours et la douleur générale finit, comme à chaque fois, par s’estomper laissant place à l’indifférence générale. Des commissions d’enquête qui ne donnent rien de concret ; des séances plénières lors desquelles on se jette la balle et on se dérobe de ses responsabilités et des mesures annoncées trop tard. Chaque catastrophe laissera la place à une autre, encore plus douloureuse et l’indifférence générale, mêlée à de la haine, rendent ces drames de plus en plus « ordinaires ».

Des nouveau-nés livrés dans des boites en carton, une jeune écolière emportée par les flots, un jeune homme assassiné dans un restaurant, des ouvrières fauchées dans leur chemin vers leur travail, des jeunes noyés en pleine mer… Le laisser-aller, la médiocrité, l’incompétence et l’impunité ne peuvent que causer des drames à répétition. Au final, ils annonceront des mesures qui n’arrangeront rien, mais les citoyens continueront tout de même à voter pour eux…

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

Léon
| 04-12-2019 00:22
La haine et l'ingratitude que vous témoigniez, dès le 14 maudit au soir, à tous ceux qui ont fait la Tunisie prospère et rayonnante, allait inévitablement se retourner contre vous.
Vous vous délectiez des souffrances d'une poignée de personnes, et applaudissiez toute injustice qui les visait, en même temps que les ennemis du monde arabe les plus radicaux et les plus invétérés de ce monde. Par exemple BHL, pour ne citer que lui.
Tels de gueux du moyen âge durant les révoltes européennes, vous avez oublié que Dieu existe et que l'un de ses attributs est "Al 7aq".
C'est par Sa Justice Universelle, qu'il a fait du peuple injuste et ingrat, uni par la jalousie contre une poignée de personnes qui ont fait les beaux jours de la Tunisie, un peuple séparé et qui ne supporte plus son prochain.
La haine injustifiée envers quelques personnes s'est retournée en haine entre les haineux eux-mêmes.
Le miracle bourguibien et benalien qui ont fait d'une Horde, ou d'une poussière d'individus, un vrai Peuple, est en train de s'évanouir. En effet, comme le dit le proverbe français, chassez le naturel, il revient au galop. Le peuple est redevenu horde.
Horde instruite et à diplômes, certes; mais horde quand même!

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

Gg
| 03-12-2019 23:20
La cassure est totale, entre les gens qui votent pour Abir Moussi et d'autres qui votent Khamir Mejri (je parle du clochard barbu qui refuse de réciter la prière pour les victimes du bus).
Comment fait on pour recoudre ce tissu social

A lire aussi

Ce que l’on pouvait craindre ou plutôt ce à quoi on pouvait s’attendre va probablement avoir

12/12/2019 19:40
0

Mais comme la nature a horreur du vide, il est normal que les religieux, ou prétendus comme tels,

11/12/2019 15:59
9

Rached Ghannouchi a enfin obtenu le poste tant convoité de chef du

10/12/2019 15:58
15

Pour bien tuer le temps, Ennahdha et Habib Jamli nous occupent comme ils

09/12/2019 15:59
25

Newsletter