alexametrics
vendredi 14 mai 2021
Heure de Tunis : 17:13
Chroniques
N’appliquez pas la loi, vous risquez d’être poursuivis !
Par Marouen Achouri
28/04/2021 | 16:59
4 min
N’appliquez pas la loi, vous risquez d’être poursuivis !

 

Imaginons un instant un policier convoqué devant la justice car il aurait verbalisé un automobiliste qui aurait grillé un feu rouge. Imaginez un douanier poursuivi en justice car il aurait saisi des produits de contrebande. Imaginez un agent des impôts mis en accusation parce qu’il a procédé  à un contrôle fiscal. Cela parait improbable mais c’est pourtant ce qui est arrivé à la Haica (haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle) avec Saïd Jaziri et sa radio illégale.

Non contente d’être en bas du classement des institutions dans lesquelles les Tunisiens ont confiance, l’un des représentants de la justice tunisienne, à savoir le procureur de la République à Zaghouan, a ajouté plusieurs clous dans le cercueil d’une justice à l’abandon, dans le traitement qu’il a fait de l’affaire de la Haica contre Saïd Jaziri. Cet élu, voyant le matériel de transmission de sa radio saisi par la Haica, court porter plainte contre l’instance constitutionnelle pour vol et tentative de meurtre. C’est comme si un contrebandier allait porter plainte contre le douanier qui a saisi sa marchandise illégale et le procureur de la République accepte cette plainte ! Et au procureur alors de convoquer le président de la Haica, Nouri Lajmi, et plusieurs autres personnes. Il donnera ensuite des instructions verbales aux agents de la Garde nationale pour qu’ils n’acceptent pas les papiers du comité de défense qui s’est mobilisé.

Quelle honte pour la justice tunisienne de voir l’un de ses membres ternir ainsi son image ! Même aux pires moments de ce qu’on avait appelé dictature, aucun procureur n’aurait osé faire cela. En plus, la radio illégale est enregistrée au nom du frère de Saïd Jaziri. Donc ce dernier n’a pas le droit de porter plainte en son nom et n’est pas le représentant légal de la radio en question. Le procureur de la République n’a pas jugé ce point important. Quand les membres de la Haica ont attiré son attention sur ce même point, il s’est contenté d’un simple  « Ah, je ne savais pas ». Ce même procureur avait reçu tout le dossier lors de la saisie du matériel opérée par la Haica. Ce même procureur s’était opposée au fait de mobiliser la force publique lors de cette même opération de saisie.

Du côté du gouvernement cette affaire n’émeut personne. Ni le locataire de la Kasbah, ni les membres de son demi-gouvernement, ni ceux de son super cabinet, n’ont bougé le petit doigt. Seule réponse obtenue par le président de la Haica contre ses appels au secours fût un laconique : « on verra ce qu’on peut faire ». Ont-ils peur de prendre des mesures et de faire simplement leur boulot en faisant appliquer la loi ou est-ce une autre manifestation de leur incompétence ? Peu importe, le résultat est le même. La Haica se trouve livrée à elle-même contre la machine lourde et sourde d’une justice aux ordres. La Haica a le tort de déranger le « coussin » politique de ce gouvernement. Saïd Jaziri est, au moins idéologiquement, proche des islamistes d’Ennahdha. Il est en plus élu. Donc, en tant que membre du cartel du Bardo, il est intouchable et peut faire ce qu’il veut, comme Rached Khiari ou encore les élus Al Karama.

En plus, les partis qui soutiennent ce gouvernement, sont particulièrement sensibles à cette question de fermeture de chaines et de saisie de matériel. Ennahdha et Qalb Tounes sont en lien direct avec un certain nombre de chaines illégales comme Nessma, Zitouna ou Hannibal TV. Il ne faudrait surtout pas créer un précédent de fermeture définitive d’une chaine illégale en permettant à la Haica de faire fermer la radio al Quran al Karim de Saïd Jaziri. Peu importe la nature du discours diffusé sur les ondes de cette radio, peu importe que son prétendu propriétaire soit aussi un élu du peuple. Ces chaines ont permis à ces partis d’avoir une présence conséquente au sein de l’ARP et il ne faut pas qu’une instance constitutionnelle puisse appliquer la loi les concernant. Ils n’ont également aucune considération pour l’autre précèdent que cela peut créer, celui de voir les responsables d’une instance convoqués par la justice pour avoir fait leur travail. A l’avenir, les instances constitutionnelles, ne pourront pas jouer leur rôle de régulateur car elles seront soumises à cette menace de se voir trainées devant les tribunaux. Les agents d’exécution de ces instances seront intimidés et persécutés si jamais ils ont l’audace de mettre en application des décisions qui ne seraient pas du goût du pouvoir en place.

L’objectif est de mettre ce genre d’instances, et particulièrement la Haica, sous les ordres et d’en faire un outil supplémentaire aux mains du pouvoir en place. Si l’on ne parvient pas à la mettre aux ordres, on doit au moins la neutraliser et ne pas lui permettre de déranger nos intérêts, voilà la logique selon laquelle le pouvoir fonctionne. Demain, pourquoi pas faire la même chose au niveau de l’instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) ou pour d’autres ?

En somme, quand le chef du gouvernement a la bouche pleine de « fermeté », de « respect de la loi » et de « démocratie », les membres d’une instance constitutionnelle indépendante sont trainés en justice par un élu islamiste radical qui a mobilisé ses troupes pour les attaquer, les diffamer et les traiter de mécréants. Il y a deux leçons à tirer de ce qui se passe : les lâches ne font pas l’Histoire et évitez d’appliquer la loi, vous risquez d’être poursuivis !

Par Marouen Achouri
28/04/2021 | 16:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Zend
Pire encore
a posté le 30-04-2021 à 07:46
Cet article révèle encore une fois, comment les partis infiltre tout l'exécutif et le judiciaire.
Mais accepter qu'un '?lu du parlement sa prochaine de duffusion est une calamité.
Nos représentants ne voient pas plus loin que le bout de nez.
Demain un élu comme Nabil Karoui fera sa compagne avec le support de sa chaîne..
okba
Ceux qui sont au pouvoir n'ont plus honte de rien rien
a posté le 29-04-2021 à 16:24
Bravo pour cet article qui met à nu ceux qui prétendent nous gouverner et qui sont à vomir , notre soi disant classe politique inqualifiable, les députés, soi disant " représentants du peuple" qui ne représentent qu' eux mêmes et qui ne défendent que la corruption, les magouilles et les hors-la loi.Bravo pour cet article qui met encore à nu--pour ceux qui se cachent derrière la défense des droits-- le fonctionnement de nos institutions et à leur tète le système judiciaire civil.Tout ce beau monde construisent la démocratie tunisienne tant chantée ,une démocratie exemple de l'exception tunisienne applaudie ,dit-on, par le monde entier à l'aube du " printemps du jasmin" qui s'est révélé l'hiver le plus sombre de l'histoire de la Tunisie
Imed
Imed Daghbouj
a posté le 29-04-2021 à 12:50
Merci du fond du coeur pour cet article. Militez pour que ce procurer soit destitué !
Fatma
M. Achouri et BN
a posté le 29-04-2021 à 10:36
Merci d'avoir confirmé notre idéal de justice, en ayant l'honnêteté intellectuelle de dénoncer le danger sans précédent d'une justice ouvertement aux ordres des corrompus islamoaffairistes.
Maintenant que "le concept Saied" est assimilé, continuons le combat pour "l'ordre juste", et le reste suivra...
le dèçu
le summum des dénis de justice
a posté le 29-04-2021 à 07:44
ce scandale, à l'origine duquel se trouve le procureur de ZAghouan , est la preuve que l'état est déliquescent, controlé par les mafieux ..L' état qui agonise crie au secours et attend un sursaut de ses citoyens qui doivent prendre leur responsabilité en extirpant le mal qui la ronge en criant "un DEGAGE" définitif à la figure de tous ces incompétents doublés de mafieux qui nous gouvernent.Quant à la justice qui reste le seul recours des citoyens ,ses organes de régulation devraient prendre leur responsabilité et se délester de leurs membres corrompus et indignes.IL Y VAS SE LEUR HONNEUR! et de celui de la MAGISTRATURE
tounsi
Justice
a posté le 28-04-2021 à 18:22
faut que la HAICA porte plainte auprès de la justice militaire. C'est la seule instance qui n'est pas infiltre par la Nakba.
DHEJ
Plutôt ...
a posté le à 21:51
Attaquer le procureur de la République auprès du Conseil Supérieur de la Magistrature pour

ERREUR JUDICIAIRE.

Le Procureur de la République da Zaghouane doit être révoqué.
retraité
la justice civile aux ordres
a posté le 28-04-2021 à 17:48
la justice civile depuis 10 ans est aux ordres du chef du parti islamique on ne touche à ses membres ou ses alliés comment se fait 'il que les auteurs et les commanditaires des martyrs Bel Aïd et Brahmi courent toujours ,comment ce bouillant Makhlouf et ses compères ne sont pas inquiétés par la justice civile dans l'affaire de l'aéroport de Tunis Carthage mais le président de la HAICA est convoqué comme accusé par la justice sur ordre parce que cette institution a fait son boulot légal contre une radio dont le propriétaire est un islamiste notoire comment le député ex karama est convoqué par la justice civile comme témoin et la justice militaire le convoque comme accusé et le président de l'ARP et chef d'ennahdha exige que le ministre de la défense nationale vient s'expliquer devant ses députés oubliant que la justice militaire est souveraine quand il s'agit de la sécurité du pays et même depuis la révolution bénie la justice civile est théoriquement indépendante du pouvoir politique c'était aux anciens régimes avant la révolution la justice est sur ordre le chef islamiste ne reconnaît pas la constitution actuelle qui est préparée et votée par sa secte et ses alliés de l'époque sans consultation du peuple il est le guide suprême comme l'ayatollah d'Iran et du chef de Hezbollah au Liban lorsqu'ils émettent un fatwa est appliquée sans discussion
DHEJ
Es-tu comme ce procureur de la République?
a posté le 28-04-2021 à 17:37
Il fallait appuyer ton papier par l'article 42 du code pénal:

Art. 42 ' N'est pas punissable, celui qui a commis un fait en vertu d'une disposition de la loi ou d'un ordre de l'autorité compétente.

Mon.
comment
a posté le 28-04-2021 à 17:22
Bravo et merci d'avoir mis en exergue la supercherie du procureur et même du gouvernement pro-Ennahdha.
On ne le dira jamais assez, la Tunisie est en danger sous la coupe des islamistes!
A4
A propos de lâches ...
a posté le 28-04-2021 à 17:14
JUGES SANS JUGEOTE
Ecrit par A4 - Tunis, le 27 Septembre 2019

C'est mon grand maître qui me l'a dit
Il me l'a même écrit de ses mains
"Il n'y a ni peuple ni pays
Quand les juges ne sont que des crétins"

Il me l'a dit sans mâcher ses mots
L'a répété avec insistance
"Juges corrompus sont source de maux
Source d'échecs et de décadence"

Voyez jeunesse comme il a raison
Regardez bien ces juges peu fiers
Qui traînent de saison en saison
Pour étouffer les sales affaires

Ils traînent, cachant la vérité
Protégeant criminels et malfrats
Instaurant haine et impunité
Répandant peste et choléra

Regardez cette bande d'ingrats
Sensés sauver veuves et orphelins
Mais les voilà du côté des rats
Du côté des laids et des vilains

Ils sont sensés appliquer la loi
Avec courage et sans calcul
Les voilà avec les hors-la-loi
Sans dignité, sans aucun scrupule

Mon grand maître c'est bien sûr Khaldoun
Il nous le rappelle avec panache
Vous l'avez tous compris, sauf ces clowns
Ces sales juges crapuleux et lâches
DHEJ
Le cas de figure, un juge ignorant son code pénal
a posté le à 17:53
Art. 42 du code pénal

' N'est pas punissable, celui qui a commis un fait en vertu d'une disposition de la loi ou d'un ordre de l'autorité compétente.
A4
Mais non !
a posté le à 18:13
Mais non Monsieur DHEJ, vous êtes trop gentil. Il n'ignore rien du tout, il est là pour façonner la loi suivant la volonté de ses maîtres mafieux et criminels !!! C'est ce qu'on appelle une justice ***
aldo
==== KALITHA OMMI ====
a posté le 28-04-2021 à 17:04
ouh ala eyemna ouh ala saadna amlha heka elmalkboub !!!
Gg
C'est bien cela!
a posté le 28-04-2021 à 16:21
Voila les faits, dans leur scandaleuse réalité.
Il fallait le dire, merci.