alexametrics
Chroniques

Vous reprendrez bien un coup de populisme !

Temps de lecture : 3 min
Vous reprendrez bien un coup de populisme !

 

Quand on n’a ni vision politique, ni le « coffre » nécessaire pour en faire et pour tenter de tirer le pays vers le haut, il ne reste que le populisme. Le populisme peut être savant, ordonné voire même séduisant, comme celui pratiqué par le président de la République, Kaïs Saïed. Il peut être bruyant et nostalgique, basé sur le « c’était mieux avant », comme celui de Abir Moussi. Le populisme peut aussi mener à des décisions et des initiatives qui font joli sur le papier, mais qui sont aussi de vraies arnaques.

 

Un nombre de députés de la nation a jugé utile de présenter une initiative législative concernant des mesures exceptionnelles de recrutement dans la fonction publique. Selon ce projet de loi, les personnes qui sont au chômage depuis au moins dix ans et qui ont des diplômes ne sont plus soumises aux concours d’entrée dans la fonction publique. Pareil pour les diplômés qui ont 35 ans et plus, et pour ceux dont toute la famille est composée de chômeurs. Selon le projet de loi, toutes ces personnes bénéficieront également d’une période de formation adéquate, et ce sera au gouvernement de fixer les modalités d’application de cette « loi ».

Donc, nos chers députés ont fait le service minimum pour pondre un projet de loi populiste et qui n’a pas de sens. Un projet qui consacre le fait que la fonction publique devienne un bouche-trou qui est obligée, par la loi cette fois, d’employer des personnes qui n’ont aucune valeur ajoutée. C’est par le pouvoir de la loi qu’on vient aujourd’hui formaliser l’emploi fictif en Tunisie, comme le faisait l’Etat pour les entreprises publiques ou pour les sociétés de jardinage. Les élus qui ont concocté ce projet de loi sont soit des populistes malhonnêtes ou des incompétents qui n’ont aucune idée de la manière dont marche l’Etat. Il est malhonnête et franchement dégueulasse de faire miroiter un espoir d’emploi et de stabilité à des chômeurs en sachant pertinemment que cela n’arrivera jamais. L’Etat n’a pas pour vocation de donner un emploi à ces personnes sur le compte des caisses publiques, déjà chancelantes. Il faudrait une vraie réflexion sur le rôle de l’Etat en 2020 et dans les décennies à venir pour fixer un cap. Mais une telle réflexion suggère une honnêteté intellectuelle dont ces élus sont dépourvus, car ils devraient être conscients que c’est au niveau financier que ça coince, aussi. Ce fût d’ailleurs l’objet de la correspondance envoyée au Parlement par le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh. L’Etat tunisien n’a pas les moyens de faire ces recrutements, et c’est aux élus, qui proposent des mesures qui coûtent de l’argent, de dire quelles sont les sources de financement possibles.

 

C’est ce qui nous amène à supposer l’ignorance totale des rouages de l’Etat dans la conception et dans la réflexion autour de ce projet de loi. Soyons clairs et disons à nos chers élus ce qu’un commis de l’Etat ne leur avouera jamais : ce projet de loi, même adopté en plénière, ne sera jamais appliqué. Personne ne prendra la responsabilité de faire et de publier les décrets d’application d’une telle aberration législative. Par ailleurs, les élus, auteurs de cette initiative, semblent ignorer qu’il existe des équilibres financiers au niveau de l’Etat et que décider des mesures sans disposer des fonds nécessaires ne les fera pas apparaitre sur le terrain comme par magie. Recruter des personnes dans la fonction publique suppose disposer de l’argent nécessaire pour les payer et verser leurs salaires, c’est pourtant simple comme concept.

Le fait que cette loi soit inapplicable et n’a aucun sens ne semble pas déranger les députés de la nation. Dans leurs discours grandiloquents, ils se cachent derrière les slogans creux de lutte contre le chômage et d’aide aux régions intérieures. Les petits génies ont trouvé une solution à ces problèmes : que l’Etat emploie tout le monde !

C’est consternant de bêtise et de populisme, de concevoir des projets de lois aussi vides et aussi destructeurs. Cette loi institue le fait que le seul mérite que l’on doit avoir pour intégrer la fonction publique est la longévité. Aucune compétence particulière n’est demandée pour travailler au sein de l’Etat. C’est une honte.  

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (12)

Commenter

SEB
| 30-07-2020 16:10
A chacun sa verité, sa conviction, sa méchanceté et surtout son fond de commerce!

Gg
| 30-07-2020 09:56
Exact! C'est un bon article, mais vraiment on se demande ce que vient faire cette introduction qui n'a même pas de lien avec la suite!!

Be zen
| 30-07-2020 06:59
Ces islamistes qui utilisent la religion par tous les moyens, même les plus contestables afin attirer le plus grand nombre dans leur escarcelle.
'?a, c'est une honte !
Et qui en profite ?
Ce n'est JAMAIS le petit gogo endoctriné. C'est toujours les minables manipulateurs et leur gourou.

Be zen
| 30-07-2020 06:45
J'ai toujours dit que je voterai pour le "moins pire".
Dans l'état actuel des choses, une seule chose m'intéresse. C'est de mettre fin à l'islam politique et chasser la bande d'ignares, de profiteurs et de bras cassés appartenant au parti des frères musulmans.
C'est pour moi une urgence qui délivrera notre pays des griffes de la secte qui n'a RIEN fait de constructif depuis une dizaine d'années.
Abir Moussi a son passé que tout le monde connait. Elle n'a tué personne, elle n'a pas de casseroles sur le dos et il me semble qu'avoir appartenu au parti de Ben Ali n'est pas un crime. Beaucoup de Ben Alistes pur et dur ont fait la girouette et se sont convertis et beaucoup d'entre eux, plus opportunistes ceux-là sont actuellement encartés au parti islamiste.
Je ne partage pas toutes les idées de Abir Moussi ni d'ailleurs sa façon bruyante un peu agressive de faire de la politique, mais au jours d'aujourd'hui, si j'avais à voter je lui donnerais sans hésiter mon bulletin. C'est la seule que je crois capable qui ne s'alliera pas avec les islamistes.
Parole s'un cocu de Tahia Tounes de BCE et de Qalb Tounes.
Pour qui voteriez-vous, vous Monsieur Marouen Achouri ?

Welles
| 29-07-2020 23:40
Ce chroniqueur est un incapable de pondre un article sans s'attaquer au PDL et sa présidente.De grâce lâchez un peu le morceau

Alya
| 29-07-2020 23:26
Certes les choses ont empiré,mais sont aussi les conséquences de l,avant......... Et svp ce forum est un forum de discussion et non de propagande électorale. Ennahdha a mis le peuple dans sa poche en nous traitant de bouffer. Et vous la,vous nous traitez d anormaux.

MH
| 29-07-2020 23:25
C'était mieux avant ? Absolument, oui. Mais ça pourra être encore meilleurs demain. Le retour au temps de RCD, jamais. Je me demande, pourquoi vous vous contentez de si peu. Vous manquez d'ambition. Je crois dur comme fer qu'un monde meilleur est encore possible. Etes vous si désespérée, ou bien nostalgique et vous faisiez partie de ce système de "l'ère nouveau". Si c'est le cas, alors oui je vous comprends. Ce n'est pas mon ni de beaucoup comme moi.

takilas
| 29-07-2020 21:56
CHRONIQUES
Vous reprendrez bien un coup de populisme !
Lecture zen
29/07/2020 16:59 3Temps de lecture : 3 minPar Marouen AchouriVous reprendrez bien un coup de populisme !



Quand on n'a ni vision politique, ni le « coffre » nécessaire pour en faire et pour tenter de tirer le pays vers le haut, il ne reste que le populisme. Le populisme peut être savant, ordonné voire même séduisant, comme celui pratiqué par le président de la République, Kaïs Saïed. Il peut être bruyant et nostalgique, basé sur le « c'était mieux avant », comme celui de Abir Moussi. Le populisme peut aussi mener à des décisions et des initiatives qui font joli sur le papier, mais qui sont aussi de vraies arnaques.



Un nombre de députés de la nation a jugé utile de présenter une initiative législative concernant des mesures exceptionnelles de recrutement dans la fonction publique. Selon ce projet de loi, les personnes qui sont au chômage depuis au moins dix ans et qui ont des diplômes ne sont plus soumises aux concours d'entrée dans la fonction publique. Pareil pour les diplômés qui ont 35 ans et plus, et pour ceux dont toute la famille est composée de chômeurs. Selon le projet de loi, toutes ces personnes bénéficieront également d'une période de formation adéquate, et ce sera au gouvernement de fixer les modalités d'application de cette « loi ».

Donc, nos chers députés ont fait le service minimum pour pondre un projet de loi populiste et qui n'a pas de sens. Un projet qui consacre le fait que la fonction publique devienne un bouche-trou qui est obligée, par la loi cette fois, d'employer des personnes qui n'ont aucune valeur ajoutée. C'est par le pouvoir de la loi qu'on vient aujourd'hui formaliser l'emploi fictif en Tunisie, comme le faisait l'Etat pour les entreprises publiques ou pour les sociétés de jardinage. Les élus qui ont concocté ce projet de loi sont soit des populistes malhonnêtes ou des incompétents qui n'ont aucune idée de la manière dont marche l'Etat. Il est malhonnête et franchement dégueulasse de faire miroiter un espoir d'emploi et de stabilité à des chômeurs en sachant pertinemment que cela n'arrivera jamais. L'Etat n'a pas pour vocation de donner un emploi à ces personnes sur le compte des caisses publiques, déjà chancelantes. Il faudrait une vraie réflexion sur le rôle de l'Etat en 2020 et dans les décennies à venir pour fixer un cap. Mais une telle réflexion suggère une honnêteté intellectuelle dont ces élus sont dépourvus, car ils devraient être conscients que c'est au niveau financier que ça coince, aussi. Ce fût d'ailleurs l'objet de la correspondance envoyée au Parlement par le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh. L'Etat tunisien n'a pas les moyens de faire ces recrutements, et c'est aux élus, qui proposent des mesures qui coûtent de l'argent, de dire quelles sont les sources de financement possibles.



C'est ce qui nous amène à supposer l'ignorance totale des rouages de l'Etat dans la conception et dans la réflexion autour de ce projet de loi. Soyons clairs et disons à nos chers élus ce qu'un commis de l'Etat ne leur avouera jamais : ce projet de loi, même adopté en plénière, ne sera jamais appliqué. Personne ne prendra la responsabilité de faire et de publier les décrets d'application d'une telle aberration législative. Par ailleurs, les élus, auteurs de cette initiative, semblent ignorer qu'il existe des équilibres financiers au niveau de l'Etat et que décider des mesures sans disposer des fonds nécessaires ne les fera pas apparaitre sur le terrain comme par magie. Recruter des personnes dans la fonction publique suppose disposer de l'argent nécessaire pour les payer et verser leurs salaires, c'est pourtant simple comme concept.

Le fait que cette loi soit inapplicable et n'a aucun sens
Elle a raison ; même si elle était encore jeune.
Pour ceux qui connaissent l'histoire de la Tunisie, même si parfois des jeunes, savent qu'avant 2011 c'était nettement meilleur, pourtant qu'il n'y avait pas les moyens technologiques actuels, quoique la Tunisie accuse actuellement un certain retard et que ce retard s'est considérablement aggravé et amplifié avec la venue des intrus et ignorants nahdha, de Londres au cours de l'année 2011 et qui sont parvenus à massacrer la Tunisie de fond en comble rien qu'en un quinquennat et ce apparemment selon les désirs et les directives de la part de leurs commanditaires dont leur seule intention est la destruction de la Tunisie.

Elle a complètement raison; mais les néophytes et les comploteursxavec nahdha ne peuvent le savoir bien évidemment.

Abir de Gabès
| 29-07-2020 21:45
C'est un constat d'avant 2011 et après 2011.

Tous les tunisiens normaux (80%), c-à-d non islamistes, vous le diront, et vous même vous le savez.

Gg
| 29-07-2020 18:30
Ce n'est pas grave, ils feront la prière pour la pluie...de dollars!

A lire aussi

Voir Beyrouth défigurée par deux déflagrations d’une ampleur inédite a suscité en chacun de nous une

05/08/2020 16:59
14

Voilà la grosse différence entre les partis dits modernistes, progressistes et

03/08/2020 15:59
23

Ceux qui ont présenté cette motion n’ont récolté que 97

02/08/2020 18:26
13

nos chers députés ont fait le service minimum pour pondre un projet de loi populiste et qui n’a pas

29/07/2020 16:59
12