alexametrics
Dernières news

Mohamed Zine el Abidine viole de nouveau son devoir de réserve

Temps de lecture : 3 min
Mohamed Zine el Abidine viole de nouveau son devoir de réserve

 

 

L’ancien ministre des Affaires culturelles, Mohamed Zine el Abidine, s’est emporté, dans un statut partagé ce samedi 27 juin 2020, sur les réseaux, contre la ministre actuelle Chiraz Laâtiri qu'il accuse de ne pas avoir fait un bilan très reluisant.

 

Chiraz Laâtiri avait évoqué, lors de son premier point de presse accordé aux journalistes le 24 juin, les problèmes financiers du ministère des Affaires culturelles. Elle a expliqué que le budget de 2020 avait été dépassé et que le ministère peine à payer ses fournisseurs, précisant qu’elle a préféré adopter la politique d’austérité en comptant sur les ressources disponibles plutôt que de transférer ces impayés sur le budget de 2021.

 

Ses propos ont fortement déplu à l’ancien ministre qui a réagi au quart de tour, violant encore une fois le devoir de réserve. Mohamed Zine el Abidine a adressé une très longue réponse à Mme Laâtiri, dans laquelle il l’accuse notamment de vouloir tout dénigrer de son passage, jusqu’à évincer ses collaborateurs.

 

« De quelle confiance tu parles alors que tu présentes au public des données erronées et orientées ? Où est le budget supplémentaire que nous avons laissé et dont la valeur est de 51 millions de dinars de plus en 2020 par rapport à 2019? Tu parles de dettes, veux-tu qu’on évoque celles que tu as laissées après ton passage au CNCI ? » a notamment écrit l’ancien ministre, précisant que jamais lui-même n’a parlé des dettes ou du travail des ministres qui l’ont précédé « par respect pour la continuité de l’Etat ».

 

Mohamed Zine el Abidine a ensuite affirmé qu’il a laissé un excédant budgétaire de 41 millions de dinars au profit du budget de 2020, accusant Chiraz Laâtiri de vouloir effacer une période ou le ministère des Affaires culturelles a connu un vrai travail structurel, la création d’institutions internationales, nationales et régionales et le plus grand nombre d’évènements culturels.

 

Ce n’est pas la première fois que l’ancien ministre règle ses comptes et s’attaque à Chiraz Laâtiri qu’il a lui-même limogée de son poste de directrice du Centre national du cinéma et de l'image, peu avant les élections. Ce n’était pas le premier limogeage polémique de l’ancien ministre. Depuis 2017, Mohamed Zine el Abidine essuie les campagnes de soutien aux  personnes qu’il démet. La campagne menée par les sympathisants de Chiraz Laâtiri l’avait aussi exaspéré. Il avait répondu en écrivant aussi un statut Facebook dans lequel il avait évoqué le « diktat d'une minorité culturelle malveillante agissant grâce, et par la compromission suspecte d'une certaine administration publique acquise à sa subordination, qu'importent l'invective, le pamphlet et l'acharnement injustes ».

 

Le hasard a voulu que quelques semaines après son limogeage, Chiraz Laâtiri soit nommée ministre des Affaires culturelles et vienne remplacer Mohamed Zine el Abidine. La virulence avec laquelle il lui adresse ses messages lui vaut aujourd’hui d’être qualifié de « mauvais joueur » et choque aussi les internautes.


Contactée par Business News pour réagir à cette publication, ce soir du samedi 27 juin 2020, Chiraz Laâtiri n'a pas daigné répondre aux accusations de l'ancien ministre.


 

M.B.Z

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

Mamout
| 28-06-2020 17:17
La hawla wala kouata illa billah...le pouvoir rend fou et personnel ne prend la peine de se soigner...

takilas
| 28-06-2020 13:39
Ces agissements de nahdha perdurent dans tous les domaines.
A commencer par Larayadh et Bhiri.
C'est pour cela que la Tunisie connait d'énormes echecs dans tous les domaines, d'autant plus que les nahdhas sont corrompus, illettrés et incompétents.
Et le peuple patiente docilement indéfiniment.
Pauvre Tunisie.

TEB
| 28-06-2020 11:32
Businessnews garde toujours sa haine pour YC et son gouvernement jusqu'à sortir des titres bidons...

rayma
| 28-06-2020 06:36
Il a été attaqué...il a répondu. S'il ya un droit de réserve qui n'a pas été respecté ça provient de Mme la ministre qui a attaqué son prédécesseur.

ntc
| 27-06-2020 22:49
Ce très bon ministre de la culture a tout à fait le droit de répondre, il a fait de très bonnes choses et un boulot appréciable. D'habitude on ne critique son prédécesseur mais que faire avec des apprentis..

marvel
| 27-06-2020 22:15
La ministre a déja répondu à cette question sur mosaique ce matin: "je ne lis pas facebook, et les chiffres du ministère sont disponible pour tout citoyen qui se donne la peine de les demander". Peut-être qu'il est temps que les journalistes fassent leur travail et analysent les chiffres rééls? cela serait plus efficace que de reproduire les posts aigris des anciens ministres? donnez nous les infos réelles, certifiées par les chiffres?

TAW TCHOUFOU
| 27-06-2020 21:54
Il faudrait " sérieusement " penser à un décret loi pour condamner pécuniairement et avec perte des avantages et privilèges réservés aux anciens présidents , ministres et hauts fonctionnaires de l'état , qui ne respectent pas le " devoir de réserve " et qui s'assoient dessus !
C'est devenu une habitude maintenant , et encore mieux , ça se passe dans les médias ( étrangers pour le cas de l'ex-provisoire par exemple ) , les plateaux tv , et les réseaux sociaux !
Là où on attend de nos ex-responsables un certain civisme politique , de la tenue , et de la considération pour l'appareil de l'état , on n'a plus que règlements de comptes , jalousie et dénigrement gratuit ! Et c'est sensé " donner le bon exemple " aux Tunisiens ?
Puisqu'il est vain de compter sur la responsabilité de chacun et de son civisme , passons donc par la loi et arrêtons de nous plaindre et de perdre notre temps , car il y a certaines personnes qui ne comprennent que comme ça !

Le cirque
| 27-06-2020 21:50
Les deux sont aussi performant l'un que l'autre.
Je suis mort de rire.

A lire aussi

« Les valeurs démocratiques et la loi doivent être respectées

24/09/2020 09:41
1

"Il était un briseur de grève et n’est que le fruit d’une coïncidence

24/09/2020 09:38
1

L’Association des magistrats tunisiens a rendu public, ce mercredi 23 septembre 2020, pour répondre

23/09/2020 22:42
4

Il avait été en contact avec une personne infectée

23/09/2020 21:39
2