alexametrics
Dernières news

Agression de Affes : la version de l’UGTT donne une idée sur le banditisme politique

Temps de lecture : 3 min
Agression de Affes : la version de l’UGTT donne une idée sur le banditisme politique

 

L’union régionale du travail de Sfax a diffusé ce mercredi 25 mars 2020, en milieu d’après-midi, un communiqué dans lequel elle donne sa version des faits à propos de l’agression de l’élu El Karama Mohamed Affes. Une version confirmée par plusieurs témoins, parmi les médecins et les représentants régionaux du ministère de la Santé.

D’après le communiqué du syndicat, intitulé « Non à la manipulation, non à la supercherie », l’union indique qu’une réunion urgente était programmée mardi 24 mars sous l’égide du gouverneur de Sfax et ce pour désigner les membres et les prérogatives de la commission technique médicale chargée du suivi du coronavirus et la dernière actualité au CHU Habib Bourguiba de Sfax. Il était préalablement convenu que ladite commission soit limitée dans le nombre et composée du directeur régional de la Santé, les directeurs généraux des hôpitaux régionaux, les deux présidents des deux commissions médicales et les représentants syndicaux. La commission en question devait se réunir tous les jours à la direction régionale et c’était le cas hier.

 

A leur entrée à la salle de réunion, les membres étaient surpris de constater la présence de l’élu Mohamed Affes qui s’est installé sur une chaise. Invité à quitter la salle, vu qu’il n’était pas membre de la commission et qu’il y avait des urgences et des secrets professionnels à l’ordre du jour et après lui avoir bien expliqué les raisons, l’élu a refusé. Le directeur régional a eu beau insister à plusieurs reprises, les collègues médecins ont eu beau quitter la salle vu la situation rendue embarrassante par leur collègue médecin et élu, Mohamed Affes a campé sur ses positions exigeant qu’on lui présente une loi qui lui interdit d’assister à la réunion.

Venant au secours du directeur régional, la syndicaliste et médecin Dr Fatma Chabchoub a invité à son tour Affes à quitter la salle. Apprenant qu’elle était syndicaliste, Mohamed Affes est entré dans une hystérie l’accusant de chercher à le renvoyer parce qu’il était membre d’El Karama avec des menaces à peine voilées en lui disant : « on vous connait !». La situation était telle qu’il était impossible de poursuivre la réunion, en dépit de l’urgence et poussant tout le monde à sortir chercher une autre salle, laissant seul Mohamed Affes.

Apprenant ce qui s’est passé, et conscients de l’urgence de la situation et de son impact sur la santé des citoyens et le travail des médecins, plusieurs agents ont commencé à crier des slogans syndicalistes invitant Mohamed Affes à quitter les lieux, ce qui a ajouté de la tension, rapidement suivi de bousculades. L’UGTT insiste à ce niveau qu’il n’y a pas du tout eu d’agression ni de violence et rappelle que ce n’est pas la première fois que l’élu vient à l’hôpital et qu’il est toujours accompagné d’une personne pour le filmer.

 

L’union croit que l’incident d’hier a été sciemment provoqué par l’élu Mohamed Affes pour créer le buzz, alors que c’est sa présence qui a créé tous les incidents et empêché la résolution de plusieurs dossiers d’extrême urgence. Un buzz suivi d’une campagne médiatique haineuse à l’encontre de la centrale syndicale, suivie de menaces par téléphones. Le syndicaliste Mabrouk Chtourou fait partie de ces personnes menacées et une main courante a été enregistrée au poste de police à ce propos.

Le syndicat conclut son communiqué en réitérant, une nouvelle fois, son appel contre toute forme de violence et l’engagement de ses affiliés pour accomplir leurs devoirs, notamment en cette période critique par laquelle passe le pays. Elle a également rappelé les différents discours violents et les accusations du parti El Karama et de son chef Seïf Eddine Makhlouf.

 

R.B.H

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (18)

Commenter

GZ
| 28-03-2020 08:51
Bonjour Maxula.
Bien vu.
J'oscille toujours entre l'indulgence et la
sévérité . Mais on ne se refait pas . Je m'efforce de ne pas désespérer de la race humaine et j'ai une sainte horreur des conflits .
Quant au mépris ,il faut le distribuer avec parcimonie ,vu le nombre de candidats disait Talleyrand si ma mémoire est bonne .
Prenez soin de vous .
Bien à vous .

Maxula
| 27-03-2020 17:57
Contrairement à "GZ", qui est trop poli pour ne pas accompagner ses "redressements fiscaux" sans les accompagner d'un mot doux ou d'une consolation, moi j'ai l'outrecuidante propension (et prétention !) de ne pas demander l'autorisation de dire leur fait à ceux qui le méritent. . .si, et seulement si je le juge ainsi !
Contrairement à ce que croient les fâcheux, mon souci premier n'est pas tant la forme que le fond de leurs commentaires. . .
Peu importe ce que les idées et les arguments charrient comme attaques gratuites et nauséabondes contre tel ou tel personnage public. . .tant que le style de l'écriture demeure séduisant et ne souffre d'aucun relâchement rédhibitoire.
Il m'insupporte en effet au plus haut point de lire des critiques (pire, des insultes) injustifiées et de surcroît, rédigées (pondues, vomies, etc.) dans un français au mieux controuvé, et au pire primaire et/ou abscons !
Et si comme dit l'adage, "la parole est libre mais la plume est serve", mézigue est tout autant libre de critiquer "leur dieu et maître", s'en tenant toutefois à une bonne tenue langagière. . . sans oublier le respect dû aux règles communément admises. . .
Maxula.

GZ
| 27-03-2020 04:37
Bonjour Houcine.
Je suis sincèrement désolé si j'ai pu vous
vexer . Là n'était pas mon but.Loin s'en faut . Je crois avoir pris toutes les précautions "oratoires " pour le dire.
Cela ne me dérange pas du tout de vous lire .On lit de ces fadaises par ailleurs...
S'il faut passer son temps à corriger , On n'en finira jamais .
Si je me suis autorisé à attirer votre attention
c'est parce que cela ne ressemble pas à l'ensemble de votre texte.Disons qu'elle s'y est introduite par ...effraction .
L'effraction est , je le pense comme vous, l'élection de Affes au poste de député . Vous avez dû lire mon commentaire , vous savez donc mon sentiment à ce sujet .
Encore une fois je n'ai nullement cherché à vous nuire d'aucune façon et je continuerai de vous lire avec plaisir.
Nous avons tellement d'ennemis en commun .
Bien à vous.

Houcine
| 26-03-2020 22:49
Ce qui compte pour moi, ce n'est pas d'en montrer aux autres, ni de corriger leur expression.
Je ne fais aucun effort particulier sur la forme pour exprimer mes idées, ce qui m'importe c'est de me faire comprendre, et surtout d'argumenter.
Si vous vous disposez à m'enseigner l'art de bien écrire, je vous sais gré de le réserver à d'autres.
Je vous suggère, la petite correctrice en particulier, de vous trouver une autre occupation. Et, si cela vous perturbe de me lire, passez votre chemin. Je n'aurai pas de peine à supporter l'épreuve.
Je rappele, juste, que je ne corrige pas obsessionnellement ce que mon portable fait pour moi.
Un peu, avec une sollicitude proche de celle que me réserve la petite correctrice.
GZ, en toute amitié, je vous renvoie la politesse.
Fin de l'excursus.
La question qui m'occupe est bien plus grande que mon ego, et me concerne comme tous les citoyens de mon pays. Et, c'est seulement cela qui est au fondement de mon intérêt et ma participation ici.

Maxula
| 26-03-2020 21:00
""se sont ensuivies" (les bousculades).

Merci "GZ !
Un bon point pour vous !
En effet, le verbe "s'ensuivre" s'écrit comme tel et pas "s'en suivre" !
Comme "il s'ensuit". . .

Attention tout de même, vous allez finir par énerver certaines personnes, qui croient que "publier" se fait aussi impunément que de "sortir non couvert" en période de confinement. . .
Maxula.

GZ
| 26-03-2020 20:01
"s'en sont suivies" ,écrivez-vous, "se sont
ensuivies "plutôt , sans vous commander.
Vous avez de la chance ,Maxula n'a pas relevé ou a fait l'impasse.
Bien à vous .
Passez une bonne soirée .
PS. Vous avez tout loisir de me reprendre en cas d'impair ;et j'en commettrai.
Prenez soin de vous.

Maxula
| 26-03-2020 18:34
"s'est introduit par effraction" !
On ne sait toujours pas s'il était armé d'un pied de biche ou d'un simple téléphone monseigneur. . .

"jusqu'à ce que [ce] type soit atteint"
Atteint. . .par inadvertance ou par un coup de poing ?
Les dégâts collatéraux arrivent toujours. . .quand on a la tête tournée. . .
Ou la tête qui tourne !
Maxula par effraction !

Houcine
| 26-03-2020 09:26
Cette affaire, qui devrait n'en être pas une, se révèle comme une somme d'infractions commises par un agité qui se prend pour... l'Etat.
Selon ce qui est rapporté, ce type s'est introduit par effraction dans un lieu où il n'avait rien à faire et où sa présence n'était ni attendue, ni utile et pas davantage nécessaire.
En s'imposant de manière frauduleuse et violente, il a provoque et empêche une instance de faire son travail. Un représentant de l'Etat, le préfet était présent, ce qui pose la question de l'autorité publique et interrogé quant à la divulgation d'une information sur cette commission qui concernait le personnel médical et le représentant de l'Etat.
Ce fameux député, invité à quitter les lieux, s'y refuse et empêche ladite réunion de se dérouler.
Il a insulté et menacé un personnel à raison de son appartenance syndicale...
On peut supputer que les événements sont allés crescendo, des bousculades s'en sont suivies jusqu'à ce que type soit atteint...
Par comparaison, il me revient cette affaire du médecin qui tua un type au prétexte qu'il s'était introduit chez lui par effraction. Alors, bien des gens prirent la défense du médecin, objet d'une identification par projection, et personne n'avait relevé ce fait simple: poursuoi le médecin était-il armé, avant de justifier son... crime.
Comparaison n'est pas raison, certes, mais dans ce cas, le malheureux était sans doute un pauvre. Et, dans l'autre cas l'auteur de l'infraction a un statut social valorisé, il est député.
Ce fameux député s'est conduit comme un petit baron, s'autorisent de lui-même, usant des coutumes des voyous.
Il mérite d'être poursuivi pour les faits ci-dessus. Et pas d'immunité pour les délinquants. Ce, d'autant qu'il a agi hors les prérogatives de son mandat d'élu.

GZ
| 25-03-2020 21:48
Ce type serait mon député et le vôtre .
Il nous représente ;il vote le budget de la nation; rédige les textes de lois ; les discute ; les amende ; les vote ou les repousse ; des lois qui vont régir notre vie pendant des années ; ratifie conventions et traités internationaux bilatéraux et multilatéraux ; peut recevoir
à l'ARP des chefs d'Etat ou de gouvernement étrangers...
Ce type en guenilles ! Qui s'est mis dans une telle situation pour se retrouver quasiment à nu ! Qui montre ses dents comme on montre celles d'un âne au marché à bestiaux !
Ce type , cette chienlit , dites-vous est mon député , me représente , parle en mon nom , décide de mon devenir , vit de mes impôts et taxes .
Tut , tut ,tut ! C'est une blague .
Pour le poisson d'avril vous attendrez quelques jours .
Comment mon pays a-t-il pu choir si bas pour confier son sort à pareille vermine ?

Citoyen 1956
| 25-03-2020 20:14
Que voulait-il dans cette réunion, lui qui est convaincu que le Corona est une punition divine parce qu'on n'a pas permis le niqab dans les lieux publics. Bon le message est passé grace à des jounalistes cherchant 'l'audimat » ya3tihom essa7a.
Il devrait se tenir à l'ècart son message takfiriste parmi tant d'autres étant passé, mais n'étant ni bon ni mauvais mais un mi bon et de luxe il ne pouvait se tenir tranquille.

A lire aussi

Le peuple revendiquera ses droits

31/03/2020 19:08
1

Durant les interrogatoires, l'individu a reconnu avoir prêté allégeance à Daech

31/03/2020 18:00
0

Selon un communiqué publié par la présidence du

31/03/2020 17:50
5

La présidence du gouvernement explicite les mesures exceptionnelles à entreprendre pour les appels

31/03/2020 17:33
0