alexametrics
mardi 07 décembre 2021
Heure de Tunis : 19:07
Dernières news
Wided Bouchamaoui : Le secteur privé est le premier pourvoyeur d'emplois dans le pays
28/11/2016 | 11:59
1 min
Wided Bouchamaoui : Le secteur privé est le premier pourvoyeur d'emplois dans le pays
 
Dans son intervention sur Radio Med ce lundi 28 novembre 2016, la présidente de l’UTICA, Wided Bouchamaoui, a expliqué que le secteur privé est le premier pourvoyeur d’emploi dans le pays, « il fait travailler 1,2 million de personnes » a-t-elle dit.
 
« Nous sommes aussi le premier investisseur dans le pays et plus que l’Etat. Le premier exportateur également ! Certains disent que ce n’est pas suffisant, je peux être d’accord mais n’allons pas diaboliser le privé, non plus ! » A expliqué Mme Bouchamaoui.
 
La présidente de la centrale patronale a continué relevant les accusations gratuites face auxquelles les dirigeants d’entreprises privées font face et a conclu: « Il y a des gens qui ont travaillé et sacrifié même leur vies de familles pour lancer leurs projets ». 
 
 
S.A

28/11/2016 | 11:59
1 min
Suivez-nous

Commentaires (14)

Commenter

Citoyen de Tunisie
| 29-11-2016 12:08
Certes les investisseurs tunisiens font de leur mieux afin de lancer des projets, de créer des emplois, d'assurer une dynamique économique mais Madame vous n'êtes pas sans savoir que parmi eux, y a ceux qui paient au noir, qui exploitent, qui licencient au gré de leur humeur.
Le secteur privé est l'avenir, oui mais le respect des lois sera le garant de la démocratie et de l'épanouissement économique.
Que chaque citoyen fasse son devoir dans le respect des lois et la Tunisie sortira la tête de l'eau.

Tunisienne
| 28-11-2016 20:18


C'est trop de grâce cher ami ! Merci !


Malheureusement, l'intéressé est complètement insensible à mes coups de poings, investi qu'il est par sa «mission divine» et, surtout, totalement protégé par sa nouvelle dentition (et tout ce qui va avec) !


A bientôt !



PS: À toutes fins utiles, je précise que le «N'exagérons rien !» était destiné à Madame Bouchamaoui pour le coup du «privé premier pourvoyeur d'emplois».

N.Burma
| 28-11-2016 17:55
Mais non, n'exagérons rien, la dame patronnesse prix Nobel de surcroit, on devrait aller embrasser ses pieds tous les matins et s'aplatir à son passage pour avoir le bonheur qu'elle nous marche dessus par-dessus bord ! On pourrait même qualifier ses pets, comment dire de Coco Chanel N° 5 pour ne pas déplaire à notre Marilyn Monroe !
C'est quand même extraordinaire que le patronat tunisien qui a toujours tiré les marrons du feu de tous les régimes depuis le dernier Bey jusqu'au nonagénaire révolutionnaire pour être nonagénaire !
Je comprends que le propre d'un capitaliste est de fructifier son capital au maximum de profits et si possible en un minimum de temps et tant qu'à faire sans trop de risques, mais quand même en Tunisie, être capitaliste ce n'est pas tout à fait comme en Suisse ou en Allemagne mais cela s'approcherait plutôt de la Corse ou de l'Italie du Sud, avec l'apparent et l'invisible, avec les soutiens par-ci et les soutiens par-là, avec les arrangements sur la fiscalité, sur les charges sociales et même sur les bénéfices légaux !
Je connais personnellement la situation d'un grand hôtel de luxe, qui, conserve son personnel, malgré la crise qui frappe l'hôtellerie de luxe et en contrepartie, les charges sociales, et les factures de l'eau, due gaz, et l'électricité sont aux oubliettes et l'ardoise n'est toujours pas réglée.
Qui paie pendant ce temps ? Pas le créateur de richesse mais tonton contribuable à qui l'on fait avaler des boas au des couleuvres !
Allez, bonne fin de journée à toutes et à tous !

NB
Je voudrais saluer Hatem pour lui dire que s'il m'arrive d'avoir de l'humour, c'est comme dirait l'autre la politesse du pauvre qui n'abdique pas !
Et saluer aussi Tunisienne qui n'est pas bagarreuse non, elle tape sur l'ayatollah Ghanouchi plus fort que Mohamed Ali mais à part ce petit détail, Tunisienne n'est pas bagarreuse, comme dire, elle serait artiste-esthète dans une galerie de sculptures grecques du Bardo ou d'Athènes !

HatemC
| 28-11-2016 15:57
"djihadistes expatriés en Libye, Syrie, Irak ..." hahahahahahahha ...

toujours le mot pour rire Burma ??? je m'attendais pas @ qualifier les djihadiste d'expat ... il sont parti en mission ... HC

Tunisienne
| 28-11-2016 15:49


Dans tous les cas, ne diabolisons personne ! MAIS :

Saluons avec sincérité et enthousiasme le «privé» qui prend des risques, crée VRAIMENT de l'emploi, de la richesse (y compris technologique) !

Saluons mais avec beaucoup moins de ferveur le «privé» qui est beaucoup plus dans la spéculation et l'exploitation de rentes que dans l'entrepreneuriat, qui veut s'enrichir sans le moindre risque, qui achète des franchises, exploite des licences et fait sortir des devises au lieu d'en faire rentrer, qui crée des emplois de misère (quantitativement et qualitativement parlant), non qualifiés, rémunérés à la limite du SMIG et qui ne s'investit pas vraiment dans leur qualification puisque lui-même est le plus souvent sur des créneaux techniquement et technologiquement pauvres !


N.Burma
| 28-11-2016 15:20
« Nous sommes aussi le premier investisseur dans le pays et plus que l'Etat. Le premier exportateur également ! Certains disent que ce n'est pas suffisant, je peux être d'accord mais n'allons pas diaboliser le privé, non plus ! » A expliqué Mme Bouchamaoui.


Madame Bouchamoui qui nous joue « Blanche-neige » qui s'adresse à sept millions de nains tunisiens, alors Blanche-neige, dis-nous si tu inclus le secteur privé parallèle dans tes calculs ?
Et dans l'exportation tu inclus aussi les djihadistes expartriés en Libye, Syrie, Irak et ailleurs ?
Non chère Blanche-neige ne diabolise surtout pas le privé, il est si angélique comme ça !

HatemC
| 28-11-2016 14:59
On joue légèrement sur les mots ... Surement que le secteur privé cumulé est le 1er POURVOYEUR d'emploi ...

Mais le 1er EMPLOYEUR reste la Fonction Publique avec près de 700 000 fonctionnaires toutes branches confondues ... avec une explosion entre 2010 et 2012 ... HC

MM
| 28-11-2016 14:04
Je n'ai pas le temps aujourd'hui, mais je mettrai une autrefois tout le linge sale du secteur privé au soleil et à la lumière!

kameleon78
| 28-11-2016 13:22
C'est le secteur privé qui créé des richesses dans le pays et non le secteur public qui lui au contraire alourdit la dette de l'état donc il faut encourager les emplois privés en allégeant les charges des entreprises, ne pas les assommer d'impôts divers. Je trouve que le secteur privé n'est pas assez développé il faut l'encourager, ce qui créé les emplois et la richesse d'un pays ce sont les PME (petites et moyennes entreprises), il faut les développer et les diversifier.

Mounir
| 28-11-2016 13:17
C'est vrai que si on me faisait pas payer d'impôts je pourrais ouvrir ma petite boite et recruter une bonne dizaine de personnes je serais le premier recruteur du quartier

De plus comparer le privé avec le publique c'est complémentent ridicule, puisque dans des pays comme l'Allemagne ou encore le Canada la proportions employés du privé par rapports au public dépasse les 500%

Les cotisations sont moins chères pour le publics et les salaires plus élevés pour le publics également puisque l'Etat s'est approprié la part du Lion, en Tunisie c'est l'inverse.
En Tunisie si madame Bouchamaoui arrive a inclure dans ses statistiques les personnes sans assurances, ou les personnes auxquels ont paie moins que le SMIG c'est parce qu'elle manque très probablement de visibilité, je suis sur qu'elle n'est jamais allé sur le terrain voir les conditions de travail dans l'industrie ou surtout dans le textiles. La plupart n'ont aucune sécurité d'emploi, pas de contrat rien, comme ça quand on les jettera ils ne pourront rien faire. Le public recrute sur concours national, le privé sur simple entretien ou par téléphone de l'ami de mon ami.
La Tunisie depuis la révolution recrute pour crée plus de consommateur, l'État a pris le rôle du social et essai tant bien que mal d'absorber le problème du chômage, que fait le privé?

Certes il ne faut pas généraliser, mais au moins Tous les employés du publics paient leur impôts et ca c'est du 100% qu'ils travaillent ou pas ils contribuent au budget de l'État, à la constructions des routes, des hôpitaux et des écoles. Peut on en dire de même du privé?
Que madame Bouchamaoui ne compare pas deux choses complétements différentes et qu'elle lutte à imposer le paiement des taxes par tout le privé si la Tunisie qu'elle pompent jour et nuit lui tiens à c'ur.

Mais c'est vrai qu'il n'y a qu'en Tunisie que l'on accepte ce qu'on appel avec beaucoup de charme "les hommes d'affaires ou patrons voyoux"