alexametrics
vendredi 30 septembre 2022
Heure de Tunis : 08:20
Dernières news
Salwa Hamrouni : la loi électorale aboutira à un parlement d’hommes fortunés
19/09/2022 | 10:54
2 min
Salwa Hamrouni : la loi électorale aboutira à un parlement d’hommes fortunés

 

L’universitaire et présidente de l’Association Tunisienne de Droit Constitutionnel, Salwa Hamrouni, a été présente ce lundi 19 septembre 2022, sur les ondes de Shems FM au micro de Myriam Belkadhi pour revenir sur la nouvelle loi électorale, considérant que cette loi intervient dans un contexte constitutionnel d’exception et qu’elle a été élaborée sans démarche consultative, sans démocratie inclusive et qu’elle est à l’image des autres textes de loi mis en place d’une manière unilatérale.

 

Revenant sur le fond de la nouvelle loi électorale, l’universitaire, Salwa Hamrouni a vivement critiqué le point portant sur les parrainages, expliquant que cette démarche avait déjà posé des problématiques depuis son adoption pour la présidentielle et qu’elle ne reflétait en aucun cas la véritable volonté de l’électeur. « Ce décret-loi punit les femmes et aboutira à un parlement d’hommes fortunés ayant un pouvoir financier. Je ne suis pas étonnée de cette démarche du président de la République, c’était prévisible ».

 

D’autre part, elle est revenue sur le mode de scrutin, soulignant que le scrutin uninominal ou proportionnel est adopté à la suite d’études démographiques préalables. « Cependant, il convient de noter que certains obstacles peuvent entraver le scrutin uninominal en Tunisie, puisque nous sommes une société qui ne croit pas dans les institutions et qui sacralise le patriarcat ».

 

Quant à la réduction du nombre de sièges au nouveau parlement, l'universitaire a salué cette nouvelle disposition, exprimant toutefois certaines réserves dans la mesure où elle pourrait créer des sensibilités régionales et les risques d’un recours abusif au mécanisme de retrait de confiance entre les adversaires d’une même région.

 

S.H

19/09/2022 | 10:54
2 min
Suivez-nous
Commentaires
Naim
Pas spécialement.
a posté le 20-09-2022 à 13:40
Par contre, vu le comportement de certaines, une juge arrêtée en plein trafiqué de monnaie étrangère, la folie pathétique de abir mossi, les mensonges de la hab hab abbou, la cellule de femmes terroristes démantelée dernièrement et autant d'autres malfaisantes nous invite à les considérer ayant le même potentiel de nocivité que les khwamjias, les terroristes et les hommes d'affaires véreux. En conclusion, seules les dames patriotes seront eluent et elles sont en masse.
SALIM
22 soeurs, 14 coeurs,3 carreaux,5 piques,5 moujira ,2 haya et UNE BREBIS VOLEE A SAID ALJAZIRI
a posté le 20-09-2022 à 13:40
VOICI LE nombre des femmes élues dans l'ARP DE 2019 aprés les élections selon le systéme des listes avec parité homme femme. : 22 soeurs (NAHDHA), 14 coeurs (KALB TOUNES) ,3 carreaux (ATTAYAR), 5 piques (PDL), 5 moujira (echaab,Tahya tounes,machroua,ich tounisi, AYARI), 2 haya ET UNE BREBIS VOLEE au parti Errahma de Said JAZIRI ,. Soit au total 52 femmes sur 217 élus, soit moins que le quart. Sachant qu'au plus 5 femmes étaient actives (elles ont pris la parole).LE RESTE ETAIENT DES FIGURANTES (KOMPARCES) et ont servi seulement pour le VOTE et LES BAGARRES. donc, aux professeur(e)s ,et aux présidents des associations, le systeme de liste avec parité ne réalise pas une égalité homme femme dans l'ARP.
EL ARRAFA KHALTEK JANNET m'a téléphoné et m'a dit qu'elle a vu BILKARTA WO BILFINJAN que le pourcentages des femmes qui seront élues le 17/12/2022 dépassera celui de 2019. Moi je crois KHALTEK JANNET et je ne crois pas les professeurs de droit (Sauf KAIS SAIED, kraifi, Rsaisi et Gaidi,.....) et les associations ATIDE, ELBAWSALA ,MOURAKIBOUN,I WATCH et celle de la civilité de l'état.
SALIM
FARRAGH KALBEK ET KHALTEK JANNET
a posté le 20-09-2022 à 11:31
Les émissions radio sont devenues des émissions FARRAGH KALBEK, ou les invités, notamment des professeurs de droit constitutionnel, dénoncent, critiquant et condamnent les décisions du PRESIDENT KAIS SAID. Lui, il FONCE comme un TANK sans regarder ni à droite ni à gauche. Et meme ,il s'est moqué d'eux en disant :Si l'ALGERIE est le pays du million de MARTYRS, la TUNISIE est devenue le pays du million DE PROFESSEURS DE DROIT CONSTITUTIONNEL. Ces professeurs ont une jalousie et une envie à KAIS SAID, car ,lui, professeur de droit constitutionnel, est devenu PRESIDENT NON TARTOUR, et a osé s'opposer aux ennemis de l'état et du peuple. ils ont aussi une haine pour KAIS SAID car il les a écarté de la composition de la cour constitutionnelle. Ces 'professeurs' à l'exception de quelques uns (KHRAIFI, RSAISI,GAIDI,...) ne sont pas neutres ,ni idéologiquement ,ni politiquement ,et sont meme réactionnaires, ont eté MUETS lors de la décennie NOIRE, et leurs LANGUES ne sont DENOUEES qu'aprés le 25 JUILLET.ET KAIS SAIED n'ecoute pas leur bavardage vide, inutile et parfois hypocrite ,puisque les decrets sont déja publiés, et que KAIS SAIED est SUR DE LUI, a la CONFIANCE de son peuple et a gagné le soutien de toutes les organisations nationales (UGTT,UTICA, UTAP Union de la Femme, Ordre des avocats...).Et c'est quoi ce pronostic d'un parlement d'hommes fortunés, comme si l'ancien parlement était un parlement de femmes pauvres alors que ce parlement comprend des corrompus et des KNATRIAS, et des grands fortunés et est dirigé par des lobbies à l'intérieur et de l'extérieur. SEULE une arrafa comme KHALTEK JANNET pourra pronostiquer sur la composition du futur parlement qui dans tous les cas sera de très loin MEILLEUR QUE LE DEFUNT de gannouchi.
Houcine
Cette vigilance vous honore.
a posté le 19-09-2022 à 21:22
Madame, vous pourriez emporter l'adhésion d'un homme, mais il s'en faut de beaucoup.
La vigilance quasi-unanime pour déceler d'erreur un Code aussi imparfait que partiel et partial qu'il serait me fait souci.
On pourrait rétorquer à tous vos semblables, et m'adressant à vous aussi, que le péril dont vous exhibez était là du temps où peu de monde osait se mettre sur le chemin de ceux qui voilaient les femmes.
Et je vous assure que c'est une erreur de perception que de croire quelque soubrette élevée à la dignité de mairesse de la capitale ou de telle ralliée aux atours tout ce qu'il y a de plus actuel. Car, en vérité, les femmes ont vu leur image comme leur statut, stagner, reculer sous le règne des barbus.
Certes, les conditions ont été durcies, et se présenter au nom d'une officine en faction, en groupe ou en catimini ne sera plus de mise.
Il ne suffira plus de dire Allahou Akbar pour mériter les suffrages. Il faut avoir un programme, au moins déclarer ses propositions, écrire sa profession de foi, et en son nom, s'engageant ainsi devant l'électeur.
Et puis, criez-vous que l'image de la femme y a gagné lorsqu'on songe à ce que nous ont montré les Zoghlami, les Ksiksi et d'autres?
La femme est un homme comme un autre, disait quelqu'un avec humour.
En Tunisie, les textes lui reconnaissent une égalité totale, la question de l'héritage mise à part.
Et qu'ont-ils fait nos très modernes pour avancer sur ce point ? Rien.
Présentez-vous, et nous voterons pour vous. Du moins, les hommes qui partagent la vision de feu Bourguiba.

A4
Mise à prix:
a posté le 19-09-2022 à 16:33
50 Dinars la signature de parrainage . . . et un paquet de chocotom.
Qui dit mieux ?
Abel Chater
Le Tout Puissant les humilie et leur fait payer leurs trahisons contre la transition démocratique de la Tunisie, par un coup d'Etat inédit de par le monde entier, jusqu'à les avoir transformés en d'esclaves auto-déclarés et eux, ils osent encore parler de la «loi électorale» sans parler de son illégalité putschiste.
a posté le 19-09-2022 à 13:33
Nous disons en tunisien : «mè kèdhè, kèn essboô el-kablè» ou (seul le doigt de la sagefemme la dérange dans son accouchement).
Allah yèhlik Ass-hab el-charr.
R.T.
Oui c'est exact .
a posté le 19-09-2022 à 12:46
Ce que dit cette est vrai . Je l'ai déjà dit dans un commentaire ,il y'a quelques jours , que B.N. a peut être omis de le publier ? La porte est ouverte à ceux qui ont du "flous" !

Alya
Pas sur
a posté le 19-09-2022 à 12:24
Elle n a pas obligatoirement raison. Les signatures sont réclamées auprès d une société constituée de 50/100 de femmes? Il est temps de même que que le tunisien évolue et croit à l institution plus qu au patriarcat. Le seul problème réel est celui des binationaux?
DHEJ
Et alors...
a posté le 19-09-2022 à 11:23
Les femmes auront la chance de les manipuler.


Comme dit la chanson look arround you there is a woman next to you...


Ils tomberont dans le trou...


Et puis ce sont des "genres"