alexametrics
dimanche 24 octobre 2021
Heure de Tunis : 10:43
Dernières news
Hmaidi : Les politiciens essaient de réformer la justice en gardant des brèches pour la contrôler
07/10/2021 | 14:07
3 min
Hmaidi : Les politiciens essaient de réformer la justice en gardant des brèches pour la contrôler

 

Le juge et président de l'Association des magistrats tunisiens (AMT), Anas Hmaidi a affirmé qu’il n'y a pas eu de grande réforme au niveau de la justice tunisienne. « Plusieurs mécanismes n’ont pas été activés ou instaurés. C’est le cas de l’Inspection générale du ministère de la Justice… L’inspecteur général du ministère de la Justice dissimule des dossiers », a-t-il déclaré.

Invité jeudi 7 octobre 2021 par la radio Mosaïque FM, Anas Hmaidi a considéré que la création d’un gouvernement était indispensable pour entamer une réforme et une lutte contre la corruption au sein de la justice tunisienne. « Nous devons, également, avoir un ministère de la Justice audacieux, courageux et maîtrisant son département », a-t-il insisté.

La réforme doit être institutionnelle, selon lui. « Nous devons améliorer le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) et le conserver. Il s’agit de l’un des acquis de la démocratie… Néanmoins, ces réformes doivent être inclusives et non-pas parachutées de façon verticaleLes politiciens essaient de réformer la justice en gardant des brèches leur permettant de la contrôler », a-t-il précisé.

La situation exceptionnelle actuelle, selon lui, permettra à la Tunisie de passer vers la réforme.

« Le CSM doit procéder à la lutte contre la corruption au sein de la justice tunisienne… Il nous faut réviser les critères d’éligibilité au CSM puisque ceux-ci n’avaient pas pris en considération l’honnêteté et l’intégrité des juges… Un lobby, soutenu par des partis, des politiciens et des hommes d’affaires, essaie de contrôler la justice et a réussi à s’imposer au sein du CSM », a-t-il dit.

Anas Hmaidi a déploré la présence de juges corrompus au sein du CSM. Il a appelé à transmettre les dossiers de ces juges au conseil de la justice judiciaire afin de se prononcer.

Anas Hmaidi a, également, souligné l’importance de dresser un bilan au niveau des pôles judiciaires. « Nous devons étudier leur fonctionnement et l’attitude des juges d’instruction au sein de ces structures », a-t-il expliqué.

« Nous ne voulons pas d’une justice influencée par la situation politique. Nous cherchons à instaurer une justice qui appliquera la loi de la même façon quelle que soit la situation », a-t-il insisté.

 « Nous aurions aimé entendre la réponse du président du CSM face aux accusations du président de la République… Si Kaïs Saïed est en possession de dossiers de corruption concernant des juges, nous l’appelons à les transmettre à la justice afin d’ouvrir une enquête », a-t-il réagi à l’allocution du président de la République lors de son entretien du 4 octobre 2021 avec le président du CSM, Youssef Bouzakher.

 

 

 

Par la suite, Anas Hmaidi a appelé le président de la République à entamer le dialogue avec les juges, ainsi que l’ensemble des acteurs intervenant dans la justice tunisienne.

Anas Hmaidi a critiqué la lenteur dans la publication du mouvement annuel des magistrats par la présidence de la République. « Nous voulons que le président le fasse afin d’entamer une révision », a-t-il expliqué.

 

 

 

S.G

07/10/2021 | 14:07
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Hadou
Taisez vous supporter de Bachir 3akremi
a posté le 07-10-2021 à 16:21
Quand on se rappelle que six(6) membres du conseil supérieur de la magistrature et parmi eux son président (bouza5ir) ont voté pour enterrer le dossier du Protecteur du terrorisme Bachir 3akrmi..on déduit combien ce pays est infiltré par les traîtres....
Même ce 7maidi,est loin de tous soupçon...
AVERROES
KAIS SAIED DOIT ENGAGER LE PROCESSUS ELECTORAL ( C EST CA LA DEMOCRATIE )
a posté le 07-10-2021 à 15:33
Le président semble s'accommoder à l'instabilité politico/sociale alors que l'inquiétude gagne davantage les esprits. La manifestation ( monstre ) de dimanche dernier ne doit pas leurrer K. SAIED, il doit dire enfin dans quelle voie va t il s'engager. Je suis l'un de ceux qui l'ont applaudi avec ferveur le 25/7/21, aujourd'hui je suis parmi ceux et celles qui se sont aperçus qu'ils ont été abusés et désillusionnés. La démocratie ! Mr le président est un bien précieux que chaque tunisien veut préserver, vous avez eu cet énorme courage de débarrasser les citoyens d'un despotisme théocratique, alors n'essayez pas à votre tour d'en instaurer un autre car le peuple il disposera de vous comme il en a fait avec les autres.. La démocratie n'est pas un vain mot elle a des règles et des paramètres à respecter LES ELECTIONS DOIVENT ETRE ANTICIPEES ET ANNONCEES SANS TARDER. LA REFORME ELECTORALE DOIT SE METTRE EN ROUTE. Le jeu de silence et d'attente a touché ses limites.
Houcine
De l'intérieur.
a posté le 07-10-2021 à 14:42
De l'intérieur de l'institution, cet homme dit et confirme ce que chacun percevait d'intuition ou d'expérience.
L'appel au chef de l'Etat sonne comme un aveu.
L'appareil judiciaire est cornaqué. Et, si verrouillé que même l'un de ces éminents membres crie son désarroi.
Indication intéressante à l'adresse de ceux qui nous parlent de "séparation des pouvoirs" dans l'absolu.
Aucun pays au monde n'a jamais établi cette fameuse recette, fruit de l'invention de mauvais lecteurs des penseurs comme Hume et le seigneur de La Brède.
C'est une combinaison de pouvoirs qu'il faut mettre en place afin que chaque pouvoir ait assez de force et de puissance pour arrêter les autres.
Mais, nous savons que la justice est déterminée par les circonstances, le génie et les m'?urs.
Chaque peuple crée ses institutions. Et en organise la distribution selon son temps et les exigences de sa culture.
Les lois, les m'?urs, les us et les coutumes varient dans l'espace et dans le temps. Ce qui paraissait impensable, hier, peut s'avérer nécessaire dans l'immédiat.
Nous avons besoin d'une justice soucieuse des libertés, et surtout en mesure d'assurer dans son rôle la mission d'ordre public que requiert la société.
S'il faut mettre un terme à la carrière de tel ou tel, faire place nette au sein de certains cénacles, parce que la situation et le moment le commandent, c'est de la responsabilité de tous, et en particulier de ceux qui tiennent les leviers d'actionner dans cette direction.
Les pesanteurs sont immenses et à la hauteur des intérêts en cause.
C'est pourquoi, il me semble nécessaire de faire droit à l'intérêt général.
L'immobilisme a de forts partisans, l'enjeu est de ne point céder aux injonctions de ce camp.
DHEJ
Ouf il utilise le MECANISME
a posté le 07-10-2021 à 14:21
Il faut des MECANICIENS pour réparer L'APPAREIL JUDICIAIRE et le mettre à point.

Réformer c'est le mot utilisé par le BLANC dans la convention de la Marsa de 1883.

Il faut MECANISER la justice et pour cette mission il faut des

INGENIEURS JUDICIAIRES...

Tu piges HMAIDI