alexametrics
lundi 25 octobre 2021
Heure de Tunis : 15:31
Dernières news
Fatma Marrakchi Charfi : La Tunisie doit rembourser 7,3 milliards de dinars d'ici la fin de l'année
14/09/2021 | 09:33
5 min
Fatma Marrakchi Charfi : La Tunisie doit rembourser 7,3 milliards de dinars d'ici la fin de l'année

 

La professeure universitaire et directrice du Laboratoire d’Intégration Economique Internationale, Fatma Marrakchi Charfi, a critiqué l’absence d’un dialogue autour de l’économie tunisienne.

« Nous discutons de la Constitution, des articles applicables et des institutions sans évoquer la situation économique ! L'économie est vivante et n’attendra pas la fin du débat relatif à l’aspect juridique ! », a déclaré la professeure sur les ondes de la radio Express FM le 14 septembre 2021.

« D’ici la fin de l’année, nous devons rembourser 7,3 milliards de dinars dont deux milliards sous forme d’emprunts extérieurs… Le Fond monétaire international (FMI) a élaboré une rallonge aux pays en voie de développement. La Tunisie a, donc, bénéficié de 740 millions de dollars, soit près de deux milliards de dollars. On pourrait dire que cette somme servira à couvrir les prêts extérieurs. Or, ceci n’est pas systématique. Le FMI suit de près la gestion de la part de la Tunisie et impose des conditions pour dépenser les 740 millions de dollars », a-t-elle affirmé.

La professeure a expliqué que la Loi de finances 2021 ne comporte que la partie dépenses sans mentionner la contrepartie. « On nous avait affirmé qu’une Loi de finances complémentaire sera adoptée entre mars et avril, chose qui n’a pas eu lieu. Nous avons donc un manque de ressources et nous ne savons pas comment nous allons alimenter la caisse de l’Etat », a-t-elle critiqué.

Fatma Marrakchi Charfi a, également, précisé que la Loi de finances avait été élaborée en se basant sur des hypothèses qui se sont révélées par la suite loin de la réalité. Ceci peut être constaté au niveau du prix du baril de pétrole. « Il est actuellement à plus de 70 dollars… On est à plus de 20 dollars de différence… L’impact de chaque baril est de 129 millions de dinars. De plus, l’hypothèse d’un taux de croissance de 4% a été réfutée directement par les résultats publiés par l’Institut National de la Statistique lors du premier trimestre », a-t-elle ajouté.

 

 

 

Pour ce qui est des institutions internationales, Fatma Marrakchi Charfi a expliqué que l’objectif n’est pas d’obtenir des fonds mais d’intégrer un programme. « Ceci forme une confiance assurant une collaboration à long terme », a-t-elle estimé.

Elle a, aussi, évoqué l’impossibilité de s’ouvrir sur les marchés internationaux en raison des évaluations élaborées par les agences de notation. « D’ailleurs, nous risquons une baisse de la note actuelle », a-t-elle signalé.

Concernant le budget de l’Etat, Fatma Marrakchi Charfi a rappelé que sur les 19 milliards nécessaires pour les dépenses, la Tunisie ne peut garantir que 9 ou 9,5.

« La Tunisie a lancé un emprunt obligataire. Sa première lancée a permis de collecter plus de 700 millions de dinars. Cette somme ne représente rien par rapport au neuf ou huit milliards dont nous avons besoin. La deuxième lancée consacrée aux sociétés a récolté plus de 400 millions de dinars. Ça nous fait un total de 1,200 milliard. Nous sommes très loin de l’objectif », a-t-elle déploré.

 

Ainsi, Fatma Marrakchi Charfi a estimé que la Tunisie se trouve dans une impasse. Elle a affirmé qu’il n’y a pas de visibilité même à court terme. La professeure universitaire a continué en critiquant l’absence de personne habilitée à négocier avec les institutions financières internationales. « Les négociations prennent beaucoup de temps et se font sur la base de réformes. Avons-nous fixé celles-ci ? », s’est-elle interrogée.

Fatma Marrakchi Charfi a estimé que la Tunisie n’est pas en train de faire de la croissance et qu’elle ne collecte pas le maximum d'impôts. Elle a évoqué la possibilité de transférer une partie des bénéficiaires du régime forfaitaire vers le régime réel. Elle a considéré qu’il y a un problème au niveau de l’implémentation de réformes.

Du côté des dépenses, Fatma Marrakchi Charfi a souligné l’importance de la réforme de la fonction publique sans toucher à la masse salariale. Elle a expliqué qu’il est possible de redistribuer les agents publics. « Ceci peut créer de la valeur en renforçant l’efficacité de l’administration », a-t-elle affirmé.

Au sujet des subventions, la professeure universitaire a mis en valeur la rationalisation de ces dépenses. « Il n’est pas normal qu’un fonctionnaire qui en payant ses impôts, paie l’essence des riches qui roulent en 4x4 », a-t-elle ajouté.

« Si nous ne rationnalisons pas les dépenses, nous risquons l’insoutenabilité de la dette. L’Etat ne sera plus en capacité de verser les salaires ou alors on devra procéder à des découpes salariales… Les questions ont commencé à faire surface à cause des deux grandes échéances de juillet et août à hauteur de 500 millions de dollars chacune. Il y a eu des rumeurs sur l’arrivée de fonds de pays voisins et amis. Ceci n’a pas eu lieu. L’Etat a dû emprunter sur le court terme pour payer des échéances sur sept ans et à un taux d’intérêt supérieur. Nous avons emprunté à un taux de 6,52% pour payer des prêts à un taux de 2,5%. Financer le long terme avec le court terme est un schéma de financement bizarre. Mais, malheureusement, nous n’avons pas d‘autre choix », a-t-elle expliqué.

 

Fatma Marrakchi Charfi a expliqué que l’Etat, en décembre 2020, a emprunté auprès de la Banque Centrale afin de boucler le budget de l’Etat. « Il s’agissait d’un bras de fer. Actuellement, il n’y a pas de parlement. Comment allons-nous procéder ? », s’est-elle interrogée encore une fois.

« Nous avons recouru au refinancement des banques par la Banque Centrale. Actuellement, il est proche des 12 milliards de dinars. Ce procédé a été utilisé en raison du manque de liquidité. Nous devons créer de la richesse et faire de la croissance. Nous ne sommes pas en train d’aborder cette question car nous sommes submergés par le court terme. Nous n’avons pas encore abordé la question de la Loi de finances de 2022 car nous sommes préoccupés par la Loi de finances complémentaire de 2021 », a-t-elle révélé.

« Ces questions n’intéressent pas le citoyens malgré le fait qu’elles impactent directement son quotidien et son pouvoir d’achat… Il est, également, important de désigner un vis-à-vis avec les institutions internationales financières, c’est-à-dire un gouvernement et un ministre des Finances et non pas un chargé de gestion du portefeuille… Les réformes doivent porter sur la suppression des autorisations », a-t-elle signalé.

 

 S.G

14/09/2021 | 09:33
5 min
Suivez-nous
Commentaires
MONDER CHADI
A.L
a posté le 15-09-2021 à 20:41
Avec le nombre de milliards confisqués aux trafiquants il n' y a pas quoi s'inquiéter
Warrior
Fatma Marrakchi Charfi .... c'est quoi ? ..........
a posté le 15-09-2021 à 12:02
c'est quoi ce nom composé, dans 1 pays musulman ?
qd on se marie, on prend le nom du mari.
STOP copier la France !!
Dr. Jamel Tazarki
il est temps de mettre à la poubelle tous les manuscrits académiques de Madame Fatma Marrakchi Charfi, avec ses histoires de la baisse de la note, les discussions avec le FMI et le remboursement de l'intérêt de la dette alors que nous n'avons pas les moyens
a posté le 14-09-2021 à 21:48
1) Il faut arrêter de faire rouler notre dette, c'est à dire de rembourser le capital venant à échéance en contractant de nouveaux emprunts. L'?tat tunisien rembourse aux créanciers des sommes colossales en leur réempruntant les mêmes sommes avec en sus des intérêts à payer, et ainsi de suite. --> Faire comme si ce mécanisme est insignifiant est problématique. Aujourd'hui la presque totalité de nos emprunts publics sont utilisés pour payer les intérêts sans pour autant rembourser le capital --> au juste notre dette ne sert qu'à elle-même.

Puis, on ne sait absolument rien sur l'identité des créanciers. Au juste on ne sait pas à qui on paye chaque année les intérêts de la dette. --> nous avons ainsi un problème juridique mais ceci n'est pas notre sujet d'aujourd'hui'?'


Très chère Madame Fatma Marrakchi Charfi, il n'y a pas que "la baisse de notre note actuelle", le problème est en particulier ailleurs --> tôt ou tard la BCE mettra fin à sa politique de quantitative easing, et ainsi les taux repartiront à la hausse. Et ne serait-ce que de 2% d'intérêt en plus, le surplus se chiffrera tout de suite en milliards supplémentaires à payer par le contribuable tunisien. C'est cette crainte d'une charge qui augmente de nouveau indépendamment de la baisse de notre note qui devrait nous encourager d'arrêter cette idée absurde de faire rouler notre dette --> il est temps de nous libérer de cette dépendance des marchés financiers internationaux.


Très chère Madame Fatma Marrakchi Charfi, vous voulez nous faire croire qu'il faut être expert ou économiste pour comprendre quelque chose à la dette et donc émettre un avis dessus. --> vous faites du tord à Madame Sihem Boughdiri, chargée de gestion des affaires du ministère de l'?conomie, des Finances et de l'Appui à l'investissement --> Pourquoi les femmes discriminent souvent leur collègues féminines:(( --> je vous prie de relire l'article'?'

Très chère Madame Fatma Marrakchi Charfi, vous encourager implicitement à employer la dette comme moyen de chantage à l'austérité --> vous exercer une influence politique à des fins de neutralisation de toute autre alternatives politique et socio-économique. Vous êtes victimes de vos cours / scripts académiques'?'


2) Nous revenons aux faits, un peu de formalisme:
a) L'Etat Tunisien n'a pas les moyens afin de payer les intérêts de la dette
b) nous voulons sortir de cette boucle (loop) infinie de s'endetter de nouveau et de nouveau afin de payer les intérêts de la dette --> la dette ne sert qu'à elle-même:(

-->
- oui très chère compatriote Fatma Marrakchi Charfi, on va dire à nos créanciers (que l'on a jamais connus et que l'on ne connaîtra jamais) qu'actuellement nous sommes incapables de payer les intérêts de notre dette et qu'ils doivent attendre que notre situation s'améliore'?' on ne peut pas se permettre pour le moment de rembourser notre dette publique quels qu'en soient son montant et son coût financier
- que l'Etat tunisien s'endette n'est pas un problème en soi. Par contre, comment il le fait, qui en profite, pour financer quoi, quelles politiques publiques en découlent --> ce sont les questions sans réponses depuis 2011.

Dr. Jamel Tazarki, Mathématicien

Emeli Sandé - Read All About
https://www.youtube.com/watch?v=vaAVByGaON0

Dr. Jamel Tazarki
J e voudrais rajouter
a posté le à 11:28
il faut comprendre que le Le scénario où l'on ne pourrait pas rembourser notre emprunt extérieur à temps s'est produit --> Il faut aussi être conscient du fait que ce scénario était prévisible (predictable) pour nos créanciers, c'est pour cela d'ailleurs que le taux d'intérêt de nos emprunts extérieurs est / était trop élevé (sans entrer dans les détails).
-->
Fazit: il ne faut pas paniquer, il faut plutôt expliquer à nos créanciers que nous ne pouvons pas rembourser notre emprunt extérieur à temps --> la démarche pour ce cas particulier de non remboursement à temps est déjà prévue lors de la signature des contrats de l'emprunt.


Dr. Jamel Tazarki
Errata
a posté le à 07:36
Je corrige la faute d'inattention qui me dérange le plus:
vous faites (du) tort à Madame Sihem Boughdiri, chargée de gestion des affaires du ministère de l'économie, des Finances et de l'Appui à l'investissement --> Pourquoi les femmes discriminent souvent leur collègues féminines? :(( --> je vous prie de relire l'article...
Dr. Jamel Tazarki
penser "out of the box"
a posté le 14-09-2021 à 21:44
3) Nos agriculteurs sont là pour nous nourrir:
Oui la compagne doit continuer à travailler, les slogans comme "restez chez vous", "ne sortez que pour faire les courses" et "pratiquez le télétravail" ne font aucun sens pour nos paysans ==> oui, les vaches doivent être traites, les légumes récoltés, les semis plantés...

Il faut rassurer les Tunisiens que la nature est en pleine forme et ne souffre pas de Corona, Il faut seulement garantir une logistique fonctionnante afin de distribuer dans tous les coins de la république.

Que la Tunisie enregistre une récession de 3,8% ou de 4,3% en 2021 intéresse très peu le Tunisien qui veut manger à sa faim...

@Président de la République tunisienne: prière d'encourager s.v.p. nos paysans et nos agriculteurs afin qu'ils puissent nourrir les Tunisiens, et pour cela il faut encourager la production agricole des aliments de base. Il faut renoncer à certaines cultures au profit de la pomme de terre afin que les tunisiens puissent manger à leur faim tout en ayant une nourriture saine.

Première priorité de la Tunisie en cette période très difficile est de fournir les engrais, la semence et le matériel agricole à nos agriculteurs et paysans afin qu'ils puissent cultiver la terre et nourrir les Tunisiens.


4) Se sentir utile, la plus haute rétribution qui soit,
Il faut absolument faire participer tous les Tunisiens sans exception afin de garantir L'autosuffisance alimentaire. --> Je propose de transformer nos toits en champs de légume de toute sorte en utilisant des tours de pots en plastique, ou en terre Cuite ou dans de petites constructions cimentées. --> pratiquer l'agriculture urbaine sur les toits de nos maisons --> pour cela l'Etat tunisien devrait encourager la production des engrais liquides --> on pourrait produire des millions de tonnes de pommes de terre sur nos toits.

5) l'élevage des lapins (et même de petits poulaillers de jardin)
J'étais surpris quand j'ai découvert que les citadins allemands élèvent des lapins de ferme dans leurs jardins dans des clapiers pour lapins en bois en plein Munich, Stuttgart, Berlin,( etc., etc., etc.).
https://www.zoomalia.com/blogz/567/l_clapier-C3A9levage-lapins.jpg
-->
Et ainsi je me suis demandé pourquoi nos citadins en Tunisie ayant des jardins ne voudraient pas élever des lapins dans des clapiers en bois pour une autosuffisance partielle en viande? Puis les lapins ne coûtent pratiquement rien, ils mangent beaucoup d'herbe, et les tiges vertes des légumes.
-->
Si chaque famille tunisienne ayant un jardin élevait 4 lapins dans des clapiers en bois, on aurait quelques millions de tonnes de viandes en plus--> La Tunisie épargnerait quelques millions d'euros.

6) Il faut donner à nos académiciens de vrais projets informatiques attractifs à l'international, et non pas de les laisser faire des conneries. J'ai des projets informatiques plein la tête pour eux'?' Et il faut se débarrasser en particulier de cette idée à la con de fabrication de satellites et de drones de Telnet'?' --> il faut faire de la Tunisie plutôt une société de service dans les plus cours délais, en quelques mois.

Fazit, il est temps de mettre à la poubelle tous les manuscrits académiques de Madame Fatma Marrakchi Charfi, avec ses histoires de la baisse de la note, les discussions avec le FMI et le remboursement de l'intérêt de la dette alors que nous n'avons pas les moyens --> les conséquences sont évidentes, oui on ne pourrait plus espérer avoir de nouveau crédits, --> et alors que faire sinon, si nous n'avons pas les moyens pour le moment. Puis nos dettes depuis 2011 n'ont servi à absolument rien'?'


@Mr. Kais Said, laissez moi parler avec le FMI et nos créanciers, et je vais sortir la Tunisie de l'impasse en quelques mois seulement'?'


Très Cordialement et bonne soirée

Dr. Jamel Tazarki, Mathématicien
Chris
Lapin
a posté le à 10:13
Mr. Les Tunisiens ne mangent pas ou que rarement du lapin qu'ils comparent au "Khatousse "
En Allemagne, c'est vrais, les gens des banlieues ont tous un pt lopin de jardin potager avec
poules et lapins. En voie de disparition ? Faute de parking
Dr. Jamel Tazarki
@Chris
a posté le à 11:59
Merci pour votre feedback,

le but est de faire participer tous les Tunisiens sans exception afin de garantir L'autosuffisance alimentaire -->si une famille tunisienne ne mange pas du lapin ou de pommes de terre, elle pourrait les produire pour ceux qui en mangent (à un prix raisonnable) --> c'est à l'Etat tunisien d'organiser / concrétiser cette idée de faire participer tous les Tunisiens sans exception afin de garantir L'autosuffisance alimentaire: c'est à l'?tat tunisien d'organiser la collecte de la production à domicile des Tunisiens.

Exemples:
a) Les aveugles en Allemagne produisent d'une façon décentralisée et à domicile des brosses, des pinceaux, des balais, etc.. Tous les vendredis, il y a quelqu'un de la commune qui passe chez les aveugles/handicapés chercher la production afin de la faire vendre d'une façon centralisée.
b) J'étais en Thaïlande et j'ai rencontré des familles pauvres qui mènent une vie paisible et arrivent à survivre grâce aux élevages traditionnels des crevettes, souvent sur les rives des petites rivières. C'est l'Etat Thaïlandais qui donne les moyens de productions et collecte aussi la production/récolte des crevettes afin de l'exporter vers l'Europe ou la commercialiser dans le pays.
c) Il y a quelques années un homme d'affaires français voulait produire des chaussures à Tazarka (mon village). Il a commencé d'abord par donner une formation à ses nouveaux employés. Il les a réunis dans une grande salle à la commune de Tazarka et il leur a montré les techniques de la fabrication des chaussures d'une façon artisanale (j'étais parmi les présents, j'avais 17 ans en ce temps-là). Il nous a fourni la formation nécessaire pour assurer la qualité du travail. Puis, il a introduit une nouveauté dans notre monde rural, un système de salaire différentiel aux pièces. On recevait une somme fixe par pièce produite. Puis, cet homme d'affaires nous payait même plus cher car on respectait les normes qu'il nous a fixées pour la production (encore plus de motivation afin de fournir un travail de qualité). Ce Monsieur, venu de l'étranger, a révolutionné notre monde rural en introduisant la même base de calcul du salaire pour les hommes et pour les femmes pour un travail égal ou d'égale valeur. C'était un bouleversement socio-culturel dans notre petit village où les femmes gagnaient beaucoup moins et travaillaient beaucoup plus sur les champs des autres. Ce Monsieur, venu de loin, a su motiver tout le monde. Je produisais durant mes vacances scolaires des chaussures de très hautes qualités et ceci par dizaines et par centaines! Je ne me faisais pas de soucis pour la vente de ma production. En effet, Je savais que ce Monsieur, venu de très loin, allait acheter toute ma production.

Très Cordialement
Jamel Tazarki
Dr. Jamel Tazarki
Je voudrais rajouter
a posté le à 07:50
Entre les deux guerres mondiales, les Allemands ont cultivé pour des raisons de logistique les pommes de terre même entre les chaussées des autoroutes et des routes à chaussées séparées --> il faut garantir l'autosuffisance en nourriture de la totalité de la population et savoir comment distribuer la récolte dans tous les coins de la république.
Dr. Jamel Tazarki
L'origine du mal, historique
a posté le 14-09-2021 à 21:39
3ème partie:

C'est très bizarre/grave que les nuls de notre ex-troïka qui ont ruiné la Tunisie socio-économique veulent reconquérir de nouveau le pouvoir alors qu'il faudrait leur faire des procès justes pour gaspillages des finances publiques...

La plus grande faute du gouvernement de Mr. Essid est d'avoir injecté directement/indirectement autour de 10 milliards d'euros dans un système bancaire oligarque et en faillite. Il s'attendait qu'en injectant de l'argent dans notre système bancaire, cet argent allait circuler et créer de la richesse pour la Tunisie et tous les Tunisien et aboutir ainsi à une croissance économique de 4% à 7%", mais à sa grande surprise notre système bancaire était/est une jarre sans fond et l'argent injecté n'a jamais circulé. Certains de nos hommes d'affaires et de nos banquiers nous parlaient plutôt de la conquête économique de l'Afrique Subsaharienne et de l'exportation de nos capitaux!


Depuis 2011 les entreprises privées / oligarques tunisiennes exigent et obtiennent des baisses d'impôts et des dépenses publiques et privent ainsi l'Etat tunisien des moyens financiers de jouer son rôle d'entrepreneur dans des secteurs économiques indispensables pour la Tunisie où personne n'ose investir (infrastructure et logistique, etc.), elles assèchent ainsi les moyens de la source d'investissement de l'etat sans pour autant apporter de remèdes à notre économie. Notre ex-Premier Ministre, Mr. Essid, a fait baissé le taux directeur de 5% à 3.5% afin de motiver nos entrepreneurs d'investir, mais rien de cela! ===> Même un taux directeur négatif (ce qui est du non-sens, mais à limite faisable) ne pourrait pas motiver nos hommes d'affaires affairiste à investir.

On ne recapitalise pas des banques qui appartiennent en grande partie à l'oligarchie et à la bourgeoisie avec l'épargne de la masse pauvre sans les avoir nationalisées à 100% auparavant et ceci à zéro dinars/euros. L'Allemagne a eu le courage de nationaliser entièrement et à zéro euro l'une de ses plus grandes banques avant d'y injecter de l'argent, la Hypo Real Estate. Alors que notre ex-gouvernement de Mr. Essid (ex-troïka) a injecté inconditionnellement des milliards de dinars dans le système bancaire tunisien en grande partie oligarque. ==> La nationalisation à zéro dinars/euros et entière des banques tunisiennes en faillites aurait dû être faite déjà en 2011. Toute autre solution (sans la nationalisation à 100% et à zéro dinars/euros ou la fermeture) coûte plus chère aux Tunisiens! Voir le lien: http://www.businessnews.com.tn/oxford-business-group-presente-le-programme-de-reforme-du-systeme-bancaire-tunisien,520,66109,3

Bonne soirée

Dr. Jamel Tazarki, Mathématicien

PS: je m'excuse pour les fautes inattention, je n'avais qu'une heure de temps pour rédiger les 3 parties de ce commentaire.
Warrior
Dinar .... Junk Currency ..................
a posté le à 12:13
since the economy is highly dependent on euro zone, one could replace Dinar by euro.
Ecuador, El Salvador ... already replaced theit locel currency by US $.
the result is more financial stability.
Dr. Jamel Tazarki
Je voudrais rajouter
a posté le à 08:03
Monsieur Essid est une adorable et intelligente personne, il était seulement victime de certains de nos prof. universitaires, du FMI et de la banque mondiale qui l'ont très mal conseillé par ignorance --> Il a appliqué des théories de certains cours universitaires inadéquats avec la situation socio-économique de la Tunisie et la mentalité de nos hommes d'affaires....

Le FMI et la banque mondiale ont de très bonnes intentions, par contre ils ont très mal conseillé nos gouvernements depuis 2011 par ignorance de la réalité socio-économique de la Tunisie et de la mentalité de nos hommes d'affaires..

Hermès
Et alors Madame !!?
a posté le 14-09-2021 à 20:04
Nous avons les Tunisiens un très beau proverbe qui dit : EL HAY IKHALLESS. Et pourquoi vous ne participez pas au remboursement Sinon taisez-vous. Arrêtez votre cirque, .
Forza
Kais Saied ne veut pas voir l'iceberg
a posté le 14-09-2021 à 17:19
.
'?lu de la république française
Mes chers -ères compatriotes soyez solidaires avec Kaïs Saïed
a posté le 14-09-2021 à 16:00
Voilà l'héritage des islamistes, je m'adresse au peuple tunisien soyez solidaire avec le président de la république Tunisienne, ils ne faut pas compter sur certains intellectuels, surtout les avocats qui ont signé une pétition, j'ai honte pour eux
Moene
Reponse
a posté le 14-09-2021 à 14:39
Voilà une dame sait de quoi elle PARLE, on est au bout du gouffre, réveillons nous voilà les islamistes quel HONTE qu' ils laissent après 10 ans de gouvernance successive.
AB1
Pas de probleme Madame!
a posté le 14-09-2021 à 12:39
Notre Président a déjà l'engagement des Emirats Arabes Unis et du Royaume des tronçonneuses pour financer le putsch et bien sûr les dettes de la Tunisie.

Une promesse est une promesse et ne sera pas rompue, c'est une tradition éprouvée de BeniHilèl.
Zarathustra
@Madame Fatma Marrakchi Charfi
a posté le 14-09-2021 à 12:37
Madame la professeure universitaire et directrice du Laboratoire d'Intégration Economique Internationale, Fatma Marrakchi Charfi est hypnotisée par ses cours académiques sans aucune proposition / inspiration intelligente

@Madame Fatma Marrakchi Charfi comment vous êtes devenue professeure universitaire et directrice du Laboratoire d'Intégration Economique Internationale, si vous êtes incapable de faire des propositions intelligentes? Je ne dis pas "proposer des solutions intelligentes mais du moins des propositions intelligentes".

ce soir je vous ferais des propositions, chère compatriote Madame Fatma Marrakchi Charfi, et entre temps, calmez vous chère compatriote, et souriez s.v.p:)

HANNIBAL
Des solutions ¿
a posté le 14-09-2021 à 12:21
Le peuple n'a pas de pain ! '? la place du bla bla... des commentaires et des chiffres, proposez donc des solutions appropriées et en l'occurrence comment sortir de cette impasse ?¿?
Karim
Mais non tout va bien!
a posté le 14-09-2021 à 11:31
Tout va bien super kaissoune s'occupe de la battata et du Bsal ! Tout le reste la diplomatie économique, la relance de l'investissement c'est secondaire pour lui ! Et le pire laabed issafkou w itablou "kolouna kais" hahahahaha. Dernièrement la lybie a signé un accord de coopération avec Malte pour former ses soignants et pour que les libyens aillent se faire soigner la bas, ils ont aussi signer des accords avec l'?gypte pour les BTP ... Et nous notre "super kaissoune" près de deux mois après tjrs pas de gouvernement et de discours clair au peuple (mis à part des sorties populistes nahnou et hom...) et on s'occupe de la battata et du Bsal !!!! Je crois rêver meskina tounes ... Aucun gêne de patriotisme et de notion d'économie chez ce "pouple" d'ignorants qui n'aime que lhezzen l9offa.
Et qu'en est t'il de la mise hors circuit des nakbaouie et du criminel khriji responsables de la situation catastrophique c'est pour quand ? Récemment il a même était a un mariage tranquillement comme si de rien n'était.
La Tunisie avant tout marre des chleyeks qui se complaisent dans la médiocrité pendant que d'autres pays avancent.
Djikistra
Pas de souci..
a posté le 14-09-2021 à 10:51
Ok ,la Tunisie va rembourser toutes ses dettes mais ce sont tous ces escros qui vont devoir le faire.
La liste des escrocs est la suivante :
1)la secte et ses membres influents ainsi que les amis de sebsi et son rcd.
2)les hommes d'affaires corrompus et verreux qui ont pillé des centaines de milliards d'euros sinon plus à ce peuple victime.
3) magistrats et avocats ripous qui se sont enrichis depuis 2011.
4)journalistes et propriétaires de chaînes de radios et de télévision qui se sont enrichis après 2011.
5)hommes politiques corrompus
6)contrebandiers
7)hauts fonctionnaires (banque centrale, ministères sensibles ,par exemple les plus corruptibles le fisc....

Voilà une petite liste qui devrait honorer nos dettes en attendant la suite..
Tunisino
A quand l'aube!
a posté le 14-09-2021 à 10:29
Nous discutons de la Constitution, des articles applicables et des institutions sans évoquer la situation économique! L'économie est vivante et n'attendra pas la fin du débat relatif à l'aspect juridique!---Tout à fait, mais il faut convaincre les idéologues, islamistes et communistes, que l'économie n'attend pas! Ils sont tout simplement des bêtes suicidaires, bêtes pour leur médiocrité (technique, mentale, et morale), et suicidaire car ils vont forcer les citoyens à se révolter face à leur incompétence. A quand l'aube, la nuit de la deuxième république semble infinie.

@BN: La Tunisie a, donc, bénéficié de 740 millions de dollars, soit près de deux milliards de dollars---Plutôt dinars.
Linoucha
Le désastre
a posté le 14-09-2021 à 10:07
Ils ont ruiné le pays ces nouveaux venus de nul part avec l'esprit de partager le gateau prétextant la compensation des années de braises laissant le pays en cendre et nous voila en plein désastre ..."ils n'ont même pas appris la coiffure avec nos têtes nous les orphelins" ils sont restés comme des bougres à la recherche d'un salut qui ne vient pas
H.2n
Argent de poche
a posté le 14-09-2021 à 09:59
pour rembourser ces dettes , On devrait mettre à contribution Ennahdha et l'UGTT , ces 2 organisations sont les plus grandes bénéficières de tout ce que le pays a contracté comme emprunt.
H.2n
enfantin !
a posté le à 17:59
bénéficiaires
jemjem
entièrement d'accord
a posté le à 11:17
Entièrement d'accord avec vous H.2n
J'ajouterais ceci;Et si le ministère du travail se mettrai à limoger toutes celles et ceux qui ont été engloutis dans nos institutions tout azimut SNCF TUNIS AIR SFAX GAFSA CTN LA POLICE L'ARMEE ETC... que ce soit du côté des Nakbaouines ou du côté d'el ettihad ainsi l'état peut se faire une économie de plusieurs milliards !