alexametrics
lundi 25 janvier 2021
Heure de Tunis : 05:29
Dernières news
Elyes Fakhfakh entendu par le juge d’instruction du pôle financier
11/01/2021 | 15:06
1 min
Elyes Fakhfakh entendu par le juge d’instruction du pôle financier

 

L’ancien chef du gouvernement Elyes Fakhfakh a été entendu ce lundi 11 janvier 2021 par le juge d’instruction du pôle judiciaire économique et financier, dans le cadre des investigations menées dans l’affaire de soupçons de conflit d’intérêts et de corruption.

C’est ce qu’a indiqué le responsable de l'unité d'information et de communication et substitut du procureur de la République près Tribunal de première instance de Tunis, Mohsen Dali, dans une déclaration à Business News.

 

 

Elyes Fakhfakh est, rappelons-le, soupçonné de conflit d'intérêts et de corruption en lien avec un marché public décroché auprès de l’Agence nationale de gestion des déchets (Anged) par un groupement d’entreprise dans lequel il est actionnaire.

Le 16 juillet, l’Instance nationale de lutte contre la corruption (Inlucc) a transmis au procureur de la République près du pôle financier un deuxième rapport étayé de nouveaux documents et preuves précisant qu’il s’agit de corruption financière et administrative et d’évasion fiscale en plus des soupçons de conflit d’intérêts.

L’Inlucc a, alors, demandé ainsi procureur d’émettre des décisions d’interdiction de voyager et de gel des avoirs de certains suspects « tenant compte de l’existence de fortes preuves quant à des violations de la loi et des dépassements qui peuvent être qualifiés de corruption ». Le rapport préliminaire du ministère de la Fonction publique, de la gouvernance et de la lutte contre la corruption concernant cette affaire a, lui, confirmé plusieurs irrégularités dans le processus d’obtention du marché. Selon ce rapport publié le 17 juillet, le dossier du groupement SOTEME/Valis/Serpol n’aurait pas dû être retenu car non conforme aux conditions de participation.

 

I.N

11/01/2021 | 15:06
1 min
Suivez-nous
Commentaires
Bul.2r
La revanche
a posté le 11-01-2021 à 18:19
S'il a osé limoger les ministres issu d'Ennahdha quand il était chef du gouvernement c'est qu'il est clean . Mais il n'est pas à l'abri de fabrication de fausses preuves .
Carthage Libre
Ou l'khriji? Ou n'ahdha? Ou les khwenjias? Chay?
a posté le 11-01-2021 à 15:31
Ya walah 7wel....

AUCUN d'Ennahdha n'a été touché AUCUN.

Qalek "révolution" après 10 ans ; WINHOM les JUGES COURAGEUX et intègres? Ils ne touchent JAMAIS JAMAIS aux islamistes les peureux!
Abel Chater
@Carthage Libre
a posté le à 19:58
Tu vois combien tu es ***et combien tu ne fais tout le temps que mentir avec tes semblables, contre l'honnêteté de la culture et de l'éducation dans le vrai milieu musulman?
Le vrai conflit entre votre éducation non-musulmane ou musulmane de "gabbi-gabbi", ne tourne qu'autour l'honnêteté humaine. Ni prières, ni rites de l'Islam. Seule l'honnêteté humaine vous manque aux ennemis de l'Islam. Vous n'arrivez même pas à croire qu'il puisse y avoir des Tunisiens honnêtes, en adéquation avec leur culture musulmane. Bien qu'il n'y ait aucune preuve d'un quelconque crime contre les membres du parti d'Ennahdha, vous transformez cette vérité en un crime virtuel contre toute la Justice tunisienne elle-même.
Apprends d'abord à être honnête, afin d'arriver à comprendre la vraie honnêteté chez les autres. Nous disons en arabe "fakidou al-chaii, lè yoôtih" ou "on ne peut donner ce qu'on ne possède pas".
stuc
ministere formate par bhiri
a posté le à 18:35
on ne se fout pas le doigt dans l oeil tout seul!(reflextion tunisienne)!