alexametrics
Dernières news

Décès d'Ahmed Ben Salah

Temps de lecture : 2 min
Décès d'Ahmed Ben Salah

 

Ahmed Ben Salah est décédé à l'âge de 94 ans, mercredi 16 septembre 2020, après un long combat avec la maladie. 

L’homme politique et syndicaliste a été admis, lundi, à l'hôpital militaire suite à un malaise. Plusieurs personnalités politiques et figures syndicalistes lui ont rendu visite pour s’enquérir de son état de santé. 

Ministre sous la présidence de Habib Bourguiba, M. Ben Salah a chapeauté le projet du système des coopératives de production des années 60. Figure politique, il était également secrétaire général de la centrale syndicale UGTT.

Ahmed Ben Salah s’est lancé dans l’action syndicaliste à son retour en Tunisie après des études supérieures en France. Il adhère alors à la Centrale syndicale, UGTT, dont il devient secrétaire général en 1952 suite à l’assassinat de Farhat Hachad. 
 
Quelques années plus tard, il est écarté de l’Union générale tunisienne du travail et nommé ministre de la Santé et des Affaires sociales. 
 
En 1961, il est missionné par Habib Bourguiba pour élaborer un plan économique pour une Tunisie devenue socialiste. Chargé donc du portefeuille du Plan et des Finances, Ahmed Ben Salah entame son projet des coopératives de production, un mécanisme qui finit par aggraver la situation de certains agriculteurs et provoquer une contestation sociale. 
 
L’échec de son projet entraîna d’ailleurs sa chute. En 1969, il est démis de ses fonctions et est condamné, l’année suivante, à dix ans de prison et de travaux forcés pour abus de la confiance du président de la République. 
 
En 1973, il s’évade de sa prison et s'exile en l’Algérie où il obtient le statut de réfugié politique. 
 
Quinze ans après, Zine El Abidine Ben Ali, alors au pouvoir après l'éviction de Habib Bourguiba, lui accorde une grâce présidentielle lui permettant, ainsi, de retourner en Tunisie.  
Ahmed Ben Salah est décoré de la médaille du président de la République algérienne pour sa contribution durant la guerre de libération.
 

Paix à son âme

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (40)

Commenter

rz
| 18-09-2020 19:59
Allah yarhem Si Ahmed ben Salah. Un super Ministre a la tête de 4 ou 5 Ministères dans les années 60 ou il était très actifs et dynamique, le matin en visite de travail au nord avec des discours retentissants transmis dans la radio nationale et l'après midi il est au sud du pays avec des visites et des discours. Les points positifs de son passage: le barrage nebhana et analisation de ses eaux jusqu'au sahel pays jadis des agrumes et cultures marecheres et dont la nappe freatique d'eau douce s'est asséchée. Des terrains frishs au centre du pays Ben Salah les a planté oliviers, habricotiers, pistachiers, amandiers... qui produisent actuellement abondemment.
Allah yarhmou il était l'un des derniers grands bâtisseurs de la Tunisie moderne.

Abel Chater
| 17-09-2020 09:50
Innè Lillèhi wè Innè ilayhi raâjioun.
Allahou Akbar.

l'idiot du bled
| 17-09-2020 08:04
Toutefois ce ministreS oui avec un S est avec la bénédiction de Bourguiba le grand artisan de la destruction du golfe et de la région de Gabes la plus belle région du pays:40 km de sable fin ,la plus grande oasis de la méditerranée les troglodytes de Matmata sans compter la richesse poissonneuse.

Catarali
| 17-09-2020 06:55
un homme avec un CV et un dévouement pareil pour son pays mérite un chapeau bas . Allah yar5mo sincères condoléances pour la famille

Léon
| 16-09-2020 23:22
Un stratège et un penseur. Il aura au moins été à l'origine d'une expérience, même si cette dernière a été très mal vécue par les petits exploitants (il avait malheureusement mal démarré ses coopératives).
Sur ce, des régions comme Kasserine et Sidi Bouzid peuvent le remercier pour avoir été à l'origine des milliers de pieds d'oliviers plantés chez eux.
Le sens de l'initiative dont il était pourvu n'existe plus de nos jours. D'ailleurs tout le problème est là: Nos diplômés ne sont pas foutus d'avoir une seule idée ou une stratégie digne de ce nom.
Allah Yar7mou. Avec Lui s'éteint très vraisemblablement l'un des tous derniers acteurs de l'indépendance de notre pays.
Il aura connu la Tunisie sous l'occupation française, puis libérée par les Patriotes; en enfin re-colonisé par le concours des traitres et du peuple d'ingrats.
Peut-être que Abir Moussi ne l'a pas laissé mourir dans le désespoir complet. Elle, qui a ressuscité le parti destourien, a dû lui redonner un peu d'espoir et lui a mis du baume au coeur avant de s'éteindre.
Allah Yar7mou.
A sa mémoire.

Léon, Min Joundi Tounis Al Awfiya;
Résistant.

VERSET 112 de la SOURATE des ABEILLES.

PERE GERARD
| 16-09-2020 23:08
Homme fort des années soixante, il a été l'un des artisans de la décolonisation de l'agriculture à travers la promulgation de la loi du 12/05/1964 portant nationalisation des terres agricoles qui a permis au pays de recouvrer son entière souveraineté et à des milliers de citoyens d'accéder au statut de propriétaire ce que certains esprits égarés oublient ou feignent d'oublier ne gardant de l'ancien puissant secrétaire d'état que l'image de l'homme de la désastreuse politique des coopératives. Certes ce fut un échec mais elle fût cautionnée par Habib Bourguiba qui-en mangeur d'hommes qu'il était- finit par charger son puissant second lui imputant la responsabilité du fiasco au moment ou la grogne paysanne devenait insoutenable. Selon les termes mêmes de Marc Nerfin, écrivain et journaliste franco-suisse avec qui il eût de longs entretiens après sa fuite rocambolesque, la démarche de Ben Salah tenait en deux mots : condamner le capitalisme. Sydicaliste engagé, socialiste dans l'âme et féru du modèle scandinave (contrairement aux prétentions de certains, le système des coopératives instauré était diamétralement opposé au régime rigide des kholkhozes russe), le défunt, tout comme la majorité des compagnons et ministres de Bourguiba au lendemain de l'indépendance avait la stature de l'homme d'état imbu des valeurs de patriotisme, de rectitude et d'intégrité. Et ça personne ne peut le lui contester ou enlever. Qu'il repose en paix.

Akoubi Ammar.
| 16-09-2020 23:04
De Prime abord par respect de la dignité humaine Allah yarhmou mais Ahmed Ben Salah est le ministre aux fantasmes illimités qui a fait souffrir les tunisiens par sa mauvaise gestion et son égo surdimensionné. Les paysans et les fellahs ont perdu leurs biens et leurs troupeaux suite aux pratiques malhonnêtes et inappropriées de ce ministre très ambitieux et sa bande de malfaiteurs. Sa mauvaise gestion n a pas épargné les divers secteurs tel que l enseignement qui a vu l introduction du nouveau régime qui a lésé des milliers élèves du secondaire en prolongeant la durée des études d une année et en faisant fonctionner le nouveau régime avec l ancien avec des critères subjectifs qui n ont pas arrangé surtout les élèves issus de milieux modestes. Pour ce qui est de son passage à la tête de la centrale syndicale, il lui a permis de s approprier des documents qui l ont aidé à élaborer un pre-plan puis les premiers plans quinquennaux du pays. En conclusion, c est son système collectiviste imposé par la force et la dictature qui a détruit tous les secteurs de l économie tunisienne et notamment l agriculture et par voie de conséquence c est un Pol Pot tunisien qui a fait souffrir ses concitoyens à sa façon aidé par des collaborateurs sadiques. La justice transitionnelle n a pas fait son boulot concernant la période douleureuse du Bensalhisme.

Raa
| 16-09-2020 22:25
La démocratisation de l'école c'est LUI et pas d'autres.

aldo
| 16-09-2020 22:20
attaaoudhoudhia ! voudrait dire TOUS ENSEMBLE (( de l'époque )) 2011 / 2020 C'EST AUTRES CHOSES ( pluriel ) je suis fatigué à force d'expliquer MERCI DE M ' AIDER . VOUS QUE VOUS N'AVEZ PAS LE TRAIN ARRIERE VISSER AUX CHAISES ET TABOURETS !!! YARHAM SIDI ABOU - ALI !! (( IL KHAYYAT ITABBAA IL GHOURZA )) .

saz
| 16-09-2020 22:09
Bonjour. Je ne sais pas quel âge vous aviez dans les années soixante au moment du mouvement des coopératives . Vous avez raison, les petits propriétaires ont souffert mais en aucun cas au profit d'une minorité mafieuse, les grands propriétaires je suppose, qui vivaient la peur au ventre de voir leur propriété transformée en coopérative de production. Et ce n'est un secret pour personne, que c'est lorsque Ben Salah s'est attaquée aux grands propriétaires fin 1968, que l'on a précipité sa chute. Je ne pense pas que les coopératives étaient une "gigantesque opération d'escroquerie" mais dans les années 60 le morcellement des propriétés rendait difficile la nécessaire modernisation de l'agriculture et l'idée était que leur regroupement en unités plus grandes pouvait y contribuer. Mais la brutalité réelle de sa mise en oeuvre a fini par aboutir à son échec. Mais en aucun cas, moi qui ai connu cette époque, il ne s'agissait d'une escroquerie ou l'enrichissement d'une classe sociale comme cela sera le cas peu de temps après avec la fin de cette expérience.
Vous parlez d'une Tunisie rurale à 75% à l'époque de Ben Salah, soit, mais pensez vous que l'exode rurale s'est arrêtée avec la fin des coopératives?
Pour terminer, vous jugez l'état des cités populaires Ibn Khaldoun, Ettadhamen, Sedjoumi, j'ajouterais Ezzouhour, quarante ans après leur construction. Mais à l'époque ces cités s'intégraient dans un programme entre autre de dégourbification et ne comportaient pas une telle densité de population; elles se détachaient par leur blancheur du paysage verdoyant environnant, et de plus permettaient à ces résidents de jouir de l'eau courante et de l'électricité , à peine quelques années après l'indépendance.
Cordialement.

A lire aussi

Le PDL a rendu public, un communiqué, ce vendredi 25 septembre 2020, annonçant qu’il a déposé, au

25/09/2020 23:12
0

Le président de la République, Kaïs Saïed a effectué, ce vendredi 25 septembre 2020, une visite à

25/09/2020 21:54
0

Cet établissement de soins provisoire a une capacité de 84 lits

25/09/2020 20:58
0