alexametrics
Dernières news

Dossier Ben Brik, où est l’appel à porter les armes ?

Temps de lecture : 2 min
Dossier Ben Brik, où est l’appel à porter les armes ?

Le journaliste et militant des droits de l'Homme, Zied El Héni a publié ce matin du mercredi 29 juillet 2020, des documents de l’enquête relative à l’affaire « d’incitation à la violence » qui a conduit à l’arrestation et à l’incarcération de l’écrivain et journaliste, Taoufik Ben Brik.

 

Zied El Héni a ainsi souligné que le dossier monté contre Taoufik Ben Brik contenait seulement quatre pièces. D’abord un CD contenant les enregistrements de ses déclarations, le constat du Parquet concernant ces déclarations, sa décision de déférer le dossier devant la brigade de la Garde nationale à l’Aouina pour l’interroger et les procès-verbaux de la Garde qui n’a pas été en mesure de le faire vu que Ben Brik se trouvait à l'étranger, et enfin la décision du ministère public de renvoyer le dossier devant la chambre pénale pour outrage à magistrats.

 

« Il n’y a pas un mot dans le dossier qui fait référence à une quelconque incitation à combattre avec des armes ou une incitation à la violence, comme le prétend l’AMT dans ses déclarations incendiaires. Si Ben Brik avait été jugé pour de tels propos, personne n’aurait contesté ce jugement » a poursuivi le journaliste.

 

Hier, l'Organisation tunisienne de protection des journalistes (OTPJ) a estimé que la condamnation à un an de prison ferme avec exécution immédiate, émise contre l’écrivain et journaliste, Taoufik Ben Brik est « injuste » et qu’il a été victime d’une campagne menée par le président de l’AMT, Anas Hmeidi.

 

L’OTPJ a souligné que Taoufik Ben Brik a certes insulté des juges mais n’a, à aucun moment, émis à leur encontre des accusations justifiant une telle démarche. « Les abus commis par Taoufik Ben Brik contre les juges qu’il a mentionnés se limitaient à la diffamation et aux insultes, sans leur attribuer des accusations pour des actes légalement répréhensibles comme la corruption, par exemple, ou d'autres abus qui sont parfois attribués à certains juges et pour lesquels ils doivent rendre des comptes » a-t-elle précisé.

 

Le syndicat national des journalistes tunisiens (SNJT) a aussi fermement dénoncé l’arrestation de Ben Brik réclamant sa libération immédiate.

 

Le SNJT a qualifié ce jugement de « grave déviation du traitement judiciaire d’un dossier qui s’inscrit dans le cadre de la liberté d’expression ».


 





M.B.Z

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (9)

Commenter

J.trad
| 29-07-2020 19:35
Correction d'une erreur de frappe . avec mes excuses

J.trad
| 29-07-2020 18:24
Pour faire parvenir le Message Divin ,il y a des conditions strictes ,il faut inviter des experts ,et les laisser expliquer par des preuves et des citations de versets ,capables de convaincre l'humanité entière ,que les guerres qui ont eu lieu tout le long de l'histoire de l'humanité ,n'auraient pas dû avoir lieu ,si la parole Divine avait été appliquée .

J.trad
| 29-07-2020 18:15
Ecepté pour Jihad ,ou décence ,tout épées au fourreau /.../.../

OUA
| 29-07-2020 16:37
S´Il a vraiment parlé d´ armes, il doit être très satisfait du verdict comme un heureux condamné. A savoir, en Allemagne, c'est au moins 5 ans de prison sans sursis !

Justinia
| 29-07-2020 16:14
Bonjour,
En tournant la page Ben Brik,c'est tourner la page de la liberté d'expression.Et cela personne ne le veut.
Cordialement.

ntc
| 29-07-2020 14:50
Il a incité les gens à prendre les armes pour libérer l'évadé fiscal Nabil Karoui. Si c'était pour la bonne cause ça se comprend et ça se défend, mais pour soutenir un hors la loi, ça se sent le FRIC.......

SEB
| 29-07-2020 14:04
Vous erivez:
"ce qlebji a indui tous les tunisiens en erreur faisant batal du temps de ben ali"

Il a bien joué son rôle pour le régime de Ben Ali: héros de l'opposition avec une grande gueule - la plus grande possible - pour donner l'apparence ou la simulation d´une opinion libre d'un «système démocratique à la Ben Ali» et une certaine légitimité pour son seigneur . Et cela, bien sûr, pour l'argent et la protection personnelle!

Il a tés bien maitrisé ce qu´on lui a bien appris!

Allè Fieh Tabba 3morhè Mè Titkhabbè !

zba
| 29-07-2020 12:40
en attedant de tourner la page de ses amis intimes karoui et ghanouchi.
ce qlebji a indui tous les tunisiens en erreur faisant batal du temps de ben ali

takilas
| 29-07-2020 12:37
Et les enquêtes avortées ou jamais entamées concernant les assassinats, du moins, n'est-ce pas une incitation à la violence en bonne et due forme; ou bien parce que nahdha est concernée ?

A lire aussi

Le président du Parlement Rached Ghannouchi a décidé, ce vendredi 7 août 2020, d’accepter la

07/08/2020 21:46
0

Pour eux, c’est le parti Attayar qui serait derrière cette démission et ce sont les Abbou qui l’ont

07/08/2020 20:08
3