alexametrics
Dernières news

Jaouher Mghirbi s’interroge sur la légitimité du gouvernement Fakhfakh

Temps de lecture : 4 min
Jaouher Mghirbi s’interroge sur la légitimité du gouvernement Fakhfakh

Le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh, a présenté sa démission au président de la République, Kaïs Saïed, le 15 juillet 2020. Celui-ci a, dans la foulée, annoncé son acceptation de la démission du locataire de la Kasbah par décret présidentiel et a chargé le chef du gouvernement démissionnaire de la gestion des affaires courantes jusqu’à la prise de fonctions d’un nouveau gouvernement sur la base de l’article 98 de la Constitution tunisienne. Une situation qui – selon l’élu de Qalb Tounes, Jaouher Mghirbi – pourrait soulever une problématique majeure d’ordre constitutionnel.

Sans pour autant porter des accusations, le député a soulevé plusieurs interrogations quant à la légitimité du gouvernement des affaires courantes supervisé par le chef de gouvernement démissionnaire, Elyes Fakhfakh.

 

Dans une déclaration à Business News, aujourd'hui mardi 28 juillet 2020, il a rappelé que le seul article qui fait mention de la notion de gouvernement de gestion des affaires courantes est l’article 100 de la Constitution tunisienne lequel stipule, clairement, et sans équivoque : « En cas de vacance définitive au poste de Chef du Gouvernement, pour quelque motif que ce soit, excepté les deux cas de démission et du retrait de confiance, le Président de la République charge le candidat du parti ou de la coalition au pouvoir de former un Gouvernement dans un délai d’un mois. Si le Gouvernement n’est pas formé à l’expiration de ce délai ou qu’il n’a pas obtenu la confiance, le Président de la République charge la personnalité la mieux à même d’y parvenir de former un Gouvernement. Cette personnalité se présente devant l’Assemblée des représentants du peuple, afin d’obtenir la confiance conformément aux dispositions de l’article 89.

Le Gouvernement, dont les fonctions ont pris fin, continue à gérer les affaires sous la direction de l’un de ses membres, choisi par le Conseil des ministres et nommé par le Président de la République, jusqu’à la prise de fonction du nouveau Gouvernement. ».

« D’un côté, dans son décret n° 2020-68 du 15 juillet 2020, le président de la République s’est basé sur l’article 98 et de l’autre, l’article 100 de la Constitution exclut le gouvernement démissionnaire ou faisant face à un retrait de confiance de la gestion des affaires courantes », a expliqué Jaouher Mghirbi avant de signaler : « La question qui se pose alors est ce que le gouvernement actuel dispose d’une légitimité constitutionnelle et juridique ?’ ». 

 

Interpellé sur le risque d’absence de légitimité pour le gouvernement actuel, compte tenu du vide constitutionnel susmentionné doublé de l’inexistence d’une Cour constitutionnelle (les membres n’ont toujours pas été élus), le député de Qalb Tounes a indiqué qu’en cas d’éventuelle contradiction avec l’alinéa 2 du décret présidentiel relatif à l’acceptation de la démission d’Elyes Fakhfakh, tous les travaux du gouvernement de gestion des affaires courantes pourraient devenir « sans effet » en cas d’un recours en justice.  

Il a rappelé, dans ce sens, que le gouvernement de gestion des affaires courantes pourrait, de surcroît, poursuivre sa mission pour plusieurs mois, en cas d’échec de la formation d’un nouveau gouvernement.

« Si le gouvernement de Hichem Mechichi n’obtient pas la confiance de l’Assemblée des représentants du peuple, le gouvernement de gestion des affaires courantes en aura pour onze mois supplémentaires – sur la base des délais constitutionnels – dont trois pour préparer des élections législatives anticipées », a précisé Jaouhar Mghirbi. 

 

Le président de la République a, notons-le, chargé le ministre de l’Intérieur sous le gouvernement Fakhfakh, Hichem Mechichi de la formation d’un nouveau gouvernement et ce le 25 juillet 2020. M. Mechichi dispose, selon la Constitution tunisienne, de trente jours à compter de sa nomination, pour mener les concertations nécessaires auprès des partis politiques et organisations nationales afin de proposer une nouvelle équipe à la Kasbah.

Evoquant le cas du gouvernement de Habib Essid – également chargé par le président de la République des affaires courantes après le Parlement lui a refusé sa confiance, l’élu de Qalb Tounes a avancé : « On ne peut créer une coutume constitutionnelle en antinomie avec un texte constitutionnel explicite ».  

« Nous sommes face à un risque de 'construction constitutionnelle anarchique', sans parler d’une éventuelle transgression du texte constitutionnel. L’article 98 de la Constitution est muet. C’est donc au président de la République – garant de la Constitution en l’absence d’une cour constitutionnelle – de trouver une solution, sans pour autant toucher à la Constitution », a-t-il ajouté.

Le député a, souligné, dans ce sens, que le président de la République pourrait engager des négociations avec les parlementaires afin de trouver le mécanisme le plus adéquat pour remédier à la situation si l’infraction à l’article 100 de la Constitution est avérée. 

 

Il a noté aussi qu’en engageant de telles négociations, le président de la République pourrait créer un équilibre et provoquer la stabilité tant espérée. « L’instabilité politique que nous observons actuellement est due, entre autres, à l’absence des piliers même du dialogue. Et c’est au président de la République, de par sa légitimité et sa notoriété, de jouer ce rôle intermédiaire pour ramener un apaisement ».

N.J. 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (4)

Commenter

DHEJ
| 29-07-2020 04:41
Alors une suite est à prendre :

Article 88 de la constitution :

Les membres de l'Assemblée des représentants du peuple peuvent, à la majorité, présenter une
motion motivée pour mettre fin au mandat du Président de la République en raison d'une violation grave
de la Constitution. La motion doit être approuvée par les deux-tiers des me..

DHEJ
| 28-07-2020 22:36
Le Gouvernement, dont les fonctions ont pris fin, continue a'? ge'rer les affaires sous la direction de l'un de ses membres, choisi par le Conseil des ministres et nomme' par le Pre'sident de la Re'publique, jusqu'a'? la prise de fonction du nouveau Gouvernement. ».


Donc le gouvernement Elyes FAKHFAKH a pris fin et ce gouvernement doit continuer à gérer les affaires courantes


Mais " ... sous la direction de l'un de ses membres, choisi par le Conseil des ministres et nomme' par le Pre'sident de la Re'publique, jusqu'a'? la prise de fonction du nouveau Gouvernement. ».


Sur ce point ROBOCOP a loupé !

DHEJ
| 28-07-2020 21:14
'?a mérite de l'intérêt

aldo
| 28-07-2020 20:14
tu joues à quoi ? en 2 ) tu veux dire quoi ? en 3 ) si d'aprés toi SAADOUN est en tort avec la constitution - enturbannée - il fallait le corrigé de suite par un simple courrier officiel VU QUE TU FAIS PARTI D'UN PARTI BOULITIK ------- à moins que tu as un doute et si le cas t 'aurais mieux fait de la mettre en veilleuse - TU T ' ES RIDICULISE TOUT SEUL ------ c'est pas ton terrain de jeux trésor .----- COMMENCEZ DEJA PAR DEGAGER LA CATAPLASME QUE VOUS NOUS AVEZ MIS SUR LE TRONE DU BARDO ET DEMANDEZ DES EXUCUSES A CEUX QUI ONT VOTES POUR VOUS !!!!

A lire aussi

Le président de la République a des liens étroits avec plusieurs pays

03/08/2020 21:18
7

Aux partis politiques

03/08/2020 18:29
10