alexametrics
Dernières news

La militante féministe tunisienne Gisèle Halimi est décédée

Temps de lecture : 1 min
La militante féministe tunisienne Gisèle Halimi est décédée

 

L’avocate, militante féministe et femme politique franco-tunisienne, Gisèle Halimi est décédée ce mardi 28 juillet 2020 à l’âge de 93 ans.

 

Née Zeiza Gisèle Élise Taïeb en 1927 à la Goulette en Tunisie, elle étudie au lycée de jeunes filles de Tunis, à la Faculté de droit et de lettres de Paris et à l'Institut d'études politiques de Paris 4, elle entre au barreau de Tunis en 1949 et défend notamment les syndicalistes et les indépendantistes tunisiens, puis poursuit sa carrière d'avocate à Paris en 1956.

 

Gisèle Halimi Avocate, ex-Députée, écrivaine, militante des droits de la femme, de la lutte contre le racisme, de l'abolition de la peine de mort était de tous les fronts. Au lendemain de la révolution tunisienne en 2011, elle était à Tunis pour rappeler la nécessité de préserver les acquis en matière de droits des femmes et pour souligner l’importance et le rôle des femmes, en pleine mutation politique.

 

Pour la féministe, Habib Bourguiba était un visionnaire car il a su qu’on ne pouvait pas construire un pays démocratique et moderne sans faire participer la moitié de la population, donc sans la parité. Elle tenait que soient inscrits sur le marbre constitutionnel les principes de l’égalité et de la parité soulignant que les femmes devaient avoir l’esprit participatif et être candidates lors des élections d’après la révolution, qu’elles soient partie prenante.

 

 « Vous devez porter les droits des femmes et faire barrage à certaines éventualités », avait-elle précisé lors d’un meeting à la Marsa, pressentant sans doute la menace islamiste et le risque d’un retour à l’obscurantisme contre lequel les Tunisiennes se sont effectivement dressées.

 

Paix à son âme

 

 

M.B.Z

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (27)

Commenter

Abel Chater
| 30-07-2020 13:29
Bendiri yè Bendiri !!!
Tu as oublié d'ajouter l'adresse de ton bureau et tes quelques numéros de téléphone.
La honte et l'incompréhension !!!

Zarbout
| 29-07-2020 15:24
Lire le monde du 28. 07.2020, en voilà un extrait
"A 16 ans, elle refuse un mariage arrangé, obtient de faire ses études de droit en France, revient à Tunis et s'inscrit au barreau en 1949. La rebelle qu'elle a toujours été devient militante. D'abord pour l'indépendance de son pays dont, tout en étant française, elle n'a jamais abandonné la nationalité. Elle a toujours aimé la Tunisie, y est régulièrement retournée et, à Paris, elle aimait cuisiner, pour ses amis, des plats tunisiens."

bonne lecture

Hounga
| 29-07-2020 11:41
Paix à son âme.
Ces conards de médias français n'ont pas évoqué en aucun cas ces origines tunisiennes. Si c'était autre chose on aurait dit " maghrébine "

CHDOULA
| 29-07-2020 11:12
Mes sincères condoléances à sa famille et à ses proches !

hamadi
| 29-07-2020 10:23
une GRANDE par ses valeurs,.toutes mes condoléances les plus attristées à sa familles,ainsi qu à ses relations.allah yarhamha.

Gg
| 29-07-2020 09:14
Cette formidable combattante du Droit des femmes était née tunisienne? Je j'ignorais!
Quel paradoxe, quand même, que cette femme qui fut à l'origine de la criminalisation du viol en France, fût tunisienne!
La pauvre devait bien souffrir en voyant ce que devient la Tunisie...
Respect éternel, Madame, retrouvez maintenant vos compagnes de combat Simone Veil, Françoise Giroud, Elizabeth Badinter...

youssef
| 29-07-2020 07:55
Pourquoi ne pas faire une rue au nom de Gisèle, merci à la municipalité d'y penser

Citoyen_H
| 28-07-2020 21:51
doté d'un patriotisme hors pair, complétement aux antipodes de celui de la horde de pillards et de traitres (en 2011) qui avaient mis la Tunisie à genoux, en à peine deux toutes petites années.
Mme Halimi, que Dieu vous bénisse et vous accorde son infinie miséricorde.



Zarbout
| 28-07-2020 21:21
Sa devise était toujours « Là où s´arrête le courage des uns, commence la persévérance des autres »

RIP

Me Taoufik Ouanes
| 28-07-2020 19:56
Départ d'une icône tunisienne et mondiale pour les droits de la femme et contre le colonialisme. Mes sincères condoléances à tous et aussi au Président Kais Saied en reconnaissance à la mémoire de son père instituteur qui transportait le petite Gisèle sur sa bicyclette pour la protéger contre les occupants nazis et antisémites Allemands qui occupaient la Tunisie à l'époque.
Paix à son âme.

A lire aussi

Le président du Parlement Rached Ghannouchi a décidé, ce vendredi 7 août 2020, d’accepter la

07/08/2020 21:46
0

Pour eux, c’est le parti Attayar qui serait derrière cette démission et ce sont les Abbou qui l’ont

07/08/2020 20:08
3