alexametrics
A la Une

Un pacte pour sauver l’économie tunisienne

Temps de lecture : 9 min
Un pacte pour sauver l’économie tunisienne

 

Depuis la révolution, l’économie tunisienne n’arrive pas à décoller, le pays n’étant pas capable de créer la richesse nécessaire à son développement et au règlement des différentes problématiques et défis. A cet effet, le conseil des Analyses économiques a réfléchi à une solution pour la mise en place de mesures pour la relance économique. Il propose un pacte tripartite liant le gouvernement et les partenaires sociaux UGTT et Utica.

 

Le constat est sans appel. Depuis la révolution, les gouvernements qui se sont succédé ont été incapables de mettre en place les réformes structurelles qui s’imposaient. Pire, ils ont enfoncé ceux qui leur ont succédé, prenant des engagements, notamment sociaux, que l’Etat était incapable d’honorer. Le hic, c’est que pour y faire face, on a dû augmenter l’imposition, bridant de ce fait la capacité d’investissement et de création d’emploi du secteur privé et la consommation. La pression fiscale est ainsi passée de 20,1% en 2010 à 24,9% en 2019 et on s’attend à ce qu’elle passe à 25,1% en 2020, à la lumière du projet de la Loi de finances proposé.

Il faut dire que depuis 2011, l’UGTT n’a pas cessé de réclamer augmentations, primes et reconnaissance des diplômes, sans création réelle de richesses. Résultat des courses, l’inflation a frôlé les 8% et l’épargne nationale a dégringolé pour un endettement en hausse.

La productivité et le rendement du pays a sensiblement baissé pendant ce laps de temps. La situation est telle qu’au premier trimestre 2019, le Produit intérieur brut (PIB) en volume a augmenté d’à peine 0,1%, par rapport au quatrième trimestre de 2018. Se positionnant loin, très loin des 3,1% sur lesquels tablait le gouvernement pour l’ensemble de 2019.

 

 

Pour le conseil des Analyses économiques, la Tunisie a besoin d’un plan de relance. Il en a élaboré un il y a un an, comprenant 100 propositions pour développer l’économie. Mais vu l’ensemble des blocages, il a pensé à un procédé permettant la mise en place effective de ce plan : le "Pacte pour la compétitivité économique et l’équité sociale" signé par 3 parties : le gouvernement, la centrale syndicale l’UGTT et le patronat l’Utica. «L’idée est, qu’au lieu que le gouvernement élabore seul son plan quinquennal, même en concertation avec d’autres parties, un contrat est mis en place. Il s'agit du pacte qui traduit le plan (un contrat global et une vingtaine de contrats sectoriels)», explique Afif Chelbi, le président du conseil.

Et d’expliciter : «Le gouvernement s’engage à promulguer des lois et des mesures, alors que les parties sociales s’engagent dans des objectifs de développement, d’investissement et de paix sociale à travers un nouveau pacte entre l’entreprise et les employés».

 

Le Pacte pour la compétitivité économique et l’équité sociale est centré sur le secteur industriel. Le Conseil estime que le pays est entré dans un processus de désindustrialisation qu’il faut rapidement stopper.

«Une politique économique "business as usual" ouvrirait la voie au scénario de récession, à la désindustrialisation et à la sortie de la Tunisie du monde de la création de valeur. Le recul de la production industrielle au cours des neufs premiers mois 2019, après une quasi-stagnation du secteur au cours des 8 dernières années corrobore l’éventualité d’un tel scénario», prévient le Conseil.

 

Les pactes (global et sectoriels) sont élaborés sur la base d’une analyse approfondie de la situation économique et sociale, de l’historique des politiques économiques et des perspectives d’évolution en Tunisie et dans le monde. Ils visent à contractualiser les engagements réciproques en vue d’assurer une mobilisation nationale autour d’objectifs ambitieux et réalistes arrêtés par le scénario de croissance de notre vision de la Tunisie à l’horizon 2025.

Dans ce cadre, l’Etat s’engage sur la mise en œuvre des instruments horizontaux et sectoriels de politique industrielle. En contrepartie, les secteurs s’engagent sur la concrétisation des objectifs 2025 d’investissement, d’exportation, de création d’emplois, de développement technologique et de responsabilité sociale. Il est proposé, en particulier, que la loi de finances triennale 2020-2022 intègre les principales mesures à caractère législatif proposées par ces pactes.

 

 

Cinq objectifs principaux ont été fixés pour 2025 et qui sont la finalité de ce pacte : 4,5% de croissance du produit intérieur brut (PIB) contre 2,5% en 2018, des exportations de biens à 90 milliards de dinars contre 41 milliards en 2018, un taux d’investissement public et privé de 24% du PIB contre 19,6 % en 2018, une création annuelle de 84.000 emplois à partir de 2024 contre 27.600 en 2018 et faire partie du Top 50 des classements internationaux Davos et Doing Business.

Afif Chelbi souligne : «Si on veut atteindre 4,5% de croissance en 2025, il faut doubler l’investissement global et tripler l’investissement privé, compte tenu des pressions sur le budget de l’Etat. L’objectif n’est pas trop ambitieux, mais ceci ne peut se faire qu’à travers un choc de confiance pour un retour des investissements, le taux d’investissement étant passé de 24% en 2010 à 19,6% en 2018. Pour ceux qui tablent sur un taux de croissance à 6%, c’est du populisme ! Les 4,5% sont déjà difficiles à réaliser».

Atteindre ces objectifs ne se fera pas par le simple jeu des forces du marché, mais nécessitera un choc de confiance qui ne peut résulter que de la mise en œuvre, par un Etat développementaliste* de politiques volontaristes, en synergie avec les partenaires sociaux.

 

87 mesures et engagements dont 53 mesures de l’Etat et 34 engagements des partenaires sociaux seront mis en œuvre pour réaliser ces objectifs assignés au Pacte, outre les mesures et engagements sectoriels prévus par les 20 pactes sectoriels. Le coût des mesures demeure dans les limites des contraintes budgétaires, sans compter les effets induits de la relance sur les finances publiques. Il ne s’agit donc pas d’une relance Keynésienne, mais d’interventions ciblées selon des mécanismes bien définis.

Parmi ces mesures figure le relèvement progressif des aides publiques aux PME qui, contrairement à ce qu’avancent plusieurs rapports, ont toujours été très faibles en Tunisie comparativement aux expériences internationales. Les aides financières sont estimées à 333 millions de dinars (MD) en 2018 soit environ 0,3% du PIB pour la Tunisie, elles sont 8 fois moins importantes qu’au Maroc où ces aides sont de l’ordre de 2,5% du PIB. En outre, et depuis la promulgation de la nouvelle loi sur l’investissement (2016), l’essentiel des incitations fiscales a été supprimé (export et dégrèvement des bénéfices réinvestis). Il est prévu de relever ces aides financières à 0,6% du PIB en 2025 et de porter l’ensemble des aides financières et fiscales à 2 % du PIB en 2025 (niveau de 2010) contre 1% environ en 2018.

 

53 mesures concernent les politiques publiques et couvre les 6 piliers de la compétitivité hors prix. Pour le cadre réglementaire et incitatif, 13 mesures vise l’amélioration du climat des affaires via la digitalisation des procédures et le renforcement des incitations fiscales et financières, qui incluent le dégrèvement des bénéfices réinvestis, la suspension de la TVA et la déduction des droits de douane sur les équipements importés, le Plan Dinar pour redresser la monnaie nationale, l’assouplissement de la réglementation de change... . 11 mesures ambitionnent d’améliorer l’infrastructure tunisienne à travers le développement des pôles de compétitivité et de l’infrastructure portuaire. S’agissant du financement, 8 mesures ont été décidé dont la mise en place d’une ligne de crédit PME de 1 milliard de dinars par an sur 5 ans, bonifiée de 3 points et accompagnée d’un programme de coaching des PME par les banques.

En ce qui concerne l’emploi et la formation, il y a 3 mesures pour assurer l’adéquation entre l’offre et la demande au niveau du marché de l’emploi dont la révision du mode de gouvernance des centres de formation professionnelle dans l’optique d’une gestion en PPP et le développement dans les institutions universitaires des Centres (4 C et Elife) destinés à apporter les formations complémentaires nécessaires à leur adaptation.

Au volet du développement technologique, innovation et promotion internationale, 12 mesures seront entreprises pour mettre les technopôles au centre d’une politique technologique ambitieuse.

En outre, 6 mesures garantiront un meilleur climat social, assurer la sécurité et la santé au travail et promouvoir la responsabilité sociale de l’entreprise (RSE).

 

Les partenaires sociaux devront, quant à eux, contribuer à la réalisation des objectifs 2025 assignés au Pacte global et aux 20 pactes sectoriels. Il s’agit notamment de porter la part des investissements privés à 30 milliards de dinars soit 2/3 des investissements totaux contre 9 milliards de dinars en 2018 ; de contribuer à la formation continue en partenariat avec les centres de formation et l’Etat et accompagner le processus de mise à jour des plans de formation ; de contribuer à la campagne internationale de promotion de la Tunisie industrielle et technologique (en particulier, à l’attraction d’un investisseur stratégique par an) ; de réaliser un grand projet à forte employabilité, dans chacune des régions intérieures et augmenter la part des investissements dans les régions de l’intérieur à 50% ; et de promouvoir le dialogue social dans l’optique de garantir un meilleur climat social, diffuser auprès des entreprises des procédures claires et auditables de lutte contre l’évasion fiscale, la corruption et s'inscrivant dans le cadre de la RSE.

 

Certaines conditions seront nécessaires pour la réussite de mise en œuvre de ces pactes sur une base participative impliquant l’ensemble des partenaires sociaux.

Le pacte proposé doit faire l’objet d’une gouvernance appropriée dont les grandes lignes seront : la mise en place des instances (comité de gouvernance et comités de projets), la définition des rôles et responsabilités, l’identification de l’ensemble des activités nécessaires à la réalisation du projet, la définition des moyens à mobiliser, l’identification des risques et des moyens d’y remédier, l’élaboration de la stratégie de communication et le suivi périodique de l’avancement.

 

La Commission de pilotage du Pacte devra être rattachée au Conseil supérieur des secteurs productifs. Cette Commission aura pour mission de garantir la bonne exécution du pacte, d’agir pour lever les obstacles et mobiliser les ressources nécessaires à la mise en œuvre et également d’assurer une planification stratégique des mesures. Les comités seront rattachés à la Commission de Pilotage du Pacte et d’un Comité qui aura comme mission principale l’élaboration de la stratégie de communication et sa mise en œuvre. Les comités techniques de suivi du Pacte appuyés par des groupes techniques (cadre réglementaire, infrastructure, financement, emploi et formation, Développement Technologique, Innovation et Promotion Internationale) auront pour rôle principal d’assurer un suivi sur terrain des mesures prévues et de reporter au comité de pilotage l’état d’avancement.

 

L’économie tunisienne fait face à un tournant historique avec des défis majeurs à relever, dans un contexte international présentant des incertitudes, mais également de grandes opportunités. Le pays regorge de potentialités et de compétences, il faut juste les utiliser à bon escient. La Tunisie a fait ses preuves dans des domaines complexes comme les composants automobiles ou l’aéronautique et a démontré son savoir-faire. Idem dans le domaine informatique et de développement ainsi que dans le domaine de la santé. L’Afrique est une super opportunité à saisir.

 

Imen NOUIRA

 

*NDLR le développementalisme est une théorie économique selon laquelle le meilleur moyen pour les économies moins développées de se développer consiste à promouvoir un marché intérieur fort et varié et à imposer des droits de douane élevés aux produits importés–,

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

Josef
| 11-11-2019 08:47
Pour réussir il est inévitable de.combattre la corruption .écourter les delais de reponses aux investisseurs (sur le plan administratif et bancaire)creer des poles industriels au niveau de chaque gouvernorat ce qui est communément connu sous le nom des industries industrialisantes interdire les greves pour une periode bien déterminée quel soit le motif (paix so) eviter les surenchères syndicales et partisanes.....booster l exportation avec limitation des importations à l exception des produits semi finis ou les eqpts......

afrifor
| 10-11-2019 16:59
O k. Sur le plan théorique ça constitue une stratégie d'une politique économique indispensable pour la relance économique
Cependant l'entrave centrale pour réalisation est constituée par le tissu économique n'est pas favorable d'une part et les mécanismes de mise en place et de mise en '?uvre ne sont pas évidents d'autre part.
Le rôle de l'?tat est central dans la mesure où il constitue la locomotive de tout ca.

Jean
| 09-11-2019 11:50
'? la différence de ses voisins la Tunisie garde un modèle industriel à bout de souffle partout dans le monde. Il aurait mieux valu miser sur un autre modèle de développement solidaire et écologique porté par l'économie sociale et solidaire

Saidoux
| 08-11-2019 18:21
En ce moment vous parler trop de Tunisie ça se trouve ou ce pays ?

URMAX
| 08-11-2019 14:25
... Une bâtisse se bâtit en plusieurs fractions.
La première d'entre-elles - et sans doutes la plus importante aussi - concerne les fondations ; la base.
...
Si le soutènement de fond n'est pas solide, tout ce que vous entreprendriez de construire au dessus, s'effondrera inévitablement.
...
IL en va exactement de même pour une société et / ou une économie : Tout se construit depuis la base.
...
Les petits artisans ainsi que les pme, constituent "notre" base - étant les plus nombreux ; les plus diversifiés et touchant une plus grande frange de la société, dont celle rurale.
...
Les ignorer équivaudrait à nous torpiller nous-même.
Cependant, [l'Union] censée "leur tendre la main" a plutôt tendance à jouer la sourde oreille, ces temps-ci et ce, malgré les difficultés rencontrées dans le secteur ...
...
Le comble, c'est que nombre de produits chez-nous manufacturés par ces mêmes artisans, sont importés du pays de "Herr-Dogan" en grande quantité, contribuant - de fait - à couler notre propre production artisanale.
...
Que font les autorités de tutelle en matière de réglementation des importations ?
Le "con"-sommateur se pose t-il seulement la question de la provenance de ces articles, où achète t-il bêtement ?
Quand aurions-nous un gouvernement capable d'appliquer le concept [d'industrialisation en substitution aux importations], déjà appliqué par le Brésil 40 ans en arrière et qui, de nos jours, produit dans le secteur aéronautique ?
...
Ce concept se déroule en trois phases :
- Dans un premier temps - schématiquement -, des réunions se tiennent entre le gouvernement et des hommes d'affaires / investisseurs.
Une "dead-ligne" est alors fixée comme date buttoir d'arrêt d'importation d'un certain type de produit (par exemple des réfrigérateurs) créant du coup, un important marché intérieur, au vu de la demande. Disons dans cinq ans ....
- Durant cette période, des études et projets industriels de conception se développent, tandis que sont gelées les nouvelles autorisation d'importation dans le secteur concerné et que les quotas autorisés sont progressivement réduits.
- En fin de compte, au bout de ces 5 ans, la production des prototypes a déjà été testée ; les importations sont bloquées (excepté pour les S.A.V. du secteur) des éventuelles corrections sur la production apportées et la production de série est prête à démarrer.
...
Ainsi, une industrialisation a été développée, les fuites de capitaux dues aux importations réduites, et un savoir-faire "know-how" acquis.
Que des bénéfices à en tirer ...
Il faut juste que l'Union Générale des Tabanides Tunisiens leur foute la paix ....

LePeuple
| 08-11-2019 14:24
Tout ça, c'est dépassé. Les jeunes formeront des comités qui initieront des projets que l'état devra accompagner.
Donc déja, cette initiative est vouée à l'échec. Vous nagez à contre-courant.
Adieu accord tripartite, commission, comités techniques, audits...
Le peuple ne les désire plus.

#Le peuple désire construire lui-même son avenir.

Rationnel
| 08-11-2019 14:17
Les énergies renouvelables sont gagnantes. C'est un domaine ou l'investissement est plus facile et n'implique pas un grand nombre d'acteurs. Le ministre de l'industrie et l'énergie et la STEG sont les décideurs et les acteurs principaux. On voit l'implication et un grand intérêt de la part des acteurs les plus important au monde.
Les investisseurs internationaux et les multinationales cherchent ce type de projet. On peut atteindre l'objectif fixe pour 2030 en 3 ans. Un rythme accéléré de plus de 1000 Mw (Mégawatt), 1Gw par an est possible, c'est environ 1000 Millions de dollars. D'ici 2025 on prévoit la réalisation du câble qui va relier la Tunisie a l'Italie d'une capacité de 600 Mw, donc on peut exporter 2160 GwH (Gigawatt heures) d' électricité par an. Puisque les énergies solaire et éolienne ont un coup de reviens de 0.024/KwH dollar ou moins, on peut offrir le prix le plus compétitif d'Europe. On doit accélérer la réalisation de cette ligne.
La Tunisie dépense plus de 3 milliards pour les subventions aux hydrocarbures. On peut accélérer les rythme de projets et éliminer les importations de gaz. Les économies sur les subventions peuvent être dirigées vers plus d'investissement.

L'essence et le diesel sont subventionnes, le gouvernement doit encourager les voitures électriques. La Roumanie offrent 10 milles euros a ceux qui achètent une voiture électriques, les subventions en Allemagne sont de 6 milles euros, en France l'aide a l'achat d'une VE est plafonnée à 6 000 '?'.
La Tunisie doit entrer dans l'indusie des voitures électriques, le plus important produit exporte par la Tunisie sont les câbles électriques pour auto 18% des exportations ( voir https://oec.world/en/profile/country/tun/ ) et les pièces pour les voitures a combustion. D'ici 2030 plusieurs pays et villes européennes vont interdire les voiture a combustion, donc on doit suivre la tendance pour ne pas perdre ces industries.

Professeur de droit
| 08-11-2019 09:22
C'est qu'une méga-technostructure, comme il propose ( comité rattache au conseil et coordonnant des commissions surplombé par une accord multipartite... à donner le vertige!), ne peut fonctionner que quand, au bout de la chaine, il y a un général pret à bastonner tous le monde, si les résultats voulus ne sont pas là dans les délais fixés.
Cela a marché sous Ben Ali, cela marche en Russie et en Chine (très bien) aujourd'hui.
Cela fonctionne plutot mal en France, et je doute fort que cela puisse fonctionner dans une démocratie désordonnée et incivique (culture oblige), comme la Tunisie actuelle.

Karim
| 08-11-2019 09:20
Ok bien pour les idées, j'ai tendance à dire comme d'hab.... Maintenant quelles sont vos conditions de réussite pour les rendre applicables?
Karim. A, consultant automobile

Nephentes
| 08-11-2019 04:34
Faire partie des tops 50 des classements mondiaux .....

Comme beaucoup de problèmes fondamentaux les véritables raisons du marasme économique de la Tunisie sont passées sous silence.

Parmi les principales raisons il y a le fait que quelques 40 familles oligarques tout au plus contrôlent tous les flux d'investissement et d'accès au crédit.

Cela personne n'en parle.

Tout accès au financement des projets innovants , ceux des jeunes promoteurs notamment, s'en trouve bloqué.

Je le constate chaque jour et croyez moi c'est dramatique.

C'est un crime lourd de conséquence.Le système bancaire tunisien est complice de ce crime, et cela bien sur le troupeau de bovidés-citoyens n'en sait rien.

Le système économique tunisien est un système profondément inégalitaire, rongé par le népotisme et la corruption. Ce sont des évidences, mais il ne faut pas les perdre de vue.

Depuis 2011, l'?tat n'a pas d'autre solution que d'acheter la paix sociale à court terme. Ces dépenses publiques IRRESPONSABLES ont coûté très cher

La fonction publique a recruté en masse : entre 2011 et 2018, les effectifs ont augmenté de près de 230 000 fonctionnaires, portant la masse salariale de 10,8 à 15 % du produit intérieur brut (PIB) .

Un taux parmi les plus élevés du monde.

Le gouvernement a également recours à des prestations sociales déguisées telles que les embauches dans des sociétés bidons dites « de l'environnement » ou de jardinage,

Foutaise pathétique

Sans apporter de réelle solution à la question fondamentale de l'inégalité d'accès au crédit et à l'investissement productif .

Le montant des dépenses publiques dans la hausse des salaires des fonctionnaires-parasites et dans l'achat du silence des opportunistes protestataires (dans certains bassins miniers c'est une spécialité régionale lucrative) a massacré la capacité d'investissement de l'?tat dans les grands chantiers publics susceptibles de relancer la croissance.

La Tunisie a multiplié les emprunts, si bien que la dette s'est envolée, passant de 25,6 milliards de dinars en 2010 à 81,2 milliards en 2019, (presque multipliée par 4 en 8 années nom de D... ...) dont 46 milliards de dette extérieure.

L'?tat doit désormais consacrer plus de 25 % de son budget à rembourser ses créanciers.

c'est ENORME, soyez en conscients.

et le FMI ne cesse de nous demander de faire le CONTRAIRE de ce qui est fait depuis 2011

On aura donc quelque soit le gouvernement le scénario dicté par le FMI qui impose désormais la ligne à suivre : austérité budgétaire, augmentation des prix, restriction de l'investissement et de la consommation, hausse des prélèvements'?'

Le troupeau de Bovidés-citoyens , lui, tuerait père et mère pour s'acheter du zgougou à 28 dinars le kilo

A lire aussi

Une nomination qui a suscité plusieurs interrogations autour les motifs qui sont derrière ainsi que

17/11/2019 15:59
0

Les trois chefs du gouvernement qui se sont succédé depuis 2014 ont cela en commun. Ils ont tous les

15/11/2019 15:59
14

L’élection de Rached Ghannouchi à la tête du parlement n’est pas une

14/11/2019 19:59
8

Présidée par Rached Ghannouchi, député le plus âgé, la séance inaugurale vient de l'élire

13/11/2019 20:14
9

Newsletter