alexametrics
A la Une

Sami El Fehri, encore une arrestation au timing douteux

Temps de lecture : 5 min
Sami El Fehri, encore une arrestation au timing douteux

Le patron de la chaîne El Hiwar Ettounsi, Sami El Fehri, a été arrêté dans la soirée d'hier mardi 5 novembre et placé en garde à vue, tout comme l’administratrice judiciaire et le gérant d’Eight prod. Une nouvelle qui a secoué l’opinion publique et toute la scène médiatique. Dépassement financier et mauvaise gestion ou règlement de comptes politiques ? Retour sur une affaire rocambolesque.

 

La nouvelle est tombée tard dans la soirée d’hier. Et c’est le porte-parole du pôle judiciaire économique et financier Sofiène Selliti qui l’annonce : le ministère public près du pôle judiciaire, économique et financier, en collaboration avec la brigade d’investigation sur les crimes économiques et financiers, a ordonné l’arrestation et la mise en garde à vue de Sami El Fehri, de l'administratrice judiciaire et du gérant d’Eight prod pour les raisons d’enquête relatives à l'affaire d'abus dans Cactus Prod. « Les trois personnes indiquées seront placées en garde à vue pendant 5 jours pour suspicions de blanchiment d’argent, abus de pouvoir d’un fonctionnaire public et outrage aux mesures et procédure d’usage. Après l’interrogatoire de Sami El Fehri, lundi 4 novembre 2019, et le report de l’affaire au 26 décembre 2019, la brigade d’enquêtes dans les crimes économiques et financiers a poursuivi ses travaux sous la supervision du ministère public qui a autorisé l’arrestation de Sami El Fehri, de l'administratrice judiciaire et du mandataire légal de la chaîne ». 

 

Quelques jours auparavant, le ministère public auprès du pôle judiciaire financier avait décidé l’interdiction de voyage pour Sami El Fehri et son épouse, suite à une plainte déposée par le ministère des Finances pour mauvaise gestion de biens confisqués et suspicion de corruption à travers la signature de contrats en infraction des réglementations en vigueur, notamment, la société Cactus Prod et d’autres sociétés. Cette interdiction de voyage à l'encontre des personnes citées intervient après l'avancement de l'enquête dont s'est saisi le parquet.

 

Cependant, l’affaire de la société de production "Cactus Prod" est pendante devant la justice depuis 2011. Sont accusés dans cette affaire, outre le présentateur Sami El Fehri, l'ancien ministre-conseiller auprès de la présidence de la République, Abdelwaheb Abdallah et cinq directeurs généraux de l'établissement de la télévision tunisienne ainsi que Belhassan Trabelsi, beau-frère de l'ex-président Ben Ali, actuellement en fuite. Dans le cadre de cette affaire, Sami El Fehri a passé toute une année en prison en détention, depuis le mois d’août 2012, avant d'être libéré en septembre 2013.

L’affaire concerne des dépassements commis par la société de production "Cactus Prod" sous l’ancien régime et qui ont causé de grosses pertes financières à l’Etablissement de la Télévision tunisienne.

Cela dit, le dossier de Sami El Fehri remonte au début des années 2000. Simple animateur, il avait proposé à la chaîne nationale des émissions co-produites avec des géants mondiaux, tel Endemol, mais il n'arrivait pas à avoir l'attention qu'il espérait.

Belhassen Trabelsi, beau-frère de l'ancien président Zine El Abidine Ben Ali, entre dans le capital de la société de Sami El Fehri, Cactus, à hauteur de 51%, et là on écoute attentivement le jeune et nouveau producteur, mais on lui oppose le même argument de manque de budget.

Et donc, il propose le système de bartring, échange de productions en contrepartie d'espaces publicitaires. La télé publique accepte pour générer de l'audience et donne son accord. Un accord qui n'est pas exclusif à Sami El Fehri, d'autres producteurs bénéficiant du même système.

L'année d'après, la télévision publique révise sa position et demande de payer les productions et de toucher, seule, les revenus publicitaires. L'accord est conclu, mais la télé n'a pas réussi à vendre les espaces pub qu'il fallait pour couvrir ses frais. Déficitaire, elle refuse de payer le producteur. L'année d'après, elle revient au premier accord. Et Sami El Fehri multiplie les productions et enregistre des bénéfices pour certaines émissions et des déficits pour d'autres.

 

Aujourd’hui, c’est la direction du Contentieux de l'Etat qui a porté plainte contre toute personne soupçonnée de corruption, dans cette affaire, et ce, à la lumière d'un rapport élaboré par le Contrôle général des finances (CGF). Ce rapport s'est basé sur celui effectué par trois experts et validé par le Tribunal de première instance de Tunis en 2015.

L’institution du Contentieux de l'Etat (DGCE) explique avoir saisi la Justice après réception du dossier de l'affaire de la part de la Commission Nationale de Gestion des Avoirs et des Fonds objets de Confiscation. Le ministère public près le pôle judiciaire économique et financier avait ordonné la Brigade économique d'El Gorjani de mener les recherches à la suite de quoi il a été décidé de placer en détention le producteur-présentateur TV Sami El Fehri, l'administratrice judiciaire de la société ainsi que son gérant.

 

Toutefois, les avocats de Sami El Fehri, et les observateurs de la scène politique nationale ont une autre vision de la réalité des choses. En effet, juste après la décision d’arrestation, de multiples descentes policières jusqu’à l’aube ont eu lieu, chez Sami El Fehri, chez des parents et de proches amis, et ce en plus des sièges de la société de production et de la chaîne de télévision.

 

L’avocat Abdelaziz Essid pense que les agents recherchaient les enregistrements du documentaire spécial réalisé par Sami El Fehri à propos du financement illicite du parti islamiste Ennahdha. « Les interrogatoires vont se poursuivre aujourd’hui sans qu’il n’y ait aucune affaire officiellement devant la justice et aucun juge d’instruction saisi. Seul le parquet décide d’interdire de voyager, de placer en garde à vue, de faire des descentes policières. Nous n’avons pas vu cela dans les plus grandes affaires de terrorisme », observe Me Essid.

 

Plusieurs observateurs, s’accordent sur le lien entre la diffusion de ce documentaire et l’arrestation de Sami El Fehri. Les dirigeants du parti islamiste l’ont menacé explicitement de poursuites judiciaires s’il décide de diffuser ce documentaire. Certains vont même jusqu’à considérer que Sami El Fehri leur a déclaré la guerre. Arrêter un patron de média en ces temps précis où la tension est à son comble entre la classe politique montée au pouvoir et les organes de presse, suscite plusieurs questions quant à l’avenir de la liberté d’expression. Une liberté de presse et d’expression considérée comme l’un des principaux acquis de la Tunisie post révolution semble être sérieusement menacée, mais ceux qui ont tant combattu pour l’acquérir ne se laisseront pas faire aussi facilement, peu importent les menaces, les pressions et les risques encourus.

 

Sarra HLAOUI

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (16)

Commenter

Trump
| 07-11-2019 19:41
Croyez moi il mangeras l'assida a sa maison et je le félicite.

L'assida seras préparer par bouchlaka, dit Godasse, savate a odeur désagréable.

lotfih
| 07-11-2019 18:59
avant les élections (le cas Jarraya): toutes les arrestations sont douteuses,
pendant les élections (le cas Karoui) : toutes les arrestations sont douteuses,
après les élections (le cas Fehri) : toutes les arrestations sont douteuses
dans ce pays y aura tjrs ces raleurs qui n'ont rien à foutre dans la vie si ce n'est critiquer tout ce qui bouge

Abir
| 07-11-2019 18:15
Pour Karoui il y a pourquoi l'ont libéré, pour boucher un trou chez Ennahda au parlement, mais vous, Sami je ne sais pas si vous pouvez leur rendre service dans les jours proches?! Sauf si vous voulez la compagnie de Gannouchi et Bouchlaka , vous n'avez qu'a Diffuser le documentaire Gannouchien . Yakwa alihom rabi

Loulou momo
| 07-11-2019 16:56
La justice applique la loi . Aucun n'est au dessus de la loi. Laissez les juges travailler pour instaurer :'?TAT DE DROITS

pit
| 07-11-2019 14:56
Le problème chez nous est que si une personne lambda détient des informations capitales sur une quelconque affaire, au lieu de dévoiler l'info à la justice et surtout à la Presse, elle préfère garder ces infos (tout en faisant savoir qu'elle les détient) afin d'assurer ses arrières ou d'exercer un chantage ou un profit quelconque...si ce M. détient des infos cruciales il est temps de les mettre au service de la Patrie et des tunisiens et de les dévoiler. Mais pour cela faut être patriote, ne rien avoir à se reprocher et avoir un autre dieu que l'argent ! Tahia Tounes

St Just!
| 07-11-2019 13:16
Un joli sujet de dissertation pour le BAC ou en SC. PO.

Le marseillais
| 07-11-2019 12:52
Si la justice tunisienne est indépendante, alors moi ma mère est Japonaise hihihihihahaha

adel
| 07-11-2019 11:43
C'est un timing douteux pour l'arrestation d'un individu douteux défendu par des individus douteux.
Ce qui est plus douteux c'est pourquoi on a attendu si longtemps.

antireligion
| 07-11-2019 09:15
Actuellement et depuis un bon moment c'est le règne des NAJAS en Tunisie .Entre un abominable gourou islamiste Guhanouchi et un serpent à sonnette Echahed, le pays est dans une tornade houleuse, règlements de comptes, profits sans limite ,protection des proches même s'ils sont les pires mafieux, et surtout impunité des hors la loi avec protection injuste etc etc.....une chose certaine rien n'est durable surtout pour ceux qui se croient intouchable les exemples se comptent par milliers

Ahmed
| 07-11-2019 08:07
Ennahdha est pire que le RCD.
Au moins du temps de Ben Ali, la classe moyenne pouvait avoir des perspectives.
Le Timing de l'arrestation de Karoui, de la libération de Karoui, de l'arrestation de Fehri témoignent de la dépendance de la justice aux politiques.

A lire aussi

Les trois chefs du gouvernement qui se sont succédé depuis 2014 ont cela en commun. Ils ont tous les

15/11/2019 15:59
13

L’élection de Rached Ghannouchi à la tête du parlement n’est pas une

14/11/2019 19:59
8

Présidée par Rached Ghannouchi, député le plus âgé, la séance inaugurale vient de l'élire

13/11/2019 20:14
9

La Stam est un opérateur de premier ordre dans les échanges commerciaux de la

12/11/2019 19:59
3

Newsletter