alexametrics
A la Une

Les enjeux d’une campagne à la vitesse de l’éclair

Les enjeux d’une campagne à la vitesse de l’éclair

 

Plus que quelques jours séparent les Tunisiens de l’élections présidentielle anticipée. La libération de Nabil Karoui,  candidat au second tour du parti Qalb Tounes, sur décision de justice vient insuffler une nouvelle dynamique à la campagne électorale compromise à cause de l’inégalité des chances entre les deux candidats. 


Arrêté subitement au péage de Medjaz el Bab, Nabil Karoui a été libéré dans la soirée d’hier, au moment où personne ne s’y attendait. C’est suite au jugement de la cour de cassation que Nabil Karoui a été libéré. Son arrêt de cassation a été considéré comme "historique" par plusieurs juristes dans la mesure où la cour a assuré que le candidat de Qalb Tounes avait subi un déni de justice et que la chambre des mises en accusations avait commis une erreur en émettant le mandat de dépôt à son encontre.

Cependant, libéré 48 heures avant le silence électoral, Nabil Karoui pourra-t-il disposer de suffisamment de temps pour prendre contact avec ses électeurs, faire connaître son programme et se défaire de l’image d’ancien prisonnier ? La réponse n’est pas évidente, mais sa libération pourrait réduire ses chances d'obtenir gain de cause lorsqu’il déposera un recours contre les résultats des élections, en cas d'échec. Déjà que tous les observateurs et les analystes redoutent le scénario d’une éventuelle annulation des élections, cette hypothèse pourrait avoir de graves répercussions sur le cheminement de tous le processus électoral, les délais constitutionnels et le blocage institutionnel.

 

Aujourd’hui Nabil Karoui, bien que ne bénéficiant que de quelques 48 heures pour mener sa campagne en homme libre, aura l’occasion de donner son unique grande interview, comme ce fût le cas pour son adversaire, Kaïs Saïed. Une interview qui sera diffusée sur la chaîne d'El Hiwar Ettounsi, ce soir même. L'interview de Kaïs Saïed aura, elle, été diffusée sur la télévision nationale. 

En même temps, la télévision nationale a, finalement, réussi à programmer le débat présidentiel tant attendu par les Tunisiens entre les deux candidats. Le débat sera interactif et permettra aux électeurs de connaître la position de chacun de Nabil Karoui et de Kaïs Saïed, sur les grandes questions. Les deux candidats à la magistrature suprême pourront débattre des programmes et des idées qu’ils prônent.

C’est dire que ce débat, bien qu’organisé à la veille du silence électoral, peut être décisif pour la détermination d’un choix pour plusieurs électeurs qui ne savent toujours pas pour qui voter. Restant chacun dans sa zone de confort, les deux candidats aux antipodes, tant au niveau des orientations, du caractère et des programmes, pourront se confronter et essayer de faire convaincre les Tunisiens. Cet exercice peut être un fiasco pour l’un comme pour l’autre. Aux caractères bien trempés, aucun des deux adversaires n’a le droit à l’erreur, sauf que le risque de déstabilisation reste élevé. Cette dernière ligne droite est certainement très importante pour chacun d’eux.

En effet, l’as de la communication a été privé de parole durant toute sa campagne électorale. Il aura quelques heures pour rattraper son retard face à un Kaïs Saïed à l’arabe littéraire parfait, au ton monocorde et au visage impassible. Kaïs Saïed, qui a préféré suspendre sa campagne électorale pour respecter le principe de l’égalité des chances, aura face à lui un Nabil Karoui dynamique, habitué des caméras, mais fragilisé par un passage derrière les barreaux.

 

Mais la dernière ligne droite de la campagne ne concerne pas uniquement les deux candidats. La libération de Nabil Karoui en a surpris plus d’un. Ses détracteurs ont été pris de court, et ont été obligés de revoir leur stratégie allant jusqu’à la publication sur les réseaux sociaux de l'interview réalisée avec Ari Ben-Menashe, lobbyiste et patron de l'agence canadienne Dickens & Madson avec laquelle Nabil Karoui aurait signé un contrat de lobbying, bien que la chaîne ait reporté la diffusion prévue ce jeudi 10 octobre 2019 à 19h45, à une date ultérieure au deuxième tour de la présidentielle.

 

En tout état de cause, l’arrestation de Nabil Karoui, tout comme sa libération laissent poser de multiples questions quant aux motifs exacts de ces décisions. Tout le monde veut bien croire en l’indépendance de la justice, reste que le timing choisi pour les deux opérations laisse planer le doute et l’éventualité d’une ingérence politique dans le pouvoir judiciaire. A quelques heures du silence électoral, la Tunisie vivra, probablement, la campagne présidentielle la plus rapide de son histoire et dont les enjeux sont bien plus grands.

 

Sarra HLAOUI  

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (8)

Commenter

BRUTUS
| 12-10-2019 17:12
Qays a plein de diplomes.
NK n'a pas de diplomes, mais il est très doué: il a appris tout seul la maguoille, la corruption ...

DIEHK
| 11-10-2019 19:50
Chers amis,
Je vous remercie de penser à 1 vieux prof "Tournesol"!!!
J'y suis en plein dedans avec l'IA et des calculs savants de notre Maître à TOUS "Bernou..." qui me sert aujourd'hui à optimiser certaines idées sur le meilleur trajet sur un objet
(vous êtes libres de penser à tout ce qui est propulsé terre-espace sidéral!!)
Il y a des machines qui aident beaucoup sinon je serai à mon X ème AVC (les maths physiques TUENT) .
Quand notre 1ère femme porte le doux nom de "sciences" et
la 2ème Jalouse cohabite avec moi et ma science?
C 1 combat quotidien, mais on fait avec!
'?à rajeunit tout ça!!!!
Juste pour info: Demain je voterai au consulat pour le gamin!
Amitiés

Gg
| 11-10-2019 17:56
Merci d'avoir cité Bernoulli, ces équations sont tellement belles, dans leur féconde simplicité!
J'adore aussi la sonde Pitot, qui en découle directement.
C'est un régal de voir que les magouilles politiques permettent de citer Bernoulli, merci!
Bonne soirée :-)

DHEJ
| 11-10-2019 17:56
Alors " hamla intikhabiya " sera traduite par PORTANCE '?LECTORALE

C'est elle qui porte le candidat à la magistrature suprême quoi une '?NERGIE L'?GITIELLE..


Mais bon c'est la TUNISIE ...

Cordialement cher Dr.

DIEHK : Oh mon cher DHEJ "vous êtes Divin et l'élu du Divin"
| 11-10-2019 15:49
On a parlé en 2012 des pb de portances?
Je saute sur votre équation et mon délire commence:
Je pars de l'équation fondamentale de la mécanique des fluides et j'essaye de délirer!!!!!!
Avec comme toujours L'équation de Bernoulli :
P + 1/2*rho*v² = constante
Et P est la pression du fluide sur un corps (force exercée / surface ou elle s'exerce)
rho la masse volumique de ce fluide
v la vitesse du corps considéré par rapport au fluide

J'appelle P1 la pression de l'air sur l'intrados (sous l'aile) et P2 la pression de l'air sur l'extrados de l'aile.
On aura donc deux vitesses V1 et V2 qui sont respectivement les vitesses d'écoulement de l'aile sur l'intrados et sur l'extrados.
Par l'équation de Bernoulli on a :
P1 + 1/2*rho*(V1)² = P2 + 1/2*rho*(V2)²
Je peux obtenir l'équation de la portance en partant de cette équation, on sait que les pressions P1 et P2 ont des sens opposés (ils "poussent" respectivement vers le haut et vers le bas), je vais m'intéresser à la pression "nette" ressentie par l'aile pour en déduire la force appliquée par l'air sur celle-ci, donc la différence P1 - P2 avec l'équation vue plus haut, ce qui me donne :
P1 - P2 =1/2*rho*(V2)² - 1/2*rho*(V1)²
J'arrange:
P1 - P2 = 1/2*rho*((V2)² - (V1)²)
V1 et V2 sont deux vitesses non nulles donc il existe des coefficients a et b (dépendants du profil de l'aile) tel que :
V1 = V*a
et V2 = V*b
a et b dépendent du profil d'aile et de l'angle d'attaque
Je rappelle qu'une pression est la magnitude de la force exercée sur une surface, divisée par l'aire de cette surface (Pa= N.m-2) donc (vous sentez l'odeur du résultat final la ? )
J'arrête mon délire et le résultat, vous l'avez mon cher Dr!!!!
Je suis arrivé au résultat que la Tunisie s'est crachée le jour ou elle a embastillé le "Gamin"?
Désolé pour le détour, j'ai du regarder ma bible de la Mécanique des fluides et la Mécanique des Sols bien que j'ai toujours fait confiance à notre maître Bernoulli et j'ai raisonné par l'absurde car il me fallait plus de temps pour écrire un prgm + 1 biblio pour arriver humblement à ébaucher un IA non intelligente mais probable!!
Merci de me renvoyer à mon monde d'il y a 50 ans où nous étions apaisés et la kalach n'était pas encore inventée par M kalachnikov?
Réveillez le démon qui est en moi de temps en temps ce qui nous rapprochera dimanche des "Gamins de cette époque.
Amitiés mon cher Dr






Gg
| 11-10-2019 15:49
Oui, tout se percute et va très, très vite, dans un pays ou d'ordinaire tout va très lentement.
On n'a pas le temps de réfléchir, d'observer, alors même que tant de masques tombent.
C'est dangereux, le temps revenu risque d'être celui de beaucoup de regrets. Pourvu qu'au moins la participation soit à la hauteur des enjeux, pour que le résultat reflète la réalité du pays...

Aloulou
| 11-10-2019 04:22
Je me demande, ce que manigance les uns et les autres en cachette ?malheureusement, encore une fois le tunisien est dépassé par les manipulations et va finir comme d' A se faire avoir quelques soit sa décision...

DHEJ
| 10-10-2019 20:23
En blouse blanche dans une chambre de réanimation pour secourir un agonisant !

Que peuvet-ils faire ?

Ben le système est agonisant et nous avons deux bleus incapables de calculer la superficie du système

Un système a gouverner par

F=1/2 Ro C V² S

Où S est la superficie du système !

La TUNISIE crachera par manque de FORCE (F) pire son régulateur est défectueux à savoir LA JUSTICE !

Nous avons beau parler de l'erreur médical

Le temps est venu pour parler de l'erreur Judiciaire !

A lire aussi

Comme pour dire que la rue, qui a toujours appartenu aux hommes et qui leur appartient encore

17/10/2019 19:59
5

La Tunisie vit depuis des mois au rythme effréné des campagnes électorales. Le décès de Béji Caïd

16/10/2019 20:59
18

Fin de la récréation

15/10/2019 19:59
9

L'élection de M. Saïed constitue un tournant historique pour le pays et probablement une nouvelle

14/10/2019 20:04
14

Newsletter