alexametrics
mercredi 28 juillet 2021
Heure de Tunis : 04:58
Dernières news
André Parant : Les autorités tunisiennes n’ont pas sollicité une annulation de la dette
22/06/2021 | 14:36
4 min
André Parant : Les autorités tunisiennes n’ont pas sollicité une annulation de la dette

 

L’ambassadeur de France en Tunisie, André Parant, a affirmé, lors d’une rencontre, mardi 22 juin 2021, avec la presse tunisienne, que la 3ème édition du Haut Conseil de Coopération franco-tunisien (HCC), qui s’est tenue à Tunis les 2 et 3 juin courant, a permis de faire le point sur un ensemble de dossiers d’intérêt commun et sur l’état d’avancement de la coopération dans de nombreux projets en cours.

 

Il a rappelé, à ce propos, l’exception et la profondeur des relations qui unissent la France à la Tunisie, notant que malgré la crise sanitaire du Covid-19 ces relations sont restées « extrêmement vivantes » et donné lieu à de nombreuses visites de haut niveau dont celle du premier ministre français, Jean Castex, qui a effectué son premier déplacement à l’étranger en Tunisie au début du mois.

« Les travaux du HCC ont été l’occasion de constater et de réaffirmer la force de notre partenariat et le premier déplacement de Jean Castex en Tunisie témoigne de l’importance des relations franco-tunisiennes et de la solidarité exprimée par la France à la Tunisie dans ce contexte notamment de lutte contre le Covid-19 » a déclaré l’ambassadeur, soulignant que le HCC a permis d’avancer sur un certain nombre de dossiers et que cette 3ème édition du Sommet a été très utile et réussie.

 

André Parant a annoncé, au cours de cette rencontre, un don français de 325.000 doses du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19 à la Tunisie qui sera livré d’ici la fin du mois de juin, confiant qu’il s’agit d’une aide supplémentaire à celle que la France engage via l’initiative Covax.

Interrogé sur l’éventualité d’une possible restructuration de la dette tunisienne auprès de la France, l’ambassadeur a assuré que les autorités tunisiennes n’ont à aucun moment sollicité une quelconque annulation ou restructuration de la dette. « La dette de la Tunisie auprès de la France s’élève à un milliard d’euros et en tant que présidente du club de Paris, la France est tenue de respecter une certaine discipline en la matière. Les parties tunisiennes sont conscientes des conséquences d’une telle demande, car demander l’annulation de la dette c’est envoyer un signal au marché que l’on n’est pas en état de rembourser la dette et cela vous prive de la possibilité d’emprunter sur le marché sauf à des taux extrêmement élevés, ce n’est donc pas du tout une bonne chose pour la Tunisie et aucune demande n’a été faite dans ce sens » a-t-il expliqué.

 

Sur le dossier épineux de l’Université française en Tunisie pour l’Afrique et la Méditerranée (UFTAM), André Parant a confirmé que le projet, pourtant prometteur, a fait les frais d’une précipitation exagérée dans sa mise en place en 2019 « sans que toutes les précautions juridiques n’aient été prises ».  

« C’est un beau projet si l’on répond à quelques conditions. D’abord que les filières développées dans le cadre de ce projet ne fassent pas concurrence aux filières existantes dans les universités tunisiennes, qu’on y implante des filières innovantes qui donneront aux jeunes un accès rapide à l’emploi. Les élèves qui seront diplômés de cette université doivent pouvoir bénéficier d’un double diplôme, de l’UFTAM et de l’université française partenaire. J’entends dire parfois que nous avons contribué à ce projet pour empêcher les étudiants tunisiens d’aller en France, il n’en est rien. Il n’y a aucune volonté française d’empêcher les étudiants tunisiens de poursuivre leurs études en France, l’idée est d’abord de développer un complément de l’offre universitaire en Tunisie et d’aider à développer son rôle de plateforme universitaire sur le continent africain » a poursuivi l’ambassadeur.

 

André Parant a ajouté que si l’UFTAM a été mise en place sur des bases « provisoires », les deux parties, tunisienne et française, sont en train « d’y remédier ».

« Une Société Anonyme est en cours de constitution, elle sera créée d’ici le mois de septembre. Un accord intergouvernemental est aussi en cours d’élaboration, il définira les engagements respectifs de l’ensemble des parties. Nous avons mis tout cela sur les rails on y travaille et d’ici septembre l UFTAM sera créée sur des bases stables et moins précaires. Cet accord dira ce que chacune des parties s’engage à faire pour la création du campus et permettra de repositionner le projet sur des bases solides et durables » a-t-il conclu.

 

M.B.Z

 

 

 

 

22/06/2021 | 14:36
4 min
Suivez-nous
Commentaires
FrancoisD
A Nephentes et Sidibou
a posté le 22-06-2021 à 20:45
La Tunisie comme la France ont partagé une histoire commune, et le protectorat (gestion administrative) n'est pas une colonisation (surtout comparée aux exemples d'autres pays colonisateurs/colonisés). Le fait que la France a toujours soutenu la Tunisie depuis son indépendance, que près de 10% des tunisiens travaillent/résident en France, que la France constitue le seul pays dont la balance commerciale est bénéficiaire, que des dizaines de milliers d'étudiants poursuivent des études en France a des 'coûts' accessibles, que la France est le premier contributeurs en donations et dotations, tout cela vous conduit à conclure qu'il s'agit d'une relation malsaine ? Vous pouvez apprécier l'Allemagne, et croire que celle ci souhaite vous courtiser, en réalité les efforts et le soutien qu'ils vous apporteront resteront toujours inférieurs à ceux de la France ; ils privilégient leur relation avec l'Europe de l'Est, grand pourvoyeuse de main d'oeuvre à bas coût pour leurs industries lourdes ou alimentaires, renseignez vous. Je regrette simplement que la France, malgré la récession ne s'occupent pas de sa propre population, et laisse ainsi nourrir des sentiments amers envers des populations immigrées.
Quant aux vaccins proposés, rien ne vous oblige à vous vacciner, le détestable dans l'affaire de celui Astra-Zenéca (firme anglaise) reste le peu de transparence dans les quelques cas de thromboses, nourrissant grandement la méfiance des peuples européens, plus enclins alors à préférer des vaccins ARN. Cependant plusieurs de mes amis ont été vaccinés a l'AstraZénéca, sans inquiétude notable, car le risque encouru reste infime par rapport aux risques du Covid et de ces complications. Pour être pragmatique, je dirais 'qu'à cheval donné, on ne regarde pas les dents', à moins que vos dirigeants acceptent de verser 25 euros pour chaque tunisien pour une vaccination à l'ARN avec la logistique bien plus contraignante.
Nephentes
Sortir de la zone d'influence francaise.Et vite
a posté le 22-06-2021 à 15:30
Notre peuple doit mettre fin a cette relation tuniso francaise particulierement malsaine pour l'avenir de nos enfants

nous n'avons rien contre le peuple francais mais il est plus que temps que nos chemins se separent, et il s'agit d'un souhait partage par les deux communautes

je constate avec degout les multiples pressions exercees par le lobby francais pour empecher r les possibilites de partenariat avec l'Allemagne

un partenariat autrement plus benefique et constructif avec une Allemagne qui hesite a renforcer davantage les liens existants - on ne beneficie pas de capital sympathie

la suspension du projet de l'universite tuniso-allemande est une immense opportunite pour les generations futures qui a ete torpillee de maniere sordide

avec les clowns actuels suppletifs du lobby francais ne comptez pas sur des initiatives strategiques
adel
Juste un conseil
a posté le 22-06-2021 à 15:24
Si la Tunisie demande l'annulation de la dette, ne la lui accordez pas. Elle ne mérite plus ces traitements de faveur.
chevy
Adel
a posté le à 17:52
Oh...oui, bien dit. La BCT déborde de milliards, 13 depuis 2011 et chacun construit, 1, 2, 3 étages qu ils gardent vides...certains depuis 15 ans !
SidiBou
Non merci
a posté le 22-06-2021 à 14:47
325000 vaccins d'Astra Zeneca que nos amis français eux-mêmes ne voulaient pas.
Monsieur L'ambassadeur merci pour ce cadeaux maïs gardez les pour autres peuples.