alexametrics
mercredi 28 juillet 2021
Heure de Tunis : 06:23
BN TV
Ahmed Néjib Chebbi : Mettre le dialogue entre les mains de Kaïs Saïed était une erreur
24/06/2021 | 11:11
3 min
Ahmed Néjib Chebbi : Mettre le dialogue entre les mains de Kaïs Saïed était une erreur

 

Le politicien Ahmed Néjib Chebbi a été l’invité de Hamza Belloumi dans la Matinale de jeudi 24 juin 2021 sur Shems FM. Il est revenu sur plusieurs sujets d’actualité notamment la gestion de la situation sanitaire et la crise politique. 
 
Déplorant la dégradation de la situation, il a avancé que l’hécatombe provoqué par le virus SARS-Cov-2 dans plusieurs gouvernorats n’étaient qu’une manifestation de l’échec des politiques publiques.  
 
Il a soutenu, dans ce sens, que la crise politique et l’instabilité gouvernementale étaient certes en partie responsable de la gestion chaotique de la crise sanitaire mais ne pourraient justifier cet échec. 
 
 
Selon Ahmed Néjib Chebbi, sans une organisation de la cuisine politique interne il serait difficile de faire face à la recrudescence de l’épidémie.
 
 
Plusieurs gouvernorats de la Tunisie sont au plus haut niveau d’alerte en raison de l’augmentation alarmante du taux d’incidence de l’épidémie. Les préoccupations vont crescendo depuis la détection de cas porteurs du variant indien et brésilien alors que les établissements hospitaliers affichent un taux d’occupation de plus de 100%. 
 
Interpellé sur l’origine de la crise politique et si éventuellement le président de la République représentait un obstacle, Ahmed Néjib Chebbi a estimé que le problème n’était pas en la personne du président de la République.  
 
« Le président de la République a sa propre approche et une gestion qui dépasse ses prérogatives certes et bloque les institutions, notamment le Parlement et le gouvernement, mais cela découle de la division des pouvoirs entre deux têtes depuis 2011 », a-t-il expliqué en référence au régime politique hybride actuel.  
 
Notant que la Tunisie ne pourrait avancer sans la résolution de cette problématique autour du système politique en place, il a évoqué les avantages et les inconvénients des régimes politiques parlementaire et présidentiel. 
 
 
 
 
 
D'après Ahmed Néjib Chebbi, la révision ou le changement du régime actuel ne pourrait être la solution au problème qui réside, à son sens, dans la classe politique divisée et incapable de convaincre les Tunisiens. 
 
« Il faut impliquer le peuple dans un dialogue autour du régime politique puis lui passer la main pour décider du régime qu’il souhaite dans le cadre d’un référendum. Or, cela n’existe pas dans la Constitution de 2014. Le droit au référendum est confisqué », a-t-il avancé. 
 
Le politicien a ajouté que la solution serait dans l’engagement d’une discussion politique autour du régime pour ensuite laisser le peuple faire son choix et passer à des élections législatives et présidentielle. 
 
« Si l’on arrive à fédérer l’élite politique autour de ces idées et soustraire au Parlement le droit au référendum, nous arriverons à avancer », a-t-il indiqué. 
 
Il a, par ailleurs, estimé que la démarche de la Centrale syndicale qui avait mis l’initiative du dialogue entre les mains du président de la République était une erreur de par la position du chef de l’Etat en tant que partie au conflit. 
 
 
 
 

 

N.J. 

24/06/2021 | 11:11
3 min
Suivez-nous
Commentaires
Moi-même
Chebbi
a posté le 26-06-2021 à 23:20
Heureusement qu'il saied ne te ressemble pas
Bourguibiste nationaliste
Vendu. Vas te coucher
a posté le 25-06-2021 à 09:56
Tu es un vendu, un islamo-gauchiste que le peuple t'a rejeté.
A ta place, je la fermerais.
Raad
MANGE ET T'EST TOI
a posté le 24-06-2021 à 21:37
A force de te répéter tu as perdu le fil.
Tu as détruit le parti par tes illusions sans savoir quelle direction prendre, c'est bien dommage car le boulevard etait grand ouvert mais aujourd'hui il est trop tard, donc mangé et t'es toi.

Jilani
Liste des personnes nuisibles
a posté le 24-06-2021 à 19:37
'? ajouter aux personnes les plus nuisibles qui ont détruit ce pays ghannouchi, taboubi, feu BCE et Chebbi.
AR
Il faut alors faire appel au Père Noël
a posté le 24-06-2021 à 19:32
D'après sa déclaration, il faut retirer le dialogue du Président qui est directement et principalement concerné, et encore, c'est le peuple qui devrait donner son dernier mot mais le référendum est impossible, exclu par la constitution, en déduire alors que c'est la secte, jamais évoquée par Chebbi, qui devrait décider de notre sort ! Ou faire appel au Père Noël !
Avec tant de contradictions, Chebbi évite toujours aussi de se mouiller quand il s'agit du gourou, par contre la critique facile à l'encontre du Président.
Ces farfelues à analyse à l'esquive vous donnent l'impression d'établir les théories magiques, j'aimerais bien y croire, mais quand il s'agit de politique qui a raté sa sortie et rien prouvé sur terrain alors qu'il était dans le système, il est là pour la ramener grave, la boîte à clowns nous fait sortir ces derniers temps, celui qui avec son échec personnel établir le théorème de la réussite.
Houcine
C'est curieux.
a posté le 24-06-2021 à 18:20
Chebbi exprime des idées, donne ses analyses à un média.
D'autres médias les rapportent chacun selon le tri commandé par sa grille idéologique.
Ainsi, il semble que Chebbi aurait affiché sa préférence pour un régime présidentiel à l'américaine.
Il souhaite retirer au parlement le pouvoir référendaire...
Curieux que ces deux aspects soient minorés ou absents pour ce qui est de l'option régime présidentiel.
Curieux, aussi, que Chebbi ne soit pas applaudi de suite par les petites mains merdeuses sans caboche.
Nous vivons une époque formidable...
Boulima
Le Fervent Jaloux qui voulait devenir president.
a posté le 24-06-2021 à 16:42
Vous n avez meme pas reussi un ministere mr chebbi! Cela fait mal mais c est la verité. Occupez vous de vos affaires... vos avis ne meritent pas d etre publiés et ont prouvé leurs échecs. Vous avez enraciné Nahdha et vous avez eu 0,1 aux elections. Ne vous comparez pas à saied.
AR
Les tontons farceurs
a posté le 24-06-2021 à 15:47
Ces momies n'arrivent pas à comprendre qu'il faut décrocher et s'éclipser définitivement de la scène, faute de ne rien pouvoir donner nî proposer nî convenablement analyser, d'ailleurs les prendre au sérieux relève de l'amateurisme Politique.
Mr Chebbi s'accroche tant bien que mal à faire le sage de la maison, une carte périmée juste pour prendre de l'espace dans un paysage médiatique lui-même désorienté.
Pour l'avenir du pays, nous sommes dans le besoin de bâtir une démocratie saine avec des Hommes au niveau de la tâche, des Grands Hommes avec un projet consistant, une bonne vision claire, et pour ça il faudrait commencer par assainir, se débarrasser de l'obscurantisme principal obstacle du progrès, éliminer toute cette médiocrité, ouvrir les horizons pour les capacités productrices de projets, il faut tourner la page et s'engager dans la bonne direction.
Ceux qui ont participé à la destruction d'une manière ou d'une autre, n'auront aucune place dans la configuration, de gré ou de force, contraints à laisser la place aux forces vives.
El Chapo
Najibollah au pays des ayatollahs révolutionnaire s
a posté le 24-06-2021 à 14:54
Nejibollah joue lelobyyiste de la 25eme heure ....

Il gratte une p'tite place au futur remaniement... En espérant que le gourou suprême ..l'ayatollah Ghannouchi le prenne en considération
pit
Le fond du problème
a posté le 24-06-2021 à 13:46
Comment fédérer une élite politique ... INEXISTANTE M. Chebbi ? et je doute, hélas, que vous fassiez partie de cette élite chimérique !
Forza
ça peut passer dans le cadre de la constitution
a posté le 24-06-2021 à 11:49
Si on veut on peut, les députés choisissent leurs membres de la cour constitutionnelle le 08 juillet, Saied peut choisir alors les siens et on peut l'installer cette cour encore au mois je juillet. Le parlement peut préparer alors deux propositions de constitution en se basant sur celle de 2014, une pour installer une démocratie parlementaire et l'autre pour un système présidentiel. Les deux propositions doivent êtres acceptées par la cour constitutionnelle. L'ISIE peut alors inviter le peuple a un referendum pour trancher. Il faut bien sur donner quelques semaines aux partis et à la société civile pour expliquer les avantages et inconvénients de chaque système et montrer aux gens des exemples des deux systèmes.
Un retour à la constitution de 1959, une constitution de la dictature et du pouvoir d'une seule personne est cependant anticonstitutionnelle et un recul.