alexametrics
A la Une

Abir Moussi - Rached Ghannouchi : la guerre ou la guerre

Temps de lecture : 4 min
Abir Moussi - Rached Ghannouchi : la guerre ou la guerre

 

RCDiste dans l’âme et anti-islamiste jusqu’à l’os, Abir Moussi, l'avocate et actuelle présidente du Parti destourien libre (PDL) mène – depuis son entrée au Parlement après les législatives de 2019 – une bataille féroce et ouverte sur plusieurs fronts. D’Ennahdha et son chef Rached Ghannouchi, à Qalb Tounes et son fondateur Nabil Karoui, en passant par le Courant démocrate de Mohamed Abbou et Al-Karama de Seif Eddine Makhlouf … nul n’échappe aux flèches assassines de la politicienne. Un seul fonds de commerce : dénoncer et accuser de trahison et d’opportunisme tous ceux qui se mettent au travers de sa valse. 


Son ennemi numéro 1 est, nul ne l’ignore, Rached Ghannouchi, alias « le guide suprême des Frères musulmans en Tunisie », selon Abir Moussi. Le leader de l’islamisme politique tunisien et actuel président de l’Assemblée des représentants du peuple (ARP), en a, d’ailleurs, pris pour son grade. A l’origine de tous les maux de la Tunisie avec ses « khwanjias » (aux yeux de Abir Moussi), Rached Ghannouchi a failli être mis sur la sellette, une nouvelle fois.

Après un temps de répit du fait de la pandémie Covid-19 et le confinement général décrété le 22 mars, la présidente du PDL a réengagé les hostilités. Ses tentatives d’écarter les islamistes de la carte politique tunisienne ont, jusque là fait chou blanc, mais rien de semble dissuader Abir Moussi de sa raison d’être.

La dernière tentative en date est la motion dont le bureau de l’ARP a rejeté, vendredi 3 juillet 2020, l’examen en plénière.

La présidente du PDL a souhaité pousser le Parlement tunisien à prendre une position radicale vis-à-vis des Frères musulmans et les classer en tant qu’organisation terroriste avec tout ceux qui ont appartenu directement ou indirectement à la confrérie. Le motif de ce rejet ? Le bureau de l'ARP a estimé qu'il y a vice de forme.

A ce refus qualifié « d’infraction » au règlement intérieur de l’ARP, Abir Moussi a répondu par une manifestation devant le Théâtre municipal au cœur de l’avenue Habib Bourguiba à Tunis. Au menu, des slogans anti-Ennahdha, anti-Frères musulmans et anti-Rached Ghannouchi. Ce dernier a même été qualifié « d’assassin ». Face à ces accusations, la membre du bureau exécutif du mouvement, Yamina Zoghlami a annoncé qu’Ennahdha allait saisir la justice.

 

Les relations qu’entretient le président du Parlement avec les membres de cette confrérie et entre autres, le chef du gouvernement turc Recep Tayiip Erdogan, ont, toujours, été le fer de lance de la guerre qui oppose Abir Moussi à Rached Ghannouchi et députés du bloc de son parti.  

C’est sur ce front que la présidente du PDL mène ses attaques mais en optant pour une manœuvre différente à chaque fois. Abir Moussi n’a pas changé son fusil d’épaule et ne compte pas le faire, selon toute apparence.

Rappelons-nous, il y a de cela un mois, une autre motion présentée par le PDL mais, cette fois, examinée et votée en plénière, a été rejetée de justesse. La Déclaration du Parlement sur l’ingérence étrangère en Libye n’a collecté, le 3 juin après de longues heures de débat houleux, que 94 voix alors qu’il lui fallait 97 pour passer. Une défaite pour la motion, mais une victoire pour la présidente du PDL qui, ce jour-là, a réussi à marquer son coup, car, même si la motion portait sur l’ingérence en Libye, Abir Moussi a mis Rached Ghannouchi à découvert dans une intervention incendiaire. Documents en main, elle s’est lancée dans une tirade d’accusations et de critiques cinglantes à l’encontre du chef d’Ennahdha. De l’idéologie même du parti aux visites à l’étranger non-annoncées de Rached Ghannouchi, tout y était.

 

Le cheikh n’est, cependant, pas le seul ennemi à Abir Moussi. Si celle-ci a réussi en quelque chose durant toute sa carrière politique c’est, sans doute, se faire des ennemis, de par son appartenance à l’ancien régime mais aussi de par le fait qu’elle n’ait pas la langue dans sa poche.

Le deuxième sur la liste de la présidente du PDL n’est autre que son collègue avocat, Seif Eddine Makhlouf, et son parti Al-Karama, né d’une miraculeuse union entre des « inconnus » de la scène politique classique réunis la veille des législatives dans une course effrénée vers l’hémicycle.

Accusée d’être le bras droit d’Ennahdha du fait d’un rapprochement idéologique, entre autres, la coalition Al-Karama a, également, été dans la ligne de mire de la présidente du PDL et vice versa. Les provocations, attaques et insultes vont de bon train dans les deux sens à chaque occasion. Tout est matière à critiquer.

L’une des attaques les plus illustres de Abir Moussi contre la coalition Al-Karama concerne, par ailleurs, la légitimité même du parti. Après avoir dénoncé l’affaire du badge avec accès libre à l’hémicycle et le statut fictif d’accompagnateur parlementaire attribués au « membre-fondateur » d’Al-Karama, Imed Dghij, la présidente du PDL a jeté la lumière sur le processus de création du parti soulignant que ce dernier n’existait, selon elle, que sur Wikipédia.

Pour contre-attaquer, Seif Eddine Makhlouf et ses députés se sont jeté dans les bras du cheikh. Ils se sont, en effet, plaint auprès de Rached Ghannouchi, « des provocations » de la présidente du bloc PDL, Abir Moussi, à leur encontre et « d’ingérence » dans les affaires intérieures de leur bloc.

 

Le jeu des rhétoriques « guerrières » semble bien parti. Attendons de voir ce que nous réserve l’avenir !

 

Nadya Jennene 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (30)

Commenter

OUA
| 06-07-2020 16:50
Mme Abir Moussi doit s'engager clairement en faveur de l'ordre démocratique tunisien et prendre clairement ses distances par rapport au régime de la RDC dictatorial !

Peut-elle le faire ?

Houcine
| 06-07-2020 16:23
Consacrer un édito à ne relater que les interventions et les initiatives contre les islamistes et leurs suiveurs est au moins réducteur. Car, elle prend des initiatives pour mettre au jour des faits et donner à voir aux citoyens ce qui se trame derrière le corridor. Elle dénonce, avec trop peu d'autres députés, la mainmise de cette mouvance sur toutes les institutions, les petites combines pour ligoter toute opposition et tenir tout député qui n'en veut pas.
Elle est insultée, menacée sans la moindre réaction de la justice. Car, ces gens tiennent aussi la justice à leur botte au point que chacun sait qu'ils peuvent faire citer, arrêter et emprisonner quiconque se met au travers de leur chemin.
Les faits ne manquent pas qui sont visibles et connus, et vous réduisez son combat à une haine et guerre contre Ghannouchi dont vous ne dites rien. Vous psychologisez pour dépolitiser.
Faute de contextualiser en mettant en exergue assez d'éléments des deux côtés, votre balance penche du côté des frères dont nous savons combien ils aiment le pays, son peuple et les mérites qu'on doit leur reconnaître à avoir organisé la banqueroute, favorisé la terreur et s'être enrichis au détriment, entre autres motifs, au détriment des bougres qui leur servent de troupes, sinon de troupeaux (pardon pour la formule osée tombée fortuitement sous ma plume) et contre d'autres citoyens qui ne se reconnaissent point dans les turpitudes et méfaits de ces gens aux prétentions sans bornes et aux m'?urs attentatoire à l'image du pays, de sa dignité et son histoire.
Madame, vous auriez pu nous grandir en nous proposant une analyse riche et problématisée.
Hélas ! Vous avez choisi votre camp. '? votre corps défendant, vous nous rendez ce service de vous savoir asservie. Merci.

dbh
| 06-07-2020 16:12
contrairement à beaucoup des hommes et des femmes politiques Abir Moussi ne s'inclinera pas devant le gourou des khwanjias.
elle continuera son combat légitime pour libérer notre pays avec l'aide des tunisiennes et tunisiens libres

Wessim Gablaoui
| 06-07-2020 16:06
Suivez ce lien,c est le projet le plus important des freres musulmans et les Israeliens le savent et le craignent:
https://jcpa-lecape.org/erdogan-a-la-reconquete-de-jerusalem/

Carthage
| 06-07-2020 16:03
Les termes utilisés par cette journaliste concernant Abir Moussi ne sont pas à bon escients.

dbh
| 06-07-2020 15:56
contrairement à beaucoup des hommes et des femmes politique, notre lionne de Carthage ne s'inclinera jamais devant le gourou des khwanjias. avec sa persévérance et sa clairvoyance et le soutien des tunisiennes et des tunisiens libres on va se débarrasser des khwanjias traîtres.

takilas
| 06-07-2020 15:47
C'est un comportement logique, naturel et humain contre l'obscurantisme et la traîtrise.
Quoi de plus naturel pour un tunisien qui se respecte et qui protège des droits ?

momo
| 06-07-2020 15:21
Abir fait de la politique, c'est la seule personne qui soit à la hauteur dans cette fonction dans cette assemblé des médiocres, ses interventions sont étayées, argumentées, on comprend ce qu'elle dit, on sait ou elle se trouve, cerise sur le gâteau elle parle tunisien propre, contrairement à d'autres guignols qui n'ont que l'insulte dans la bouche.

Amilcar
| 06-07-2020 14:48
Et compatissant envers les islamistes fascistes prouvés pour leur incompétence minimalement pour ces dix ans de prise en otage du pays ( le mot pouvoir ne s' applique pas eux).
Les malversations.. Les dossiers occultes mon résolus, la destruction des institutions publiques et le programme doctrinaire des frères musulmans déjà classés organisation terroriste dans d' autres pays.. ,, ne semble pas vous suffir.. Vous vous mettez des oeillères ou vous êtes vous aussi une collabo.. Du nom de ceux qui ont collaboré avec les Nazis

Les islamistes sont des fascistes au même titre que les Nazis

Vous lancez des flèches empoisonnées sur le passé de Abir Moussi et minimisez son rôle de LEADER de l' opposition que tout le ramassis de ceux qui se pretendent progressistea n' osent même pas lui arriver à la cheville! Des incapables!

Si vous regardez les débats parlementaires dans les pays démocratiques avancés. Je peux vous assurer qu" un opposant parlementaire de la trempe de Abir Moussi aura déjà fait tomber le gouvernement.
.
Ce gouvernement que vous défendez madame la journaliste, un mélange de pseudo religieux sectaires à l' ambition d' installer une dictature islamique avec association de malfaiteurs. Les klebs et El karama des terroristes..

Pour moi Abir Moussi représente la droiture l' intégrité, le patriotisme la lutte contre les malversations et les abus de tous genres pour le bien et le PROGR'?S du pays!

Honte à vous! Tous les citoyens doivent faire front contre le projet rétrograde des islamistes qui nous mènent directement à la ruine


AMILCAR
| 06-07-2020 12:35
La Tunisie un pays endette' et le Cheikh Rached Ghannouchi bien fortune' , grace au traitres
ENNAHDA ou Ennakaba vider tous les caisses (CNSS+CNPR -CNAM-STEG-TELECOM-BCT -pour financier les freres islmaites a Londra -et en USA -Canada -France-
pour sauver la TUNISIE voila -rejoind nous www.front-national-tunisie.solutions

A lire aussi

une jeunesse désespérée en quête d’une vie

04/08/2020 20:27
4

La menace est bien réelle

03/08/2020 19:16
2

La motion de retrait de confiance au Parlement, Rached Ghannouchi s’est soldée par un échec.

01/08/2020 19:59
17

Rached Ghannouchi maintenu à la tête du Parlement. C’est sur cette note que s’achève la session

30/07/2020 19:59
29