alexametrics
Dernières news

Moussi à Fakhfakh : votre gouvernement est le fruit de la corruption politique

Temps de lecture : 2 min
Moussi à Fakhfakh : votre gouvernement est le fruit de la corruption politique

 

La présidente du parti destourien libre (PDL), Abir Moussi est intervenue, mercredi 26 février 2020, lors de la séance plénière consacrée au vote de confiance au gouvernement. Elle a de prime à bord commencé par critiquer la composition du gouvernement, « celle-ci est un mélange de ministres de la Troïka, à leur tête le chef du gouvernement et cela nous rappelle la période la plus sombre de notre histoire contemporaine ».

Lisant la biographie d’Elyes Fakhfakh présentée aux députés, Abir Moussi a ironisé sur le fait que le chef du gouvernement désigné se présente comme ayant contribué à contrôler la dette publique : « Oui, en effet, il l’a si bien contrôlée que cette dette a triplé. On nous dit aussi qu’il a su gérer le déficit du budget de l’Etat, alors que celui-ci n’a fait que se creuser ».

La présidente du PDL n’a eu de cesse d’énumérer les actions menées par M. Fakhfakh lorsqu’il était à la tête du ministère des Finances, en les démontant une à une.  

S’adressant au chef du gouvernement désigné, Abir Moussi a dit regretter qu’il n’ait pas eu le courage d’assumer son échec à l’élection présidentielle de 2019. Elle l’a taxé de « zéro virgule » en comparant ses propres résultats à la présidentielle aux siens. « Les 11 mille voix que vous avez obtenu à l’échelle nationale, moi je les ai réalisés sur une seule circonscription. Mais aujourd’hui, je me retrouve dans l’opposition et vous chef du gouvernement ! ».

Abir Moussi a enchainé en accusant Elyes Fakhfakh d’avoir commis des infractions quand il était ministre en 2013. Elle s’appuie sur le rapport de la cour des comptes, en rappelant qu’une somme importante s’est volatisée du budget de l’Etat et d’ajouter : « Quand vous étiez ministre, la cour des comptes avait enregistré un flou total autour des recrutements. Quand vous étiez ministre, des compensations ont été allouées en vidant les caisses de l’Etat. Vous êtes le ministre qui a fait entrer le FMI en Tunisie ! ».

La présidente du PDL a assuré que le gouvernement Fakhfakh est le fruit de la corruption politique, parce qu’il est le résultat d’un système politique hybride marqué par les quotas partisans et des transitions louches. « Vous alliez rencontrer le cheikh chez lui ! Chahed devait aller en prison après ce qu’il a fait mais vous avez signé avec lui le document de référence. Des membres de votre gouvernement avaient accusé votre allié principal d’avoir assassiné Mohamed Brahmi. C’est le summum de la corruption politique ! ».

Abir Moussi a conclu en insistant sur le fait que l’équipe de Fakhfakh est en désaccord, rappelant les insultes proférées lors du processus de formation du gouvernement…

 

I.L.


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (47)

Commenter

Hounga
| 28-02-2020 22:20
Ce qu'elle dit est vrai. Mais s'il en est arrivé à ces résultats c'est à cause de son premier ministre et le parti majoritaire .Il devait s'y soumettre.
J'espère que cette fois-ci ci il aura enfin un peu de courage pour contrer leurs magouilles et mic-mac. Il lui faudrait des appuis de personnes aux mains ,propres et longues. Abir je t'admire laus tu grognes beaucoup.

Maxula
| 27-02-2020 16:55
"tous les modérés de maintenant et qui lisent BN surtout, moi comprise, se sont tus toutes les années avant le 14"

Certes. . . à ceci près, c'est que AM fait de la politique, elle !
Et préside même un parti qui a l'ambition de gouverner "demain". . .
Et à ce titre, elle est comptable de ses actes, tandis que nous, à part commenter quelque évènement et donner notre opinion, nous ne pouvons pas, à priori, être d'une quelconque influence sur la marche du pays !
AM devrait donc être honnête avec ceux qui la suivent (être honnête avec soi-même ce serait déjà bien !) et afficher la photo de Benali en se réclamant de lui, plutôt que d'afficher hypocritement celle de Bourguiba !
Maxula.

The Patriot
| 27-02-2020 13:38
Sorry about the typo in my article, I meant to say post the soft coup of 2011 and not 2014. Thank you

The Patriot
| 27-02-2020 13:20
Again and again this lady proves her intellectual integrity and states what is factual and true (with the evidence). She is well spoken, articulate, logical and no drama queen. I don't fully agree with her socio-economic proposals, but she is the ONLY person (lady) who puts on the table the real causes of where we are today post the soft coup d'état of 2014. She is pin-pointing who are the real criminals and terrorists that ruined and still ruining this country: the khwanjias and the so called "revolutionaries'. I was never a big fan or a follower of Ben Ali or the RCD (Ironically a lot of the current politicians worked one way or the other in Ben Ali governments), but I am glad I voted for her in the last parliamentary elections. For those who bad-mouth her, please be true to yourselves, please bring any evidence that counter her arguments and without low level insults.

hourcq
| 27-02-2020 13:01
...et sans langue de bois. Si elle et son pari le PDL, n'étaient pas représentés à l'ARP, on aurait droit à une sorte de consensus mou entre tous les partis pour se partager le gâteau qu'offre le pouvoir. On lui reproche son passé RCD iste, mais qui, parmi ceux qui la critiquent, a été un opposant actif sous Ben Ali.? Qui ne dit mot consent et les muets sont soudainement devenus bavards en 2011 se présentant comme des victimes. Si on met de côté le régime avec son parti unique et sa répression policière, beaucoup de tunisiens pensent qu'on vivait mieux avant 2011. Abir Moussi n'a jamais déclaré qu'elle voulait revenir à ce régime. Elle dénonce simplement toutes les dérives du pouvoir depuis 2011 qui ont conduit à la situation actuelle désastreuse de la Tunisie. Ce pays a besoin de dirigeants compétents, intègres et soucieux de servir et non de se servir. Abir Moussi en fait partie n'en déplaise à certains qui sont surtout gênés par son franc-parler.

Abir
| 27-02-2020 12:31
Avoue le combien de Bouazizi , des enfants ,des hommes et des femmes sont suicidés depuis l'arrivé de merde les Kwanjias ?! Et ils appellent ça une révolution! Une merdolution oui

hamahama
| 27-02-2020 11:45
Cette dame forte et réel , elle se défend avec tous les moyens contre toutes une bandes , d'opportunistes ,magouilleurs ,vendeurs des mensonges, et voleurs du peuples, elle aime son pays ,que dieu la protège de la secte épaulé pars des arrivistes en politiques,

El Dahech Makrem
| 27-02-2020 09:32
Les arguments de Moussi sont valables...

Comment est ce possible qu'à la suite des élections présidentielles et législatives,la formation du gouvernement ait pris tout ce temps,19 semaines ?

Les résultats des élections auraient dû influencer le choix du futur exécutif, en fonction de ces mêmes résultats... Ce qui aurait fait gagner du temps,pour obtenir la confiance de l'ARP.

Que s'est-il passé ?

Kaïs Saïd est il bien le président de la République Tunisienne et non un otage poussé à faire chanter les députés de l'ARP vers un gouvernement imposé, avant une éventuelle dissolution?

Son choix aurait dû s'orienter en fonction des résultats des élections,ce qui aurait été logique, le choix des Tounsis qui se sont déplacés aux urnes.

El Dahech Makrem
| 27-02-2020 09:21
Les arguments de Moussi sont valables...

Comment est ce possible qu'à la suite des élections présidentielles et législatives,la formation du gouvernement ait pris tout ce temps ?

Les résultats des élections auraient dû influencer le choix du futur exécutif, en fonction de ces mêmes résultats... Ce qui aurait fait gagner du temps,pour obtenir la confiance de l'ARP.

Que s'est-il passé ?

Kaïs Saïd est il bien le président de la République Tunisienne et non un otage ?

Son choix aurait dû s'orienter en fonction des résultats des élections,ce qui aurait été logique, le choix des Tounsis qui se sont déplacés aux urnes.

Le Baron
| 27-02-2020 09:18
Qui s'intéresse aujourd'hui à ce clown ah je sais, les même qui se sont intéressés à Bce et Nida...ces mêmes con patriotes...

A lire aussi

le numéro d’autorisation à présenter lors du contrôle de

29/03/2020 18:07
0

Le député Tahya Tounes, Mabouk Korchid a présenté une initiative législative à examiner d’urgence

29/03/2020 17:49
1

mettre en place une stratégie globale garantissant les méthodes de protection des professionnels de

29/03/2020 16:45
3

Désormais les agriculteurs et les pêcheurs seront exemptés d’autorisation de circulation, selon

29/03/2020 16:34
4

Newsletter