alexametrics
Dernières news

Abdelfattah Mourou : je ne retirerai pas la nationalité des terroristes revenant des zones de conflits

Abdelfattah Mourou : je ne retirerai pas la nationalité des terroristes revenant des zones de conflits

 

Le candidat d’Ennahdha à la présidentielle, Abdelfattah Mourou a précisé, lors de son passage à Midi Show sur Mosaïque FM, ce jeudi 29 août 2019, que le choix du parti islamiste en rapport avec sa candidature était « réfléchi et quasi-unanime » et que cette candidature lui permettait de « passer de la parole politique à l’action politique ».

 

Invité de Elyes Gharbi, M. Mourou a relevé que la Tunisie est passée par 3 phases à savoir l’instauration de la République et des institutions de l’Etat, l’établissement des libertés et leur respect et la phase du développement et de la résolution des problèmes des citoyens. Une étape qui exige du prochain président de la République d’être capable de la mener à bien.

 

Abdelfattah Mourou a, également, assuré que la loi est la seule garantie pour la protection de la République et ce face aux inquiétudes que le parti islamiste pourrait s’accaparer du pouvoir.

Une allégation que M. Mourou a nié en disant que si Ennahdha voulait contrôler le pouvoir, il aurait pu amender la loi électorale en sa faveur.

 

En ce qui concerne le terrorisme, le président du Parlement intérimaire a affirmé que le terrorisme existe en Tunisie depuis 2006 et qu’Ennahdha n’était pas responsable de la libération des individus impliqués dans ces attentats.

"Toutefois et concrètement, il n’existe aucun danger terroriste à présent et au niveau sécuritaire, tout est sous contrôle".

Il a ainsi relevé que les hauts responsables au sein du ministère de l’Intérieur, exerçant avant l’avènement d’Ennahdha, ont commis l’erreur de supprimer le service des renseignements ce qui a contribué à l’instabilité du pays.

Abdelfattah Mourou a, par ailleurs, indiqué qu’il s’opposait au retrait de la nationalité tunisienne des terroristes revenant des zones de conflits et qu’il voulait que ces éléments soient traduits en justice en Tunisie.

 

Pour ce qui est de l’égalité dans l’héritage, M. Mourou a précisé qu’il n’a pas à s’ingérer dans les décisions prises par le Parlement évitant de donner sa propre lecture de l’égalité successorale.

« La présidence de la République est une responsabilité individuelle et non pas partisane. Si je suis élu, j’œuvrerai à boiser toutes les régions frontalières pour lutter contre la contrebande et le terrorisme. Je mettrai aussi en place une quatrième armée qui est l’armée cybernétique pour protéger nos données et notre sécurité. Le cabinet de la présidence de la République doit respecter le principe de l’équité entre les deux sexes en rapport avec ses employés. J’exercerai une pression sur les présidents des partis politiques dans le nouveau Parlement en vue d’instaurer la Cour constitutionnelle et je m’engagerai à préserver l’indépendance du pouvoir judiciaire et le garder à l’écart des tiraillements politiques. Pour ce qui est de la diplomatie économique, le chef de l’Etat est un ambassadeur qui sait que nous devons être ouverts sur de nouveaux marchés comme l’Afrique et notre environnement maghrébin », souligne Abdelfattah Mourou.

 

B.L


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (18)

Commenter

tex
| 30-08-2019 12:15
Chef supreme des armées de terre, mer et air.
President du conseil de sécurité nationale.
Grand manitou de la politique étrangère.

Tunisie, terre de fous à lier suicidaires. Autant se jeter du 150ème étage directement.


rz
| 30-08-2019 11:17
Un coup d'oeil pour la femme mais dans l'esprit de Mourou il s'agit des femmes voilées uniquement.

Abou Walid
| 30-08-2019 11:10
M Mourou est acceptable "côté face", son langage et son comportement ne différant pas de beaucoup de la plupart des Tunisiens qui postulent à des postes de "Direction", tous feront de la Tunisie un Eden, cependant, "côté pile" il reste une énigme, du moins pour moi ?!

Barg-ellil
| 30-08-2019 10:50
Comment peut-on renier ses propres enfants ! ?

Ok
| 30-08-2019 10:14
Ne vous fiez pas a ce candidat.derrière sa jebba et sous ses ères de belli sympa se cache une vipère a dix tetes

Pascal
| 29-08-2019 21:41
Il est temps pour lui d'accepter UNE RETRAITE POUR PERMETTRE '? DES JEUNES TUNISIENS PATRIOTIQUES ET COMP'?TENTS POUR DIRIGER LE PAYS .Cette personne utilise fréquemment une loupe pour POUVOIR lire, QUE dire de ses facultés mentales et intellectue'les. BRABI ET BRABI YA MOUROU TIRES TOI ,IL EST R'?ELLEMENT US'?E ET INAPTE POUR LA GOUVERNANCE.

Jamel
| 29-08-2019 18:09
Bravo Ons Jabeur

mansour
| 29-08-2019 17:24
démolir nos institutions républicaines et notre mode de vie qui sauront sauvegarder du pire seulement en votant Monsieur Abdelkrim Zbidi au présidentiel,Madame Abir Moussi et Madame Olfa Terras aux législatives pour un frond et une force commune pour faire voter les lois et défaire les lois islamistes de l'islam politique des islamistes freres musulmans salafistes

L'astronaute
| 29-08-2019 16:49
Le terrorisme existe en Tunisie depuis 2006?
Et la réunion des 40 en 1970? Et le MTI en 1980? Et le Groupe combattant tunisien en 1987? Et l'attentat de la Ghriba en 2002? Et "l'armée d'Assad ibn Fourat" en 2006/2007? C'EST QUOI?

Amilcar
| 29-08-2019 16:46
Pourquoi punira tu ton frère?!

A lire aussi

Attayar soutien Kaïs Saïed pour la magistrature suprême.

18/09/2019 12:19
4

certains candidats à l’investiture suprême se sont

18/09/2019 11:38
8

Cette présidentielle 2019 a montré au grand jour les grosses différences entre le réel et le

18/09/2019 11:26
0

Farouk Bouasker revient sur la question du financement des campagnes électorales des candidats à la

18/09/2019 10:48
2

Newsletter