alexametrics
Dernières news

Zouheir Maghzaoui : Ennahdha est responsable de la situation catastrophique du pays

Temps de lecture : 1 min
Zouheir Maghzaoui : Ennahdha est responsable de la situation catastrophique du pays

 

Le secrétaire général du Mouvement Echaâb, Zouheir Maghzaoui a réitéré, ce mardi 22 octobre 2019, son refus de faire partie d’un gouvernement présidé par Ennahdha étant donné les « profondes divergences » entre les deux partis ainsi que la responsabilité du parti islamiste de la situation « catastrophique » de la Tunisie.

 

Invité de Elyes Gharbi sur Mosaïque FM, M. Maghzaoui a également souligné l’importance de désigner un chef de gouvernement indépendant qui soit proposé par le chef de l’Etat disposant de « plus de légitimité qu’Ennahdha ».

Ce chef du gouvernement doit, selon Zouheir Maghzaoui, faire l’unanimité parmi les Tunisiens et la classe politique relevant que le Mouvement Echaâb, ayant récolté 16 sièges au Parlement, incite à la formation d’un gouvernement à l’unanimité et à mettre en place un projet de sauvetage national.

Un projet qui se base sur l’évaluation de l’étape précédente en vue d’éviter de commettre les mêmes erreurs, rappelant que le parti islamiste faisait passer toutes les lois qu’il voulait lorsqu’il était au Parlement.

 

 

B.L


Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (20)

Commenter

Carthage Libre
| 23-10-2019 15:41
Je suis tout à fait d'accord avec vous @vieux tunisien. Malheureusement, la Chine est l'exemple même d'une dictature implacable, qui a libéralisé son économie et qui réussie à merveille.

Je ne dis pas qu'il faille faire la même chose en Tunisie...Mais, juste d'écarter JURIDIQUEMENT Ennahdha et tous les partis à caractère religieux des affaires de l'Etat, car ils auront toujours, toujours 300.000/400.000 personnes qui voteront pour eux et qui s'en foutent royalement du développement et de l'avenir du pays (inconscients? Je ne crois pas. C'est le principe même d'une secte).

Soyez certains, qu'avec la disparition TOTALE de ces mouvements très dangereux, la Tunisie décollera. C'est aussi simple que cela ; à l'époque le "frein" c'était Ben Ali et sa famille. Aujourd'hui, c'est Ennahdha et sa "famille".

A4
| 23-10-2019 14:48
Le gourou de la secte des assassins veut devenir président du gouvernement.
Il s'est mis à prendre des cours d'économie et il parait qu'il a déjà appris à compter jusqu'à 10 !
C'est un surdoué !!!

naanaa
| 23-10-2019 14:02
Si MAGHZAOUI avec tous mes repects laissez Ennahba gouverner seule pour que'elle assume pleinement sa responsabilité dans la decadence de l'economie tunisienne. De 2011 à 2019 Ennakba s'est habituée à se derober derriere les autres partis . Ses responsables n'affichent leurs présence que pour les acquis.
Chercher la réponse à cette question : Où sont tous les partis qui se sont alliés à Enahba ?

Manane
| 23-10-2019 11:32
Même si le mouvement Echaab et Ettayar s'allient avec Ennahdha pour former le gouvernement, cette alliance ne durera pas longtemps. Rappelez vous Abbou a démissionné de son poste de ministre, Salem Labiadh lui aussi a démissionné de son poste de ministre. Ces spécialistes de la théorie et de la critique sont fait pour être des opposants.

A4
| 23-10-2019 09:11
Demander à la secte des assassins de réaliser de bonnes performances, c'est comme si on demandait à un âne de chanter !

vieux tunisien
| 23-10-2019 09:03
quand on a un peuple qui vote à une secte religieuse des frères musulmans et leur donne la majorité, le mieux c'est d'avoir une dictature qui travaille pour le progrès économique comme en Chine, car la liberté de voter pour un peuple ignorant est dangereuse si ce peuple reconduit à chaque fois , la bande d'Ennahda tout en sachant qu'ils sont corrompus et ils ne font rien pour le pays, leur objectif c'est uniquement d'exécuter les ordres de la confrérie et installer leurs pions dans toutes les structures de l'Etat, y compris la justice, la police pour qu'ils soient protégés.
Toute la justice est en majorité des Nahdaouis, sinon pourquoi ils ont bloqué le dossier de la milice secrète et les assassinats de nos opposants ?

Famous Corona
| 22-10-2019 21:16
Ceux qui s'accrochent à la secte sont en écrasante majorité des conservateurs et on sait tous de quelle partie du pays ils sont! On doit les respecter ainsi que leur choix, sachant qu'aucun autre parti n'a été assez convainquant pour se positionner en tant qu'alternative potentielle et évidente à leurs yeux, en espérant qu'un jour cela se concrétise! En attendant, il faut veiller à limiter les dégâts autant que possible, car il en aura et à grande échelle!!

Fays91
| 22-10-2019 20:36
Le premier responsable de cette catastrophe c'est le peuple tunisien. 60% des tunisiens refusent de voter et ceux qui font l effort de voter choisissent des bon à rien.

sassi
| 22-10-2019 19:54
oui ces tunisiens qui croient à la promesse du paradis sont complices de cette détérioration ceux qui ont voté Ennahdha

cesarios
| 22-10-2019 19:34
Le peuple TUNISIEN est gouverné par les absentéistes, par la la majorité silencieuse, par les démissionnaires, par les " m'enfoutistes," . Ennahdha et ses satellites sont victorieuse des élections du parlement, elles vont gouverner les cinq prochaines années avec un dérisoire taux , tout le sort, tout l'avenir d'un peuple de DOUZE MILLIONS D'HABITANTS dépent largement de leurs visions, de leurs décisions, de leurs programmes , s'ils les ont, d'où alors , ces douse millions vont subir les conséquences, toutes les sortes de décadence, de miséres, des fléaux, des défaillances qui sont en train de les subir, donc notre transition démocratique n'est pas pour demain, c'est un travail de longue haleine , de la prise de' conscience, de la persévérance de la patience, et d'une révision et d'ajustement de notre destour et de nos lois des élections et surtout de l'ISIE

A lire aussi

Le président de la République, Kaïs Saïed, s’est rendu ce mercredi 13 novembre 2019, à Ouerdanine

13/11/2019 19:13
0

Le nouveau président de l’ARP, Rached Ghannouchi, a donné ce mercredi 13 novembre 2019, une

13/11/2019 18:53
0

Le chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a été élu ce soir du mercredi 13 novembre 2019,

13/11/2019 18:37
1

Le chef du mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, a été élu, lors de la séance inaugurale du nouveau

13/11/2019 17:48
19

Newsletter