alexametrics
samedi 01 octobre 2022
Heure de Tunis : 15:18
A la Une
Youssef Chahed dans son exercice favori
27/02/2017 | 19:59
5 min
Youssef Chahed dans son exercice favori

 

L’interview du chef du gouvernement, Youssef Chahed, était très attendue. Interrogé par Hamza Belloumi, le chef du gouvernement a tenté, avec plus ou moins de succès, de donner une image de fermeté, de solidarité et de clarté. Le fait qu’il y ait une grande partie de son gouvernement dans les tribunes a alimenté la polémique jusqu’à éclipser les propos du chef du gouvernement. C’est dire si l’image était forte.

 

Même si elle n’a pas été diffusée en direct, l’interview du chef du gouvernement, Youssef Chahed, a été l’occasion pour ce dernier de passer plusieurs messages. Il a voulu donner l’image d’un gouvernement solidaire, présent et rassemblé derrière un chef qui prend les devants. C’est dans cette logique que plusieurs ministres étaient présents sur le plateau, dans les gradins au milieu du public. Certains y ont vu l’image de solidarité que les équipes de la présidence du gouvernement voulaient faire passer. D’autres ont déploré le fait que les ministres soient traités ainsi et soient relégués au rang de simples spectateurs, comme des supporters de foot ou les fans d’un musicien. Un autre aspect a été sévèrement critiqué au niveau de la forme, c’est le choix de chaîne de télévision. En effet, le choix d’El Hiwar Ettounsi pour cette intervention a fait jaser, surtout après l’interview accordée par le chef de l’Etat à une autre chaîne privée, Nessma TV.

 

Sur le fond, l’actualité du remaniement partiel du gouvernement a relativement parasité le message global du chef du gouvernement. Une batterie de mesures et de positions tranchées ont été énoncées lors de cette interview, particulièrement au niveau économique, dans la lutte contre la corruption ou encore concernant la relation avec la présidence de la République.

 

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, s’est échiné à défendre son bilan au bout de six mois d’exercice. Relativement détendu et tentant même quelques blagues avec Hamza Belloumi, Youssef Chahed s’est montré affable et ouvert au questionnement. Il en a également profité pour annoncer certaines mesures dont la principale est l’augmentation du salaire minimum la « semaine prochaine ». Il n’a pas donné de calendrier ni expliqué de combien serait l’augmentation. Une autre déclaration d’ordre économique a attiré l’attention, celle concernant les banques publiques. Youssef Chahed a pointé les défaillances de ces banques dans le financement de l’économie en interrogeant : « A quoi nous servent trois banques publiques ? ». Le chef du gouvernement en a profité pour fustiger le tabou concernant les privatisations d’entreprises publiques. Il a déclaré qu’il était hors de question de privatiser des entreprises publiques agissant dans domaines stratégiques tels que l’approvisionnement en eau ou en électricité (Sonede et STEG). Toutefois, il a souligné le fait que l’Etat déteint des participations dans 15 banques tunisiennes, ce qui est un non-sens selon ses mots. Par conséquent, l’option de vendre une partie, au moins, des banques publiques est une option comme une autre. D’ailleurs, suite à cette déclaration, les cours en Bourse des trois banques publiques (BNA, BH et STB) se sont envolés en ce matin du 27 février.

 

L’interview a également été l’occasion de clarifier les rapports de force entre les différents intervenants du pouvoir exécutif. Hamza Belloumi a clairement posé la question à Youssef Chahed en lui demandant qui était réellement aux commandes. Youssef Chahed a commencé par dire qu’il considérait Hafedh Caïd Essebsi, directeur exécutif du parti dont il est issu, comme n’importe quel chef de parti signataire de l’accord de Carthage. Le chef de l’exécutif a tenu à délimiter les frontières en disant que ni Rached Ghannouchi, ni Béji Caïd Essebsi n’influent sur son travail. Il a ajouté que ses relations avec Carthage étaient cordiales et qu’il se permettait de consulter le président de la République pour profiter de ses 60 ans d’expérience politique.

 

Quant à ses relations avec l’UGTT, Youssef Chahed a tenu à éluder tout malentendu en déclarant que ni lui, ni son gouvernement, ne veulent envoyer des messages ou sous-entendre quoi que ce soit, particulièrement en rapport avec le limogeage de Abid Briki. Il a précisé qu’il avait appelé au téléphone Noureddine Taboubi, secrétaire général de l’UGTT, avant d’annoncer le remaniement. Les deux hommes ont également eu une rencontre ce matin, 27 février 2017.

 

Hamza Belloumi a également posé au chef du gouvernement des questions sur son avenir politique personnel. La question de sa présidence de Nidaa Tounes, qui avait alimenté la polémique à un certain moment, a été remise sur la table. Le chef du gouvernement a fourni la même réponse en disant que sa priorité aujourd’hui était la Tunisie et sa mission à la Kasbah. C’est pratiquement la seule question que Youssef Chahed a éludé. Il a profité de ce passage pour adresser des messages à plusieurs opposants en disant que celui qui a des solutions, qui a des programmes et une manière de dépasser la crise devrait les présenter aujourd’hui, sans attendre 2019 (en référence aux élections prévues en 2019). « C’est aujourd’hui que la Tunisie a besoin de tous ses enfants ! » a-t-il martelé.

 

Le chef du gouvernement, Youssef Chahed, confirme, à l’occasion de cette interview, qu’il est à l’aise dans l’exercice médiatique. Il est bien plus doué que son prédécesseur, Habib Essid, devant la caméra. Par contre, l’image de progrès et de travail qu’il veut donner risque de se heurter à l’amère réalité, particulièrement lorsqu’il continue de s’engager sur les utopiques 2,5% de croissance en 2017…

 

  

27/02/2017 | 19:59
5 min
Suivez-nous

Commentaires (7)

Commenter

tounsia2
| 28-02-2017 19:20
A la question de Hamza Belloumi "êtes-vous intéressé par les échéances électorales de 2019", Youssef Chahed a répondu "Je suis aussi intéressé par celles de 2039 » ! C'est tout ce que j'ai retenu de cet interview où Y Chached n'a fait que se mettre en valeur sans répondre à la question qui reste à ce jour sans réponse, à savoir : qu'est ce qui a poussé Abid Briki à la démission ? il y a certainement un gros problème derrière cette démission mais Y Chahed a préféré taire ces raisons et détourner l'attention des citoyens du fond du problème pour traiter la forme, à savoir la manière dont la démission a été présenté ; Comme l'a si bien dit un chroniqueur à la radio, "Youssef Chahed était dans la communication et non dans l'information",il suffit de regarder la photo de groupe ci-dessus pour en être convaincu !

Moi
| 28-02-2017 11:17
Je ne sais pas pourquoi certains s'évertuent tout le temps à dénigrer le gouvernement....Essayez , pour une fois, d'être constructifs et encouragez ce jeune et compétent chef de gouvernement à poursuivre sa pénible tâche. Je ne comprends pas le plaisir que l'on a lorsque le gouvernement échoue et que la Tunisie continue à agoniser ?...Certaines âmes sont plus que nocives....Des sadiques et mêmes des masochistes.....Que Dieu nous préserve de leur venin.

3ABROUD
| 28-02-2017 11:04
Certains ministres étaient absents de la tribune des "saffagas-marionnettes" du plateau. Ils devraient justifier leur absence pour ne pas être hors du "nomos" (loi en Grec). L'image montre une solidarité superficielle et infantile. Bien que prémédité, le discours n'était pas convaincant et n'a pas abordé les vrais problèmes dont nous souffrons jour et nuit.

Tunisien
| 28-02-2017 08:08
Il faut croire que Youssef Chahed redoute les interviews diffusées en direct. Alors, dire que c'est son "exercice favori", c'est un peu exagéré.

Mounir
| 28-02-2017 01:49
Pour avoir besoin de réunir toutes son équipe autour de lui il faut vraiment être bien bas et surtout manqué de courage et de tact.

C'est comme si un directeur d'école pour discuter avec les parents d'élèves se trimbale a ces cotés tous les autres professeurs!

Quand je penses qu'ils ont remplacé Habib Essid un homme fort de terrain avec ca!

takilas
| 27-02-2017 21:47
Une interview qui ne pas engendrer des suites concluantes ni des analyses fructuantes, tellement les contraintes existantes sont pertinentes, et que l'atmosphère est suffocante.