alexametrics
Chroniques

Y a-t-il un commandant à bord ?

Temps de lecture : 3 min
Y a-t-il un commandant à bord ?

 

C’est la question que se posent les Tunisiens, tant le pays se morfond dans une attente interminable, épuisante et abrutissante. Mais attendre quoi ? Attendre qui ? Pourquoi faire ? Personne ne peut se hasarder à répondre à ces questions et nul ne prendra le risque d’avancer une date pour la sortie de ce stand-by. Entre-temps, chacun fait à sa guise sans risque sérieux d’être inquiété. On croyait que l’Etat existait en Tunisie depuis suffisamment longtemps pour que certaines règles soient définitivement ancrées dans l’inconscient collectif. Il n’en est rien visiblement.

 

Au niveau gouvernemental par exemple, depuis l’éclatement de l’affaire de conflit d’intérêts touchant le chef du gouvernement, Elyes Fakhfakh tout est bloqué. Les quelques réunions ministérielles pour apporter le soutien des ministres à leur patron ne peuvent à elles seules masquer leur gêne et leur désarroi.

De son côté, Elyes Fakhfakh semble décidé à ne pas démissionner. Pourtant, des dirigeants, dans d’autres pays, ont rendu leurs tabliers pour moins que cela. Mais eux, ils sont de vrais dirigeants qui ne se sont pas trouvés parachutés à leurs postes par un pur hasard. Fakhfakh, lui, sait qu’il perdra tout s’il démissionne. Il perdra autant s’il est contraint de démissionner. Mais en attendant, il fera tout pour retarder l’échéance ou, tout peut arriver, inverser la tendance et orienter le cours des enquêtes. On cherchera peut-être des explications rocambolesques à une loi pourtant claire et limpide. On trouvera peut-être un Bad-boy qui portera l’affaire seul pour blanchir le chef du gouvernement. On fera peut-être languir le processus juridique tout en banalisant les résultats des autres commissions jouant ainsi sur la mémoire de poisson rouge chez une frange de Tunisiens.

 

Dans l’attente, Fakhfakh n’est plus capable, dans les faits, de gouverner. Il a perdu tout ascendant nécessaire sur ses ministres et ses collaborateurs. Il a perdu sa légitimité aux yeux de beaucoup de ses concitoyens. Il ne sera plus que l’ombre de lui-même et fera toutes les concessions nécessaires pour garder son poste. Le grand gagnant de cette situation est bien entendu le parti islamiste Ennahdha et son président Rached Ghannouchi qui, trouvant une situation plus avantageuse pour eux, ont curieusement arrêté, pendant deux semaines, de revendiquer l’élargissement de la coalition gouvernementale.

 

Bizarrement, le président de la République Kaïs Saïed ne fait rien, ou très peu, pour débloquer cette situation, bousculer cette torpeur générale et remettre en marche un pays en léthargie. Il s’est contenté jusque-là de se réunir avec Fakhfakh et Ghannouchi pour leur demander plus de célérité dans la gestion de la crise du pays, tout en prenant la précaution de préciser, à travers son frère comme c’est souvent le cas, que le choix de l’actuel chef de gouvernement reposait uniquement sur sa capacité de former un gouvernement sans plus.
Le président de la République cherche-t-il à assurer ses arrières ou marque-t-il ses distances avec le chef de gouvernement en prévision de son départ imminent ?

Comme à son habitude, le président de la République se mure dans un silence lourd et fait perdurer le suspens. Des bruits courent cependant que la querelle des prétendants fait déjà rage dans les coulisses de Carthage et de la Kasbah. Il s’agirait d’une âpre compétition entre trois concurrents dont deux femmes. Les noms les plus cités sont ceux de la cheffe du cabinet présidentiel, de la ministre de la Justice et du ministre d’Etat de la Fonction publique et de la Lutte contre la corruption. Mais le président de la République n’a pas intérêt à laisser trainer les choses pour ne pas perdre la main face au président du Parlement qui se tient à l’affût pour saisir la moindre occasion afin d’asseoir encore plus sa mainmise sur le pays.         

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (13)

Commenter

Citoyen_H
| 06-07-2020 22:04
c'est un calcul stratégique.
Il attend patiemment que la situation explosive du pays
atteigne un stade avancée d'auto-destruction, pour pouvoir
bien placé son péché mignon qui lui tient tant à coeur, à
savoir son parlement tribal.
Après tout, c'est bien nous qui avions choisi de mettre au
sommet du pays, une bande de dégénérés d'un autre âge.



DHEJ
| 06-07-2020 20:43
Mais le problème est le suivant

Y-a-t'il un TABLEAU DE BORD à bord ?

Ghazi
| 06-07-2020 13:33
Que vous l'acceptiez ou l'admettiez ou non, c'est bien Ghannouchi le gourou de la secte qui est le commandant à bord. Pourquoi, c'est lui le commandant à bord ?

C'est simple, parce que la majorité de ce peuple est composée de vendus, de traitres, d'ignares, de nonchalants et surtout d'individus qui n'ont de notre TUNISIANITE que les papiers : Extrait de naissance + CIN + Passeport, à part ça, il n'appartiennent pas à ce pays.

Posez plutôt la bonne question : Pourquoi Ghanouchi et sa secte sont les commandants à bord ?
Vu que la question : Y a-t-il un commandant à bord ? Banalise la réponse, vu que :
-Le président : MGAYEL (Couscous et melon)
-Le CDG : MKATTIF (Il ne peut plus bouger)
-Ghannouchi + la Secte : Gouvernent avec leur Conseil "Choura & Ghoura"
Donc, Y a-t-il un commandant à bord ? OUI et vous savez qui est.

Lamine
| 06-07-2020 11:52
Je suis triste pour mon pays

takilas
| 05-07-2020 21:58
Le pays est lâché aux libres galopades de nahdha qui n'ont pas fini de s'enrichir

Hedi
| 05-07-2020 21:30
La réponse est Non ya Si Sofiène. Le dernier vrai commandant git 6 pieds sous terre, dans une terre loin de sa propre terre Allah yar7mou wi ywassa3 3lih. Sinon, il y a une commandante à en devenir. Chaque jour qui passe me convainc de sa stature d'"Homme" d'Etat. Rabbi m3aha w ya7miha.

Abir de Gabès
| 05-07-2020 20:44
ce qui explique le chaos dans le pays.

Une 3e république avec un seul commandant s'impose. Dans le cas contraire, le pays ne sortira pas la tête de l'eau.
.

Gg
| 05-07-2020 18:29
Y en a pas. On l'a cru un moment, mais,ce n'était qu'un feu de paille.

Zohra
| 05-07-2020 18:10
Vous plaisentez ou quoi ?
Le bateau avait chaviré depuis plus 10 ans.
Allah yarhmou

TAW TCHOUFOU
| 05-07-2020 17:19
Mr Ben Hamida , je vous signale ( car vous vous posez la question ) qu'il n'y a pas de commandant de bord aux commandes de l'avion Tunisie .
Cet avion s'est crashé depuis des années et dans ses soutes
, notre économie et notre souveraineté avec lui !
Notre compagnie aérienne nationale Tunisair , autrefois fierté et fleuron , est elle même devenue " une épave " !
Tout ça à cause d'une constitution autobloquante , d'un système politique ingérable , et d'un personnel politique d'une incompétence notoire du sommet à la base !

A lire aussi

Voilà la grosse différence entre les partis dits modernistes, progressistes et

03/08/2020 15:59
23

Ceux qui ont présenté cette motion n’ont récolté que 97

02/08/2020 18:26
13

nos chers députés ont fait le service minimum pour pondre un projet de loi populiste et qui n’a pas

29/07/2020 16:59
12

Ces dernières années, le 25 juillet est devenu une journée de plus en plus singulière dans la vie de

28/07/2020 15:59
17