alexametrics
mardi 01 décembre 2020
Heure de Tunis : 03:35
A la Une
Un hôpital pour les juges – Hichem Mechichi attise la colère de la toile
22/11/2020 | 15:59
4 min
Un hôpital pour les juges – Hichem Mechichi attise la colère de la toile

Lundi 16 novembre 2020, les juges tunisiens ont crié leur colère face à ce qu’ils ont qualifié de « désintérêt total » de l’Etat à l’égard de leur situation sociale et financière « difficile », du fait de la pandémie Covid-19. Leur grève se poursuit, d’ailleurs, jusqu’au mercredi 25 novembre, en dépit des mesures que le chef du gouvernement, Hichem Mechichi, a annoncées en leur faveur afin de satisfaire leurs revendications sociales. Des mesures qui, à priori, n’ont plu ni aux concernés ni au commun des citoyens tunisiens. 

En effet, pour remédier à la situation, le locataire de la Kasbah a ordonné – dans la précipitation – la construction d’un hôpital dédié aux magistrats et leurs familles, la désinfection des tribunaux, ainsi que l’amendement des règlementations régissant le secteur. Plus tôt dans cette soirée du vendredi 20 novembre 2020, les juges avaient annoncé la prolongation de leur grève pour cinq jours supplémentaires. 

Faisant le rapprochement entre cette décision et l’existence d’un hôpital militaire dédié au corps de l’armée, certains ont vu, dans ces mesures, un traitement de faveur accordé à une partie de l’élite tunisienne alors que, d’abord, les citoyens n’ont droit qu’à des établissements de santé en piteux état, et qu’en plus l’Etat ne dispose même pas de moyens pour se procurer des respirateurs pour les patients Covid-19 ou de prendre en charge les tests RT-PCR.

On est même allé jusqu’à relever que la construction d’un hôpital de 200 lits – équipements compris – coûterait en moyenne 250 millions de dinars, sans compter les salaires du personnel médical, si on arrive déjà à recruter des soignants avent qu’ils ne filent vers l’étranger ! Ce budget colossal viendrait, selon certains, élargir le gouffre financier de l’Etat alors que celui-ci avait opté pour une optimisation des dépenses, selon le ministre des Finances, Ali Kooli, afin de pallier, en partie, le déficit budgétaire cumulé ces dernières années, du fait, de l’augmentation de la charge salariale, entre autres. 

Cette opposition à la construction d’un établissement de santé pour les juges – partagées par plusieurs internautes – a fait réagir l’ancien ministre de la Santé, Abdellatif Mekki. Dans une publication sur sa page Facebook, il s’est exprimé au sujet du rapprochement entre la décision de M. Mechichi et l’hôpital militaire. Faisant un rappel du rôle de l’armée, il a assuré qu’avoir des services de soins dédiés n’était guère un privilège mais une nécessité de par la mission assignée aux forces armées. 

Considérant la décision du chef du gouvernement comme une consécration des clivages sociaux et laissant entendre que demain il pourrait y avoir des hôpitaux pour les ingénieurs et les dirigeants – alors que, le pauvre citoyen démuni n’aura que dieu pour pleurer son sort – des internautes ont estimé que « le régionalisme, l’esprit tribal et certaines professions conduirait à sa chute, « l’Etat de la vanne » (en référence à l’affaire El Kamour, ndlr). 

L’universitaire, Olfa Youssef est, elle, allée plus loin. Revenant sur le sujet dans une publication sur Facebook, elle a jugé « inutile », la construction d’un hôpital pour les magistrats affirmant que ceux-ci n’en avaient guère besoin, mais qu’il en faudrait plutôt un pour la Justice tunisienne. Olfa Youssef faisait sans doute référence aux affaires de corruption qui secouent la justice tunisienne et les accusations scandaleuses que certains juges se balancent depuis quelques jours. L’affaire de l’ancien procureur de la République Béchir Akremi, et le premier président de la Cour de cassation, Taieb Rached, a, notons-le, ébranlé l’opinion publique jusqu’à faire réagir l’Association des magistrats tunisiens (AMT) dans une tentative pour sauver la face devant l'opinion publique. 

L’ancien ministre de l’Énergie, des Mines et de la Transition énergétique, Mongi Marzouk, a, lui, aussi, pointé du doigt le mal qui ronge la justice tunisienne. C’est sur un ton ironique qu’il a fait part de son opinion concernant la construction d’un hôpital dédié aux juges. « Un hôpital pour les juges pour que la justice règne sur tout le pays », a-t-il écrit, sur Facebook.  

D’autres internautes ont brandi la notion d’équité. Adhérant à la décision de Hichem Mechichi, ils ont revendiqué un hôpital pour chaque ministère et chaque secteur d’activité signalant que nul n’est meilleur qu’un autre. 

Les magistrats tunisiens – considérant qu’ils étaient en première ligne face à la pandémie Covid-19, ont réclamé, entre autres, une meilleure couverture santé. Ils ont dénoncé des conditions de travail déplorables dans des tribunaux en état « catastrophique » rappelant l’affaire de la juge Sonia Laddhiri décédée – la semaine dernière – des suites du Coronavirus après qu’une clinique a, semble-t-il, refusé son admission sans une garantie d’une valeur de 30.000 dinars. 

 

Nadya Jennene 

22/11/2020 | 15:59
4 min
Suivez-nous
Commentaires
Badran
Non à la division de la Tunisie, non à l'Apartheid !
a posté le 23-11-2020 à 18:16
Non à l'Apartheid de l'Afrique du Sud des années 1980, non à la division de la Tunisie en 2: les privilégiés et les laissés pour compte!
Nephentes
et aussi un hopital pour les medecins
a posté le 23-11-2020 à 18:08
il faut un hôpital exclusivement dédie au soin des médecins

sinon ils risquent d'être soignes par leurs confrères avec les risques que cela suppose
DHEJ
Et je crois que tout le monde a...
a posté le 23-11-2020 à 14:26
A oublié les PILOTES.


Un hôpital pour les pilotes
adel
Parlant de nécessités ...
a posté le 23-11-2020 à 13:48
Il semble que dans ce pays il y a des nécessités à fournir des services spéciaux à certains citoyens plutôt qu'à d'autres.
On appelle ça égalité des chances et traitements équitables. et ça fait partie des droits de l'homme "privilégié"
Soufi
Heureusement que le ridicule ne tue pas.
a posté le 23-11-2020 à 12:04
Comme l'a si bien dit mon ami, il faudrait un hôpital our la justice en tunisie et pas un hôpital pour les juges.
Kadhiayani fi annar wa kadhi fil Janna. Mais de nos jours lajorite fi annar illa ma rahima rabbi.
A4
OK !
a posté le 23-11-2020 à 11:50
Un hôpital pour les juges avec un grand pavillon pour les maladies psychiatriques !!!
Zen!
Pourquoi pas !
a posté le 23-11-2020 à 10:43
La prochaine étape, un cimetière privatif...
Bacchus
Médecin-juge!
a posté le 23-11-2020 à 09:26
Nous tunisiens lambda, sommes nous des cons ? A part Abir Moussi et le PDL qui respectent l'ordre établi et s'adressent aux tribunaux et manifestent selon les lois en vigueurs pour faire bouger les choses toutes les composantes de la scène politique vantent la révolution. Notre président de la république qui touche en espèce et en nature l'équivalent de 200 SMIG par mois et dont la valeur de la Mercedes et des autres voitures du cortège qui l'accompagne lors de ses déplacement dépasse le montant investi dans une usine de montage des automobiles en Tunisie, se déclare révolutionnaire ! Gannouchi, Bhiri, Makhlouf, les Abbou, les dirigeants de l'UGTT se revendiquent révolutionnaires. Un juge meurt du Covid c'est le branle bas au sein des tribunaux alors que jusqu'à ce jour une centaine de membres du corps médical sont morts par ce virus. Le dirigeant de l'UGTT Bouali Mbarki et la dirigeante de la Nahda Meherzia Labidi se font soigner en France alors que le tunisien lambda ne trouve pas un lit dans hôpital public.Sommes nous des cons pour faire l'amalgame entre un hôpital militaire et un hôpital des juges ? Un hôpital militaire c'est un hôpital gérer par les militaires le personnel administratif, les médecins et les cadres médicaux appartiennent aux corps de l'armée. Donc d'après la logique de ces abrutis comme on parle de médecin militaire, on aurait le médecin juge, le médecin substitut du procureur de la république, l'équivalent du médecin capitaine. Donc tunisiens lambda soyez à la page (révolutionnaires) comme vos dirigeants et arrachez vos droits. Ce ne sont pas les politiciens qui vont vous les offrir sur un plateau !
GZ
Privilèges et passe-droit
a posté le 23-11-2020 à 02:58
Ballon d'essai , effet d'annonce ou intention réelle , toujours est-il qu'il s'agit là d'une grosse bourde , qui reste en travers de la gorge du citoyen lambda empêtré dans des difficultés inextricables qui voit son gouvernement redoubler de sollicitude envers une caste qui passe pour une classe aisée , mal famée et honnie pour son arrogance , sa morgue et son haut degré de concussion . Le gouvernement , a travers cette initiative malheureuse instaure des privilèges qu'un pays voisin a définitivement supprimés un certain 4 août ...1789 .
Si au moins cette caste intouchable était en odeur de sainteté , irréprochable , au dessus de tout soupçon .
Du temps de Ben Ali un proche , avocat me confiait :
" on n'a jamais autant tourné le dos au droit que depuis qu'on a proclamé l' '?tat de droit . Il m'arrive de plaider des affaires où la loi est de mon côté , la jurisprudence de mon côté , la doctrine de mon côté , mais que " miraculeusement " je perds malgré tout ".
Cherchez l'erreur .
On aurait apprécié que ces messieurs eussent eux mêmes pointé l'illégalité de l'initiative gouvernementale laquelle n'est autre qu'une rupture flagrante du principe d'égalité des citoyens devant la loi en vertu duquel on n'accorde pas de privilège particulier à un citoyen ou un groupe de citoyens .
Il serait curieux de voir leurs réaction et décision si le gouvernement devait persister à vouloir leur accorder cet avantage en cas de saisine en annulation par un groupe de citoyens .
Seraient-ils prêts à s'asseoir sur un principe fondamental du droit ?
Mohamed Obey
@Morjane
a posté le 22-11-2020 à 20:49
Je joins ma voie à la vôtre. Oui, ce sont des gens qui se mettent au dessus des lois et valeurs qu'ils sont supposés défendre. Et s'ils s'étaient vraiment rangés du côté de la justice et l'équité, personne ne leur en voudrait.Mais, hélas!, parlez avec n'importe qui il vous racontera ses griefs et explosera en colère contre l'injustice des juges en plus de leur façon humiliante de traiter les plaignants... Il n'y a p&as de justice en Tunisie; Et si vous portez plainte contre quelqu'un, votre dossier sera mis au frigidaire trois ans, quatre ans, cinq ans tandis que les bandits se promènent avec arrogance grâce à la carte blanche fournie par le système judiciaire, ou l'indifférence des juges...
Houcine
Des juges et de la justice.
a posté le 22-11-2020 à 20:10
Après ce qu'a écrit @Morjane il n'est pas utile de dire davantage sauf peut-être pour relever que les justiciables sont plus en danger sanitaire ment que les magistrats.
Il suffit de se rendre dans n'importe quel tribunal pour relever que la foule de gens doit attendre des heures debout ou dehors. L'accueil est bien souvent déplorable, sans confort ni courtoisie, et chaque officiant est à lui seul une barrière infranchissable pour obtenir le moindre document ou simplement une réponse claire aux questions.
On traite les justiciables ainsi, et on les condamne aussi aisément sans même les avoir entendus...ni dûment convoqués parfois.
Une drôle de justice.
Alors, messieurs les juges, vous ne méritez aucun privilège, vous en avez déjà trop. Pour notre malheur, et celui du pays.
Ben
Du populisme conjugué à de l'amateurisme !
a posté le 22-11-2020 à 20:06
Ce à quoi on assiste relève du surréalisme.
-Des juges en grève privilégiant leurs intérêts sur ceux du justiciable.
- Un chef de gouvernement qui promet des choses qu'il ne saurait réaliser. ignorant l'effet d'entrainement qu'un tel discours pourrait engendrer auprès d'autres catégories professionnelles enclines à réclamer la même chose .
Aussi y a -t-il lieu de se demander où va nous conduire l'amateirisme de nos gouvernants conjugué au populisme devenu un mode de gouvernement depuis le 14/01/2011 .
Hatem jemaa
IND'?CENCE TOUT AZIMUT
a posté le 22-11-2020 à 19:49
La demande indécente des magistrats de se faire soigner eux et leur famille à l'hôpital militaire n'a d'égal que l'indécence de la décision du gouvernement de fournir aux juges un hôpital particulier payé par l'argent du contribuable qui y sera interdit d'accès sauf s'il est jugé ou parent de juge.
Morjane
Inadmissible
a posté le 22-11-2020 à 19:31
Ils ont un bon salaire. Ils se font des suppléments. Ils font la loi,sont courtisés, décident de votre avenir, peuvent vous détruire à tout moment. Vous êtes plaignant vous devenez coupable et vous ne pouvez vous défendre . Que de vies détruites à cause de ces gens. Ils sont là pour mettre de l'ordre ils sèment le désordre. Ils portent atteinte à nos libertés. Si vous avez les moyens vous vous en sortez , sinon autant choisir l'exil. L'Etat est détruit et Mechichi y contribue.
AR
La vanne de la justice
a posté le 22-11-2020 à 19:25
C'est un autre dossier brûlant, une autre épreuve, comment prendre les mesures adéquates ?
Choisir la facilité de tout céder et à n'importe quel prix, l'essentiel c'est de satisfaire et de faire taire, cette politique est très inquiétante Mr Mechichi.
Jusqu'à où on peut aller ? Y'atil des limites ?
Le champ des revendications est tellement vaste, parfois légitimes, mais la capacité en therme de moyens d'y répondre est assez limitée.
Alors que faire ? Comment s'y prendre ?
Je ne veux pas être à votre place malgré le poste alléchant, mais à un certain moment on est obligé de freiner, à ce rythme là, j'espère que vous ne foncez pas droit au...
Morjane
Inadmissible
a posté le 22-11-2020 à 19:24
Ils ont un bon salaire. Ils décident pour votre avenir comme des bandits avec la liberté de décider pour vous , même si vous n'avez rien fait. Vous êtes plaignant , on vous escroque, vous devenez coupable. Vous payez vous faites ce que vous voulez. Et le gouvernement chargé mettre de l'ordre soumet à ceux qui ont semé le désordre dans le pays. Mechichi, tu te moques de nous. Que de victimes attendent justice.
abc
Je ne suis pas juge et je suis pour ...
a posté le 22-11-2020 à 19:19
Maintenant où le faire ? Je propose qu'on le fasse à Sfax, du moment que la première dame y est. On le transfèrera ailleurs quand elle n'y sera plus.
Ou bien on fait un hôpital pour juges dans chaque gouvernorat.
J'avais oublié les médecins seront des juges-médecins double spécialités et les infirmiers seront des commis de tribunaux
St Just!
Flair du MAL!
a posté le 22-11-2020 à 18:55
J'ai été surpris de la nomination de M. Mechichi. J'ai essayé de comprendre, difficilement, ses premières démarches et ses premières apparitions pour composer le gouvernement.
Or ce que je n'ai pas intégrer dans mon esprit est à quel point ses décisions peuvent détruire le tissus national.
Pourquoi le sud et pas l'ouest?
Pourquoi Tataouine et pas Gafsa?...
Pourquoi les magistrats et pas les enseignants?
Pourquoi les magistrats et pas les députés?
Pourquoi les magistrats et pas les vrais besogneux?
Toutes ces démarches ne riment à rien sauf à la destruction d'un pays.

DIEHK
C'est quoi un juge tunisien ? "DEHJ"
a posté le 22-11-2020 à 18:34
C'est quoi un "non" juge tunisien ? " d'après DIEHK ? "
C'est la "non" réponse à la Solution des problèmes de l'injustice de la justice tunisienne.
Pardonnez moi mon cher Docteur sz vous emprunter cette phraséologie unique et qui va comme 1 gant "je n'ai pas écrit "comme 1 gang" .
Amitiés mon cher DR

momo
Il devenait dangereux pour le pays.
a posté le 22-11-2020 à 17:26
Favorable à sa nomination au début, je pensais qu'un indépendant pouvait jouer sa partition librement pour enfin apporter quelques choses d'utile, ma confiance s'est effritée, je suis même favorable à son éviction car il devenait dangereux pour le pays, céder aux bandits sans honneurs, rallumer les feux des revendications et maintenant un hôpital pour les justiciers, et bientôt pour les flics, les fonctionnaires, aussi pour les voleurs, les chiens et les chats errants.
DHEJ
C'est quoi un juge tunisien ?
a posté le 22-11-2020 à 16:34
La réponse est la solution à tous les problèmes de la justice tunisienne.


Ingénieur judiciaire
Sommité mondiale !