alexametrics
A la Une

Tunisie - Manifs et contre-manifs sur la Chariâa: Qui est le peuple?

Temps de lecture : min
Tunisie - Manifs et contre-manifs sur la Chariâa: Qui est le peuple?

«La Chariâa est une revendication populaire» ! Ce sont là les propos de Sahbi Atig, président du groupe parlementaire d’Ennahdha, suite à la manifestation du vendredi, appelant à l’instauration de la Chariâa. Plusieurs milliers de personnes s’étaient alors rassemblées devant le siège de l’Assemblée constituante, estrades, chaises, micros et cheikhs élevés au rang de Star étaient au rendez-vous. Sur les réseaux sociaux, les pages islamistes dont celle de la Jeunesse d’Ennahdha mettent la pression, photo de profil à l’appui: «Oui à la Chariâa» et le discours qui va avec… toute cette effervescence avait touché certains responsables d’Ennahdha qui, sur la base de ces manifestations, concluront que la Chariâa doit être inscrite dans la Constitution, car il faut répondre à «la volonté du peuple».
Un discours qui aurait pu tenir, si ce n’était les autres manifestations, dont celle qui fait la une des médias aujourd’hui, la manifestation du 20 mars, sur l’Avenue Habib Bourguiba à Tunis et dans toutes les grandes villes du pays, pour fêter l’indépendance, la liberté et, polémique du moment oblige, dire «Non à la Chariâa». Alors que manifs et contre-manifs se multiplient dans le pays… Qui est le peuple?


Aujourd’hui sur l’Avenue Habib Bourguiba, à Tunis, devant le Théâtre municipal ou derrière les barbelés du ministère de l’Intérieur, il faisait bon revivre l’Histoire, d’un début de printemps, sous un soleil de plomb. L’avenue s’est drapée pour l’occasion des couleurs du drapeau national. Des milliers d’exemplaires du drapeau tunisien flottaient sur l’artère principale de la capitale.
Des milliers oui, des dizaines de milliers, il faut en douter! La guerre des chiffres toujours… Sur sa page Facebook officielle, le Mouvement Kolna Tounes, mené par Emna Menif, se prend à rêver, 30 mille, 40 mille, voire même plus de 50 mille personnes présentes lors de la manifestation! Un 14 janvier bis, plus besoin de traficoter les photos, certains se plairont à gonfler les chiffres à leur convenance…
Etaient-ils plus que les salafo-islamistes appelant à la Chariâa? Peut-on comparer avec la manifestation de l’UGTT? Car la question est là… plus le nombre est élevé, plus on se prend pour le peuple! Oui ils étaient des milliers à manifester aujourd’hui 20 mars 2012 à Tunis, pour un Etat civil, pour les libertés, contre l’inscription de la Chariâa dans la Constitution comme source législative… unique? principale? parmi d’autres? où se situe le peuple?
Cette représentation d’une partie du peuple qui manifestait aujourd’hui à Tunis, à Sousse, à Sfax et ailleurs, a peur. Sur plusieurs pancartes, nous pouvons lire : «Non à l’iranisation de la Tunisie»… la Chariâa fait peur et il y a de quoi! Dans les pays où elle est appliquée, la liberté se fait rare, selon les interprétations de courants divers, selon les intérêts changeants des hommes et ce qu’ils disent être la volonté de Dieu, affirment plusieurs manifestants sur place, insistant sur le fait qu’ils sont musulmans et qu’ils n’accepteront pas que des «fanatiques» remettent en cause cette partie de leur identité, au nom d’un Islam obscur.

Partant du Théâtre municipal, les manifestants chantent l’hymne national. Des pancartes cocasses : «Pourquoi réviser si on peut porter le niqab? », d’autres à la gloire d’Habib Bourguiba, le père de l’indépendance, un hommage qui ne sera pas du goût de tous, certains jugeant qu’il n’est pas de bon ton de brandir l’image du premier dictateur de la Tunisie moderne.
Un peu plus loin, en se dirigeant vers le ministère de l’Intérieur, les militants de gauche et les communistes mettent l’ambiance. Un groupe du PCOT, fidèle à ses aspirations « révolutionnaires », scande : «Le peuple veut une nouvelle révolution», d’autres plus loin entonnent des chants de stade revisités, tournant en dérision le gouvernement actuel et, accessoirement, Rached Ghannouchi, chef du parti islamiste au pouvoir. Des «dégage» répétés font monter la température déjà élevée, devant le ministère: un arrière-goût de 14 janvier, les barbelés en plus, la violence policière en moins. Les policiers, en ce jour de fête, ont effectivement été exemplaires. Youssef, un manifestant sur place, drapeau à la main, nous montre de jeunes policiers souriants: «Regardez ceux-là, ils sont très jeunes, c’est la nouvelle génération de policiers, ils ne sont pas formés pour tabasser».
Les forces de l’ordre, après les bavures de la manifestation de l’UGTT, avaient à cœur de se racheter une conduite. En distribuant des drapeaux aux manifestants, ils leur promettent de défendre la Patrie et le drapeau coûte que coûte. Mais certains restent sceptiques: «Moi je ne pardonne pas et je n’oublie pas», lance un autre manifestant.



Des personnalités politiques étaient également présentes lors de ce grand rendez-vous, PDP, Ettajdid, mouvements citoyens tels que Kolna Tounes ou encore Doustourna, avec son leader, Jaouhar Ben Mbarek, différents mouvements féministes également, appelant à l’égalité entre les sexes.
Politique politicienne oblige, nous nous attardons avec des militants et responsables des partis politiques. Le grand parti dit centriste semble se profiler à l’horizon. Les discours ont changé, le processus est relancé, les négociations sont en bonne voie pour un aboutissement final prévu début avril.
L’optimisme est de rigueur et les différends se sont estompés. Youssef, le jeune manifestant cité plus haut, ne cache pas pour autant sa déception: «Le problème est que ce type de manifestations, de même que les PDP, Ettajdid et alliés, ne touchent pas toutes les couches sociales, ni toutes les franges de la société, il suffit de voir, il n’y a quasiment pas de femmes voilées, pourtant elles devraient être là, avec nous, pour défendre leurs droits».
Et Youssef d’ajouter sur un autre plan: «Il y a des gens autour de moi qui rêveraient de revivre l’époque de Ben Ali, car ils ont peur de quelques barbus… je préfère encore discuter avec ces barbus dont certains sont plus démocrates que ces personnes qui ne voient pas plus loin que leurs petits intérêts! Quant aux Tunisiens qui vivent à l’étranger et qui, par leurs discours, font croire que la Tunisie est devenue l’Afghanistan, ils ne servent à rien d’autre que donner une image biaisée à des touristes ou investisseurs potentiels.
Aujourd’hui nous sommes là, en Tunisie, nous nous battons quotidiennement pour garantir nos droits, et nous sommes optimistes, car nous ne laisserons pas faire, mais que ceux qui ne font que se plaindre et amplifier certains événements comme étant généralisés se taisent, car ils desservent notre cause».



Petite ombre au tableau et comme pour le 14 janvier, aucune décoration ou cérémonie n’ont été organisées pour fêter l’occasion, à part celle, guindée et en petit comité, au Palais de Carthage. La veille, Hamadi Jebali tiendra un discours raisonnable, tourné vers les Tunisiens dans leur ensemble. Il affirmera que la Constitution doit être celle de tous les citoyens tunisiens et non celle d’une partie au détriment de l’autre. Il déclarera, en substance, que la majorité ne doit pas être grisée par une victoire électorale et doit prendre ses responsabilités, en tendant la main à l’opposition, en assurant au peuple tunisien une Constitution pour tous.
Sahbi Atig, quant à lui, a affirmé, après la démonstration de force des islamistes au Bardo, que ces manifestants-là étaient le peuple et qu’ils appelaient à l’application de la Chariâa. Mais qui sont alors les manifestants du 20 mars qui appellent à un Etat civil à travers toute la Tunisie? Des «zéros virgule», dirait «diplomatiquement» notre chef de la diplomatie, gendre de Ghannouchi.

La guerre des chiffres toujours… mais toujours est-il que la Constitution doit englober approximativement 11 millions de Tunisiens, sans discrimination… le seul nombre par lequel il est possible de parler de «peuple» !

Monia Ben Hamadi

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires

Commenter

Tunisienne
| 22-03-2012 22:37
Je dirais beaucoup plus négociations que dialogue car il s'agit, comme j'ai cité auparavant, d'une guerre qui ne dit pas son nom.
Dire "dialoguer" c'est appuyer l'idée d'un peuple ignorant puisqu'une enquête a révélé que le tunisien lambda ne comprend pas ce que c'est que l'opposition et veut que tout le monde gouverne amicalement. Finalement, c'est la conformation que la réussite de la troïka consiste à son niveau élevé de l'appréhension de l'ignorance humaine.

HatemC
| 22-03-2012 21:45
Nous combattons avec raison Nahdha et les salafistes. mais Nous occultons le rôle néfaste des associations religieuses récemment créées, plus de 200. toutes connues pour leur emprise sur la société. Elles sont installés sur tout le territoire et diffuse un venin encore plus mortel que celui de nhadha qui se targue d'avoir une enseigne de parti modéré. TOZ avec sa modération, Il n'y a pas de salafiste modéré, il n'y a que des fondamentalistes purs et durs, réfractaire à la démocratie et discriminatoire. Comment interpréter qu'un certain Almi de l'association centriste de sensibilisation et de réforme (Al Jamîyia Al Wassatiya Littawia Wal Islah, appelée auparavant, l'ordonnancement de la vertu et la prévention du vice (Al Amr Bilmaârouf Wa Nahy Ala Almonkar) dit sans se cacher:«la non voilée ira en enfer» ? Tout est dit, pas la peine d'énumérer la liste xénéphobe de ces apprentis charlatans. Nous savons tous que ces associations sont dirigés contre le peuple et son identité. Ces mêmes associations sont derrière le meeting pour la promotion de la Charia à la Coupole le 20 mars, jour de notre indépendance, à ce meeting le drapeau national était presqu'inexistant devant ceux des salafistes et de la Palestine!!!! Ils sont derrière la venue de wajdi ou devrai je dire le "BARBIER DU VAGIN". ces associations sont un poison, NOTRE DEVOIR MES CHERS COMPATRIOTES EST DE DENONCER CES ASSOCIATIONS DE L'ABIME, DE L'OBSCURANTISME, NOUS DEVONS COMBATTRE L'INSTALLATION DE CES RETROGRADES DANS NOS QUARTIERS, VILLES, VILLAGES.Hatem Chaieb

Ergo sum
| 22-03-2012 19:05
Et de toute façon tes urnes parleront d'el chariaâ ou un état islamique pour reprendre tes mots et non de la politique (entre () j'apprécie l'utilisation du mot islamique) donc arrête de parler d'état islamique et de troïka en même temps ça pue l'incohérence l'ami!
Nous ne sommes pas incapables de nous comprendre, cette idée est fausse, il faut la chasser, nous devons apprendre à dialoguer à s'ouvrir les uns sur les autres sans haines, sans mépris, sans regard ou comportement discriminatoires qu'il s'agisse de l'extrême droite ou de la gauche c'est pareil, tous concernés!
Et puis qu'est ce qui vous prend putain, qu'est ce que vous avez, vous préférez une scission à un dialogue, ça va pas non!!!!
Lambda, t'en as un à rajouter à la liste

Ergo sum
| 22-03-2012 19:05
Tu m'as certes lu mais pas compris grand chose! Albert CAMUS disait "la bêtise insiste toujours"!
Tu es soit sophiste et tu le fais exprès et je ne m'abstiens de commenter la foi derrière, soit tu ne comprends pas trop ce qui est dit!!
Quand j'ai parlé de zembra je ne parlais pas des politiques mais des musulmans dont une grande partie choisira le pays auquel tu n'appartiendras pas;)
J'ai dit la politique sera morte non pas parce que je suis antidémocrate mais plutôt parce que je connais d'avance, tout comme Tunisienne, les résultats de ton scrutin qui ne te laissera qu'un faible pourcentage, score d'admissible à Kerkennah, et encore!
Et nous n'allons pas nous amuser de retourner aux urnes toutes les deux semaines quand même! Il y a un résultat qui est jusqu'à nouvel ordre, aux prochaines élections le seul déterminant de la légitimité!!

Skander
| 22-03-2012 17:20
"si l'on respecte la loi de la proportionnalité alors toi et tes copains irez vivre sur l'île de Kerkennah si ce n'est pas Zembra"'.t'es sérieux, vraiment t'es conscient de ce que tu avances'.j'ai l'impression que tu prends tes rêves pour réalité.

C'est vrai la troïka représente 99% des tunisiens pour que Zembra suffit à mes semblables...c'est comique, hahahaha ! Tu es tellement hors réalité que c'est triste. Tu es conscient que tu entretiens le même discours des colons israéliens. Je parle de partage intelligent et de vivre en bon voisinage, à chacun ses convictions, à chacun sa vie et tu veux nous faire partir'triste, mais pas surprenant de tes pareils.

"Le retour aux urnes, signifiera la mort de la politique en Tunisie et nous confirmerons à ceux qui nous prennent aujourd'hui d'exemples que nous sommes incapables de se parler !!" Mais t'es sérieux, tu mesures ce que tu avances. ZABA & Co avaient dit la même chose, tu le savais ???? La voie démocratique et le recours aux urnes sont indispensable dans toute situation de blocage et nous y sommes. Le recours aux urnes ne fait peur qu'à ceux qui doutent de leur légitimité et sentent leur fin approchée.
On a cru au dialogue au lendemain du 23 octobre et on était heureux de la réussite du processus électoral'mais la réalité était pire qu'un cauchemar. Parler pour parler ça ne ramène à rien' et on a déjà donné. On parle même beaucoup. Il te suffit d'assister aux réunions de l'ANC pour comprendre que le temps de parler est fini et que les discussions stériles sont une perte de temps. C'est un mono dialogue qui se joue dans cette ANC.
La vérité et la réalité est que nous sommes incapables de se comprendre. Tout simplement parce que nous ne parlons pas le même langage et nous n'avons pas les mêmes projets pour ce pays'.qui a créé la fausse polémique sur la laïcité à des fins électorales, qui a créé une fausse polémique sur la charia toujours à des fins électorales, sur l'identité arabe toujours à des fins électorales, le niqab' qui invente des coup d'État imaginaires à des fins électorales, qui dit une chose et fait son contraire'..qui'qui'.c'est l'opposition'NOT, NOT et NOT ! Un peu d'honnêteté te ferais tu bien. Sinon tu te ridiculises

Pour ce qui est de L'ANC, elle est là pour gérer les affaires courantes et BASTA. Elle devrait s'y tenir. Elle aurait mieux fait de garder un gouvernement de technocrates si son intention était l'intérêt national. Mais ce sont les privilèges et les salaires confortables et les grosses berlines, et les résidences luxueuses qui ont eu raison de ces prétendus hommes honnêtes et propres. L'obligation unique de l'ANC est de rédiger la nouvelle constitution et dans les plus brefs délais. Chercher à faire prolonger sa durée de vie est une usurpation de pouvoir criminelle á la ZABA et une prise d'otage du tout un peuple qui n'a ni demandé l'application de la charia, ni le port du niqab, ni l'importation de la laïcité et qui en a marre de cet extrémiste qui se propage comme une peste dans le pays.

FIN

Ergo sum
| 22-03-2012 15:47
On va finir par y arriver, la maïeutique Socratique était très efficace...
"Tu crois qu'il est déjà au paradis?" [Ergo sum] et toi tu crois que tu existes?
"Mon islam à moi" (ça ferait un beau titre d'un livre), je pense que ton islam à toi veut dire en fin de compte croire au bon Dieu comme étant décrit par l'islam dont tu connais à peine une infime partie que, en plus, tu as fort probablement mal comprise!! C'est ça ton islam? Tu veux dire que les tunisiens musulmans doivent rester des musulmans ignorants, ne connaissant que deux ou trois sourates de la partie 3amma, deux hadiths déformés!!
Tout le monde veut d'un état de droits en Tunisie, mais chacun l'imagine à sa façon alors un terrain d'entente s'impose, il faut que l'on parle, que l'on dialogue, que l'on débatte et reparle, redialogue, redébatte jusqu'à l'aboutissement à une solution qui conviendrait à tous

Ergo sum
| 22-03-2012 15:14
- "Je te rappelle que la Troïka et á leur tête Ennahdha ont été élus pour UNIQUEMENT écrire une nouvelle constitution et la soumettre au peuple tunisien, sans plus" [Ergo sum] FAUX ! Zéro ! Les gens que nous avancent ceci n'ont rien compris de la transition démocratique ! L'ANC est la seule légitimité qui veillera à la bonne marche des institutions de l'état jusqu'à l'élaboration de la constitution qui est l'une de ses multiples tâches
- "Pour ma part, je suis convaincu que la meilleure solution pour la Tunisie d'aujourd'hui est la scission, le partage, la division du pays en deux" si l'on respecte la loi de la proportionnalité alors toi et tes copains irez vivre sur l'île de Kerkennah si ce n'est pas Zembra

Tout cela corrobore mes conclusions.

Ergo sum
| 22-03-2012 15:13
Je ne t'ai pas insulté! Je ne comprends pas cette susceptibilité! Tu ne connais pas ton pays est une conclusion que j'ai tirée en lisant tes dires, parce que, passe moi l'expression puisqu'a priori elle te heurte, tu es en rupture avec la réalité!!
Des idées telles que:
- "Le dialogue que tu prônes nécessite une honnêteté intellectuelle et un patriotisme absolu chose qui manque fondamentalement à la Troïka" [Ergo sum] et qui manque surtout à l'opposition. Enfin, moi je dirai qu'une grande partie de l'opposition est de mauvaise foi
- "Ceci ne peut continuer. Le retour aux urnes est l'unique solution pour rappeler ce gouvernement à la raison" [Ergo sum] entre nous ? Tu le penses vraiment ? Le retour aux urnes, signifiera la mort de la politique en Tunisie et nous confirmerons à ceux qui nous prennent aujourd'hui d'exemples que nous sommes incapables de se parler !!

KM_Sidi Bouzid
| 22-03-2012 15:12
Ergo, le barbu, salafiste jihadiste, le tueur en série, le terroriste de Toulouse, est mort les armes dans les mains, comme il l'avait souhaité.

Tu crois qu'il est déjà au paradis ?

Ergo, « mon islam à moi » est celui de la majorité, la vraie, c'est-à-dire, la plupart des tunisiens qui craignent le bon dieu, n'ont pas d'ambition politique, plutôt discrets et travaillent dur pour nourrir leur enfants. ils s'enfoutent complètement si tu respectes ou non les règles de l'islam, du moment qu'il y a entente nationale, respect mutuel, parce que nous croyons que la religion est une affaire personnelle et quand on est pratiquant on n'a pas besoin de le crier haut et fort sur les toits pour le faire savoir, comme font tes amis salafistes radicaux que tu défends.

Notre islam est tourné vers la paix et le progrès, et n'a rien à voir avec le fanatisme et le radicalisme religieux. J'ai vu une fois sur un plateau de TV un imbécile d'imam intégriste justifier l'invitation du ****, l'obscurantise Wajdi Ghenim, alors cet attardé radical d'imam disait : « nous ne voulons pas d'un islam soft comme du déodorant».

Quand les incultes de salafistes jihadistes étaient drolement inexistants, des martyrs ont donné leur vie et beaucoup de citoyens ont défié et vaincu la tyrannie pour la liberté et la dignité. Aujourd'hui les barbus, cachés hier, veulent nous imposer leur loi en instaurant la Chariaâ dans la nouvelle constitution. Alors-là, toutes ces conneries que vous importer d'Asie : niqab, incision des femmes, chariaâ tout ça JAMAIS en Tunisie !

Ergo sum
| 22-03-2012 13:11
http://www.dailymotion.com/video/x7nkm1_alpha-blondy-les-salauds_music

à tous les politiciens tunisiens de gauche ou de droite, vous ne voulez certainement pas que l'on vous appelle dans quelques années des salauds. Alors au boulot et au dialogue!

A lire aussi

De sérieux risques d’insolvabilité

19/01/2020 16:59
15

Elle fait tout pour être au cœur de l’actualité et elle

17/01/2020 19:59
20

C’est désormais à Kaïs Saïed qu’incombe la tâche de désigner un chef du gouvernement parmi les noms

16/01/2020 19:59
5

Cependant, ces derniers mois, les choses vont mal et le parti a de plus en plus de mal à le

15/01/2020 19:59
6

Newsletter