alexametrics
jeudi 26 mai 2022
Heure de Tunis : 14:28
SUR LE FIL
Sami Tahri : la dissolution du Parlement est tardive, mais nécessaire
31/03/2022 | 09:22
3 min
Sami Tahri : la dissolution du Parlement est tardive, mais nécessaire


Le secrétaire général adjoint et porte-parole de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT), Sami Tahri, est revenu, jeudi 31 mars 2022, sur la dissolution du Parlement annoncée la veille par le président de la République, Kaïs Saïed. Invité de Myriam Belkhadi dans la Matinale de Shems FM, il a indiqué que cette décision était tardive mais nécessaire. 
 
Quelques heures après que le Parlement a voté – lors d’une plénière en ligne – l’annulation des mesures exceptionnelles et invalidé les décisions et décrets présidentiels post 25-Juillet, le locataire de Carthage a convoqué le Conseil de sécurité nationale. Durant cette réunion il a accusé les députés de complot contre la sûreté de l’Etat qualifiant leur manœuvre de « coup d’Etat raté ». 
 
 
Commentant ces évènements, Sami Tahri a rappelé que la Centrale syndicale avait appelé à plusieurs reprises à la dissolution du Parlement et à organiser des législatives anticipées afin de mettre un terme aux conflits entre les représentants du peuple et le chaos dans lequel l’institution a sombré. 
 
Il a laissé entendre que la plénière tenue hier était suspecte de par son timing notant qu’elle s’est déroulée après plusieurs visites d’ambassadeurs de pays étrangers et de la sous-secrétaire d'Etat américain, chargée de la société civile, de la démocratie et des Droits de l'Homme, Uzra Zeya. 
 
Le président du Parlement dissous et chef du mouvement islamiste Ennahdha, Rached Ghannouchi, a rappelons-le, reçu plusieurs ambassadeurs de pays étrangers, ceux de France et du Royaume-Uni, entre autres. 
 
Sami Tahri a ajouté, dans ce même contexte, que la Centrale syndicale annoncerait sa position officielle de la décision de dissolution du Parlement au terme de la réunion de son bureau exécutif qui se tient aujourd’hui. 
 
 
Revenant sur la déclaration du professeur universitaire et ancien membre du conseil d’administration de la Banque Centrale de Tunisie, Fathi Nouri, sur les tractations en cours avec le Fonds monétaire international (FMI), il a indiqué que l’UGTT avait communiqué son avis sur les points essentiels de l’accord avec le FMI – la levée des compensations, le gel des salaires et la cession des parts de l’Etat dans les entreprises publiques – et qu’elle ne s’engagerait pas dans des négociations avec le bailleur de fonds. 
 
Il a supposé, dans ce sens, que le gouvernement ne serait pas en mesure d’honorer ses engagements en ce qui concerne le gel des salaires compte tenu de la situation socio-économique délétère et la dégradation du pouvoir d’achat des citoyens. 
 
Le secrétaire général adjoint de l’UGTT a avancé que les attentes du peuple devraient être communiquées clairement dans le cadre de ces consultations soulignant que le rôle du gouvernement se limite à présenter un plan d’action. Selon Sami Tahri, seule la société civile est capable de faire entendre la voix du peuple auprès du FMI pour ainsi éviter des mesures techniques dépourvues de toute considération sociale.

 

N.J. 

31/03/2022 | 09:22
3 min
Suivez-nous