alexametrics
A la Une

Rentrée : A vos grèves, prêts… partez !

Rentrée : A vos grèves, prêts… partez !

 

Les vacances touchent à leur fin et les syndicats préparent déjà la rentrée. Au menu, des revendications, des plus objectives aux plus farfelues ! Et tant pis si les ressources de l’Etat ne soient pas suffisantes ou si le gouvernement soit sur le départ avec les élections qui se préparent. Il faut donc saisir l’opportunité parce que ce qu'ils obtiendront aujourd’hui, ils ne l’auront peut-être pas demain.


L’été est presque fini et les syndicats préparent déjà leur riposte, avec au menu pleins de demandes allant de la simple application d’accords passés à de nouvelles revendications : augmentations salariales, primes diverses, promotions, réformes sur mesure, etc.

Les Tunisiens se sont habitués à ce brouhaha du début d’année. Mais cette année, la rentrée coïncide avec l’élection présidentielle anticipée et les élections législatives. Des échéances importantes qui vont sûrement changer la donne et redistribuer les cartes. Les défis sont importants et chacun ses préoccupations.

 

A peine l'Aïd El Idha passé (avec ses prêts et ses primes) que le secrétaire général de l'Union générale tunisienne du travail (UGTT) Noureddine Taboubi a rencontré le chef du gouvernement Youssef Chahed pour discuter de la 3ème tranche des augmentations salariales dans la fonction publique ainsi que certaines augmentations spécifiques dans des secteurs précis, notamment pour les médecins, les ingénieurs et les enseignants universitaires.

Oui, pour cette rentrée la centrale syndicale sera sur tous les fronts : à défendre ses adhérents et à veiller, à sa façon, sur les élections. L’UGTT a préparé 101 questions pour les candidats aux législatives et précisera les qualités que doit avoir le futur président selon elle, le tout en continuant ses actions syndicales.

 

Alors que les parents, n'ont pas encore digéré le cauchemar de l’année dernière, leurs enfants ayant passé quelques mois sans étudier et sans passer d'examens au 1er trimestre, le secrétaire général de la Fédération de l’enseignement secondaire Lassâad Yâakoubi vient d'en remettre une couche. Il n’écarte pas d’éventuels mouvements pour cette nouvelle année scolaire. La menace d’une nouvelle grève paralysante plane à nouveau. Il n’écarte pas une nouvelle escalade si le gouvernement ne tient pas ses engagements et ne publie pas les arrêtés relatifs à l’accord du 9 février 2019.

 

La Fédération générale de la Poste avait décrété une grève générale à travers le pays le 8 août dernier. Ce lundi 19 août 2019, ses membres sont entrés en sit-in ouvert dans les locaux du ministère des Technologies de l'information et de l'Economie numérique. Ils réclament l’application des accords signés, notamment la réservation de 2% de la masse salariale pour les promotions. Rien que ça.

 

Le syndicat général des médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique relevant de l'UGTT a annulé sa grève générale quelques heures après son démarrage, étant parvenu à un accord avec le gouvernement. Pour sa part, l’instance administrative sectorielle de la santé relevant de l’UGTT a décrété une grève générale sectorielle les 4 et 5 septembre prochain dans tous les établissements relevant du ministère de la Santé publique.

 

Ceci n’est qu’un petit échantillon de ce qui est en préparation. Il y a des bras de fer qui durent depuis plus d’une année notamment celui qui oppose l'Union des universitaires chercheurs tunisiens (Ijaba) au ministère de l’Enseignement supérieur.

Rien ne va plus entre les deux parties. Le ministère a dû recourir à des mesures exceptionnelles pour le passage de niveau pour les étudiants, les professeurs d’Ijaba ayant refusé de faire passer les examens et d’évaluer les étudiants.

Pour sa part, le syndicat dénonce l’abus et le harcèlement du ministère, notamment le gel des salaires depuis le mois de mars, la privation de protection sociale et de couverture de santé ainsi que des arrestations "abusives" sur la base de plaintes "sans fondement".

 

A quelque mois de son départ, le gouvernement doit continuer à jouer le rôle de pompier, éteignant les différents feux qui se déclarent, et à répondre tant bien que mal aux différentes revendications, avec des ressources limitées et des dépenses en hausse.

Avec l’échéance électorale qui se profile, il serait peut-être temps de décréter une trêve sociale, de temporiser les négociations sociales après l’installation des nouveaux gouvernants, de ne pas perturber les Tunisiens et de les laisser se focaliser sur l’essentiel : faire le bon choix pour le quinquennat prochain. Un choix qui sera primordial pour l’avenir de la Tunisie.

 

Imen NOUIRA

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (11)

Commenter

cesarios
| 21-08-2019 12:36
Les parents d'éléves ne savent que dénigrer le corps enseignant, toutes les insultes, toutes les critiques sont orientées vers les instituteurs et les professeurs , avons-nous entendu les associations des parents d'éléves exiger à tout ministre de l'éducation à l'amélioration des conditions de travail des enseignants, de l'infrastructure, aux moyens didactiques et pédagogiques, de ne pas laisser nos progénitures faire le va et le vient à l'école, au collége et au lycée sans instituteurs ou sans professeur dans beaucoup de matiéres durant des semaines et méme dans les classes terminales qui préparent le bacalauréat, , nos chefs de gouvernement nos ministres de l'éducation et des finances sucessifs n'ont que le méme mot d'ordre: - les moyens nous manquent, les caisses sont vides et ils oublient que l'enseignant paye ses impots en retenue de la source et dans toutes les activités privées ne payentle que le 1/10 éme de ce que paye le fonctionaire de l' ETAT et à savoir , la somme colossale de la fuite et de l'impayé fiscal pourra résoudre toutes les entraves et les embuches qui rencontrent nos domaines et nos secteurs économiqies ,sociaux de notre chére TUNISIE. L'immunité, la nonchalance, la perte de courage, le déferlement du népotisme son parmi les causes principales de l'échec cuisant de nos décideurs politiques qui se changent d'un jour à l'autre

Mohamed 1
| 20-08-2019 13:50
Les vraies vacances commencent !
En fait si les journées des grévistes sont payées, ce n'est plus de leur faute s'ils multiplient les grèves.

Zohra
| 20-08-2019 12:53
Tout à fait d'accord avec vous
Mais la plus belle fille au monde ne peut donner que ce qu'elle a.

Zohra
| 20-08-2019 12:46
https://www.bfmtv.com/economie/indexer-les-salaires-sur-l-inflation-bonne-ou-mauvaise-idee-1578071.html


Non chez zid elmaa zid edkig
C'est selon lrd humeurs de la machine UGTT
ce n'est selon l'inflation

Victime d'un système le pauvre Syndicat

Mais le pauvre est victime vraiment de l'irresponsabilité de L'UGTT et son Ignorance

Air
| 20-08-2019 12:27
Un accord est un accord. Je ne suis pas syndique mais il faut être objectif.
L'annee scolaire en otage, oui, c'est un abus des plus graves. Mais etablir un accord, en tant qu'Etat, sans tenir promesse, c'est inadmissible. Le gouvernement doit proposer des solutions viables à l'ugtt et au peuple. Pas des ecorchages de fonctionnaires sur le dos des petites gens.
Le recrutement massif de personnes totalement incompetentes depuis 2011, voilà le problème qui doit être soulevé et traité.
Chacun joue sont rôle, mais il est vrai que le pouvoir fait depasser les bornes. Dans les deux camps.

Zohra
| 20-08-2019 11:59
la cherté de la vie

Zohra
| 20-08-2019 11:06
Je vous rappelle la chtete de la vie vous y responsable en premier c'est L'UGTT. L'UGTT un énorme acquis pour les tunisiens mais malheureusement vous l'avez détruit en prenant en hotage tout un peuple.

Augmentation de salaires à répétitions c'est la cause numéro un de la cherté de la vie et de l'inflation.
Il vous faudrait une formation sur les conséquences de grèves à répétitions et la fuite des investisseurs........ Puis-je vous rappeler le nombre de sociétés qui avaient fui la Tunisie pour le Maroc. Et nombre de perte d'emplois


Sans ça vous etes victimes

Moi même je suis syndiquée et je n'accepte pas l'abus du pouvoir syndical.

Prendre des enfants en otage......

Air
| 20-08-2019 09:56
Les accords conclus doivent être appliqués. Point à la ligne.
Et les voleurs (medecins, avocats et autres) payer leurs impots.
Pourquoi les fonctionnaires avec leur salaire de misère devraient payer votre municipalité, votre police, vos enseignants, votre gouvernement, votre armée etc etc...?
L'UGTT ne fait que faire son boulot. Donnez leur des solutions et que le gouvernement fasse son boulot aussi.
Treve sociale BN ? Mais vous réalisez dans quelle etat est le citoyen lamda ? Que les prix ont grimpé grimpé grimpé et que le citoyen reste sans voix ? Sauf celle de l'UGTT. Puisque, apparemment même les journalistes comme vous les ont abandonnés.

tunisien
| 20-08-2019 01:14
je ne sais pas pourquoi toujours attaquer lUGTT pourquoi ne pas demander le gouvernement à tenir ses accords signés par les ministres

Houcine
| 19-08-2019 22:44
N'en déplaise à certains, L'UGTT fait don travail: il défend les intérêts de ses adhérents, et par delà ceux de tous les travailleurs.
Dans un système politique où ceux qui ont l'argent ont leur syndicat qui s'asseoit à la même table que les ministres et pèse de tout son poids pour orienter la politique économique et sociale, pourquoi et au nom de quoi les gens qui n'ont que leur force de travail, leur savoir et compétences à vendre pour gagner de quoi vivre, n' auraient pas droit à un syndicat. Fort, pour peser, et actif toujours pour freiner l'appétit insatiable de ceux qui vivent du travail d'autrui.
En ce pays, l'indignation est toujours la même, et toujours en nombre contre les faibles, les fragiles.
On a tenté une opération qui a fait pschitt avec le syndicat bidon.
J'aimerais voir plus de solidarité, de souci de l'autre dans ce pays musulman. Ce que je vois est tout autre.
Un Algérien qui vit en France était de passage en Tunisie en octobre 2018, me dit qu'il était choqué par la misère chez nous.
'? méditer.


A lire aussi

Deux jours à peine après le séisme qu’a secoué le pays avec un résultat de premier tour de la

17/09/2019 22:00
5

Le peuple se trouve devant un choix crucial : voter pour Kaïs Saïed ou Nabil

16/09/2019 20:16
7

Les dés sont jetés et les jeux sont faits pour ce premier tour de l’élection présidentielle.

15/09/2019 22:30
18

Cette idée germait dans la tête de Nabil Karoui depuis 2014, voire

15/09/2019 21:00
23

Newsletter