alexametrics
vendredi 22 octobre 2021
Heure de Tunis : 18:18
Dernières news
Rached Ghannouchi présent au premier meeting du parti salafiste «le Front de la Réforme»
08/07/2012 | 1
min
Rached Ghannouchi présent au premier meeting du parti salafiste «le Front de la Réforme»
{legende_image}

Le « Front de la Réforme », l’un des deux partis salafistes autorisés, a tenu son premier meeting, ce dimanche 8 juillet 2010 au Palais des Congrès, à Tunis, sur le thème « la Chariâa notre voie, la réforme notre choix ». Les participants à ce meeting ont insisté sur l’attachement à la consécration des valeurs de « la Chariâa en que croyance, mode de vie et système politique », indiquant que l’Islam est une religion « applicable en tout temps et en tout lieu ».

Assis au premier rang, le président du Mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi, faisaient partie des invités présents. Il n’interviendra pas lors du meeting. Ont pris également part à cette rencontre des hommes politiques, des avocats, des magistrats, ainsi que des représentants de la société civile.
Le chef du parti, Mohamed Khouja, a souligné la corrélation entre le religieux et le politique, insistant sur la non-séparation entre l'Etat et la religion et sur la consécration de la Chariâa comme référence pour le système politique.
De son côté, M.Foued Ben Salah, membre du bureau politique Chargé des relations extérieures, a estimé que la démocratie dans sa conception laïque "autorise le pêché et interdit le halal au nom de la souveraineté du peuple".
Il a ajouté que le droit de citoyenneté implique que des minorités peuvent gouverner alors que dans la loi islamique, seuls les musulmans sont aptes à diriger la Oumma.
Le porte-parole du parti, Salah Bouazizi, a appelé au dialogue et à l'entente, incitant les «jeunes de l'éveil islamique» à adhérer au processus de réforme et d'édification.
Pour sa part, M.Ezzedine Mosbah, a mis l'accent sur l'attachement de son parti au système économique islamique tel que défini dans la Chariâa, rejetant les choix économiques adoptés en Tunisie, au cours des dernières décennies, et ayant engendré un surendettement, un déficit du budget de l'Etat, une forte inflation et des inégalités sociales.
08/07/2012 | 1
min
sur le fil
Tous les Articles
Suivez-nous