alexametrics
Chroniques

Que veut dire Kaïs Saïed à l’ONU ?

Temps de lecture : 4 min
Que veut dire Kaïs Saïed à l’ONU ?

 

L’une des principales forces de la Tunisie tout au long de son histoire a été sa diplomatie et ses relations extérieures. Inutile de refaire ici l’inventaire de tous les bienfaits de cette diplomatie et de tout ce qu’elle a permis à la Tunisie. Ce qu’il est plus important aujourd’hui, c’est que tout ce qui a été bâti risque d’être détruit, sciemment ou par ignorance.

 

La dernière sortie dans ce cadre est celle du chef de l’Etat, Kaïs Saïed, dans une adresse à l’ONU, faite à distance, à l’occasion du 75ème anniversaire de l’organisation. Son allocution à cette occasion n’a pas dépassé les trois minutes. Ces dernières ont été suffisantes pour que le président de la République énonce des généralités et montre à quel point le discours officiel est déconnecté des réalités.

D’abord sur la forme, le décor choisi est surchargé, vieillot et moche. Nous aurions pu faire largement mieux que cela. Par ailleurs, la carte derrière le président de la République avait été utilisée il y a des années par Habib Bourguiba pour piquer l’Algérie tout juste après l’indépendance. Le président semble ignorer la portée symbolique d’une telle mise en scène et ne semble pas conscient que cela peut devenir matière à tension ou à malentendu. 

L’un des lieux communs utilisés par le président de la République est l’assertion selon laquelle les nouvelles technologies de la communication et les réseaux sociaux ont rapproché les peuples et les ethnies. L’excellent documentaire « The social dilemma » a dû échapper aux services de la présidence de la République car il est scientifiquement prouvé que jamais la polarisation des opinions n’a atteint un tel niveau, à cause surtout des réseaux sociaux. Les algorithmes et les intelligences artificielles qui officient sur ces réseaux nous entourent virtuellement de personnes qui sont plus ou moins d’accord avec nous. Par conséquent, on ne voit plus les opinions divergents et nous avons de plus en plus de mal à les accepter ou à les écouter. Bref, tout cela pour dire que lancer une telle ineptie dans une allocution de cette importance est signe de méconnaissance des sujets et de mauvais conseil.

D’un autre côté, le président de la République aurait dû se montrer plus constructif et plus positif dans cette allocution. Ce n’était ni le moment, ni le bon moyen de critiquer l’ONU avec tout ce qu’on peut lui reprocher. La Tunisie a été élue membre du conseil de sécurité de l’organisation et a entamé ses travaux en janvier 2020. Il sera alors temps de porter les revendications et les complaintes de tous les pays amis et frères que nous souhaitons. Mais choisir le 75ème anniversaire de l’ONU pour critiquer le rendement de cette organisation dénote quand même d’un certain mauvais goût. L’allocution aurait aussi pu contenir un peu plus de messages positifs concernant la Tunisie. A aucun moment il n’a évoqué notre pays dans cette adresse à la tribune de l’ONU. Il a préféré, comme à chaque fois qu’il s’agit de politique extérieure, de parler de la Palestine et de son droit à recouvrer sa terre. Un droit tout à fait légitime il va sans dire. Mais il faudrait accorder au moins la même importance aux intérêts tunisiens parce qu’il s’agit du président de la Tunisie, et uniquement de la Tunisie.

 

En somme, Kaïs Saïed a prononcé une allocution sans aucun relief et n’a rien dit de pertinent lors de ce mot. Il a trouvé le moyen, en tant que président, de ne pas prononcer le mot « Tunisie » une seule fois lors de cette intervention devant l’ONU. Cela relève sans nul doute du génie !

Il aura beau ensuite claironner devant les ambassadeurs et les diplomates que la Tunisie n’a qu’un seul président et n’a qu’une seule diplomatie, cela ne changera rien aux faits. Mais a-t-on vraiment besoin de cette diplomatie qui se permet de laisser vacants des postes importants dans des ambassades telles que Paris ? De cette diplomatie qui ne possède aucun point d’attache dans un pays comme la Libye ? Est-ce une fierté pour le président de virer sans ménagement un ministre des Affaires étrangères qu’il a lui-même choisi ? De faire virer deux ambassadeurs aux Nations-Unies ?

Ajoutons à cela une espèce de délire de persécution qui fait que le président se place toujours dans la peau d’une victime. Victime de complots et de machinations qu’il s’échine à déjouer. Il parle d’allégeances à des parties étrangères, de tentatives d’hypothéquer la politique étrangère, d’intérêts étrangers et de haute trahison, sans jamais désigner un responsable. Des mots et des accusations lancés en l’air emmenant à chaque fois un peu de la crédibilité du président.

 

L’urgence aujourd’hui est de bien négocier la période où la Tunisie siègera au conseil de sécurité de l’ONU. L’actuel ministre des Affaires étrangères ne devrait pas être viré dans les six prochains mois au moins. Il faudrait également que Kaïs Saïed fasse appel à un conseiller en diplomatie et relations extérieures digne de ce nom, quelqu’un qui aurait autre chose sur son CV que le fait d’avoir été l’un de ses collègues ou l’un de ses étudiants. Autre chose à prendre en considération : nous n’avons pas préparé ce passage au conseil de sécurité et nous avons d’autres échéances diplomatiques importantes comme le sommet de la francophonie.  

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (17)

Commenter

Didon
| 25-09-2020 16:14
Le président de la république doit nous représenter, mais en beaucoup mieux. La piètre image qu'il donne dans chacune de ses sorties à l'intérieur comme à l'extérieur nous tire tous vers le bas. Oh Bourguiba! Le Grand Bourguiba...comme tu nous manques!!!

Tahar Manoubi
| 24-09-2020 15:53
Que voulez vous qu'un ***dise? combien même il puisse formuler quelque chose, faut-il encore que ça soit audible et compréhensible. La plus belle fille du monde ne peut pas donner ce qu'elle n'a pas. Kaïs Saïed n'a rien et ne peut donc rien dire à l'ONU et rien donner à la Tunisie. On doit subir un quinquennat de diète avec des problèmes relationnels en plus. C'est ce que nous a offert "la révolution de la brouette et son peuple ignare". Pauvre Tunisie.

1/raisonnable
| 24-09-2020 15:14
Dés le début, Kaîs a su mettre dans sa nasse des naïfs du pays, et est passé à travers les mailles du filet. En Effet, ce même président n'est autre que partisans des frères musulmans et n'est habiles que dans le domaine de manipulation et complots de toutes sortes. Donc, là le piège de la confrérie est activé, quant aux tunisiens n'ont qu'à prier le ciel, pour que les jours à avenir, ne seront pas pires, ainsi qu'une guerre fratricide au bout du tunnel, pour le pays. Force est de rappeler que les présidents de la Tunisie sont Ganouchi, Ardogant et le cheikh de Qatar, Kaïs est sous les ordre de ce ménage à trois

Ennaj
| 24-09-2020 14:07
Avec quelle image ? Quel messzge ? Que de maladresses !!! Mais on sait désormais que nous devons attendre avec beaucoup de courage que ces 3 années passent... FêQ9idou echêy'i lê yo3tyyh... Yarhmek yê Bourguiba wyar7mek yê Béji...

Omar Ben Halima
| 24-09-2020 11:14
Kais saied est devenu la bete noire des opportunistes et la Palestine et les Palestiniens sont devenus le theme a faire disparaitre dans le conscient des peuples arabes....une chose impossible et extremement inimaginable...Les opportunistes existent en simple minorites maniables et assoiffees de gains faciles ....aussi parmi les medias et journalistes mediocres ..tres mediocres....et les exemples ne manquent pas,,,Mimouna ta3rif Mimoun et Mimoun ya3rif Mimouna....bonne journee a toutes et a tous..

Soufi
| 24-09-2020 10:54
64 ans d'indépendance. Aucune réalisation à mettre à l'actif du peuple.
Vous dites que la plus grande réalisation du peuple tunisien est l'instruction. Parlons en. Vous confondez entre savoir et savoir faire. Al 3ilm et la maarifa. On peut accumuler tout les diplômes du monde mais quand on n'a pas la maarifa on peut se les mettre là où vous devinez.
Juste après la révolution deux tribus qui avait un litige territorial depuis un siècle se sont affrontés. La morale de l'histoire "chasser le naturel il revient au galop" ou "kaskaslou yerjaa laslou"
'? bon entendeur salut.

Mef
| 24-09-2020 07:17
Des palestiniens pardi !

Momo
| 23-09-2020 23:03
C'est ce qui s'appelle peter plus haut que son c**

Tunisino
| 23-09-2020 18:58
Par ses discours et ses nominalisations, il cherche à nous isoler, à nous faire reculer, ceci émane de sa personnalité, qui n'a pas évolué. Il évoque la Palestine d'une manière non calculée pour que nos partenaires aient l'impression que nous somme hostiles aux juifs, ce qui nous pose pas mal de problèmes, alors que nous pouvons aider la Palestine contre son colonisateur, en silence. Il nomme un MAE qui n'a jamais servi en Europe alors que l'Europe est notre partenaire principal. La gestion est faite pour les forts et non pas pour les faibles, mentalement ou de formation. KS n'est qu'une bonne leçon pour ses électeurs qui ont cru que la propreté suffi pour réussir les responsabilités. KS est le seul coupable, il a techniquement arnaqué ses électeurs en se présentant à la présidence.

Rationnel
| 23-09-2020 18:55
Le Président de l'Irak dans son discours a demande l'aide de la communite internationale pour confronter la pandémie et a appeler le monde établir des solutions pour combattre la corruption l'échelle nationale.
«Les pays développés doivent fournir une assistance aux pays en développement pour créer un environnement propice à la lutte contre la pandémie et limiter ses effets néfastes», a-t-il déclaré.
Il a également renouvelé ses appels à la communauté internationale pour qu'elle mette en place une coalition pour lutter contre la corruption, affirmant que la mauvaise gestion était un «fléau» dans son pays qui permet le financement du terrorisme.
«En effet, nous ne pouvons pas éradiquer le terrorisme, si nous ne tarissons pas son financement», a-t-il déclaré.

A lire aussi

Faire la carpette et se rendre complice d’une tentative de meurtre de l’audiovisuel tunisien ne

21/10/2020 15:59
15

Paix à ton âme Samuel Paty.

19/10/2020 15:59
50

Une sorte de cadeau annuel présenté par l’Etat à une poignée influente, capable d’imposer son dictat

18/10/2020 15:59
5

La fin de l’année 2020 s’avère être aussi mouvementée que son début et beaucoup auraient aimé

17/10/2020 10:30
6