alexametrics
Tribunes

No future !

Temps de lecture : 3 min
No future !

 

Par Habib Karaouli


Reposez en paix vous jeunes de Kairouan et d’ailleurs qui tombez tous les jours victimes expiatoires de l’incurie et de la cupidité de vos concitoyens. Vous êtes morts pour rien. La vie continue comme si de rien n’était.  Ceux qui nous gouvernent dorment du sommeil des anges, la conscience tranquille.

Des familles foudroyées dans leur avenir et dans cette assurance-vie que sont leurs enfants. Aucun mot de compassion pour elles. Aucun réconfort pour ces âmes éplorées. Comme si les victimes n’étaient pas des êtres chers qui n’ont commis d’autre crime que de vouloir s’amuser un peu. Ou si. Celui d’être, jeune, pauvre, chômeur et de « derrière les panneaux ». C’est vrai qu’avec ces atouts là, on ne va pas bien loin et le cimetière est souvent la première station.

Ma peine est grande et rien ne saurait la tempérer.

 

Qu’il est difficile d’être jeune dans mon pays ! Qu’il est difficile d’y survivre ! Qu’il est difficile de continuer à l’aimer ! Qu’il est difficile d’y envisager mon lendemain ! Ce pays ne peut pas être le mien ! Rien ne m’y retient. Ai-je choisi de le faire mien ? J’y suis né, c’est tout. Je n’en tire ni gloire ni honte. Depuis, rien ne m’a été donné. Rien ne m’a été épargné. Rien ne m’a fait l’aimer. Ou alors, cela n’a pas duré longtemps. Grand est mon désarroi. Sait-on seulement que j’existe ? Que j’ai droit à ma part d’horizon. Est-ce qu’il y’a quelqu’un pour me donner la main, me montrer le chemin ? Dois-je mourir pour avoir droit à la vie, pour être reconnu ?

Des vies happées à la fleur de l’âge. Des destins fracassés. Qu’ont-ils vu dans leurs brèves vies ? Que des interdits. Des regards obliques. Des portes closes. Des stations ratées. Des « repassez demain ». Des « vous n’avez pas le droit ». Des « rentrez chez vous ». Des « fais-moi plaisir ». Des arrestations musclées et autres cabales. Peuvent-ils compter les moments de joie ? Ont-ils juste connu le goût d’un baiser fut-il tarifé ? Un mien ami qui, il y’a longtemps conseillait à un jeune de son quartier de ne pas s’adonner à ces produits dangereux pour sa santé, a reçu cette réponse cinglante : « Ma vie est celle d’un chien, ma mort le sera aussi ».

Et vous venez après cela leur reprocher de vouloir s’éclater. De goûter, ne fut ce qu’en songe, à cette vie rêvée. Quel crime ont-ils commis sinon le plus grand, celui d’attenter à sa propre vie ? C’est finalement de cela qu’il s’agit. Ils n’ont menacé aucune autre vie.  Ni pris à autrui. Ils ont juste utilisé ce qu’ils peuvent posséder pour s’enivrer. C’est-à-dire rien. Parce que tout le reste est inaccessible. Hors de portée de leurs bourses et négocié au noir par des gens protégés que tous les interdits imbéciles arrangent parce que source d’enrichissement illicite et de corruption qui gangrène notre société. Suprême hypocrisie coupable. Tout est toléré sauf l’alcool et surtout quand sa vente est licite, autorisée et en règle.

 

L’affaire est vendue, ficelée. Ce sont des mécréants. Ils n’ont que ce qu’ils méritent. Personne n’osera les soutenir. Comptez-vous les vouer aux gémonies y compris ceux qui ont compati ? Mais, ils n’ont que faire de votre paradis. Ils feront tout pour ne pas y aller, parce qu’ils risquent de vous y trouver (quoique !!!).

Vous leur parlez de votre réussite. Mais ils n’en ont cure. Quand ils voient votre réussite, ils ont envie d’échouer. Alors, si vous n’avez rien à leur proposer, au moins foutez leur la paix.

Ce qui s’est passé à Kairouan et ailleurs, tous les jours, en moindre proportion illustre de mon point de vue « l’écroulement central » d’une société. Un échec sociétal total.

La vitalité d’une société se mesure à l’aune de la place qu’elle accorde à sa jeunesse et sur la manière dont elle la traite. Nul besoin de la dynamiter de l’extérieur, elle s’effondre d’elle-même. On ne pousse pas les jeunes au désespoir et venir après leur reprocher d’utiliser les armes du désespoir.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (22)

Commenter

Citoyen_H
| 29-05-2020 16:23
Que de vérités à propos de la situation de certaines régions.
La corruption, l'absence totale de suivi des aides allouées à celles-ci, la valse ininterrompue des détournements de fonds, l'inexistence d'une justice équitable, constituent un très lourd lest dont il est impossible de s'en défaire dans les conditions de gouvernances actuelles.
A notre échelle, seule une justice implacable et transparente, pourrait redonner un brin d'espoir à ces régions reculées tombées en désuétude.
Salutations.


ikram ben salah
| 29-05-2020 15:24
"No Future" .....Terminator II..... Pas d'avenir pas de destin...... Ne désespérer pas. J'aimerai encourager toutes les personnes susceptibles de changer les mentalités à continuer leur combat. Vous en sortirez victorieux car c'est le rêve de chaque tunisien et tunisienne, Il ne faut pas abandonner, nous avons besoins de vous, tous les tunisiens locaux et à travers le monde espèrent que le pays va renaitre de ses cendres. Il ne faut pas perdre espoir. Dieu nous guide et toute bonne action est la bienvenue. "Yes for the Future" plutôt cela devrait être un emblème à suivre. Courage à tous les tunisiens.

ikram ben salah
| 29-05-2020 15:07
Je suis attristée par autant de désespoir dans notre beau pays qu'était la Tunisie. Et ce désespoir chez les jeunes que vous décrivez est malheureusement un constat que je m'étais fait depuis tellement longtemps. Nous pensions que la corruption et la malversation allait disparaître avec le départ de BEN ALI mais malheureusement c'est pas le cas. Et pourtant la Tunisie est un petit territoire même si dans mon c'?ur c'est un grand pays, je pensais qu'il serait possible d'y rendre les gens heureux avec un niveau de vie agréable pour tous. Mais ceux que nous voyons c'est toujours la pauvreté et la misère et encore moins de chance d'aider les jeunes tunisiens à trouver leur place. Ils leur amputent l'héritage qui leur revient de droit dans l'éducation l'enseignement et les postes avec un niveau salarial satisfaisant qui leur permettraient de vivre dignement. C'est injuste. Et l'injustice grandit en Tunisie. Comme vous dites si bien ma peine est grande. Paix à leurs âmes ces jeunes qui auraient pu faire la fierté du pays si on leur avait donné les moyens. Je vous admire M Karaouli pour avoir le courage de parler honnêtement et sincèrement. Des hommes comme vous devraient diriger le pays afin de pouvoir à nouveau le chérir. Je suis une tunisienne dans l'âme née en France mais qui a du mal à transmettre à ses enfants l'amour pour ce pays n'ayant plus d'arguments à leur énoncer à part les souvenirs des étés passés auprès des cousins cousines si chers à mon c'?ur. En espérant que la situation économique et sociale trouve un chemin vers la réussite.

Apprendre
| 29-05-2020 14:03
Les Noirs jouent au football
Les blancs jouent au rugby
Les Allemands ne font plus la guerre
Les Français n'aiment plus les femmes
Les RCDistes nous confèrent et nous font la leçon sur la démocratie

Ah! Ah! et nous devons supporter cela encore en temps de Corona ?

Nephentes
| 29-05-2020 08:39
Si vous saviez compatriote
Mais Dieu sait et c'est l'essentiel

Il faut comme vous dites faire tomber les masques et regarder la verite en face

1 Il y a un probleme incontournable de mentalites qui bloquent toute possibilite serieuse de developement regional

2 Les regions interieures post revolution sont otages de logiques mafieuses et d'irredentismes calamiteux : les economies locales sont necrosees par la corruption et le nepotisme alors que les fonds et ies programmes sont la

La GIZ a suspendu trois programmes de developpement rural majeurs en raison de ces blocages

3 Il existe un blocage sociopyschologique structurel au sein de ces regions qui nivelle de maniere horrible les initiatives de creation d'entreprises innovantes et de poles d'excellence; le secteur du textile a Kasserine et a Gafsa en est un exemple

Je pense que vous savez de quoi he parle et je suis certain que vous savez que j'ai en partie raison malgre mes exces blessants et je m'en excuse aupres de vous

Les regions interieures depuis des siecles sont victimes d'une injustice horrible ; mais je vous reaffirme que la volonte de s'en sortir et de changer les mentalites de merde n'existent pas

Cela ce n'est pas moi qui le dit : ce sont les chefs de projets de Swisscontact de l'AFD de la GIZ de l'USAID etc etc

Dans leurs rapports d"activite annuels





Maxula
| 28-05-2020 22:43
"constat à qui la portée"

Constat qui est à la portée. . .
Va falloir que j'me modère, moi. . .
Maxula.

A4
| 28-05-2020 22:41
BRULER (2)
Ecrit par A4 - Tunis, le 30 Octobre 2017

Ils s'en vont, ils s'enfuient, emportés par la houle
Emportés par les vagues, par les bateaux qui coulent
Ils s'en vont ça et là, emportés par les vents
Emportés bien au loin, vers des rêves mouvants
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont malgré tout, vers l'horizon qui glisse
Vers des terres inconnues sans index ou indice
Ils s'en vont malgré vous, vos prières hypocrites
Vos discours idiots et vos promesses sans suite
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont voir ailleurs, sous des cieux même noirs
Pour vous fuir, vos échecs, vos revers et déboires
Ils s'en vont les mains vides, n'emportant aucune miette
Vous laissant tout bouffer, affamés comme vous êtes
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont sans regret, sans même se retourner
En vous laissant le désert pour y gouverner
Ils s'en vont dégoûtés, ils en ont bien assez
De tous ces bons à rien, de tous ces bras cassés
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont obligés, tenter d'autres portes
Les votres sont fermées, leurs lettres sont mortes
Ils s'en vont et vous laissent dans un décor sordide
Obsédés comme vous êtes des rondeurs de vos bides
Et ils s'en vont ...

Ils s'en vont plein la tête d'images que rien n'efface
De votre bassesse et votre instinct de rapace
C'est bien à cause de vous qu'ils délaissent leurs amis
Qu'ils oublient leurs familles et haïssent leur pays
Et ils s'en vont !!!

HAF
| 28-05-2020 22:04
Nous y voilà toujours masqué....Que craignez vous affichez votre identité pourquoi vois attaquer aux gens derrière un écran assumez vos propos et insultes envers l'auteur et les accusations que vous me prêtez ! Non c'est vous qui craignez pour votre fond de commerce voilà ma vérité depuis un années vous pompez les fonds des ONG pour des pseudo actions sociales qui n'ont de social que l'alimentation de votre compte ! Je vous imagine bien et en employant le terme collabos j'avais raison finalement vous êtes ce parasite qui colle au dos de celui qui le nourrit ...passez votre chemin vous vous trompez de cible ici et rassurez vous le sein des étrangers financeurs sociaux est terminé j'espère que vous avez au moins garantis assez pour vous retourner " lorsque l'on fait du social réellement on ne s'en vante pas !" N'est pas altruiste qui veut c'est une nature vous vous êtes un racketteur social c'est différent. Inutile de répondre je vous zappe ...

Maxula
| 28-05-2020 22:00
"Ma peine est grande et rien ne saurait la tempérer."

Diantre !
C'est beau comme l'antique !
Heu. . . c'est dans quelle scène. . .de quel acte. . .de quelle pièce tragi-comique ?

Sérieusement. . .
Tout ça et bel et beau, et relève du constat à qui la portée de monsieur Tout-Le-Monde.
Et quel remède à tout ça ?
La suite au prochain épisode, c'est ça ?
Maxula.

Mohamed OB
| 28-05-2020 21:54
Chaque phrase fait vibrer par le fait de puiser son sens dans la vérité...je retiens particulièrement celle-ci : " ils ne veulent pas y (au paradis) aller, parce qu'ils risquent de vous y trouver"...

A lire aussi

Nous t'avons nommé Prince des

29/06/2020 09:10
10

Le développement économique et humain passe aussi par une réglementation juste et démocratique qui

18/06/2020 19:19
6

Au cours de mes trois années en Tunisie, j'ai connu un pays aux contrastes multiples.

18/06/2020 11:10
9

Payez pour des gouvernements de 40 personnages qui “se

17/06/2020 08:30
21