alexametrics
Dernières news

Lundi 11 juin, jour de colère des forces sécuritaires de Sfax

Temps de lecture : 1 min
Lundi 11 juin, jour de colère des forces sécuritaires de Sfax

Le secrétaire général adjoint de l'Union Régionale des Syndicats des Forces de Sécurité de Sfax, Mohamed Abdel Samii, s'est dit solidaire avec ses collègues qui ont été écartés de leurs fonctions suite au naufrage de l'embarcation de Sfax.

 

Sur Mosaïque FM, aujourd'hui dimanche 10 juin 2018, le responsable syndical a affirmé : « On leur a fait porter le chapeau pour rendre contentes certaines parties et ce avant même la fin de l’enquête ». Le syndicat sécuritaire a finalement décrété demain, lundi 11 juin, jour de colère. « Une marche débutera demain matin de devant l’administration secrétaire de Sfax en direction du gouvernorat ».


Mohamed Abdel Samii s'est dit, en outre, désolé de la catastrophe du naufrage de l’embarcation au large de l’ile de Kerkennah. « Combattre le phénomène de l’émigration clandestine est une question politique et sociale et non pas sécuritaire, seulement » a-t-il dit avant de souligner que : depuis les évènements de Petrofac de ces dernières années, plusieurs solutions ont été présentées, parmi lesquelles un groupement sécuritaire dans l’ile, « mais nous n’avons pas été écoutés ».

 

S.A

 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (18)

Commenter

Raad
| 11-06-2018 12:00
Solidaire de quoi.....et les victimes alors...qui par manque de négligence, de professionnalisme de votre part et d'irrespect de votre travail de sécuritaire, autrement cette catastrophe aurait pu être évitée.
Votre présence sur l'île ne s'arrête pas à faire que des rondes en voiture et retour au bureau pour terminer son café.
Non, votre travail consiste à sécuriser les citoyens et faire respecter la loi.
Le limogeage de vos collègues et bien justifié, cela servira de leçons pour les autres en cas de négligence. C'est comme au football, un entraîneur met son joueur sur la touche quand celui ci ne remplit pas son rôle, il n'y a pas de quoi pavoiser ou faire des grèves au nom de la solidarité.
Il va de soit que la question est politique, mais sécuritaire avant tout.
La sécurité, sur cette '?le ne consiste pas uniquement à verbaliser, ou à faire intimider le citoyen, il suffit de consulter vos manuels sécuritaires et les faire appliquer à la lettre.

Un exemple sécuritaire sur cette '?le , comment se fait il qu'un établissement "un Café" puisse installer ses tables et chaises sur un rond-point sans que les autorités ne disent rien. Si par malheur un automobiliste loupe son virage, bonjour la catastrophe....où est donc la sécurité....
Garde Nationale, Police, soyez à la hauteur de votre fonction et tout ira mieux.

le berbère
| 11-06-2018 11:40
en tant qu'ancien flic ,JOHN WIN peut volontairement expliquer ce cahot sécuritaire . personne sauf lui peut analyser .

keftagi
| 11-06-2018 10:13
Un rescapé du naufrage a déclaré ce matin sur le journal Essabah El ousboui et je le je cite """"" On payait 200 dinars aux policiers pour qu'ils nous laissaient monter sur le Loud pour rejoindre l'Ile ' "

Moustache
| 10-06-2018 23:49
quelques jours après que les hauts cadres sécuritaires de sfax et leur ministre aient été limogé. Une descente permet de mettre la main sur les passeurs.
Pour des embarcations qui permet aux trafiquants de gagner de 300 à 500 millions par voyage, ils ont surement du acheter le silence des sécuritaires de la région, sinon, c'est pas logique qu'on ne trouve de piste qu'après avoir renvoyés les hauts responsables. Ce sont des flics, ils sont supposés tout savoir même via les indics (ces petits malfrats qu'on laisse délibérément magouiller en échange de quelques informations)
Aujourd'hui quand un voisin achète un nouveau caleçon ou que sa femme ait décidé de changer de déo, tout le quartier est au courant. Si ils n'ont pas été capable de suivre l'un des milliers qui ont émigré clandestinement, c'est que leur formation laisse sérieusement à désirer, ou qu'il y a anguille sous roche / ou dans ce cas si, quelques billets sous roches

EL OUAFI
| 10-06-2018 23:17
Taisez vous maintenaient et rentrez dans les rangs .
N'ajoutez pas à votre faillite le ridicule .
Moutons noirs vous osiez défié l'autorité ?le défi que vous projeter n'est qu'une rébellion contre les lois de la République
Réfléchissez avant de commette l'intolérable la sanction sera exemplaire : Rébellion = tribunal miltaire songez y .(Manai)

Ghazi
| 10-06-2018 20:23
Pourquoi blâmer les sécuritaires, Nessma, YC, ISIE, Nahka, Nda tounes...Et même Ben sedrine ?
L'enjeu est de taille : C'est les postes de pouvoirs qui vont durer de 2019 à 2024, après les élections, ça a déjà commencé, il y a un mois avec les municipales.

Je m'explique :
-Combien de dossiers de corruptions sont étouffés depuis 2011 ?
-Combien de crimes non élucidés ?
-Combien d'affaires louches passées sans réserves ?
-Combien de dossiers financiers qui attendent un verdict pour 'coupables' qui fait dodo chez les magistrats
-La nouvelle disposition géopolitique du moyen-orient qui agit sur nos équipes 'Politiciens'
-AL-THANI possèdent leurs troupes de Tunisiens, AL-SAOUD aussi, AL-KHALIFA non parlons plus, Macron possède ses microns vénimeux....OUMAZEL MAZEL
-Notre UGTT, UTICA, KASBAH et Carthage et dérivés, ne sont que des boutons sur lesquels ont appuie en cas de besoin....
L'enjeu pour ceux qui gouvernent maintenant est grand (Pour eux), c'est l'éternel gâteau à départager avec intérêts, quitte à se prostituer politiquement et c'est ce qu'on voit explicitement.

Il ne faut blâmer personne, se lamenter ne servira à rien, le changement s'arrache par derrière les ordi.

EL OUAFI
| 10-06-2018 19:40
Taisez vous maintenaient et rentrez dans les rangs .
N'ajoutez pas à votre faillite le ridicule .
Moitons noirs vous osiez dédié l'autorité ? Réfléchissez avant de commette l'intolérable la sanction sera exemplaire : Rébellion = tribunal miltaire songez y .(Manai)

EL OUYAFYA
| 10-06-2018 19:28
La chaîne Nesma c'est notre chaîne la plus honnête et la plus préférée elle s'occupe de l'intérêt du peuple ce qu'elle annonce est incontestable comme tous émissions sont censurés la preuve il y a certain opposant le cas
de l'écrivain Ben Brik Tawoufik qui reconnait indirectement sur son plateau qu'il avait regretté le confrontement qu'il avait entamé avec l'ancien président Ben Ali méme qu'il avait reconnu que l'ancien Ben Ali était un président qui tenait le pouvoir entre ses mains durant sa règne c'est le seul décideur il se portait responsable et pour cella Le général Ali Serayati avait l'accompagner jusqu'à son pays d'exil car ce général avait jugé que Ben Ali avait fait son devoir Anvers la patrie et que les contestations de 2011 que sont que des actes pour briser le pays et autres planifications de géopolitiques .

A . V .
| 10-06-2018 17:47
A oui chère Zohra, La chaîne de Nesma est devenu une chaîne de Negma pour le pouvoir et invite que des gens qui prêchent la haine entre les Tunisiens , un Mr . comme ce Dziri avec une voix qui arrache l'écran, alors là j'ai eu le dégoût de cette chaîne .
Cordialement et chahia Tayba .

TOTO
| 10-06-2018 17:36
Encore de a gabegie, les forces de l'ordre veulent qu'on applique la loi de la jungle. Et surtout pas de sanctions, même quand certains sont impliqués dans ce gros trafic. Maintenant que le ministre de l'Intérieur a été changé, que toute la lumière soit faite sur ce trafic, et que les responsables soient lourdement sanctionnés. Et surtout rétablir l'ordre public dans cette région. Depuis le démantèlement du trafic au port de Sfax (arrestation des Fkih, Damek, Mnif, et certains cadres de la douane, surtout celui qui transportait 3 millions d'euros toutes les semaines pour les acheminer vers Ben Gardene), on se re compte qu'il faut plus de contrêle dans cette zone entre Sfax et Kerkenah. S'il le faut, il faudrait décréter cette île, zone militaire, sinon, on court à la catastrophe.

A lire aussi

Le député et dirigeant Ennahdha, Abdellatif Mekki a publié un statut, ce lundi 20 janvier 2020, pour

20/01/2020 18:31
3

Le collectif Aswat Nissa a dénoncé, dans un communiqué publié ce lundi 20 janvier 2020, la grève

20/01/2020 17:53
0

L’Union générale des travailleurs tunisiens fête ce lundi 20 janvier 2020 son 74ème

20/01/2020 16:28
0

Le chef de l'Etat, Kaïs Saïed a reçu, ce lundi 20 janvier 2020 au palais de Carthage, le

20/01/2020 15:51
4

Newsletter