alexametrics
Dernières news

Les islamistes paniquent au point d’enfreindre la loi

Les islamistes paniquent au point d’enfreindre la loi

 

Tout le monde panique dans les QG de campagne au vu des sondages dont ils disposent. Du côté de l’équipe de Youssef Chahed, on ne sait plus à quel saint se vouer et on ne se décide toujours pas si l’on doit continuer à injurier les « opposants » ou plutôt tenter de les ramener à la « raison ». Du côté de Abdelkarim Zbidi, la vidéo des agressions physiques et verbales de notre confrère Houcem Hamad reflète un désarroi total et un oubli des principes mêmes de la démocratie. Moncef Marzouki, pour sa part, multiplie les vidéos dans lesquelles il supplie les islamistes, la gauche et les nationalistes de le soutenir. Dans la foulée, il a oublié toutes ses promesses d’il y a quelques semaines et s’est remis à injurier le « camp » adverse en les traitant de corrompus et de fraudeurs. Oubliant totalement qu’il a été à la tête des fraudeurs en 2014 et que son parti a perdu le registre des comptes en 2011, il jure maintenant ses grands dieux qu’il va émettre des propositions de loi pour sanctionner lourdement les tricheurs dans les élections. Proposition qui ne lui a jamais traversé l’esprit lors de ses trois années de présidence entre 2011 et 2014.

Du côté des islamistes, les témoignages relatifs à l’octroi de sommes d’argent à de futurs électeurs se multiplient sans que l’on puisse vérifier l’authenticité de ces propos. On parle de sommes oscillant entre dix et trente dinars par personne.

 

Mais l’infraction la plus visible qui démontre la panique des islamistes est ce sondage attribué à Sigma diffusé hier, mardi, tard dans la soirée sur sa page Facebook par Radwan Masmoudi, le lobbyiste tuniso-américain (ou Tunisien résidant aux Etats-Unis). Les islamistes-suiveurs de M. Masmoudi lisant ce sondage n’ont plus qu’une conclusion à faire : courir aux urnes pour voter Abdelfattah Mourou !

Inutile de rappeler le code électoral à Radwan Masmoudi puisqu’on sait qu’il le connait par cœur.

Dans l’article 70 de cette loi numéro 16 datée du 27 mai 2014, il est indiqué : « Il est interdit, pendant la campagne électorale ou référendaire ainsi que pendant la période du silence électoral, de diffuser ou publier les résultats de sondages d’opinion directement ou indirectement liés aux élections et aux référendums, ainsi que les études et commentaires journalistiques y afférents à travers les différents médias. »

Dans l’article 156 de cette même loi, il est indiqué : « Toute infraction aux dispositions de l’article 70 de la présente loi est passible d’une amende d’un montant allant de 20.000 dinars à 50.000 dinars. ». Sûrement que les islamistes sont prêts à payer de telles amendes au vu de l’enjeu qu’il y a.

Interrogé par Business News, Hassen Zargouni, directeur de Sigma Conseil, a formellement démenti l'authenticité du sondage attribué à son institut.

Exceptionnellement, Business News n’accompagnera pas l’article par une capture d’écran, puisqu’on a un respect des lois existantes, sans même prendre en considération les amendes qu’il y a derrière. Nous en gardons cependant des copies authentifiées dans nos serveurs.

 

R.B.H.

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (15)

Commenter

Nsoura
| 12-09-2019 18:46
En Tunisie il n'y a rien à craindre, dites ce que vous voulez, faites ce que vous voulez, personne ne viendra vous emmerder, soyez tranquille c'est le pays de ni foi ni loi
***

Houcine
| 11-09-2019 20:23
On rapporte que les islamistes font feu de tout bois, achetant les votes et s'affranchissant des contraintes de la loi de maintes façons, et personne ne bouge.
Pas un procureur, pas une autorité ne se manifestent pour rappeler à la loi... ou poursuivre en justice afin que la vérité se fasse sur ces agissements.
Curieux phénomène. Intouchables, les types !

Maxula
| 11-09-2019 19:58
"un oubli des principes mêmes de la démocratie"

Comme si BN ou le rédacteur RBH avaient le moindre souci "des principes mêmes de la démocratie" quand ils censurent à tout va les commentaires qui les obligent à tomber le masque, ou qui les mettent en face de leur contradictions !
Allez-y, censurez-moi encore, le censeur m'aura quand-même lu !
Maxula.

expert
| 11-09-2019 19:11
vos convictions peut vous pousser vers le vote utilie pur barrer tel ou tel idéologie. faites et vous aurez l'esprit et la conscience tranquille. de toute façon la Tunisie ne sera jamais gouvernée comme avant. bientot la guerre de clans et oui quel sera le sort de chahed s il vient perdre la présidentielle et les legsilatives il ira en prison ?

J.trad
| 11-09-2019 15:51
Ouvrez l'archive du patrimoine littéraire ,certains poèmes du poëte Abou'3atahiyya , comportent des Lamentations dans lesquelles il décrit une situation presque la même de ce que nous vivons ,un seul strophe résume Tout:( as3ar arra3iyati ghaliya),ce grand facteur commun dans toutes les crises socio -économiques ,ne sont pas nouvelles , les causes diffèrent mais les résultats sont les mêmes ,le Disfonctionnement se répercute toujours sur les prix ,

TABARKA
| 11-09-2019 15:16
ENNAHDHA serait en train d'être lâchée par ses inconditionnelles soutiens. La crise identitaire que traverse ce parti ne date pas d'aujourd'hui. il est victime d'une caste avide de pouvoir. L'instrumentalisation du politique et le jeu politicien d'auto défense finissent toujours par se retourner contre l'initiateur inconscient . Effacer le terme islam et le remplacer par nation, famille, certes pourquoi pas, ce n'est que la forme, c'est par le contenu et le fond qu'on pourrait changer les choses. les chrétiens Européens ne sont pas au pouvoir à ce que je sache! la séparation de l'église et l'état est inscrit dans le marbre. MOUROU veut transformer le symbole en pouvoir réelle, il veut une démocratie musulmane réelle au pouvoir.

sarra
| 11-09-2019 15:06
"Du côté des islamistes, les témoignages relatifs à l'octroi de sommes d'argent à de futurs électeurs se multiplient sans que l'on puisse vérifier l'authenticité de ces propos. On parle de sommes oscillant entre dix et trente dinars par personne".
je vous défie de présenter une seule preuve de ces mensonges.
ce n'est pas avec ce bas niveau que les lecteurs vont vous croire.

lechef
| 11-09-2019 13:03
C'est étonnant de se bousculer pour le poste de Président de la République sachant que la situation.actuelle est difficilement gérable.
Est-ce que ces candidats ont des vrais solutions , des solutions applicables à cette économie qui transgresse de jour en jour .
Si la situation était bonne surtout sur le plan socio-économique et si l'était assurait un taux de croissance convenable et si le taux de chômage est inférieur à 10/ et si la cherté de la vie n'est pas à son comble, ça aurait été alléchant de chercher et de viser ce poste à tout prix, mais avec des difficultés énormes difficilement insurmontables pour répondre aux besoins de la population, il m'étonne de voir une centaine de candidats se bousculer pour n'avoir qu'à la fin 26 candidats avec 2 absents de taille .
Est- ce que ces candidats ont.des solutions toutes prêtes ?
Est-ce que l'un des candidats est capable par exemple d'assurer une production de phosphate de CPG égale à celle de 2010 par exemple?
Pourquoi, ceux qui font des promesses aujourd'hui malgré les postes qu'ils ont occupé n'ont pas pu redresser la situation ?
Pourquoi Ennahdha qui promis de réaliser 365 points de programme qu'elle dit préparé par des experts a connu un échec cuisant ?
Pourquoi elle se présente aujourd'hui comme le futur sauveur sachant que k e candidat nahdhaoui le plus expérimenté se présente en candidat libre ?
Pourquoi ils sont contents d'aspirer à la gestion.de toutes les structures de l'état ?
Est-ce que ses cadres sont capable d'améliorer la situation.actuelle ?
Si oui , pourquoi ils n'ont pas réussi avec deux chefs de gouvernement successifs Arayedh et Jbeli ?
Devant cette situation qui prévaut actuellement et qui nécessite des efforts extraordinaires et deq compétences hors pairs , et en face de ce très grand nombre de candidats, je pense que c'est plutôt l'opportunisme et les intérêts personnels, familiaux et partisans qui l'emportent.

Felfel
| 11-09-2019 12:39
Faut il rappeler qu'il se targue d'être :
PhD in Mech. Eng, Robotics from MIT. Currently president of Center for the Study of Islam & Democracy

et

President, à Center for the Study of Islam and Democracy

En vérité Il n'est ni musulman ni démocratique, juste un commerçant du temple.

Le problème c'est qu'il n'est pas le seul !

Ce qu'on peut lire sur les murs des "intellectuels" de tout bord est affligeant et ne se privent pas de traiter le peuple d'"ignorants" alors que le peuple démontre chaque jour qu'il est plus intelligent qu'eux,

Dans 4 jours, le peuple dira son dernier mot et les dés sont jetés.


Abel Chater
| 11-09-2019 11:56
J'ai ouvert la page et je la ferme tout de suite avec la promesse d'honneur, que je ne l'ai pas lue, parce que je prévois la banalité dont nous invente notre cher RBH contre Ennahdha et ses non-musulmans, mais «islamisres».
Peut-être tard la nuit lorsque tout le monde dort, j'y passerais m'amuser.
Salut RBH ! Tu connais la chanson "yè Sallèk El-Wahline"?

A lire aussi

Attayar soutien Kaïs Saïed pour la magistrature suprême.

18/09/2019 12:19
2

certains candidats à l’investiture suprême se sont

18/09/2019 11:38
8

Cette présidentielle 2019 a montré au grand jour les grosses différences entre le réel et le

18/09/2019 11:26
0

Farouk Bouasker revient sur la question du financement des campagnes électorales des candidats à la

18/09/2019 10:48
2

Newsletter