alexametrics
A la Une

Le lobbying, principal levier de diplomatie économique

Temps de lecture : 5 min
Le lobbying, principal levier de diplomatie économique


"Savez-vous faire du lobbying? Diplomatie économique et stratégie d'influence", tel était le thème de la conférence débat ayant eu lieu, hier mardi, au siège de l'Université centrale à Tunis. La conférence-débat, organisée en partenariat avec le Cercle diplomatique, a été animée par le professeur émérite de diplomatie économique et public affairs, Ghazi Mabrouk ayant donné une vue d'ensemble sur le concept du lobbying ainsi que sur son rôle dans la promotion de la diplomatie économique, devenue indispensable dans le contexte actuel de mondialisation.


Membre du comité directeur du Cercle diplomatique, docteur en sciences politiques de l'Université de Paris, officer ad-honores, spécialiste des fonds souverains, Ghazi Mabrouk a également été conseiller spécial du secrétaire général de l'Union du Maghreb arabe et haut représentant auprès de l'Union européenne entre 2016 et 2018.

Il a été, également, président exécutif du G7 circle (2015-2016), occupé le poste de délégué général de l'Observatoire européen du Maghreb entre 2013 et 2015 et devenu vice-président de l'Alliance économique européenne de 2009 à 2012.

 

 

Ainsi et vu le thème de la conférence, le choix de Ghazi Mabrouk par l'Université centrale (Executive education) pour partager son expertise avec le public était, pour le moins, naturel. Cet événement célèbre, par ailleurs, le cinquantenaire du décès de Mongi Slim, premier président africain de l'Assemblée générale de l'Onu (1961-1962) et fondateur de l'Association tunisienne pour les Nations Unies en 1960, disparu le 23 octobre 1969.

La présence de M. Mabrouk s'inscrit, aussi, dans le cadre de la convention de partenariat entre le Cercle diplomatique et le Groupe de l'Université centrale. Le cercle étant un cercle de réflexion et une force de suggestion dans le but de consolider les relations tunisiennes avec le reste des pays du monde.

Il regroupe, ainsi, des compétences dans le domaine de la diplomatie et s'intéresse essentiellement à la géopolitique, aux relations internationales et à la diplomatie globalement, le tout en élaborant des études et en organisant des conférences et des tables rondes.

Cette coopération est, donc, établie en matière de développement dans les domaines diplomatique, des relations internationales et de la stratégie, notamment en diplomatie économique.

 

L'Université centrale avait, d'ailleurs, créé un short MBA en diplomatie économique et lobbying destiné essentiellement aux diplomates, directeurs de relations extérieures d'entreprises et de groupes financiers et économiques ainsi qu'aux étudiants de l'Université centrale.

Un MBA, s'articulant autour de 3 cycles à savoir : lobbying et stratégie d’influence, veille et intelligence économique et diplomatie économique. Des éléments nécessaires à la favorisation de la prospection des nouveaux marchés d'exportation, l'appui à l'investissement étranger et, plus globalement, la promotion de la Tunisie.

 

Cette conférence-débat a, en effet, permis de dissiper la connotation suspecte, corrompue et douteuse, selon Ghazi Mabrouk, autour du lobbying dans l'imaginaire collectif. Le lobbying, dans le sens d'influence, de veille économique en tant que surveillance et intelligence économique qui pourra être considérée comme de l'espionnage, ne sont, d'après M. Mabrouk, que des outils que l'on doit pas diabolise. D'autant plus qu'il existe des véritables techniques et approches utilisées par des cabinets spécifiques pour exploiter ces outils au service des institutions de la gouvernance et de la société civile.

Il s'agit, donc, d'une activité professionnelle qui est même régie par l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) qui encadre les règles du lobbying. Elle contribue, également, à promouvoir la participation démocratique en assurant la transparence et l'intégrité des démarches des groupes d'intérêt.

Encore faut-il faire la distinction entre le lobbying, le marketing politique et la communication qui sont, certes, complémentaires. Alors que le lobbying s'adresse au cercle d'intérêts et d'influence et s'articule autour d'eux par la création de groupes de pression, le marketing politique détermine le mode de pénétration auprès des décideurs englobant la manière de véhiculer une image, la sélection des cibles dans le paysage politique, économique et médiatique visé.

 

Par contre, la communication signifie le choix des supports, leur diffusion et leur fréquence selon des critères de visibilité orientés vers l'objectif à atteindre. En tout état de cause, la définition d'une stratégie est indispensable avant toute action de lobbying et de diplomatie économique, selon Ghazi Mabrouk.

Toutefois, le professeur émérite a indiqué que le lobbying pratiqué aujourd'hui en Tunisie ne relève pas du véritable lobbying et que la diplomatie économique est sous-exploitée par des dirigeants qui, selon lui, ne maîtrisent pas les techniques du lobbying.

Dans ce sens, M. Mabrouk a souligné l'importance d'établir un lobbying professionnel basé sur des stratégies d'influence adaptées aux repères internationaux en vue d'assainir l'image de la diplomatie économique de la Tunisie nouvelle.

Afin de mettre en place un réel lobbying en Tunisie, il faut d'abord créer une structure instaurant les techniques de ce lobbying en faveur de la Tunisie. Des techniques qui seront, également, établies à l'étranger à travers la création des ambassades ad-hoc, ce qui exige une véritable volonté politique.

 

Quoiqu'il en soit, il est indéniable que la diplomatie économique de la Tunisie a connu ces dernières années une dynamique. Cette dynamique s'est traduite, entre autres, par l'adhésion de la Tunisie à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) en tant que membre observateur ainsi qu'au Marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA) aussi bien que les concertations autour de l'adhésion au projet chinois de la route de la Soie, prévoyant de relier la Chine au Proche-Orient, à l'Afrique et à l'Europe.

Le volet économique a pris plus d'ampleur dans l'action des représentations diplomatiques de la Tunisie à l'étranger étant donné que cette diplomatie, rattachée au ministère des Affaires étrangères, vise à exploiter les réseaux de relations établies avec les Etats et les institutions, au profit de l'économie nationale. Ceci constitue, ainsi, un instrument permanent de promotion de la Tunisie. 

 

La diplomatie économique présente, de ce fait, d'innombrables avantages au niveau du développement du commerce extérieur et de l'investissement étranger, notamment en s'ouvrant aux nouveaux marchés et en s'intéressant aux pays émergents. Des missions qui ne peuvent être réussies que lorsqu'une véritable diplomatie économique impliquant toutes les parties prenantes dans l'activité économique, qui doivent indubitablement mutualiser leurs synergies, sera mise en place.

 

Boutheïna Laâtar 

Votre commentaire

(*) champs obligatoires

Conditions d'utilisation

Les commentaires sont envoyés par les lecteurs de Business News et ne reflètent pas l'opinion de la rédaction. La publication des commentaires se fait 7j/7 entre 8h et 22h. Les commentaires postés après 22h sont publiés le lendemain.

Aucun commentaire jugé contraire aux lois tunisiennes ou contraire aux règles de modération de Business News ne sera publié.

Business News se réserve le droit de retirer tout commentaire après publication, sans aviser le rédacteur dudit commentaire

Commentaires (2)

Commenter

Moi
| 12-12-2019 20:48
Depuis 2011 on nous répète, et on nous répète, et et on nous répète sans fin la même chanson: "La diplomatie économique présente, de ce fait, d'innombrables avantages au niveau du développement du commerce extérieur et de l'investissement étranger, notamment en s'ouvrant aux nouveaux marchés et en s'intéressant aux pays émergents. Des missions qui ne peuvent être réussies que lorsqu'une véritable diplomatie économique impliquant toutes les parties" prenantes dans l'activité économique, qui doivent indubitablement mutualiser leurs synergies, sera mise en place."

==>
Franchement, c'est du n'importe quoi, et ça ne mérite pas d'être discuté...


D'abord j'insiste que nous avons en Tunisie une mauvaise compréhension du lobbyisme. Il faut comprendre que l'atout du lobbyiste n'est pas l'argent, mais l'information. Car l'objectif n'est pas de corrompre, mais de convaincre...


Le fait qu'un groupe de pression souhaite influencer un centre de décision est aussi vieux que le monde . La concurrence économique d'aujourd'hui n'échappe pas à cette logique.

==>
Il est donc essentiel de savoir transmettre de l'information adéquate afin de convaincre à l'international. Oui, les Allemands l'ont bien compris, et renforcent ainsi leur action par la diffusion permanente et visée d'écrits et d'analyses intelligentes afin d'attirer l'intérêt des centres de décision et des investisseurs.

Exemple: entre 2011 et 2015 la Tunisie a profité de 25milliards d'euros d'aide et de dettes extérieures et ceci sans cette idée absurde de diplomatie économique à nos ambassades et nos consulats. Oui la Tunisie a profité de 25milliards d'euros d'aide et de dettes extérieures car BCE a su influencer les centres de décision et les investisseurs à l'international par la diffusion d'information intelligente que la Tunisie est un pays à jeune démocratie et a besoin d'un soutien monétaire. Même la chancelière allemande était à Carthage et BCE était au centre de plusieurs conférences internationales, parmi les grands décideurs de ce monde'?'

Le monde fonctionne désormais en réseau où nos simples diplomates n'ont aucune chance d'y entrer, si Carthage tient des discours inadaptés à la situation actuelle de la Tunisie socio-économique. La Tunisie est en quête de repères qu'elle n'arrive plus à trouver (après la grande réussite de BCE à l'international). Oui, nous vivons avant tout une crise du sens générée par une incompréhension du réel dont nous nous sommes coupés par des idées idéologiques exagérées... .

Oui BCE a su convaincre et a su permettre l'adhésion/participation de la Tunisie dans les conférences internationales des grands décideurs'?' Oui BCE a su convaincre sans corrompre'?'

Il est grand temps que nous deviendrions réalistes! Il est temps que nous comprenions le monde qui nous entoure. Il est temps que notre Cher Président de notre République tunisienne fasse de la diplomatie économique à partir de Carthage mais aussi en se déplaçant partout dans le monde à l'Image de BCE'?'

Malheureusement le discours d'autre-fois de BCE ne fonctionne plus à l'international. En effet. On ne peut plus prétendre que la Tunisie est un pays à jeune démocratie et a besoin d'un soutien monétaire. Oui on a profité de 25milliards d'euros d'aide et de dettes extérieures que nous avons bouffés sans aucun suivi de dépense:((

Nous avons eu une énorme chance entre 2011-2015 afin de faire développer notre pays mais notre ex-troïka a tout ruiné.

Un des rôles de Mr. Kais Saied est de partir à l'étranger afin de faire de la diplomatie économique... Puis, il doit modérer certains de ses discours...

DHEJ
| 11-12-2019 22:44
Ca y est le passeport tunisien sera exempté des visas pour le bonheur de nos députés !

A lire aussi

Aujourd’hui à 9h du matin, le chef du gouvernement désigné par le président, Elyes Fakhfakh, a

28/01/2020 15:00
4

Jusqu’à son dernier

27/01/2020 12:00
7

Le virus qui se propage comme une trainée de poudre, a fait aujourd’hui 56 morts en Chine.

26/01/2020 15:59
3

Un point sur lequel les deux hommes sont en totale harmonie...

24/01/2020 19:59
26

Newsletter