alexametrics
samedi 27 février 2021
Heure de Tunis : 19:41
Dernières news
Le cheikh salafiste, Khamis Mejri révèle : des attentats sont programmés en Tunisie
12/10/2012 | 1
min
Le cheikh salafiste, Khamis Mejri révèle : des attentats sont programmés en Tunisie
{legende_image}

Cheikh Khamis Mejri, l'un des leaders du courant salafiste qui ont rencontré hier le président de la République, était l'invité de Naoufel Ouertani dans Midi Show, sur Mosaïque Fm, aujourd’hui 12 octobre 2012, pour parler de cette rencontre.
Au début, Cheikh Mejri a tenu à dire qu’il rejetait, lui et ses partisans, l’étiquette de salafistes, avant d’enchaîner sur un ton ironique que « si ces appellations sont valables, alors Moncef Marzouki aussi est un salafiste puisqu'il a des livres d'Ibn Taïmia dans sa bibliothèque ».

Les propos tenus par Cheikh Mejri ont été marqués par deux révélations importantes et graves. Tout d’abord, il a indiqué que des armes circulent en grand nombre dans le pays et que des attentats sont programmés, comme le confirment plusieurs sources, prévenant qu’on voudra imputer, par la suite, ces attentats au courant salafiste qui n’a, pourtant, rien à voir avec cela. « Il s’agit là de données concrètes et non pas de simples hypothèses et autres déductions ».
Cheikh Khamis a annoncé, ensuite, que la jeunesse salafiste est, certes pour le moment, sous contrôle, mais que si la répression continue, rien ne sera garanti, car ces jeunes peuvent avoir des comportements incontrôlables même si les leaders le leur interdisent.

Pour revenir à la rencontre entre les cheikhs dits salafistes et le président Marzouki, en soi, elle a pu avoir lieu, selon Khamis Mejri, suite à des tractations faites par un médiateur qu’il n’a pas voulu nommer, tout en insistant sur le caractère positif de la rencontre.
Il n’en demeure pas moins, selon Khamis Mejri, que le président les a bien accueillis au Palais et a été attentif à leurs doléances portant, essentiellement, sur l'application de la Chariâa et le traitement de tous les Tunisiens sur le même pied d’égalité.

N.H
12/10/2012 | 1
min
Suivez-nous